Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 00:33

Notre attachement à l'esprit de la nation et à notre patrimoine fortifiera notre volonté, raffermira notre marche en avant et garantira notre orientation, car, sûrs de nous confondre avec l'esprit de la nation, nous n'aurons plus aucune raison d'être irrésolus. Quand nous partons d'une position solide, que nous sommes imprégnés de l'esprit de la nation et que nous avons une claire vision de nous-mêmes, et conscience de nos besoins, alors les idées artificielles n'ont plus de prise, et il est aisé de repousser la tentation d'imiter les autres. Alors nos idées nous appartiennent en propre, et deviennent créatives, dans la mesure où elles sont inspirées par nos vrais sentiments et nos vrais besoins. La prise de conscience des relations profondes qui existent entre le nationalisme et la nation nous ouvrira les yeux sur la navrante situation présente et révélera le contraste qui existe entre notre réalité et notre vérité. Ainsi pourrons-nous prendre en charge la responsabilité du salut de la nation et donc parvenir au bouleversement.

«La relation qui existe entre l'arabisme et le mouvement du bouleversement - 1950».

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 00:32

Quand l'unité arabe deviendra l'axe de notre révolution, le coeur qui la nourrit et l'horizon qui l'inspire et lui donne sa ferveur, alors disparaîtront les raisonnements et les précautions qui, il y a quelques dix ou vingt années, imposaient à nos vies un niveau inférieur de pensée et d'action, et cette superficialité accompagnée de honte qui colorait la conduite de nos affaires et les conditions mêmes de notre existence. Que ce soit dans la bataille pour la libération et l'indépendance ou dans la bataille pour le progrès et la révolution sociale, l'idée d'unité a, dans toutes les régions arabes, ouvert largement la porte à des solutions radicales et décisives, parce que, de son fait, chaque région arabe devenait responsable des charges de la nation arabe tout entière et, en même temps, nourrissait de ses potentialités la nation arabe dans son ensemble. La nature révolutionnaire de cette unité se manifeste dans le fait qu'elle élève la lutte arabe à un plus haut niveau de souffrances et à de graves dangers, elle l'élève au niveau de la cause de la Palestine et de celle de l'Algérie.

"La Révolution de l'Algérie et la Révolution de l'unité - 4 Avril 1958".

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 00:31

Si l'on m'interrogeait sur ma prédilection pour le socialisme, je répondrais que ce que j'en attends, ce n'est pas l'augmentation de la richesse des usines, mais l'augmentation de la richesse de la vie. Mon souci est moins que les hommes soient égaux matériellement que de permettre à chaque individu d'exprimer ses dons et ses qualités en puissance.

Ecrasé de misère, le travailleur ne verra peut-être dans le socialisme que la promesse d'obtenir ce dont il est privé. Pour ma part, je le considère comme l'acte de donner, généreusement et sans cesse. Donner le socialisme, c'est rendre au centuple ce que la vie nous a offert.

"La richesse de la vie - 1936".

 

Celui qui considère le socialisme comme une religion de la pitié se trompe lourdement. Nous ne sommes pas des prêtres nous réfugiant dans la miséricorde pour apaiser notre conscience troublée par le spectacle de la misère et de la souffrance et nous endormir en paix. Quand nous prenons la défense des classes opprimées, nous ne songeons pas à leur faire l'aumône, nous réclamons leurs droits. Si nous nous préoccupons de soulager la misère, c'est pour augmenter la richesse de la vie.

"La richesse de la vie - 1936".

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 00:30

 

Frères! Au moment où nous sommes submergés par les vagues du pessimisme et du défaitisme, qui grossissent à mesure que les calamités et les désastres s'abattent sur nous, les vrais Arabes doivent sentir que le moment du salut approche. En effet, des chocs successifs ont ébranlé le psychisme des Arabes, les ont émus, les ont amenés à prendre conscience de leur existence et de leurs devoirs, à s'élever dans la vitalité et la foi, à découvrir la douceur du sacrifice et des souffrances dans l'accomplissement de leur mission. Dans ces jours de pessimisme et de désastre, le vrai croyant doit se manifester, car la vraie foi ne peut être acquise que par l'expérience et la souffrance.

"La signification du message éternel - 1950".

 

Nous luttons et nous combattons contre l'émiettement de la nation arabe en petits Etats artificiels et fabriqués, avec, pour objectif de réussir à unifier ces morceaux épars pour en faire un Etat sain et conforme à la nature, dans lequel aucune fraction ne pourrait parler au nom de l'ensemble. Quand nous nous libérerons de cette situation contra nature, alors les Arabes retrouveront leur âme, leurs idées seront purifiées et leur sens moral sans tache. Devant eux s'étendra un large horizon incitant leur esprit à la création. Car ils formeront alors une entité équilibrée et saine, ils seront devenus une nation. Tel est l'espoir authentique et vivifiant qui nous permettra de tenir dans les conditions actuelles, jusqu'à ce que nous en soient offertes de plus favorables. C'est en cela que consiste la mission arabe, et l'on peut définir une mission comme étant ce qu'une fraction de l'humanité est susceptible d'apporter à l'humanité entière. S'il s'appuie sur l'étroitesse d'esprit et l'égoïsme, ce message perdra sa signification, qui est d'être éternel, humain et largement ouvert à tous.

«La signification du message éternel -1950».

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 00:28

  Nous revendiquons l'indépendance et la liberté parce qu'il s'agit d'une cause juste, et parce qu'elles sont les moyens de libérer les dons et capacités créatrices qui nous permettront de réaliser sur ce sol, qui est notre terre, notre objectif et celui de chaque homme, l'humanité entière.

«L'âge de l'héroïsme - 1931».

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 00:27

La bataille du destin à laquelle doit faire face la nation arabe réclame toutes les capacités et toutes les potentialités de la nation. C'est là une vérité devenue un axiome. Et, au stade actuel, il est dans la nature des choses de voir se développer et s'unir les capacités de la nation arabe pour les concentrer sur le travail d'unification des masses dans les régions qui entourent Israël, c'est-à-dire en Egypte, en Iraq et en Syrie.

"L'appel de la responsabilité historique - Mars 1971".

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 00:26

Nous représentons la liberté, le socialisme et l'unité. Là est l'intérêt de la nation arabe, et par nation arabe je veux désigner le plus grand nombre et non pas cette minorité qui, par sa défiguration et ses déviations, a trahi son identité, minorité esclave de son égoïsme et de ses intérêts de classe et qui ne fait plus partie de la nation.

"Le Ba'th incarne la volonté de survivre - Avril 1950".

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 00:25

A mes yeux, il s'agit d'un combat entre l'unité et le séparatisme, quoique, pendant une courte période, le combat ait été transformé en un combat entre le nationalisme et le communisme. Si nous avions donné son plein sens à l'unité, qui est pourtant d'une grande clarté, le combat ne se serait pas si aisément et si rapidement tourné vers de nouvelles complications, il ne serait pas devenu un combat entre nationalisme et communisme.

"Le combat pour l'unité de l'Iraq - Avril 1959".

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 00:24

Pour la cause nationale, le danger des erreurs qui ont amené l'échec de l'expérience de l'unité, disparaîtra dès que le peuple sera conscient de ces erreurs, saura comment les corriger et les éviter dans l'avenir. Quant au danger que présente la situation séparatiste, il ne suffit pas d'en connaître l'existence pour le faire disparaître: c'est une réalité qui a été mise à nu, mais il faudra que le peuple rassemble toutes ses énergies combattantes pour s'opposer aux privilèges réactionnaires et impérialistes qui constituent l'essence de cette nouvelle situation.

"Le désastre de la sécession - Février 1962".

 

Face aux responsabilités historiques résultant de cette première expérience d'unité, après des siècles de démembrement des pays arabes, il était impératif, pour que cette expérience fût une chose saine, encourageante et susceptible de porter ses fruits, pour la diriger et assumer jusqu'au bout cette immense responsabilité, que le choix fût porté, en raison de leur expérience, sur une élite de combattants venus du Maghreb et du Mashreq et que l'interaction fut poursuivie de manière approfondie et continue entre leur expérience propre et l'expérience révolutionnaire spécifique à chaque région. Il était également impératif que, dès le début, cette expérience fût consciente du danger séparatiste et des séquelles de la désunion, des problèmes posés par une société arriérée et des obstacles que les intérêts réactionnaires régionaux et impérialistes élève-raient sur sa route.

"Le désastre de la sécession - Février 1962".

 

Il faut distinguer deux aspects de la réalité qui se sont manifestés simultanément. Le premier, c'est que les erreurs commises dans l'application de l'unité, auxquelles s'ajoutait le faible niveau de conscience de la plupart des mouvements populaires dans la patrie arabe, rendaient pratiquement inévitable l'échec de cette première expérience. Le second aspect, c'est que la sécession n'a pas eu pour seule origine l'échec de l'expérience d'unité, mais, avant toute chose, que les intérêts réactionnaires, s'appuyant sur l'impérialisme dans cette région et dans l'ensemble de la patrie arabe, surent exploiter la mauvaise application de l'unité afin d'établir de nouvelles conditions en Syrie et dans la région, de sorte que la cause nationale perdit du terrain et que la situation des classes non privilégiées se trouve reportée de nombreuses années en arrière. Du même coup, ces conditions eurent pour effet de restaurer la puissance de l'impérialisme, à un moment où il était en voie de liquidation, de renforcer "Israël" et de lui assurer une large marge de sécurité pour l'avenir, d'asseoir plus solidement le pouvoir des rois, des princes, des grandes sociétés, de tous les exploiteurs et esclavagistes et de transformer l'unité arabe en une chimère, un fantasme tout juste bon à servir les intérêts impérialistes.

"Le désastre de la sécession - Février 1962".

 

Pour que le combat arabe unifié se trouve à l'abri des doutes et des faux pas, il faut impérativement s'assurer que le travail en vue de l'unité soit fondé sur une vision claire d'un système d'unité en mesure à la fois de conserver sa signification nationaliste et d'éviter une hégémonie régionale. Le système que le parti a adopté depuis les délibérations sur l'unité, et qui lui semble capable de répondre à son intention est celui d'un seul Etat fédéral.

Ce système tient compte à fois de ce que le peuple arabe est un, et de la réalité de l'existence de différentes régions arabes.

"Le désastre de la sécession - Février 1962".

 

Les erreurs commises par le gouvernement de la République Arabe Unie, aussi graves soient-elles, ne justifieraient pas la sécession. L'échec de l'expérience d'unité est le seul résultat d'erreurs accumulées, mais la sécession serait la conséquence de plans, de machinations et de conspirations.

"Le désastre de la sécession - Février 1962".

 

Pour préserver l'unité des manoeuvres des politiciens et de leurs marchandages, pour la mettre à l'abri des coups de ceux qui s'en détournent pour servir des intérêts de classe ou des points de vue régionaux, le parti lui a infusé sa force vitale et a rassemblé autour d'elle les forces populaires qui lui sont fidèles et qui sont capables de la transposer dans la réalité.

"Le désastre de la sécession - Février 1962".

 

L'unité qui fut instaurée en 1958 entre la Syrie et l'Egypte n'était pas spontanée, elle ne provenait pas d'un coup de tête, elle avait été l'objet d'une réflexion préalable. On ne pouvait l'assimiler à un accident dû aux circonstances. Cette unité avait un passé, elle avait été précédée d'une planification, de réflexions, d'efforts et de combats. Le parti socialiste Ba'th en avait tracé l'ébauche deux ans avant qu'elle ne s'inscrive dans les faits et avait placé ses représentants au sein du gouvernement de coalition de Syrie, dès Juin 1956, à la condition que ce gouvernement adopterait le projet d'unité entre la Syrie et l'Egypte et travaillerait à sa réalisation. Dès cette époque, le parti Ba'th pensait et affirmait que, derrière son intention de réaliser ce premier pas vers l'unité de la patrie arabe, il fallait voir la volonté de rendre à tous les Arabes leur confiance dans l'idée et dans l'accomplissement de l'unité. En outre, il s'agissait de transformer ce premier état unitaire en une base et un support sur lesquels pourraient s'appuyer les combats arabes là où ils se déroulent et, plus particulièrement, la bataille d'Algérie et de Palestine. Le parti considérait que la situation de la Syrie et de l'Egypte constituait la meilleure base possible pour engager le processus d'unification.

Lorsque le secrétaire général du parti alla discuter avec le président Abd l Nasser de la grave question de l'unité, ce dernier annonça la nationalisation du Canal de Suez, ce qui déclencha la bataille que l'on sait. Dès cet instant, le parti, dans toutes ses branches arabes, se consacra à la défense de l'Egypte dans son nouveau combat contre l'impérialisme. En effet, cette prise de position n'était pas seulement dictée par la nécessité de l'unité dans le combat, elle préparait encore la voie de l'unité, car l'Egypte pouvait ainsi prendre conscience de la vérité et de la réalité de l'unité. Dans toutes les régions du Mashreq, le parti, en livrant la bataille du canal, offrit un préalable et un modèle pour l'unité. Par son mode d'action, le parti ne faisait que suivre l'idéologie arabe révolutionnaire. Il s'inspirait de sa doctrine, qui veut que l'unité soit révolutionnaire et ne surgisse pas spontanément, qu'elle implique au contraire un combat quotidien.

"Le désastre de la sécession - Février 1962".

 

Si la réalisation de l'unité arabe suscita l'enthousiasme et l'optimisme chez les Arabes conscients, elle ne provoqua pas une juste évaluation de l'importance de l'événement et de la nécessité d'être vigilants pour protéger cette unité des erreurs et des faux pas. La plupart des mouvements progressistes et révolutionnaires l'inscrivirent à leur crédit, l'exploitèrent et tirèrent d'elle la force qu'ils employèrent au bénéfice de leurs affaires régionales, sans jamais accepter d'endosser leur part de responsabilité qui impliquait qu'ils gardent l'oeil sur elle afin de s'assurer qu'elle ne quitte pas le bon chemin. Bien au contraire, leur adhésion fut aveuglée par d'étroites perspectives régionales et des intérêts transitoires. Ainsi encouragèrent-ils le déviationnisme, la facilité, et participèrent-ils à l'échec qui les concerna tous et, ce qui est plus grave, concerna la totalité du peuple arabe.

"Le désastre de la sécession - Février 1964".

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 00:23

On peut dire de la classe paysanne de notre pays, camarades, qu'elle a supporté le fardeau de siècles d'arriération et que, cependant, par sa manière de vivre, son comportement, son éthique, sa façon d'envisager les choses, ses liens patriotiques et humains, elle nous transmet l'essence de notre civilisation. Le sous-développement n'empêche nullement un profond enracinement dans la civilisation. Notre peuple a de profondes racines et notre classe paysanne arabe tout particulièrement. C'est le devoir du parti et de ses militants, lorsqu'ils travaillent et coopèrent avec le monde rural, de rechercher et découvrir au fil des jours ces traits culturels arabes qu'expriment les paysans et qui se révèlent dans leur comportement sans qu'ils aient eu besoin de les apprendre à l'école.

"Ce pays, résolument, doit porter la responsabilité du destin arabe. Discours du  fondateur du Parti dans sa réunion avec les membres du Bureau Central des Travailleurs et ceux du Bureau des Paysans - 21 Juin 1974".

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article