Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 18:51

La mission d'observation arabe confirme dans son rapport les actes de violence des groupes armés contre l'armée, les civils et les édifices étatiques    

23 Jan 2012

 

Le Caire / Le conseil ministériel de la Ligue arabe a tenu ce soir sa réunion consacrée à l'étude du rapport de la mission d'observateurs arabes en Syrie, durant un mois de sa présence sur le sol syrien.

 Le rapport, distribué pat la Ligue arabe, affirme la présence d'hommes armés, non cités par le protocole, qui faisaient usage de bombes thermiques et des missiles anti-chars. "Ce qui a causé des victimes dans les forces gouvernementales, des civils dont des femmes et des enfants, comme ils ont pris pour cibles des autobus de transport commun, des oléoducs et du transport de carburant", a fait état le rapport.

Selon le même rapport, la mission a constaté le retrait de tous les engins militaires et les aspects armés ainsi que les engins lourds des villes et des villages, tout en constatant qu'elle a relevé certains points de contrôle devant les bâtiments officiels et les places, mais sans se mêler aux civils.

"Une campagne médiatique sans merci a visé la mission dès le début de son travail jusqu'ici, à travers la publication de déclarations dénuées de tout fondement et l'exagération des faits de manière à déformer la réalité, ce qui a attisé la tension entre les Syriens et chauffé certains esprits pour malmener les observateurs", a souligné le rapport.

La mission a évoqué dans son rapport, une exagération médiatique en ce qui concerne la nature des événements et le nombre de morts et de blessés dans quelques villes.

Le rapport de la mission d'observation en Syrie a aussi mis l'accent sur la mort par un obus du journaliste français, Gilles Jacquier de France 2, en prenant acte de l'installation par le côté syrien d'une commission d'enquête sue l'incident, bien que le rapport a précisé que la mort du journaliste Jacquier est due au tir par l'opposition d'obus.

Le rapport a fait noter que le nombre des détenus dont le gouvernement avait annoncé la libération après l'amnistié générale avait atteint 7604 personnes, ajoutant que la mission a authentifié ce chiffre.

Le rapport révèle que la mission avait des informations contradictoires relatives aux listes des détenus affichées par le gouvernement et celles présentées de l'étranger, ajoutant avoir délivré au gouvernement toutes les listes des détenus, présentées à la fois par l'opposition à l'intérieur et à l'extérieur, en lui demandant de les libérer en vertu du protocole.

Le rapport a également mis en exergue le non engagement de certains observateurs à leur mission initiale dont la difficulté manifesté par certains observateurs âgés qui peinent pour poursuivre leur mission convenablement, en plus de l'existence de 22 observateurs qui ont demandé de quitter la mission pour des raisons personnelles, futiles ou à causes de leur affinités avec des milieux et des agendas extérieurs. Selon le même rapport, certains observateurs croyaient que leur présence en Syrie dans le cadre de cette mission est une sorte de promenade de loisir.

Par ailleurs, le rapport a mentionné les besoins de la mission une fois son travail prorogé, à savoir 100 nouveaux observateurs, et il est préférable qu'ils soient des jeunes et militaires, des outils de travail comme les blindés, des gilets par balles, des véhicules équipés de caméras, des appareils de télécommunication, des lunettes et des jumelles nocturnes.

Le rapport a de plus demandé de multiplier par 5 le budget réservé à la mission pour atteindre les 5 millions $.

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 18:50

Un général et un lieutenant martyrs et 2 autres blessés à Talfita dans la banlieue de Damas... Saisie de deux camions chargés d'armes et de munitions

22 Jan 2012

 

Gouvernorats / Dans le cadre du ciblage des cerveaux et des expériences techniques, un groupe terroriste armé a tiré sur la voiture du général de brigade, Hassan Abdallah al-Ibrahim, qui est tombé martyr ainsi que le lieutenant et ingénieur, Yamen Khadour.

Cette attaque a eu lieu quand le général Ibrahim, qui travaille au département de la guerre électronique, se dirigeait vers son travail près de Talfita dans la banlieue de Damas.

Une source responsable a indiqué au correspondant de SANA que l'agression a fait trois blessés: le lieutenant-colonel, Hussein al-Naser, et les sergents-chef, Ziad al-Hamed et Khodre Safiyé.

Par ailleurs, un élément des forces du maintien de l'ordre est tombé martyr et deux citoyens ont été blessés par l'explosion d'une charge explosive déposée par un groupe terroriste près de la station militaire de carburant d'Attman dans la banlieue de Deraa.

Une source responsable a fait noter que les unités de génie de Deraa ont désamorcé un autre engin planté par un groupe terroriste dans le même lieu, ajoutant qu'un autre groupe terroriste a saboté et mis le feu dans le bâtiment de la municipalité et une école à Attaman.

A Homs, un employé civil travaillant dans le département de la circulation de Homs est tombé martyr, et un élément des forces du maintien de l'ordre et deux autres civils ont été blessés quant un groupe terroriste armé les a ciblé prés de l'hôpital militaire.

Une source informée a fait noter que le groupe terroriste a ciblé deux microbus sur la route Homs - Missiaf, faisant un martyr, l'employé, Maan Ali Wassouf et trois blessés, le policier, Numeir Salloum Hallaq, employé à la direction de la police du gouvernorat de Homs et deux autres civils.

A Hama, deux éléments des forces du maintien de l'ordre et un employé civil sont tombés martyrs et une infirmière a été blessée quand un groupe terroriste a ciblé leur voiture sur la route de Soran-Hama.

Une source officielle au gouvernorat a indiqué que les membres du groupe terroriste ont ouvert le feu sur la voiture lors de son passage sur la route de Soran- Hama, faisant deux martyrs des forces de l'ordre, Yasser Mehrez al-Ahmad, et Ra'if Ramadan, un employé civil martyr, Ali Ramadan al-Hassan et blessant l'infirmière, Salimeh Dergham.

Saisie de deux camions chargés d'armes et de munitions à Raqqa

Les parties compétentes ont saisi aujourd'hui à Raqqa deux camions le premier dans la région de Maadan Atiq et le deuxième à al-Rassassa dans le désert, chargés d'armes et de munitions se trouvant dans des cachettes secrètes. Une source officielle a déclaré à l'agence Sana que les deux camions s'étaient dirigés vers le désert de Hama.

Des terroristes attaquent un autobus à Homs, 11 martyrs et 3 blessés

Homs / Onze personnes sont tombées en martyr ce matin et trois autres ont été blessées dans une agression aux roquettes RPG, menée par une bande de terroristes contre un autobus transportant des civils dans le quartier d'Achira, à Homs.

Homs / Onze personnes sont tombées en martyr ce matin et trois autres ont été blessées dans une agression aux roquettes RPG, menée par une bande de terroristes contre un autobus transportant des civils dans le quartier d'Achira, à Homs.

Le correspondant de Sana citant une source officielle, a indiqué que les terroristes avaient commencé à tirer des balles sur le véhicule, tuant sur le coup le conducteur.

"Ensuite, ils ont lancé des roquettes RPG contre l'autocar, ce qui a provoqué un incendie à l'intérieur, 11 passagers ont péri sans que leurs identités soient déterminées, puisque le véhicule en question a été totalement carbonisé", a-t-il noté, ajoutant que les trois blessés ont pu s'enfuir à temps avant que l'autobus ne prenne feu.

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 18:49

Loncle se demande quel rôle assument agents de renseignements et officiers français avec les déserteurs syriens en Turquie et au Liban

23 Jan 2012

 

Paris / Le 20 décembre 2011, François Loncle, député socialiste de l'Eure et membre de la Commission des AE de l'Assemblée nationale, a interrogé le gouvernement, représenté par le ministre des AE, Alain Juppé, sur la situation en Syrie.

Il souligne que le gouvernement français s’est " prononcé en faveur d'une ingérence internationale, bien que celle-ci ne puisse avoir l'approbation de l'ONU, en raison de l'hostilité affichée par la Russie et la Chine".

Il a proposé l'instauration de "couloirs humanitaires sécurisés" dans le nord de la Syrie, alors que ce projet est catégoriquement rejeté par le chef du bureau des affaires humanitaires des NU.

Pour lui, La France est le seul pays à avoir reconnu comme "interlocuteur légitime, le Conseil d'Istanbul". Puis, il demande au ministre des Affaires étrangères et européennes "de clarifier sa diplomatie à l'égard de la Syrie. Il voudrait savoir si la France étudie la préparation d'une opération militaire, dans la mesure où la sécurisation de zones ou de convois nécessite une protection armée et, en conséquence, l'emploi éventuel des armes.

Il souhaiterait qu'il lui indique si le Gouvernement est prêt à envisager une telle intervention militaire, même sans l'aval de l'ONU et sans mandat précis. Il désirerait également connaître le rôle exact joué par les agents du service action de la DGSE et les officiers du commandement des opérations spéciales (COS), dépêchés en Turquie et au Liban, auprès des militaires syriens ayant fait défection.

Il aimerait savoir si le soutien opérationnel et logistique fourni par la France à soi-disant "Armée libre", composée des déserteurs, implique des livraisons d'armes.

Enfin, il lui demande "si l'objectif de la diplomatie française consiste à provoquer l'éclatement du pays, voire l'embrasement de toute la région".

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
23 janvier 2012 1 23 /01 /janvier /2012 13:27

RUSSIE/POUTINE - LE PATRIOTISME CONTINENTAL CONTRE LE RACISME ET L'EXTREME-DROITE !
Selon Vladimir POUTINE, "les tentatives de prêcher les idées sur la construction d'un Etat russe mono ethnique sont en contradiction avec l'histoire milléna...ire du pays."
"(...) ces tentatives accompagnées d'affirmations complètement fausses sur le droit des Russes à l'autodétermination, sur la "pureté de la race russe" ainsi que sur la nécessité de détruire complètement l'empire qui est à la charge du peuple russe. Et tout cela ne vise en fin de compte qu'à obliger les gens à détruire leur propre patrie."

 

La Russie menacée par les adversaires de l'URSS (Poutine)

Vladimir Poutine

Vladimir Poutine

 

Actuellement, on essaie de détruire la Russie par les mêmes procédés qui avaient été utilisés pour provoquer la chute de l'URSS, a déclaré le premier ministre Vladimir Poutine dans un article publié lundi par le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Le chef du gouvernement russe souligne que le peuple  et la culture russes constituent le pivot scellant la civilisation  russe unique.

"Et c'est justement ce pivot que toute sorte de provocateurs et nos adversaires essaieront d'arracher à la Russie, ces tentatives accompagnées d'affirmations complètement fausses sur le droit des Russes à l'autodétermination, sur  la "pureté de la race russe" ainsi que sur la nécessité de détruire complètement l'empire qui est à la charge du peuple russe. Et tout cela ne vise en fin de compte qu'à obliger les gens à détruire leur propre patrie", indique le premier ministre.

Selon lui, les tentatives de prêcher les idées sur la construction d'un Etat russe mono ethnique sont en contradiction avec l'histoire millénaire du pays.

"Je dirais plus, cela constitue le voie la plus courte vers la destruction du peuple et de l'Etat russes", a souligné M.Poutine.

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 19:06

 

MEDD

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 18:53

 



 
Le président Assad promet devant ses partisans de "triompher du complot".
"Je suis venu pour puiser la force auprès de vous. Grâce à vous, je n’ai jamais ressenti la faiblesse", a dit M. Assad en s’adressant la foule.
Luc MICHEL
pour PCN-SPO (avec AFP et TV Syrienne) / 12/01/2012 /
 
Le meeting sur la TV syrienne : http://www.youtube.com/watch?v=cwvDKKbUz2Y
 
Le président syrien Bachar al-Assad s’est exprimé ce mercredi devant un rassemblement pro-régime sur la place des Omeyyades à Damas, devant des dizaines de milliers de personnes, brandissant en masse les drapeaux de la Syrie et du Ba’ath (les soi-disant « drapeaux palestiniens » (sic) des journalistes incultes de CNN), selon des images diffusées par la télévision publique.
 
Le président syrien Bachar al-Assad a assuré devant des dizaines de milliers de partisans rassemblés au coeur de Damas qu’il triompherait du "complot" visant son régime, contesté depuis dix mois par une révolte organisée par l’Occident, les USA et l’OTAN, avec la complicité active du régime islamiste AKP turc.
 
Le président Assad, détendu, le col de la chemise ouvert, s’est adressé pendant quelques minutes à la foule de manifestants pro-régime agitant des drapeaux syriens et ba’athistes sur la place des Omeyyades à Damas et venus, selon la télévision officielle, soutenir les réformes annoncées la veille.
"Je suis venu pour puiser la force auprès de vous. Grâce à vous, je n’ai jamais ressenti la faiblesse", a lancé M. Assad du haut d’une tribune. "Nous allons triompher sans aucun doute du complot. Leur complot approche de sa fin, qui sera la leur aussi", a-t-il ajouté.
 
Ce gigantesque rassemblement, selon les termes mêmes de l’AFP,  entrait dans le cadre de manifestations d’appui au régime organisées "dans plusieurs localités et villes syriennes".
Mardi, le président Assad avait prononcé un discours télévisé dans lequel il avait accusé fort justement des pays étrangers de "comploter" contre la Syrie et réaffirmé faire du rétablissement de la sécurité "la priorité absolue", promettant de frapper les "terroristes" d’une main de fer.
La presse syrienne a appelé mercredi l’opposition patriotique (communistes, nassériens et ba’athistes dissidents), mais pas celle « vendue à l’étranger », à se joindre aux réformes et au gouvernement d’union nationale promis par le président Assad, estimant que son discours "constitue un plan de travail pour sortir de la crise".
 
Depuis la mi-mars, la Syrie est en proie à une révolte encadrée et financée par l’Occident. Damas attribue les troubles à des "bandes terroristes armées" manipulées par l’étranger.
A Istanbul, protégé par les islamistes du régime AKP et l’OTAN, est basé le pseudo « Conseil national syrien » (CNS), regroupant la majorité de l’opposition stipendiée par l’Occident et créé par lui sur le modèle du CNT libyen. Le CNS a introduit en Syrie un nouveau drapeau … en fait, et toujours comme en Libye, celui de l’ancien régime d’avant 1958.
La CIA, le MI6 britannique et les services spéciaux sarkozystes encadrent, eux, une organisation terroriste armée, dont le but est la guerre civile et la création d’une base terroriste en Syrie, à la frontière turque, elle aussi sur le modèle de Benghazi en Libye en février 2011. C’est la soi-disant « armée syrienne de libération » (resic). Qui bénéficie de cadres formés en Libye : une brigade de 900 terroristes dirigée par Habdelhakim Belhadj, ancien de Guantanamo, appointé « gouverneur militaire de Tripoli » fin août dernier par l’OTAN.
 
Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 18:52

 

 
President Assad promised to his followers to "overcome the conspiracy."
"I came to draw strength from you. Thanks to you, I never felt weak," said Assad, addressing the crowd.
Luc MICHEL
for PCN-SPO (with AFP and Syrian TV) / 12.01.2012 /
 
The meeting on the Syrian TV: http://www.youtube.com/watch?v=cwvDKKbUz2Y
 
Syrian President Bashar al-Assad on Wednesday spoke to a  pro-regime gathering on the Umayyads Square in Damascus, before tens of thousands of people waving flags of Syria and the Ba’ath (the so-called "Palestinian flags" (sic) of the ignorant journalists from CNN), according to images broadcast by public television.
 
Syrian President Bashar al-Assad assured in front of tens of thousands of supporters gathered in the heart of Damascus that he would triumph of the "conspiracy" against his regime, challenged for ten months in a rebellion organized by the West, the United States and NATO, with the active complicity of the Turkish AKP Islamist regime.
 
President Assad, relaxed, shirt collar open, spoke for a few minutes to the crowd of pro-regime demonstrators waving flags and Syrian Ba’athists on the Umayyads Square in Damascus and who came, according to the official television , to support the reforms announced yesterday.
"I came to draw strength from you. Thanks to you, I never felt weak,"  said Assad from a platform. "We will be victorious, no doubt, on the conspiracy. Their plot is nearing its end, which will be theirs as well," he added.
 
This massive rally, in the words of the AFP, was part of demonstrations organized to support the regime "in several Syrian towns and cities."
On Tuesday, President Assad delivered a televised speech in which he rightly accused foreign countries of "plotting" against Syria and reiterated to make the restoration of security "priority" and promised to hit the "terrorists" with an iron fist.
The Syrian press on Wednesday urged the Patriotic opposition (Communists, Nasserians and dissident Ba’athists), but not the one "sold abroad," to join the reform and national unity government promised by President Assad, believing that his speech "is a work plan to end the crisis."
 
Since mid-March, Syria is facing a revolt supervised and funded by the West. Damascus disorders attributed to "armed terrorist gangs" manipulated from abroad.
In Istanbul, protected by the Islamist AKP regime and NATO is based the pseudo "Syrian National Council" (SNC), gathering the majority of the opposition paid by the West and created by it on the model of the Libyan NTC . The SNC has introduced a new flag in Syria … in fact, still as in Libya, the one of the former regime before 1958.
The CIA, the British MI6 and Sarkozy Special Services train, for their part, an armed terrorist organization, whose goal is the civil war and the creation of a terrorist base in Syria, at the Turkish border, also on the model of Benghazi in Libya in February 2011. This is the so-called "Syrian army of liberation" (resic). Which benefits from officers trained in Libya: a brigade of 900 terrorists led by Habdelhakim Belhadj, former Guantanamo prisonner appointed "military governor of Tripoli" in late August by NATO.
 
Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 18:51

 

 

"We will not allow the defeat of Syria, which will mean the collapse of the entire region"
PCN-SPO and AFP / 2012.01.10 /
 
Syrian President Bashar al-Assad said Tuesday that his country was under a "foreign conspiracy" and promised to respond.
In a televised speech of one hour forty-five, Mr. Assad has accused foreign countries of "plotting" against his country, saying: "We will not allow the defeat of Syria, which will mean the collapse of the entire region ".
Since mid-March, Syria is facing an organized insurrection, financed and armed by the Western powers, Damascus denouncing aptly  "armed terrorist gangs" manipulated by foreigners.
President Assad reiterated to make the restoration of security "the absolute priority" and promised to hit the "terrorists" with a rod of iron.
 
But the Syrian president also said that "no order was given by any authority to open fire" on protesters.
"I rule with the will of the people and if I give up the power it will also be the will of the people," said Assad, who succeeded his father in 2000, while many countries are calling for his departure.
He added that a referendum on a new constitution, announced in the fall by the authorities, would take place in "the first week of March."
Mr. Assad also discussed "the idea of ​​expanding the government that will host all patriotic political forces". But, he said, "we do not want opponents who receive (orders) from abroad, who blackmail us."
Receiving the head of the observers, the Syrian Minister of Foreign Affairs Walid Muallem said Damascus would continue to protect them and prevent any action impeding their work.
 

Moscow, close ally, continues to support Damascus. Such as China. The Russian Foreign Ministry, referring to the observers of the Arab League, assured that "their deployment (…) has had already a stabilizing effect on the situation and helps to get a realistic and objective view of what is happening in Syria 

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 18:51


 
"Nous n’allons pas permettre la défaite de la Syrie qui signifiera la chute de la région entière"
PCN-SPO et AFP / 2012.01.10 /
 
Le président syrien Bachar al-Assad a estimé ce mardi que son pays faisait l’objet d’un "complot étranger" et a promis d’y répondre.
Dans un discours télévisé d’une heure quarante-cinq, M. Assad a accusé des pays étrangers de "comploter" contre son pays, lançant: "Nous n’allons pas permettre la défaite de la Syrie qui signifiera la chute de la région entière".
Depuis mi-mars, la Syrie est en proie à une insurrection organisée, financée et armée par les puissances occidentales, Damas dénonçant avec justesse des "bandes terroristes armées" manipulées par l’étranger.
Le président Assad a réaffirmé faire du rétablissement de la sécurité "la priorité absolue" et promis de frapper les "terroristes" d’une main de fer.
 
Mais le président syrien a aussi affirmé qu’"aucun ordre n’a été donné de la part d’aucune autorité pour ouvrir le feu" sur des manifestants.
"Je gouverne avec la volonté du peuple et si je renonce au pouvoir ce sera aussi avec la volonté du peuple", a ajouté M. Assad qui a succédé à son père en 2000, alors que de nombreux pays appellent à son départ.
Il a ajouté qu’un référendum sur une nouvelle Constitution, annoncé à l’automne par les autorités, aurait lieu "la première semaine de mars".
M. Assad a également évoqué "l’idée d’un élargissement du gouvernement qui accueillera toutes les forces politiques" patriotiques. Mais, a-t-il précisé, "nous ne voulons pas d’opposants qui reçoivent des (ordres) de l’étranger, qui nous font du chantage".
Recevant le chef des observateurs, le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem a affirmé que Damas continuerait à assurer leur protection et empêcherait toute action entravant leur tâche.
 

Moscou, allié proche, continue à soutenir Damas. Comme la Chine. Le ministère russe des Affaires étrangères, évoquant les observateurs de la Ligue Arabe, a assuré que "leur déploiement (…) a déjà eu un effet stabilisateur sur la situation et aide à obtenir une image réaliste et objective de ce qui se passe en Syrie".

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 18:50

 

 

Sur ce total de 162.000 décès, "79% étaient des civils"
 (02/01/2012 / REPORTERS)
 
BAGDAD Environ 162.000 personnes, essentiellement des civils, ont péri de mort violente en Irak depuis l’invasion américaine de mars 2003, dont plus de 4.000 au cours de la seule année 2011, a indiqué lundi l’ONG Iraq Body Count (IBC).
 
Le bilan 2003-2011 a été établi en croisant les propres statistiques d’IBC, consacrées aux civils, avec celles des autorités irakiennes, les pertes militaires américaines officielles et des données révélées par le site Wikileaks (Iraq War Logs), indique cette ONG internationale basée en Grande-Bretagne.
 
Sur ce total de 162.000 décès, "79% étaient des civils", souligne le rapport. Les policiers ont également payé un lourd tribut à la guerre avec 9.019 décès enregistrés.
 
"La violence a atteint son pic fin 2006 mais est restée à un niveau élevé jusqu’au 2è semestre 2008", relève IBC.
 
Pour la seule année 2011, 4.059 civils ont été tués, soit plus qu’en 2010 (3.976), selon ce rapport publié deux semaines après la fin du retrait de l’armée américaine d’Irak.
 
Ce chiffre est nettement plus élevé que celui publié dimanche par les autorités irakiennes, qui faisait état de 2.645 Irakiens tués sur l’année 2011 dont 1.578 civils, un chiffre en baisse par rapport aux années précédentes.
 
"Le nombre de morts civiles en Irak en 2011 est presque le même qu’en 2010. Il n’y a pas eu de tendance sensible à la baisse depuis la mi-2009", affirme pour sa part IBC.
 
"Les tendances récentes montrent la persistance en Irak d’un conflit de basse intensité qui va continuer à tuer des civils au même rythme dans les années à venir. Ces chiffres ne révèlent pas d’amélioration mais ce n’est que dans la durée qu’on saura si le retrait des forces américaines aura un effet sur le nombre de victimes", conclut IBC.
 
Le projet IBC a été lancé en janvier 2003 par des bénévoles de Grande-Bretagne et des Etats-Unis voulant "s’assurer que les conséquences humaines de l’intervention militaire en Irak ne seraient pas négligées", selon son site internet.
Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article