Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 01:35

 "Lorsque dans un pays, le développement du capital (l'investissement) devient le sous-produit de l’activité d’un casino, celui-ci risque de s’accomplir dans des conditions défectueuses " disait Keynes en 1936  dans son livre " Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie ". Il voulait dénoncer la dérive du capitalisme de l'époque qui privilégiait un rendement à court terme basé sur la spéculation plutôt que sur la réalité économique des entreprises.

On peut sans aucun risque dire que la crise que nous connaissons aujourd'hui est en grande partie due à ce casino boursier et financier que dénonçait Keynes.

Les banques d'investissement dont c'est le métier, dans un premier temps, mais ensuite les banques de dépots qui à l'origine ne devaient recevoir que des dépots et accorder des crédits, ont mis en place, au cours des trente dernières années, des départements  ou salles des marchés.
C'est dans ces salles de marchés qu'opérent et agissent les fameux  traders.
Le but de ces salles est d'investir pour le compte de clients dans des titres, de la monnaie ou des matières premiéres pour obtenir le meilleur rendement possible. C'est à dire pour que chaque Euro ou Dollar investi rapporte le plus possible dans un délai le plus court possible.

La recherche de ce rendement maximum a mené les traders vers la spéculation.
La spéculation peut être assimilée à un jeu de casino comme le Black Jack ou le poker
Le trader va investir dans un titre, une monnaie ou une matière première parce qu'il parie sur une hausse de cette valeur par exemple. Il le fait non seulement  au vu d'informations  qu'il détient mais aussi en fonction de ce qu'il estime que d'autres acteurs économiques ont comme information, voire en anticipant l'évaluation que feront de la valeur ces acteurs.
Tout comme le joueur de Black Jack ou Poker qui mise sur son jeu au vu de ce qu'il connait (ses propres cartes) mais aussi au vu de ce qu'il estime que la banque ou les autres joueurs ont comme cartes ou pensent qu'il a comme cartes.

Si on va jusqu'au bout de la pensée de Keynes, on peut se demander pourquoi ne pas appliquer aux  banques (du moins pour leurs opérations de salles de marchés) la même fiscalité que les casinos.

A savoir : 0.5% sur chaque Euro ou Dollar investi  
Puis un prélévement progressif par tranche allant de 10% sur les 87 000 premiers euros jusqu'à 80% au dela de 14 149 500 euros de plus values réalisées dans l'année.
Et que les banques ne viennent pas nous dire que c'est trop compliqué. C'est souvent la base de calcul des bonus accordés aux traders.

On notera au passage que la fiscalité des casinos a été allégée le 1er septembre 2009 par le gouvernement Sarkozy entrainant une perte de recettes supplémentaire de 40 millions pour le fisc, les collectivités locales et les comptes sociaux


Tenir et Résister

Partager cet article

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article

commentaires