Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 23:27

LiMBÉ
Pour Robert Romain

 Rendez-les moi mes poupées noires
qu'elles dissipent
l'image des catins blêmes
marchands d'amour qui s'en vont viennent
sur le boulevard de mon ennui
Rendez-les moi mes poupées noires
qu'elles dissipent
l'image sempiternelle
l'image hallucinante
des fantoches empilés féssus
dont le vent porte au nez
la misère miséricorde
Donnez-moi l'illusion que je n'aurai plus à contenter
le besoin étale
de miséricordes ronflant
sous l'inconscient dédain du monde
Rendez-les moi mes poupées noires
que je joue avec elles
les jeux naïfs de mon instinct
resté à l'ombre de ses lois
recouvrés mon courage
mon audace
redevenu moi-même
nouveau moi-même
de ce que Hier j'étais
hier
    sans complexité
                            hier
quand est venue l'heure du déracinement
Le sauront-ils jamais cette rancune de mon coeur
A l'oeil de ma méfiance ouvert trop tard
ils ont cambriolé l'espace qui était le mien
la coutume
les jours
la vie
la chanson
le rythme
l'effort
le sentier
l'eau
la case
la terre enfumée grise
la sagesse
les mots
les palabres
les vieux
la cadence
les mains
la mesure
les mains
le piétinement
le sol
Rendez-les moi mes poupées noires
    mes poupées noires
    poupées noires
    noires
            noires

Léon Gontran DAMAS
(pigments, éditions Présence Africaine)

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 23:26

NOUS LES GUEUX
nous les peu
nous les rien
nous les chiens
nous les maigres
nous les Nègres

Nous à qui n'appartient
guère plus même
cette odeur blême
des tristes jours anciens

Nous les gueux
nous les peu
nous les riens
nous les chiens
nous les maigres
nous les Nègres

Qu'attendons-nous
les gueux
les peu
les rien
les chiens
les maigres
les nègres
pour jouer aux fous
pisser un coup
tout à l'envi
contre la vie
stupide et bête
qui nous est faite
à nous les gueux
à nous les peu
à nous les rien
à nous les chiens
à nous les maigres
à nous les nègres

Léon Gontran DAMAS
(extrait BLACK-LABEL, p. 50-51, Gallimard)

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 23:24

DÉSiR D'ENFANT MALADE
d'avoir été trop tôt sevré du lait pur
de la seule vraie tendresse
j'aurais donné
une pleine vie d'homme
pour te sentir
te sentir près
près de moi
de moi seul
seul
toujours près
de moi seul
toujours belle
comme tu sais
tu sais si bien
l'être toujours
après avoir pleuré

Léon Gontran DAMAS
(NÉVRALGiES, p. 38, Présence Africaine)

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 23:21

 

Dans le cadre de l’année de commémoration de la naissance de Léon-Gontran Damas, le Service Régional de l’Inventaire du Patrimoine Culturel organise une conférence sur Léon-Gontran Damas
 
Jeudi 29 mars 2012
à 19h00
à la Cité Administrative Régionale
(Salle d’Assemblée Plénière)
 
 
Cette conférence, présentée par M. Kristen Sarge, se focalisera sur une période particulière de la vie de Léon-Gontran Damas : son retour en Guyane, entre 1934 et 1938, après 10 années d’absence.
 
Ce sera l’occasion de découvrir en quoi ce retour, qui s’est notamment effectué dans le cadre d’une mission ethnologique pour le compte du Musée du Trocadéro (Paris), sera décisif pour le poète, le journaliste, et l’homme politique que fut Léon-Gontran Damas.
http://www.cr-guyane.fr/agenda/2012-03-29
Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 23:19

OBSESSiON

Un goût de sang me vient
un goût de sang me monte
m'irrite le nez
la gorge
les yeux

Un goût de sang me vient
un goût de sang m'emplit
le nez
la gorge
les yeux

Un goût de sang me vient
âcrement vertical
pareil
à l'obsession païenne
des encensoirs

(Léon Gontran DAMAS, pigments, Présence africaine, 1962)

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 23:18

QUAND BiEN MÊME
Quand bien même
je t'aimerais mal
en est-ce bien sûr
au point d'en avoir mal
pour sûr
tu sais bien que je t'aime
c'est sûr
au point d'en avoir mal
pour sûr
de t'aimer mal
en est-ce bien sûr
toi qui m'aimes
toi qui m'aimes mal
c'est sûr

Léon Gontran DAMAS
(NÉVRALGiES, p. 64, Présence Africaine)

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 23:16

"Ma poésie est née de mon action"

 

Entretien
Aimé Césaire : "
 

Né à Basse-Pointe (Martinique) le 21 juin 1913, Aimé Césaire n'est plus député et maire de Fort-de-France. Tous les jours, il reçoit dans son ancien bureau. Peintres caribéens, portraits, paysages, avec en prime un cadre pour le maillot n° 21, celui du footballeur Lilian Thuram. Normalien, agrégé, Césaire publie Cahier d'un retour au pays natal en 1939. En 1941, il fonde avec sa femme Suzanne et des camarades (René Ménil, Aristide Maugé) la revue Tropiques ; plus tard, Présence africaine. André Breton préface Les Armes miraculeuses en 1944. Après un séjour en Haïti, 1945 le voit entrer en politique. 1950 : Discours sur le colonialisme. En 1958, il fonde le Parti progressiste martiniquais pour consacrer sa rupture avec le Parti communiste. Parallèlement, il publie ses poèmes (Soleil cou coupé), son théâtre (La Tragédie du roi Christophe), ses discours. Une seule règle : "Pousser d'une telle raideur le grand cri nègre, que les assises du monde en seront ébranlées."

 

 

 

Vous aimez votre pays. Vous le visitez toutes les semaines ?

Mais non, tous les jours. Mon chauffeur me prend à 15 heures. J'aime les paysages, la faune, la flore, le peuple martiniquais, la cabane martiniquaise, les pauvres gens...

 

C'est pour cela que vous êtes entré en politique ?

Sans le vouloir. On a fait de moi un porte-parole. Au sortir de la guerre, je suis un jeune homme de gauche, communisant, mais je n'y connais rien. Des copains de classe font une liste assez large pour avoir des chances. Je n'y crois pas une seconde. Je signe pour leur faire plaisir, et la liste fait un triomphe ! Je réunis les employés municipaux, je leur avoue ne rien savoir : "Nous vous aiderons !" Je fixe le premier ordre du jour. Je regarde les textes, je n'y comprends rien. Les rues de Fort-de-France sont affligées de caniveaux où les Martiniquais, la nuit, en se cachant, déversent leur merde. Pas possible ! Il faut faire un réseau. Mais on n'a pas d'argent ? "Je n'en sais rien, mais je ne commencerai pas mon règne par une abdication." Quelle prétention ! hein ? Quelle emphase ! "L'argent, nous le trouverons !" Je n'ai pas demandé de subventions, j'ai fait un emprunt. Et nous avons fait moderniser ces quartiers de cases sans toit, de masures pourries et d'enfants aux pieds nus. Voilà comment est née ma carrière.

Bien entendu, je suis très vulnérable, mais nous avions une pensée, une conception de la vie. Je ne suis pas antifrançais : je suis d'abord martiniquais.

 

Que pensez-vous du terme de francophonie ?

Que voulez-vous ? Il existe, je l'accepte. Je ne l'ai pas inventé. Je suis francophile, mais ce n'est pas sur la francophonie que je mets l'accent. Je ne me sens pas assimilé français, mais à l'école communale on nous a appris à lire en français. J'ai appris à penser en français, j'ai aimé les écrivains français, et quand j'arrive au Havre, après vingt jours de bateau, je prends le premier train de ma vie. Par la fenêtre, je reconnais les prés, les paysages que je ne connais pas. Dans nos livres d'histoire et de géographie, tout était dit. J'étais si curieux de connaître la France, de connaître Paris. Nous aimions ce que nous lisions, le journal, les livres récents, le latin et le grec : on trouve tel mot, et je le reconnais en créole. Cela dit, jamais je n'ai voulu faire du français une doctrine. Ce qui m'intéressait, c'était l'identité nègre. Toi le Sénégalais, toi le Guyanais, qu'est-ce que nous avons en commun ? Pas la question de la langue : la question nègre. La langue française nous passionnait. Les anglophones, les Américains avaient déjà développé une littérature nègre : Langston Hughes, Richard Wright, and so on, c'était pour nous une révélation. Les premiers à avoir posé les bases, les Nègres américains.

 

Votre ami Léopold Sedar Senghor aurait 100 ans.

Après mon bachot, M. Revert, mon professeur, me conseille d'aller préparer l'Ecole normale supérieure, à Paris. Au lycée Louis-le-Grand, où il me fait recommander, je suis très bien accueilli. En sortant du secrétariat, qu'est-ce que je vois, arrivant de l'autre bout du couloir ? Un petit homme noir à grosses lunettes épaisses, en blouse grise. Autour des reins, une ficelle au bout de laquelle pend un encrier vide qui se balade dans ses jambes. Il vient à moi : "Alors, bizut ! Comment t'appelles-tu ? D'où viens-tu ? - Je viens de la Martinique et je m'appelle Aimé Césaire, et toi ? - Je m'appelle Léopold Sédar Senghor et je viens du Sénégal. Tu seras mon bizut." Autrement dit, en arrivant dans un lycée français, ce n'est pas du tout un Français que je rencontre, ce qui m'a immédiatement paru sympathique et symbolique. On est restés copains, on se voyait tous les jours. Nous parlions de littérature. Nous avions une petite cellule africaine, si vous voulez.

En 1945, j'arrive à l'Assemblée nationale, je vois un petit homme noir à grosses lunettes, il tombe dans mes bras : "Alors, Césaire ! tu es député de la Martinique, moi du Sénégal..." J'ai continué de le voir pendant tout son séjour parisien, ainsi que Léon Gontran Damas, le Guyanais, ou Michel Leiris. Nous parlions à l'infini des Antilles, de l'Afrique et de la "négritude".

 

Le mot "nègre" était insultant.

Mais ce n'est pas nous qui l'avions inventé. Un jour, je traverse une rue de Paris, pas loin de la place d'Italie. Un type passe en voiture : "Eh, petit nègre !" C'était un Français. Alors, je lui dis : "Le petit nègre t'emmerde !" Le lendemain, je propose à Senghor de rédiger ensemble avec Damas un journal : L'Etudiant noir. Léopold : "Je supprimerais ça, on devrait l'appeler Les Etudiants nègres. Tu as compris ? Ça nous est lancé comme une insulte. Eh bien, je le ramasse, et je fais face." Voici comment est née la "négritude", en réponse à une provocation.

 

Dans quelles circonstances avez-vous rédigé votre Cahier d'un retour au pays natal ?

Regardez cette photo. Petar Guberina ! Un soir de 1935, je rentre à la Cité universitaire. Je reviens du théâtre : Giraudoux, joué par Jouvet, je n'allais pas rater ça ! Je traîne, librairies, bouquinistes, je n'ai plus un sou. A la cantine, je prends, je ne sais plus, quelques traces de tomates. Alors la serveuse me dit : "Vous ne mangez jamais de viande ? Vous n'avez pas d'argent ? - Non, mademoiselle, ce n'est pas une question d'argent, c'est une question de philosophie : je suis végétarien." Grand éclat de rire derrière moi ! C'est ce beau type, assez sombre de peau, Petar Gubarina : "Moi aussi, je suis végétarien, pour la même philosophie !"

On devient copains, les meilleurs du monde. Comme à Senghor de l'Afrique, je lui parle du monde slave. Il s'aperçoit à sa grande stupeur que je sais beaucoup de choses sur son pays. J'apprends quelques mots de croate, écoutez... je les sais encore.

A son retour chez lui, il me télégraphie : "Aimé, qu'est-ce que tu fous à Paris ? Tu t'emmerdes, c'est l'été, viens me voir à Zagreb." Je n'ai pas un sou pour retourner en Martinique, et ce fou m'invite en Croatie. Bref, je prends le train. Au bout, sur le quai, sa famille me réserve un accueil extraordinaire. Les paysages, le découpé de la côte, l'exil, la mer, tout me rappelle la Martinique. Et du troisième étage de la maison, devant un paysage de splendeur qui me rappelait le Carbet, j'aperçois une nuée d'îles : "Petar, regarde celle-là : c'est ma préférée, comment s'appelle-t-elle ? - Martiniska ! - Mais alors ! c'est la Martinique, Pierrot !" Autrement dit, faute d'argent, j'arrive dans un pays qui n'est pas le mien, dont on me dit qu'il se nomme Martinique. "Passe-moi une feuille de papier !" : ainsi commencé-je Cahier d'un retour au pays natal.

 

Vous êtes fier de votre action politique ou de votre oeuvre poétique ?

Elles vont ensemble. Pendant les conseils municipaux, je m'absentais : pas physiquement, bien entendu, mais pour écrire en secret. Un beau jour de vacances, j'extirpais les papiers de ma poche, c'était un poème. Ma poésie est née de mon action. Je n'ai jamais voulu faire une carrière poétique, en demandant aux gens qu'on me foute la paix pour créer. Non : écrire, c'est dans les silences de l'action.

 

 

 
Propos recueillis par Francis Marmande

Aimé Césaire au présent
 

En France, Aimé Césaire reste aussi méconnu que ses Antilles natales. Le Nègre inconsolé (Roger Toumson et Simonne Henry-Valmore, Syros, 1993) vaut introduction parfaite à l'oeuvre. Toumson, philosophe, écrivain, vient de donner un cadre à cette analyse, grâce à un essai d'une rare rigueur, dans une langue digne des Lumières : L'Utopie perdue des îles d'Amérique (Champion, 2004).

"On ne naît pas noir, on le devient" : les ouvrages de Toumson trouvent prolongation dans le plus récent des entretiens avec Césaire, Nègre je suis, nègre je resterai (Françoise Vergès, Albin Michel, 2005). Chronologie, positions, "postface pour une lecture postcoloniale de Césaire", tout y est : non sans clarté et fermeté. Autre accès : Aimé Césaire, rencontre avec un Nègre fondamental (entretiens avec Patrice Louis, Arléa, 2004).

Toute rencontre de Césaire endurcit la pensée. C'est sa force. Ce dont il aura manqué le moins, ce sont les attaques : dans l'action politique comme dans la langue. Annie Le Brun répond sans mollir à la doctrine de la "créolité" et aux successeurs critiques, Edouard Glissant puis Chamoiseau et Confiant (Statue cou coupé, éd. Jean-Michel Place, 1996). Au fait : la Martinique représente environ un tiers d'un département français. En est-il tant, en France, qui offrent un tableau si luxuriant d'écrivains, de poètes, de musiciens, de polémiques, d'amour, d'amertume, de promesses ?



 
Article paru dans l'édition du 17.03.06 Le Monde des livres
Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 23:12

CiTEZ-M'EN
Citez-m'en
citez m'en un
citez m'en un
un seul de rêve
qui soit allé
qui soit allé
jusqu'au bout du sien propre

Léon Gontran DAMAS
(NÉVRALGiES, p. 78, Présence Africaine)

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 04:00

 

Hina-Rabbani-Khar.18.jpg

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 03:52

 

1-copie-3.jpg

Islamabad, Mar 21 : The Abbottabad commission has summoned former Inter-Services Intelligence (ISI) chiefs Gen (Retd) Ziauddin Butt and Lt. Gen. (Retd) Nadeem Taj, and Brig (Retd) Ijaz Shah, Former DG
(IB) to give their viewpoint on the May 2 raid by US Navy SEALS that killed former al-Qaeda leader Osama bin Laden.

Besides, Foreign Minister Hina Rabbani Khar, Defence Minister Ahmed Mukhtar, Chief Minister Khyber Pakhtunkhwa (KP) will also be summoned, The Dawn reports.

Earlier, former ISI chief Ziauddin Butt had confessed that Ijaz Shah, who was heading the Intelligence Bureau (IB) during former President Pervez Musharraf’s tenure, was aware of Osama bin Laden’s presence in Abbottabad.

The commission would reportedly submit its final report after it completes recording statements from all the respondents. (ANI)

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article