Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 01:32

 

 

May Day trade unions' demonstration on Red Square

 

 Luc MICHEL pour PCN-INFO / 2014 04 01 /

avec AFP  – Correspondance à Moscou – lucmichel.net – PCN-SPO /

http://www.scoop.it/t/pcn-spo

https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

La Russie de Poutine est sans doute le seul régime politique important dans le monde a bénéficier du soutien massif de sa population. Plus de 100.000 personnes ont défilé sur la Place Rouge à Moscou pour un 1er mai patriotique, renouant avec la tradition soviétique. Décidément la Russie restaurée nous plait chaque jour davantage !

Le président russe, au pouvoir depuis 14 ans, a vu sa popularité exploser. Selon un sondage publié cette semaine par le centre Levada (dépendant de la Fondation Carnegie américaine), 82% des Russes font confiance à son action, contre 64% il y a un an.

MOSCOU RENOUE AVEC LE 1er MAI SOVIETQUE POUR LE PREMIERE FOIS DEPUIS 1991

« Ce jour est pour nous une fête de l’unité et c’est pourquoi, cette année notamment, autant de monde est là . Peut-être que le temps est venu de montrer qu’on est ensemble et que nous travaillons pour le bien de notre planète »

- Marina, 48 ans, moscovite ;

Plus de 100.000 personnes ont défilé ce jeudi sur la Place Rouge de Moscou pour la fête du Travail, renouant avec une tradition datant de l’Union soviétique en pleine vague de patriotisme en Russie exacerbée par la crise ukrainienne. « Je suis fier de mon pays », « Poutine a raison » indiquaient les pancartes brandies au milieu de nombreux drapeaux russes et de ballons blancs, bleus et rouges aux couleurs du drapeau national.

Selon la police locale, citée par les agences russes, plus de 100.000 personnes ont participé au défilé, mené par le maire de Moscou, Sergueï Sobianine, et organisé sur la place Rouge, aux pieds du Kremlin pour la première fois depuis 1991. Plusieurs pancartes et discours de représentants syndicaux célébraient le rattachement de la Crimée en mars à la Russie, après un référendum d’auto-détermination auquel nous sommes fiers d’avoir contribué.

Le 1er mai est la journée internationale des travailleurs, fériée en Russie et destinée à célébrer le combat pour de meilleures conditions de travail. Chaque année, les syndicats russes défilent à cette occasion dans la plupart des villes du pays. Selon le leader de la Fédération des syndicats de Russie, Mikhaïl Chmakov, cité par l’agence Interfax, plus de deux millions de personnes ont participé aux défilés organisés à travers toute la Russie pour célébrer la « journée internationale des travailleurs », qui tire son origine des luttes ouvrières pour la réduction du temps de travail à la fin du 19e siècle aux Etats-Unis.

Cette année, le retour symbolique du mouvement sur la principale place du pays, à deux pas du Kremlin, a été avalisé par les autorités, comme du temps de l’URSS, où le 1er mai était l’occasion de grands défilés militaires et civils devant les dirigeants soviétiques. En renouant avec la tradition soviétique du 1er mai le kremlin donne aussi un signal fort aux occidentaux …

… ET LA MANIFESTATION DU 1er MAI A SIMFEROPOL EN CRIMEE A RASSEMBLE PLUS DE 100 MILLE PERSONNES

Pour les presstitutes des médias de l’OTAN, imbéciles ou menteurs, qui osent encore écrire comme Libération que les Criméens ont voté au référendum du 16 mars « sous la contrainte ou la peur » (sic), ce 1er mai apporte un cruel démenti. La manifestation de 1er mai à Simferopol a rassemblé plus de 100 mille personnes, soit autant qu’à Moscou pour une population de deux millions d’habitants !!!

La manifestation du 1er mai à Simferopol, la première à se dérouler sous les drapeaux russes dans l’histoire contemporaine de la Crimée, a rassemblé quelque 100 mille personnes. C’est ce que le chef par intérim de la république, l’homme de l’insurrection de février devenu Premier ministre de Crimée, Sergueï Aksionov, a annoncé jeudi aux journalistes. De l’avis des autorités de la région, une telle mobilisation des habitants de Crimée s’explique par une montée des sentiments de patriotisme, après la réunification de la presqu’île avec la Russie.

Comme l’avait raconté précédemment à l’agence RIA Novosti le maire adjoint de Simferopol Ilya Glazkov, on comptait initialement sur environ 15 mille manifestants, mais la participation réelle a dépassé toutes les attentes.Les traditionnels défilés du 1er mai en Crimée et à Sébastopol (ville autonome) se déroulent pour la première fois sous les couleurs nationales de Russie.

1er MAI DE DESILLUSION A KIEV. OU SONT CES ‘FOULES DU MAIDAN’ TANT VANTEES PAR LES MEDIAS DE L’OTAN ?

« A Kiev, les habitants ne se sont guère mobilisés en dépit de la gravité de la crise, la pire qu’ait jamais connue ce pays issu de l’Union soviétique depuis son accession à l’indépendance.

Seules 2.000 à 3.000 personnes se sont réunies dans le calme, scandant des slogans en faveur de l’unité de l’Ukraine » dit l’AFP.

Ruinés, plongés dans un climat de guerre civile – et pas seulement au sud-est, mardi deux groupes fascistes rivaux se sont violemment affrontés sur le maidan -, confrontés aux promesses irréalisables de la junte de Kiev, dans un pays promis à l’éclatement, les partisans du maidan sont désillusionnés. Et ce 1er mai, qui voit la junte incapable de rassembler plus de 3.000 manifestants dans une ville de près de 3 millions d’habitants, les putschistes du 21 février révèlent leur isolement !

A SLAVIANSK, épicentre de l’insurrection de l’est, par contraste ils étaient des milliers et des milliers (dans une petite ville de province) à manifester pour le 1er mai contre la junte de Kiev et la politique de misère du FMI et des occidentaux. Ecoutons Euronews : « A Slaviansk, bastion des insurgés dans l’Est de l’Ukraine, ce 1er mai a été l’occasion de célébrations. L’occasion aussi pour les prorusses de réaffirmer leur opposition au gouvernement central. Agitant des drapeaux soviétiques, ils dénoncent ceux qu’ils appellent “la junte de Kiev”, et se disent prêts à participer au référendum voulu par les séparatistes ». “C’est sûr, je participerai au référendum du 11 mai et je dirai “oui” à l’indépendance de la République de Donestk”, dit un homme. “Le programme que le président ukrainien Tourtchinov nous impose depuis Kiev n’est pas approprié. Avec ce genre de programme, on n’a plus qu‘à se pendre. Tout devient plus cher”, estime une femme.

PARTOUT AILLEURS DE PHNOM PENH A ISTANBUL, LA FETE DU TRAVAIL TOURNE A LA CONTESTATION DU SYSTEME

Ailleurs dans le monde, le 1er mai voit la contestation du Système libéral américanisé, inique et exploiteur, et des régimes politiques qui lui sont associés. Des millions de personnes devaient descendre dans la rue ce jeudi à travers le monde pour la Fête du Travail, dans un contexte parfois tendu comme à Istanbul ou Phnom Penh où des heurts ont opposé police et manifestants.

A Istanbul, où Erdogan est en train d’instaurer chaque jour davantage un régime islamiste autocratique, la police a dispersé en début de matinée à coup de canon à eau et de gaz lacrymogènes des centaines de manifestants qui tentaient de défier l’interdiction de se rassembler sur la Place Taksim, place emblématique de la contestation contre le gouvernement turc. L’an dernier, de violentes échauffourées avaient déjà opposé la police aux manifestants autour de cette place, lançant un vaste mouvement de contestation contre le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan, accusé de dérive autoritaire et islamiste. Pour faire face aux foules de manifestants attendues cette année de chaque côté du Bosphore, les autorités turques ont bloqué les routes, suspendu les services de ferry et fermé les stations de métro.

En Asie la contestation s’affiche partout. Les célébrations du 1er mai ont aussi été perturbées au Cambodge où les syndicats avaient appelé à manifester pour soutenir des ouvriers du textile en grève dans deux zones économiques spéciales près de la frontière avec le Vietnam. La plupart des travailleurs de ce secteur vital pour l’économie cambodgienne, qui emploie 650.000 personnes, gagnent moins de 100 dollars par mois. La police armée de matraques et de bâtons a dispersé les manifestants rassemblés aux abords du Parc de la liberté à Phnom Penh, fermé pour en empêcher l’accès aux opposants au Premier ministre Hun Sen, au pouvoir depuis 30 ans. Plusieurs personnes ont été sévèrement battues, a constaté un photographe de l’AFP.

A Kuala Lumpur, des milliers de personnes ont défilé pour protester contre un projet de nouvelle taxe mais aussi contre la condamnation en appel du dirigeant de l’opposition malaisienne Anwar Ibrahim, accusé de sodomie et acquitté en 2012. D’autres manifestations ont également eu lieu en Indonésie, aux Philippines mais aussi dans les économies parmi les plus développées d’Asie, à Hong Kong, Singapour, Séoul ou encore Taïwan, où plus de 10.000 personnes ont défilé à Taipei pour exiger des hausses de salaires.

En Europe, contrastant avec l’impressionnant soutien populaire au président Poutine, c’est la contestation générale de l’UE et de ses politiciens, vendus au capital, à la finance internationale et aux multinationales à domination américaine. En UE (l’UE n’es plus qu’un sigle apatride et surtout pas « l’Europe » comme le matraquent les médias de l’OTAN), où de nombreux pays restent confrontés aux conséquences sociales des politiques d’austérité, les défilés devraient prendre un tour politique à moins d’un mois des élections européennes.

En France, les syndicats célèbreront une nouvelle fois le 1er mai en ordre dispersé, consacrant ainsi leurs divisions face au plan d’économie de 50 milliards d’euros annoncé par le Premier ministre Manuel Valls. L’Espagne, qui sort timidement du marasme économique et reste minée par un chômage record, descendra également dans la rue avec des manifestations à Madrid et dans plus de 70 villes. Défilés également en Grèce et en Italie qui sort tout juste de plus de deux années de récession.

Bonne fête du Travail à tous !

Le combat continue. Jusqu’à la victoire !

Luc MICHEL

________________________

http://www.scoop.it/t/pcn-spo

https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

Первомайская демонстрация профсоюзов на Красной площади

 

May Day trade unions' demonstration on Red Square

Partager cet article

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article

commentaires