Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 03:10

 

PIH - UE contre la Russie (2014 03 06) FR

 

Fabrice BEAUR pour PCN-INFO / 2014 03 06 /
avec Le Monde, RIA Novosti & PCN-SPO/
http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

A l’issue d’un sommet extraordinaire consacré à la crise ukrainienne, ce jeudi 6 mars l’Union européenne a annoncé les premières sanctions politiques contre la Russie. « Les dirigeants européens ont décidé de suspendre les négociations sur les visas avec Moscou et menacé de prendre davantage de sanctions, notamment économiques, si la situation continuait à se détériorer en Ukraine. »

Pour « sortir de la crise » les pantins de Washington « se sont accordés sur une stratégie progressive de sanctions, en trois étapes, pour contraindre la Russie à « négocier » ».

Les mêmes tristes sires ont « jugé « illégale » la décision du Parlement de la République autonome de Crimée » dont le parlement vient de demander le rattachement à la Fédération de Russie et qui va organiser un referendum le dimanche 16 mars sur cette question.

Le « président » (on ne rit pas) de l’Union européenne, « Herman van Rompuy, a également annoncé que Bruxelles signerait l’accord d’association avec Kiev avant les élections du 25 mai en Ukraine. Cela concerne les principes généraux de la coopération, la coopération politique et en matière de politique étrangère et de sécurité, a précisé le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. »

LE CHOIX DE LA CONFRONTATION

Comme je l’indiquais, aujourd’hui même, dans une précédente dépêche, l’UE a donc décidé de suivre en tout la stratégie de la confrontation avec la Russie. Comme quoi, il se confirme bien pour les aveugles que l’agenda en Europe, c’est l’OTAN qui l’établit et non les « institutions européennes ».

LE DOUBLE STANDARD DU DROIT INTERNATIONAL SELON L’OCCIDENT

Tous en cœur, les occidentaux refusent le droit à l’autodétermination pour la Crimée.
« Laurent Fabius, a estimé qu’« en droit international on ne peut pas faire un référendum pour modifier des frontières. Imaginez un département de France qui demande son indépendance ! Et si cela se généralisait à d’autres Etats… Après, tout dépend de la question qui va être posée. S’il s’agit d’aller vers davantage de décentralisation, d’accord. Mais si, en revanche, c’est une manière de changer les frontières, cela pose problème ».

Washington a également mis en garde contre la violation du droit international que constituerait l’organisation d’une telle consultation. « Le référendum proposé sur l’avenir de la Crimée violerait la Constitution ukrainienne et le droit international. Toute discussion sur l’avenir de l’Ukraine doit inclure le gouvernement légitime » du pays, a affirmé Barack Obama lors d’une brève intervention à la Maison Blanche. »

Il faut vraiment garder son sérieux pour ne pas rire à de telles âneries, à une telle hypocrisie et mensonges répétés.

Rappelons simplement le cas du Kosovo.

Y-a-t-il eu consultation avec Belgrade ? Est-ce que la modification imposée par la force, par l’OTAN, par le bombardement d’une capitale européenne, de son infrastructure et les nombreux civils de dommages collatéraux correspond à la définition du « droit international » que les occidentaux viennent de nous énoncer ?

Quant à la remarque de Fabius qui déclare que « tout dépend de la question qui va être posée », elle est le symbole du déni de démocratie de cette UE dont personne ne peut contredire sa dérive anti-démocratique. Le droit à l’autodétermination est inscrit dans la charte des Nations Unies. Et ici jusqu’à présent il n’y a pas eu de mort en Crimée grâce à la prise en main de son destin par la population locale à travers la Démocratie Directe.

Washington et sa colonie de l’UE préfèrent comme expression démocratique les milices fascistes du Maidan, les snipers travaillant pour l’opposition putschiste ayant installé une Junte bendériste à Kiev.

Loin de chercher une solution, l’Occident a décidé comme toujours d’aller jusqu’au bout. Mais comment peut-il en être autrement du fait que ce sont les mêmes qui sont les instigateurs de la transformation de la contestation dans un premier temps pacifique du Maidan en une confrontation violente avec comme troupes de choc les milices du parti fascistes Svaboda et de la milice nazie « Pravi Sektor » qui est sortie d’un chapeau en quelques semaines seulement avec des moyens matériels de grande envergure.

La Russie n’a donc pas d’autre choix, elle-aussi, d’aller jusqu’au bout en acceptant, bien que ce ne fut pas son option première dans le conflit, loin de là, ce que sera la décision de la Crimée et d’envisager une réaction à la répression de la Junte bendériste de Kiev qui a nommé des oligarques gouverneurs des provinces de l’Est rebelle. (Tiens là on entend aucun journaliste parle négativement des « oligarques ». C’est comme pour les islamistes et les fascistes, ils y a les bons et les mauvais selon l’Occident ce mensonge permanent).

Je le répète donc, l’OTAN est bien décidé à absorber l’Ukraine. Le rideau de fumée étant dans un premier temps l’UE. La survie de la Russie en tant qu’Etat indépendant et de l’Eurasie en tant qu’Espace continental libre se joue dans cette bataille d’Ukraine que l’Occident à décider de déclencher.

Pour cette raison comme pour aider nos compatriotes ukrainiens sous la dominations et la violence des milices fascistes, nous nous devons de nous positionner en faveur de la Russie.
Le patriotisme européen nous le dicte!

Fabrice BEAUR,
Secrétaire-général du PCN
________________________

http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

Partager cet article

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article

commentaires