Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 23:50

 

PCN-SPO - qui parlait de l'Eurasisme il y a 30 ans (2015 05 31) FR

KH pour PCN-SPO /
Avec CEPSE – RIA Novosti – lucmichel.net / 2014 05 31 /

2014 : l’EURASISME est une idée en marche avec la création d’un ESPACE ECONOMIQUE EURASIATIQUE autour de Moscou, SECONDE EUROPE (*) et grand rival d’une UE en crise.
L’Union économique eurasiatique (UEE) aura lieu ! Les chefs d’État de Russie, du Kazakhstan et de Biélorussie ont signé ce 29 mai à Astana le traité de création de l’Union d’intégration. Ils seront rejoint en 2015 par l’Armée et le Kirghistan. Certains experts qualifient ce document d’historique et considèrent comme très ambitieux ce projet qui se donne pour objectif une intégration économique profonde. La communauté d’affaires des trois pays vit dès maintenant un véritable boom dans le cadre de l’Union douanière. « L’intégration économique est un avantage absolu pour notre pays. Certes, toutes les questions économiques dans le cadre de l’UEE seront du ressort des organes supranationaux à l’instar de la Commission Européenne dans le cadre de l’UE. Cela concerne notamment les questions douanières, les échanges, les tarifs, le transport d’hydrocarbures et d’énergie électrique et le fonctionnement du réseau de chemins de fers et d’autoroutes », dit le Président kazakh.

MAIS qui parlait de l’Eurasie et de l’Eurasisme il y a 30 ans ?
la réponse est simple …

1984 : La revue CONSCIENCE EUROPEENNE de Luc MICHEL et de l’Ecole « euro-soviétique » de géopolitique (devenue aujourd’hui l’Ecole géopolitique de la « Grande-Europe », de Vladivostok à Reykjavik) éditée par le PCN, dans son n°9 consacré aux « théories géopolitiques des grands espaces ». Tout est là déjà exposé !
8 ans avant que suite au voyage de Thiriart à Moscou en 1992, Ziouganov (le leader du KPRF russe, avec son Eurasisme de gauche, devenu celui de Poutine) et Douguine (Néo-Eurasisme de droite) n’adoptent cette idée réinventée à Bruxelles.
On comprend mieux dès lors les propos de Douguine (intellectuel honnête) à Paris en 2011 précisant que Luc Michel « Idéologiquement, est irréprochable (…) C’est pourquoi j’essaye de me distancier un peu de Luc »

# LIRE un article de la Série ‘PCN-NCP TIMELINE’ qui explique la genèse de la renaissance de l’idée eurasiste …
IDEOLOGIE / 1984: LE PCN REINVENTE L’‘EURASISME’ MODERNE

KH

(*) Cfr. Luc MICHEL, EODE THINK TANK/ GEOPOLITIQUE / THESES SUR LA « SECONDE EUROPE » UNIFIEE PAR MOSCOU

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 23:48

 

EODE PO - Mission d'EODE à Damas pour la présidentielle (2014 06 01) FR

Photo : Luc Michel à Damas en juin 2013, chez le Ministre syrien de l’information.

EODE Press Office / 2014 05 02 /
Eurasian Observatory for Democracy & Elections/
http://www.eode.org
https://www.facebook.com/EODE.org

Une Mission de Monitoring d’EODE est en Syrie du 1er au 9 juin 2014, avec des observateurs venant de Belgique, Pologne, Roumanie, Russie et Arménie, et notamment Luc MICHEL, administrateur-général d’EODE, pour monitorer l’élection présidentielle du 3 juin 2014.

Des observateurs ont déjà effectué la même mission pour le vote des Syriens de l’étranger en Pologne.

La Mission aura aussi des rencontres avec la presse et les acteurs de la vie politique, sociale et religieuse syrienne et notamment des représentants de tous les partis représentés au Parlement syrien, tant de l’opposition patriotique que de la majorité d’union nationale.

En juin 2012, Luc MICHEL avait déjà organisé une mission en Syrie, avec notamment des parlementaires belges, pour observer la situation et particulièrement étudier le dossier des djihadistes venus de l’UE pour combattre en Syrie.

EODE Press Office

 

Eode.brussels@yahoo.com
http://www.eode.org
https://www.facebook.com/EODE.org

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 23:47

 

LM - EODE TT guin+йe +йq et panafricanisme (2014 04 12) ENGL 1

Luc MICHEL for EODE Think Tank /
With Cameroon Voice – Le Messager (Cameroun) / 2014 04 12 /

www.eode.org
https://www.facebook.com/EODE.Think.Tank

«We regret the death of Colonel Muammar Qathafi. Take over his pan-African struggle is difficult»
- Teodoro Obiang Nguema, President of the Republic of Equatorial Guinea.

Equatorial Guinea and its president are subjected to the West hatred. Smear campaigns, destabilization manoeuvres. Hatred reminiscent similar to that of the Libyan Jamahiriya of the Late Gaddafi. « You know, Westerners seek to destabilize us for years. They sent mercenaries, they financed coups, and they do not stop. Every year, at every moment, they do not sleep. For them, Equatorial Guinea is a country that has a lot of wealth and it is not normal that Africans can manage themselves their own wealth, if there is not a tutor who will say do this or do it. Here in Guinea, we are fighting for the independence of this country, » said one of the sons of President Obiang Nguema Teodorín.

Prior to the general election – Senate, legislative and municipal – of May 26, 2013, the head of State of the Equatorial Guinea gave a pan-African press conference on Tuesday, May 14, 2013 in Malabo before journalists from Africa (Cameroon, Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria, Comoros, Benin, DRC, Congo-Brazzaville, Chad, etc.). He exposed a renewed pan-African thinking, which, two years after the collapse of the Libyan Jamahiriya, where Muammar Gaddafi exercised a moral and political leadership of the African Union – and which the Guinean President honoured him – offers an alternative to a pan-African process which seemed being broken.

Quite unknown, Equatorial Guinea (1) is an important country in the Central Africa, « new oil Eldorado » which means “embody today a new development model for Africa » ​​(2). In an Africa where things are not moving well, with western interventions and manipulations, destabilize the continent – Libya, Mali, Côte d’Ivoire, Central African Republic, without forgetting to mention the « laboratory » of Somalia – Equatorial Guinea is an example of stability. Since 2011, a process of state reconstruction and the development of democratic life of the Republic is in move (3).

‘EODE’ AND OUR THESES ON AFRICA

The positions of the Head of State of Equatorial Guinea join our concerns.
EODE sees the unification of Europe and Africa as two tramways that must be done in a harmony process. This means no Western intervention in Africa and true respect for African states. This also means that the Mediterranean has to become a bridge between the two continents and not a border, as envisioned by the EU and NATO.

This vision of the Mediterranean as a bridge, that we were the first to develop in the early 90s, was precisely that of the Libyan Jamahiriya. In the years 2000-2010, this vision was also widely accepted and shared by all the major actors in the European and African unions (4). And was a point of annoyance to American diplomacy. But the war in Libya brought a great change: Destruction of the Jamahiriya, return to aggressions and to Western military interventions in Africa, suffocation of pan-African ideas.

All this goes against our vision of a multipolar world. The central role played by the dialogue of cultures is put aside and we are witnessing the return in the Mediterranean and Africa of “bellogenes” thesis of the « clash of civilizations. » The return of the Pan-African theses in Malabo is a positive sign for us going in the other way.

WHAT DOES PRESIDENT TEODORO OBIANG NGUEMA SAY ABOUT AFRICA?

Here is the synthesis of the concerns raised by the Head of State of Equatorial Guinea (from the summary of Frederic BOUNGOU and Alain NJIPOU for Radio Cameroon):

* He denounces the return to neo-colonialism:
« …search for solutions to the problems that undermine Africa. I was in favor of this dialogue because the continent is despised internationally. Africa has suffered from the ravages of the history. First, the slavery that crowned the violation of human rights. We cannot, in our view, turn humans into slaves.
Then, colonization… A period during which Africa has been robbed, besides Human exploitation, looting of our wealths. Those who yesterday were the foundation of this exploitation are also at the basis of various crises in the world. I will mention the crisis of neo-colonialism, of looting our resources … The concern of certain powers is to see how they can have access to our wealth. This is what happened in Libya, where the country has been destabilized in order to control raw materials.

The African press has to do its job by informing Africans not to trust people who want to exploit or destroy Africa. It is for this reason that we continue to seek compensation for the damages of Africa, victim of slavery and colonialism and now neo-colonialism. Africa is a continent stated poor.  If we are poor, it is because of the looting of our resources. Those who do not like Africa use meaningless phrases like « ill-gotten gains » while they have properties in Africa. »

* He develops a pan-African vision after the death of Qathafi:
The highlight of the president’s speech, it is a tribute paid to the Pan-African vision of Muammar Qathafi. A brave speech at the opposite and the other side of the Western propaganda.
« We regret the death of Colonel Muammar Qathafi. Take over his pan-African struggle is difficult. This especially as each country has its policy and that some differences remain. Globally, many African Heads of State agreed with the ideas of Qathafi and have also supported them. I cannot take over him. Instead, I invite other heads of state of the Black continent to be united. Some heads of state are guided by the Western powers; they must avoid falling into the trap of exogenous manipulations to Africa, because these powers do not want Africa to go forward. »

THE REFUSAL OF WESTERN DIKTATS 

In this anti-colonialist perspective, President Teodoro Obiang Nguema denies Western diktats:
« I accept no lesson of governance from people who did not hesitate to systematically loot and continue to loot Africa. I have no complex vis-à-vis Western leaders. »
« We give priority to South-South cooperation, to inter-African cooperation. Because we must first strengthen our ties. Remember that this is only fifty years since we got rid of the colonial yoke. It takes time to build the foundation for development. But we are optimistic and our desire is that Africa grows. »
« We expect nothing from the Western media, to act in the direction of building Africa (…) The Western press gives a negative image of Africa.”

On last December 31, in his « Message to the nation, » he denounced the imperialist powers and the disinformation campaign that Equatorial Guinea is a victim, « do not be surprised because Equatorial Guinea is among the selected countries by powers in economic crisis to be destabilized. People enjoy the great political, economic, social and cultural freedoms; there is a gradual development of democracy (…) with the development of economic and social infrastructure that encourages us to continue working towards the emergence of Equatorial Guinea ».

TEODORO OBIANG NGUEMA HAS ALSO A REGIONAL VISION WITH THE « CEMAC »

The Economic and Monetary Community of Central Africa or CEMAC is an international organization with several countries in central Africa, created to take over from the Customs and Economic Union of Central Africa (UDEAC). The CEMAC Treaty was signed on 16 March 1994 in N’djamena (Chad) and entered into force in June 1999. Its headquarters are in Bangui (Central African Republic). CEMAC comprises Monetary Union of Central Africa (UMAC) and the Economic Union of Central Africa (CAEU). CEMAC is composed of six member states: Cameroon, Central African Republic, Congo, Gabon, Equatorial Guinea and Chad.

Equatorial Guinea’s president also has a vision for the CEMAC region:
« The policy of integration in the area of Economic and Monetary Community of Central Africa promotes the free movement of its people and goods. It must be wary of falling into the trap of misinterpretation of this policy. Because we need to control terrorism, drug and weapons trafficking, organized crime… all detrimental things to a community that aspires to development. However, we encourage the free movement of businessmen, students, scientists, managers in the public and others. Regarding the involvement of CEMAC in the resolution of the crisis in the Democratic Republic of Congo, the solution is, in our opinion, the political mediation. Congolese themselves must resolve their problems. What we want is that the Congolese lives in peace. This is a great country. But conflicts hinder development efforts. May be it will need a national conference for the stability of the country …”

A NEW SPEECH IN AFRICA 

The African press is not wrong. This is a new speech in Africa. Look at the analysis of Frédéric BOUNGOU (Cameroon Voice): « For him, it is very simple: to develop herself, Africa must get rid of the neo-colonial domination, African leaders must stop being puppets in the service of West, and think first and foremost the welfare of their citizens.”
“I have no complex vis-à-vis European leaders, » he argues, for example. Africa, he said, has enormous potential: its natural resources. Therefore it only needs the will of its leaders to make her taken off economically. Below is the epitome of this press conference. A profession of faith? Particularly a real lesson to his African presidents… »

TOWARDS EQUATORIAL MODEL

We emphasize that Equatorial Guinea was a state in reconstruction, where an elaborated process of development of democratic life of the Republic is in progress. In a very hard book for the country already in 2009, Samuel Denantes Teulade (5) was inducing about Malabo the possibility of « a new development model for Africa. »

President Teodoro Obiang Nguema, who defines his country as « a social State and a State of law » (December 2012), develops today an unquestionably vision for his country. Let’s return to his press conference this May 14, 2013.

* He insists on rebuilding state institutions:
« The advent of the Senate is part of an overall vision. We are working to reform our rules and laws for Equatorial Guineans to effectively participate in the management of public affairs, in the political life.  It is in this context in a methodical way, that we want to create a house of representatives, set up the Economic and Social Council, the Court of Auditors…

We are in a democratic process that embraces the realities of our culture, our traditions, our mentalities… In a credible electoral process, two fundamental aspects are important to complete the electoral process. First, the inscription on the lists, the identification of the voters who were well conducted to the point where a document of satisfaction was signed between the political parties of the opposition and the government. Then, the question of election materials, including financial resources. As such, the government has given adequate financial resources to political parties. All these aspects are addressed; now expected, the participation of the population to the aforesaid vote. »

* It aims to « the emergence of Equatorial Guinea », according to the words of Cameroon Voice:
« The Government of the Republic is working for the welfare of the son and daughters of this country. As a proof of this the construction of social housing, roads, the creation of a national university, the creation of centres and other educational structures… In this dynamic, priority is given to local labor forces. Certainly we are not going to do with those who do not want to work, but I can assure you that in Guinea, there is no problem of employment. We did introduce a law that companies operating in our country spend 75% of staff recruited to the national workforce. In addition, these companies must have their headquarters built on our soil because when these companies go from Equatorial Guinea, the buildings will remain in favor of Equatorial Guineans. An economic program for 2020 aims to make Equatorial Guinea a self-sufficient emerging country. We do not want to rely on economic dependency. »

* He focuses on education, training of national elites:
« To achieve this milestone, it requires training. By 2020, we want our youth to be academics. We want to leave a prosperous nation to posterity with dynamic young people, well trained. It should be noted that Equatorial Guinea is still an emerging country. But we aspire to emerge that will not come easily or if we cross our arms. We have to work. It is in this context that we are working to develop all sectors of activities, from agriculture to education through basic infrastructure and communication. »

* Finally, he intends to manage the natural resources and the post-oil:
« The economic program which aims to make Equatorial Guinea an emerging country in 2020 takes into account the need to seek other alternatives. That is why we put a special emphasis on youth training; human resources because it is better to have an educated people, well trained than a nation endowed with natural resources. Progress depends on national competences. All development plans are the result of the vision of the people of Equatorial Guinea. In 2020, we no longer look at oil, but at a developed country. »

Time has come with this ambitious vision, and the means that possesses the country, « new oil El Dorado », of a model of Equatorial Guinean…

Luc MICHEL

Version française :
http://www.eode.org/eode-think-tank-analyse-geopolitique-panafricanisme-une-alternative-en-guinee-equatoriale-qui-fait-peur-a-loccident

Notes and references:

(1) Cfr. THE ATLAS OF AFRICA, EQUATORIAL GUINEA, Ed. Jeune Afrique (Paris) ;
Jean-Claude Klotchkoff , THE EQUATORIAL GUINEA TODAY, Les Editions du Jaguar (Paris) ;
& EQUATORIAL GUINEA, , Les Editions du Jaguar (Paris).

(2) Samuel Denantes Teulade, MALABO, EQUATORIAL GUINEA: THE NEW OIL ELDORADO OF AFRICA, L’Harmattan, Paris, 2009.

(3) Cfr. Luc MICHEL, EQUATORIAL GUINEA: SENATE, LEGISLATIVE AND MUNICIPAL ELECTION  MAY 26, 2013,
sur http://www.eode.org/eode-international-elections-monitoring-guinee-equatoriale-elections-legislatives-senatoriales-et-municipales-le-26-mai-2013

(4) Cfr. Luc MICHEL, « VISIONARY AFRICA » : DIALOGUE OF CULTURES AND COOPERATION BETWEEN EUROPEAN AND AFRICAN UNIONS !, « Culture at the heart of the Africa-Europe dialogue! », in LIBYA NEWS & FACTS, CEREDD NEWSLETTER (Brussels and Paris) # 2.150, 25 October 2010.

(5) Samuel Denantes Teulade, MALABO, EQUATORIAL GUINEA: THE NEW OIL ELDORADO OF AFRICA.

LM - EODE TT guin+йe +йq et panafricanisme (2014 04 12) ENGL 2

LM - EODE TT guin+йe +йq et panafricanisme (2014 04 12) ENGL 3

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 23:46

 

PIH - LM & FB r+®publique de donetsk (2014 04 08) FR

Luc MICHEL & Fabrice BEAUR pour PCN-INFO / 2014 04 08 /
Avec RT – AFP – Itar-Tass – Correspondances – lucmichel.net – PCN-SPO /
http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

Les manifestants qui occupent depuis ce dimanche le bâtiment de l’administration locale à Donetsk, dans l’est de l’Ukraine, ont proclamé ce lundi une « république souveraine », a indiqué un de leurs représentants aux journalistes sur place.

Les journalistes n’ont pas été autorisés à pénétrer dans le bâtiment, mais ce représentant leur a annoncé la nouvelle devant les portes à la mi-journée. Une vidéo publiée sur l’internet et présentée comme une assemblée tenue par les manifestants montre un homme disant: « Je proclame la création de l’Etat souverain de la république populaire de Donetsk ». Ils font référence aussi à l’éphémère ‘République des conseils de Donetsk’ proclamée en 1918. L’hymne russe et l’internationale à la suite sont diffusés par haut-parleurs …

DONETSK, LUGANDSK, KHARKOV…
ILS VEULENT ORGANISER UN REFERENDUM LE 11 MAI 2014

Le Conseil national de la « République populaire du Donetsk » déclarée aujourd’hui dans l’Est de l’Ukraine a pris la décision d’organiser en coordination avec les villes et régions de Lugandsk et Kharkov un référendum le 11 mai sur le futur statut de la république.

Avec un choix ouvert quant au devenir des régions concernées : plus d’autonomie dans le cadre de l’Ukraine et demande d’intégration à la Fédération de Russie.

Les Etats-Unis déclarent déjà qu’ils ne reconnaîtront pas le référendum à Donetsk s’il n’est pas conforme à la Constitution de l’Ukraine (sic) – pourtant allègrement violée par la Junte putschiste de Kiev –, a communiqué le représentant américain auprès de l’OSCE Daniel Baer.

« L’APPEL A L’AIDE » A KIEV DU GOUVERNEUR-OLIGARQUE DE DONETSK

Le gouverneur régional du Donetsk, l’oligarque Serhiy Taruta, nommé par la Junte de Kiev et non reconnu par la population, propose de « tenir une réunion d’urgence du Conseil de sécurité nationale et de la défense à Donetsk ». Provocation destinée à amener des groupes de choc – dont les miliciens néonazis de Praviy Sektor – sur place pour la répression.

La voix des putschiste du 21 février, qui ont mis à feu et à sang Kiev, ose déclarer qu’ « aujourd’hui, dans les régions de Donetsk, Lughansk, Kharkiv le même scénario se réalise qui vise à la destruction de la Paix (sic), la déstabilisation sociale (resic) et économique. Evidemment, ce problème doit être résolu au niveau national au cours d’une réunion d’urgence de la sécurité nationale et de la défense. Cette réunion devrait avoir lieu à Donetsk ».

La dialogue n’a jamais été une option pour les putschistes du 21 février à Kiev. Et aujourd’hui, il semble que les gouverneurs de l’Est soient totalement désemparés et appellent à l’aide Kiev. C’est bel et bien une confirmation que la situation échappe au contrôle du gouvernement banderiste de Kiev. Comme le reconnaît Timochenko qui parle de « l’anarchie régnante » …

LA REPUBLIQUE AUTOPROCLAMEE DE DONETSK DEMANDE L’AIDE MILITAIRE DE LA RUSSIE

Face à la répression, Donetsk en appelle à Poutine. Les députés du Conseil de la région de Donetsk et les partisans de la fédéralisation de l’Ukraine ayant proclamé la création de la République populaire de Donetsk ont demandé au président Vladimir Poutine la protection de la Russie le déploiement dans la région d’un contingent militaire provisoire.

« A nos yeux, seule la Russie est notre défenseur du monde russe. Nous sommes prêts à lutter pour nos convictions. Mais sans la Russie, cela sera difficile pour nous seuls », a déclaré un orateur. Les assistants ont accueilli par une ovation le message adressé à Vladimir Poutine.

Luc MICHEL & Fabrice BEAUR
________________________

http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 23:45

 

LM - EODE TT guin+®e +®q et panafricanisme (2014 04 08) FR 1

Luc MICHEL pour EODE Think Tank /
Avec Cameroon Voice – Le Messager (Cameroun) / 2014 04 08 /

www.eode.org
https://www.facebook.com/EODE.Think.Tank

« Nous regrettons la disparition du colonel Mouammar Kadhafi. Prendre le relais de son combat panafricain est difficile »
- Teodoro Obiang Nguema, président de la République de Guinée Equatoriale

La Guinée Equatoriale et son président sont l’objet de la haine de l’Occident. Campagnes de dénigrement, maneuvres de déstabilisation. Une haine qui rappelle celle qui entourait la Jamahiriya libyenne de feu Kadhafi. « Vous savez, des Occidentaux cherchent à nous déstabiliser depuis des années. Ils ont envoyé des mercenaires, ils ont financé des coups d’Etat, ils ne s’arrêtent pas. Chaque année, à chaque moment, ils ne dorment pas. Pour eux, la Guinée équatoriale est un pays qui a beaucoup de richesses et ce n’est pas normal que les Africains puissent gérer eux-mêmes leurs propres richesses, s’il n’y a pas un tuteur qui vous dise faites ceci ou faites cela. Nous ici en Guinée, on se bat pour l’indépendance de ce pays », explique un des fils du président, Teodorin Obiang Nguema.

En prélude aux élections générales – sénatoriales, législatives et municipales – du 26 mai 2013, le chef de l’Etat équato-guinéen avait donné le 14 mai 2013, à Malabo, une conférence panafricaine de la presse, devant des journalistes venus d’Afrique (Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria, Comores, Bénin, Rdc, Congo-Brazza, Tchad, etc). Il y avait exposé une pensée panafricaine renouvelée, qui, deux ans après la destruction de la Jamahiriya libyenne où Moammar Kadhafi exerçait un leadership moral et politique sur l’Union Africaine – et auquel le président guinéen rendait hommage –, offre une alternative à un processus panafricain qui semblait brisé.

On connaît mal la Guinée équatoriale (1), pays important dans l’Afrique de l’Ouest, « nouvel eldorado pétrolier » qui entend « incarner aujourd’hui un nouveau modèle de développement pour l’Afrique » (2). Dans une Afrique qui va mal, où les interventions et les manipulations occidentales déstabilisent le contienent – Libye, Mali, Côte d’Ivoire, Centrafrique, sans oublier le « laboratoire » somalien –, la Guinée Equatoriale est un contre-exemple de stabilité. Depuis 2011, un processus de reconstruction de l’Etat et de développement de la vie démocratique de la République est en cours (3).

‘EODE’ ET NOS THESES SUR L’AFRIQUE

Les positions du président de Guinée Equatoriale rejoignent nos préoccupations.
EODE voit le processus d’unification de l’Europe et de l’Afrique comme deux voies similaires, qui doivent se réaliser en symbiose. Cela signifie pas d’intervention occidentale en Afrique et vrai respect pour les états africains. Cela signifie aussi que la Méditerranée doit devenir un pont entre les deux continents et non une frontière, comme la conçoit l’UE et l’OTAN.

Cette vision de la Méditerranée, que nous avions été les premiers à développer au début des Années 90, comme un pont était précisément celle de la Jamahiriya libyenne. Dans les Années 2000-2010, cette vision était aussi largement acceptée et partagée par tous les grands acteurs des unions européenne et africaine (4). Et agaçait énormément la diplomatie américaine. Mais la guerre en Libye marque le grand retournement : destruction de la Jamahiriya, retour aux agressions et expéditions militaires occidentales en Afrique, étouffement des idées pan-africaines.

Tout cela va à l’encontre de notre vision d’un monde multipolaire. Le rôle central joué par le dialogue des cultures est bien oublié et nous assistons au retour en Méditerranée et en Afrique des thèses bellogènes du « choc des civilisations ». Le retour des thèses panafricaines à Malabo est donc pour nous un signe positif qui va dans l’autre sens.

QUE DIT LE PRESIDENT TEODORO OBIANG NGUEMA DE L’AFRIQUE ?

Voici la synthèse des préoccupations évoquées par le numéro un équato-guinéen (d’après le résumé réalisé par Frédéric BOUNGOU et Alain NJIPOU pour Radio Cameroun) :

* Il dénonce le retour au néo-colonialisme :
«  … rechercher des solutions aux maux qui minent l’Afrique. J’ai été favorable à cet échange parce que le continent africain est méprisé à l’échelon international. L’Afrique a souffert des affres de l’histoire. D’abord la traite négrière qui a consacré la violation des droits de l’Homme. On ne saurait, de notre point de vue, transformer des humains en esclaves.
Ensuite la colonisation. Une période au cours de laquelle, l’Afrique a été spoliée. Exploitation de l’homme, exploitation de nos richesses. Ceux qui hier étaient le socle de cette exploitation sont aussi à la base des diverses crises qui secouent le monde. Je citerai la crise du néo-colonialisme, de l’exploitation de nos richesses…Le souci de certaines puissances est de voir comment elles peuvent avoir accès à nos richesses. C’est ce qui s’est passé en Libye où on a déstabilisé le pays pour pouvoir contrôler les matières premières.
La presse africaine doit faire son travail en informant les Africains non pas en faisant confiance aux gens qui veulent exploiter ou détruire l’Afrique. C’est à ce titre que nous continuons à demander des indemnités pour le dédommagement de l’Afrique, victime de l’esclavage et de la colonisation et aujourd’hui du néo colonialisme. L’Afrique est un continent déclaré pauvre. Si nous sommes pauvres, c’est à cause de l’exploitation de nos ressources. Ceux qui n’aiment pas l’Afrique utilisent des expressions dénuées de sens du genre « Biens mal acquis» alors qu’ils disposent des propriétés en Afrique. »

* Il développe une vision panafricaine après la mort de Kadhafi :
Le temps fort du discours du président, c’est l’hommage à la vision panafricaine de Moammar Kadhafi. Un discours courageux à l’inverse et à l’encontre de la propagande occidentale.
« Nous regrettons la disparition du colonel Mouammar Kadhafi. Prendre le relais de son combat panafricain est difficile. Ce d’autant que chaque pays a sa politique et quelques différences subsistent.  Globalement, beaucoup de chefs d’Etat africains étaient d’accord avec les idées de Kadhafi et ont d’ailleurs soutenu celles-ci. Je ne peux pas prendre le relais. J’invite plutôt les autres chefs d’Etat du continent noir à être solidaires. Certains chefs d’Etat sont téléguidés par des puissances occidentales, ils doivent éviter de tomber dans le piège des manipulations exogènes à l’Afrique, car ces puissances ne veulent pas que l’Afrique avance. »

LE REFUS DES DIKTATS OCCIDENTAUX

Dans cette optique anticolonialiste, le président Teodoro Obiang Nguema refuse les diktats occidentaux :
« Je n’accepte aucune leçon de gouvernance de la part de gens qui n’ont pas hésité à piller systématiquement et qui continuent de piller l’Afrique. Je n’ai aucun complexe vis-à-vis de dirigeants occidentaux. »
« Nous donnons la priorité à la coopération sud-sud, à la coopération interafricaine. Car nous devons d’abord resserrer nos liens. N’oubliez pas que cela fait seulement cinquante ans que nous nous sommes débarrassés du joug colonial. Il faut du temps pour mettre les bases du développement. Mais nous sommes optimistes et notre volonté est que l’Afrique grandisse. »
« Nous n’attendons rien de la presse occidentale, pour agir dans le sens de construire l’Afrique (…) La presse occidentale donne une image négative de l’Afrique. »

Déjà le 31 décembre dernier, dans son « Message à la nation » , il dénonçait les puissances impérialistes et la campagne de désinformation dont la guinée équatoriale est victime : « ne soyez pas surpris car la guinée équatoriale est parmi les pays sélectionnés par les puissances en crise économique pour la déstabiliser. Le peuple jouit des grandes libertés politiques, économiques, sociales et culturelles, l’on observe un développement progressif de la démocratie (…) avec le développement  des infrastructures économiques et sociales qui nous incite à continuer de travailler vers l’émergence de la Guinée équatoriale ».

TEODORO OBIANG NGUEMA A AUSSI UNE VISION REGIONALE AVEC LA « CEMAC »

La Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale ou CEMAC est une organisation internationale regroupant plusieurs pays d’Afrique centrale, créée pour prendre le relais de l’Union douanière et économique de l’Afrique centrale (UDEAC). Le traité instituant la CEMAC a été signé le 16 mars 1994 à Ndjamena (Tchad) et est entré en vigueur en juin 1999. Son siège est à Bangui (République centrafricaine.) La CEMAC regroupe l’Union monétaire de l’Afrique centrale (UMAC) et l’Union économique de l’Afrique centrale (UEAC). La CEMAC est composée de 6 États membres : Cameroun, République centrafricaine, République du Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad.

Le président équato-guinéen a aussi une vision pour la CEMAC et la région :
« La politique d’intégration en zone de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale prône la libre circulation des personnes et des biens. Il faut cependant se garder de tomber dans le piège de la mauvaise interprétation de cette politique. Car nous devons contrôler le terrorisme, le trafic de drogue et d’armes, le  grand banditisme… Toutes choses préjudiciables à une communauté qui aspire au développement. En revanche, nous encourageons la libre circulation des hommes d’affaires, des étudiants, des scientifiques, cadres de la fonction publique  et autres. En ce qui concerne l’implication de la Cemac dans la résolution de la crise en République démocratique du Congo,  la solution est, de notre avis, dans la médiation politique. Les Congolais doivent eux-mêmes résoudre leurs problèmes. Ce que nous souhaitons, c’est que la Rdc vive dans la paix. Il s’agit d’un grand pays. Mais les conflits freinent les efforts de développement. Peut-être faudra-t-il une conférence nationale pour la stabilité du pays… »

UN NOUVEAU DISCOURS EN AFRIQUE

La presse africaine ne s’y est pas trompée. C’est bien un discours nouveau en Afrique. Ecoutons l’analyse de Frédéric BOUNGOU (Cameroon Voice) :  « Pour lui, c’est bien simple : pour se développer, l’Afrique doit se départir du joug néo colonial, ses dirigeants doivent cesser d’être des pantins au service de l’Occident, et penser d’abord et avant tout au bien-être de leurs concitoyens. « Je n’ai aucun complexe vis-à-vis des dirigeants européens », soutient-il par exemple. L’Afrique, selon lui, dispose de potentialités énormes : ses ressources naturelles. Il lui faut donc seulement la volonté de ses dirigeants pour la faire décoller économiquement. Ci-dessous la quintessence de cette conférence de presse. Une profession de foi ? Une vraie leçon à ses pairs africains, surtout… »

VERS UN MODELE EQUATO-GUINEEN

Nous soulignons que la Guinée Equatoriale était un Etat en reconstruction, où un processus élaboré de développement de la vie démocratique de la République est en cours. Dans un livre très dur pour le Pays, Samuel Denantes Teulade (5) évoquait déjà en 2009à propos de Malabo la possibilité d’ « un nouveau modèle de développement pour l’Afrique ».

Le président Teodoro Obiang Nguema, qui définit son pays comme « un état social et de droit » (décembre 2012), développe aujourd’hui incontestablement une vision pour son pays. Revenons à sa conférence de presse de ce 14 mai 2013.

* Il insiste sur la reconstruction des institutions de l’Etat :
« L’avènement du Sénat participe d’une vision d’ensemble. Nous travaillons à la réforme de nos textes et lois pour que les Equato-guinéens participent effectivement à la gestion de la chose publique, à la vie politique. C’est dans ce cadre que de façon méthodique, nous voulons créer une chambre des représentants, mettre sur pied le Conseil économique et social, une Cour des comptes…
Nous sommes dans un processus démocratique qui épouse les réalités de nos cultures, nos traditions, nos mentalités…Dans un processus électoral crédible, deux aspects fondamentaux sont importants pour mener à bien les opérations électorales. D’abord, les inscriptions sur les listes, le recensement des votants qui ont été bien conduits au point où un document de satisfaction a été signé entre les partis politiques de l’opposition et le gouvernement. Ensuite la question du matériel électoral, notamment les ressources financières. A ce titre, le gouvernement a remis des ressources financières appropriées aux partis politiques. Tous ces aspects sont réglés. Reste attendue, la participation des populations au vote proprement dit. »

* Il vise à « l’émergence de la Guinée équatoriale », selon les termes de Cameroon Voice :
« Le gouvernement de cette République travaille pour le bien-être des fils et filles de ce pays. J’en veux pour preuve, la construction des logements sociaux, la construction des routes, la création d’une Université nationale, la création des centres et autres structures éducatifs… Dans cette dynamique, la priorité est donnée à la main d’œuvre locale. Certes, nous n’allons pas faire avec ceux qui ne veulent pas travailler, mais je peux vous assurer qu’en Guinée, il n’existe pas un problème de l’emploi. Nous avons fait instaurer une loi qui veut que les entreprises implantées dans notre pays consacrent 75% du personnel recruté à la main d’œuvre nationale. En outre, ces entreprises doivent avoir leur siège social construit sur place parce que quand ces entreprises vont partir de la Guinée équatoriale, les bâtisses vont rester au profit des Equato-guinéens. Un programme économique destiné à l’horizon 2020 ambitionne de faire de la Guinée équatoriale un pays émergent, autosuffisant. Nous ne voulons plus compter sur la dépendance économique. »

* Il mise sur l’éducation, la formations des élites nationales :
« Pour parvenir à ce cap, cela passe par la formation. A l’horizon 2020, nous voulons que nos jeunes soient des universitaires. Nous voulons laisser une nation prospère à la postérité avec des jeunes dynamiques, bien formés. Il faut retenir que la Guinée équatoriale n’est pas encore un pays émergent. Mais nous aspirons à l’émergence qui ne viendra pas facilement ou si nous croisons les bras. Nous devons y travailler. C’est dans cette optique que nous travaillons pour développer tous les secteurs d’activité, de l’agriculture à l’éducation en passant par les infrastructures de base et de communication. »

* Enfin, il entend gérer les ressources naturelles et l’après-pétrole :
« Le programme économique qui ambitionne de faire de la Guinée équatoriale un pays émergent en 2020 prend en compte la nécessité de rechercher d’autres alternatives. C’est pour cela que nous mettons un accent particulier sur la formation des jeunes, des ressources humaines car il vaut mieux avoir un peuple éduqué, bien formé qu’une nation pourvue en ressources naturelles. Le progrès dépend des compétences nationales. Tous les plans de développement sont la résultante de la vision du peuple équato-guinéen. En 2020, on ne regardera plus le pétrole, mais un pays développé. » 

Le temps semble venu, avec cette vision ambitieuse, et les moyens dont dispose le pays, « nouvel eldorado pétrolier », d’un modèle équato-guinéen pour l’Afrique …

Luc MICHEL

http://www.eode.org/eode-think-tank-analyse-geopolitique-panafricanisme-une-alternative-en-guinee-equatoriale

https://www.facebook.com/notes/eode-think-tank/-eode-think-tank-analyse-geopolitique-panafricanisme-une-alternative-en-guinee-e/505496752838772 

Notes et renvois :

(1) Cfr. LES ATLAS DE L’AFRIQUE, GUINEE EQUATORIALE, Ed. Jeune Afrique (Paris) ;
Jean-Claude Klotchkoff , LA GUINEE EQUATORIALE AUJOURD’HUI, Les Editions du Jaguar (Paris) ;
Et GUINEA ECUATORIAL , LA GUINEE EQUATORIALE, Les Editions du Jaguar (Paris).

(2) Samuel Denantes Teulade, MALABO, GUINEE-EQUATORIALE : LE NOUVEL ELDORADO PETROLIER DE L’AFRIQUE, L’Harmattan, Paris, 2009.

(3) Cfr. Luc MICHEL, GUINEE EQUATORIALE : ELECTIONS LEGISLATIVES , SENATORIALES ET MUNICIPALES LE 26 MAI 2013,
sur http://www.eode.org/eode-international-elections-monitoring-guinee-equatoriale-elections-legislatives-senatoriales-et-municipales-le-26-mai-2013

(4) Cfr. Luc MICHEL, « VISIONARY AFRICA » : DIALOGUE DES CULTURES ET COOPERATION ENTRE LES UNIONS EUROPEENNE ET AFRICAINE !, « La culture placée au cœur du dialogue Afrique-Europe ! », in LIBYA NEWS & FACTS, bulletin du CEREDD (Bruxelles et Paris) n° 2.150, 25 octobre 2010.

LM - EODE TT guin+®e +®q et panafricanisme (2014 04 08) FR 2

LM - EODE TT guin+®e +®q et panafricanisme (2014 04 08) FR 3

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 23:44

 

 

LM.NET - EN BREF r+®f+®rendum ou r+®pression (2014 04 05) FR 1

Luc MICHEL/ En Bref /
Avec Corriere del Veneto – EODE Press Office – PCN-SPO / 2014 04 05 /

Comme en Belgique contre les Républicains flamands ou la direction du PCN, l’état italien choisit la répression contre les autonomistes vénitiens.
Leur crime : Vouloir un référendum d’auto-détermination …
Visiblement ce qui est permis en Crimée ne l’est pas dans la soi-disant ‘démocratique’ UE !

Des indépendantistes vénitiens arrêtés par la police anti-terroriste :
Lire article (en Italien) sur le Corriere del Veneto :
« Indipendentisti, blitz all’alba: 24 arresti. Sequestrato ‘tanko’, in manette Rocchetta.
Sedici in Veneto, accusati di terrorismo ed eversione. «Epicentro» nel Padovano. Pronto un blitz in piazza San Marco. Questa sera Plebiscito.eu manifesta a Venezia »
http://corrieredelveneto.corriere.it/veneto/notizie/politica/2014/2-aprile-2014/blitz-contro-indipendentisti-24-arresti-2236075968.shtml

Sur le Référendum à Venise, lire aussi :
http://www.eode.org/eode-international-elections-monitoring-vers-un-referendum-dauto-determination-pour-lindependance-de-venise

Sur le Référendum en Catalogne, lire :
http://www.eode.org/eode-press-office-referendum-en-catalogne-le-droit-des-peuples-a-lautodetermination-a-nouveau-exige
_________________________

Luc MICHEL /
PROFIL Facebook https://www.facebook.com/luc.michel.505
Twitter https://twitter.com/LucMichelPCN
PAGE OFFICIELLE Facebook https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel
Website http://www.lucmichel.net

LM.NET - EN BREF r+®f+®rendum ou r+®pression (2014 04 05) FR 2

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 23:41

 

PIH - LM & FB est ukrainien (2014 04 06) FR

Luc MICHEL & Fabrice BEAUR pour PCN-INFO / 2014 04 06 /
Avec RT – AFP – Itar-Tass – Correspondances – lucmichel.net – PCN-SPO /
http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

Après la ville de Donetsk et la prise du bâtiment de l’administration régionale, c’est au tour de la ville de Kharkov, ce dimanche soir, de voir des manifestants occuper le bâtiment de l’administration régionale et hisser le drapeau russe.

A Donetsk, les manifestants ont présenté un ultimatum aux « autorités locales » : ils exigent la convocation du Conseil régional de Donetsk et la décision d’organiser un référendum sur l’avenir de la région avec un choix ouvert, dont l’intégration à la Fédération de Russie. A noter que la police n’est pas intervenue lors de la prise d’assaut de l’immeuble de l’administration régionale. La ville de Lugansk a vu aujourd’hui, le même scénario se dérouler : manifestation populaire massive, demande d’un référendum d’auto-détermination et prise de bâtiment(s) officiel(s).

Le président russe Vladimir Poutine s’est engagé à « défendre par tous les moyens » les populations russophones des républiques de l’ex-URSS. Rappelons son avertissement : « Si nous prenons la décision d’utiliser les forces armées en Ukraine, elle sera tout à fait légitime, en complet accord avec le droit international, dans la mesure où nous avons une demande du président légitime (Victor Ianoukovitch). Nos obligations coïncident dans ce cas avec nos intérêts à défendre les gens que nous considérons proches du point de vue historique, culturel, économique », a-t-il déclaré, précisant que cela relèverait alors d’une « mission humanitaire ».

UKRAINE : DES PRO-RUSSES PRENNENT D’ASSAUT UN BATIMENT OFFICIEL A DONETSK

Des manifestants pro-russes ont pénétré dimanche de force dans les locaux de l’administration provinciale dans la ville de Donetsk, dans l’est russophone de l’Ukraine, a constaté un correspondant de l’AFP. Plus de 2.000 protestataires manifestaient près des locaux gardés par la police. A la fin du rassemblement, environ 150 se sont détachés de la manifestation pour s’en prendre au bâtiment de l’administration locale. Après avoir été repoussés par la police, une cinquantaine de manifestants ont finalement réussi à pénétrer dans les locaux. Des manifestants ont amené le drapeau ukrainien qui flottait sur le bâtiment de 10 étages et hissé à la place un drapeau russe.

Les manifestants brandissaient des panneaux avec les slogans « Donetsk, ville russe », « Donnez-nous un référendum ! » sur l’indépendance et le rattachement à la Russie, ou « Otan dehors ! ».

Depuis le renversement fin février par un putsch du régime ukrainien pro-russe par des manifestants pro-occidentaux armés dans la capitale Kiev, les tensions sont vives dans l’est russophone de l’Ukraine, frontalier de la Russie. Plusieurs russophones y ont été tuées dans des manifestations.

« REPUBLIQUE DU DONETSK » !

Des manifestants ont réussi à pénétrer dans les locaux de l’administration provinciale. Certains ont amené le drapeau ukrainien qui flottait sur le bâtiment de 10 étages et hissé à la place un drapeau russe. Une banderole « République du Donetsk » a été déployée sur le bâtiment. Rappelant l’éphémère République des Conseils de 1918 …

Des images diffusées sur le site « Novosti Donbassa », Nouvelles du Donbass, montraient alternativement des manifestants devant le bâtiment, et des manifestants faisant face, sans violence, à des policiers casqués dans ce qui semblait être le hall d’entrée. Les policiers ont fini par quitter les lieux, a constaté le correspondant de l’AFP.

Les images diffusées ensuite sur le site montraient des manifestants dans le hall de l’immeuble, scandant « Russie! Russie ! », alors que l’un d’eux, mégaphone en main, assurait « Ceci n’est pas la fin, ce n’est que le début ». Le parquet de Donetsk, aux mains de la junte de Kiev, a indiqué à l’AFP « avoir ouvert une enquête sur la prise du bâtiment »

« DES PRO-RUSSES ATTAQUENT DES BATIMENTS OFFICIELS DANS L’EST » (AFP)

A Lougansk, grande ville de l’est du pays, comme à Donetsk, des manifestants s’en sont pris au bâtiment des services de sécurité ukrainiens (SBU), également à l’issue d’un rassemblement pro-russe, a constaté un photographe de l’AFP. Des manifestants, certains cagoulés, réclamaient la libération d’activistes pro-russes interpellés lors de précédentes manifestations. Ils ont jeté des oeufs puis des pierres sur les locaux du SBU, brisant des vitres. La police a tenté sans succès de les repousser avec des gaz lacrymogènes. Les manifestants ont réussi à casser la porte d’entrée, et certains ont pénétré dans les locaux.

… ET METTENT LES NEOFASCISTES A GENOUX !

Par ailleurs, à Kharkov, autre grande ville de l’Est (1,4 million d’habitants), des incidents ont opposé un petit groupe « de nationalistes » (selon l’AFP qui désinforme), en fait des néofascistes bendéristes à des manifestants pro-russes, « qui les ont obligés à quitter la zone de la manifestation à genoux », a constaté l’AFP. Les néofascistes ont ensuite été évacués sous protection de la police…

Il s’agissait de provocations de la part d’un commando de « Pravi Sektor ». Ces néonazis ont du battre en retraite sous la protection de la police. En effet, la population voulait les lyncher. La vidéo, c’est ICI.

La crise entre Moscou et Kiev a déjà débouché sur le rattachement de la péninsule ukrainienne de Crimée à la Russie, après un référendum non reconnu par l’Ukraine et les Occidentaux.

Le REFERENDUM est la solution civilisée à la crise ukrainienne. Mais Kiev et les occidentaux, ces champions auto-proclamés de la ‘démoratie’, n’en veulent pas. En Ukraine mais aussi en Catalogne ou à Venise …

Luc MICHEL & Fabrice BEAUR
________________________

http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 23:40

 

EW - LM russophobie balte (2014 04 05) FR

Luc MICHEL pour Europäischer Widerstand-Résistance Européenne /
Avec AFP – Belga – PCN-SPO / 2014 04 05 /
https://www.facebook.com/europaischer.widerstand
http://europaischer-widerstand.org

Il y a un ‘après Crimée’ à Moscou. Le temps de l’indulgence et de la patience est fini à Moscou envers Bruxelles et les pratiques russophobes que l’UE accepte honteusement en son sein.

La Russie a enjoint à la Lettonie de se plier « sans délai » aux recommandations du Comité des droits de l’Homme de l’ONU sur les droits de son importante minorité russophone, dans un communiqué publié ce samedi. Le comité de l’ONU a recommandé fin mars à ce pays balte de revoir sa politique des langues et s’est inquiété du statut de « non-citoyen » imposé depuis 1991 à une partie de la population faute de maîtrise du letton. Un scandale au sein de l’UE qui démontre, là aussi, le déficit démocratique de Bruxelles.

Mais Riga estime que sa législation – établie après son indépendance en 1991 et la disparition de l’URSS – « a pour objectif de corriger l’héritage de l’époque soviétique’ (sic). « Les autorités de ce pays font preuve par leurs déclarations d’une totale indifférence à l’égard des droits des « non-citoyens » et des représentants des minorités linguistiques, ainsi que d’un non-respect flagrant de leurs obligations internationales dans le domaine des droits de l’Hommes », déclare avec raison le ministère russe des Affaires étrangères dans le communiqué. « Nous espérons que les recommandations du Comité des droits de l’Homme vont être mises en oeuvre sans délai par les autorités de ce pays », ajoute le texte. Le letton est la seule langue officielle en Lettonie, pays qui compte deux millions d’habitants. Les Russes ethniques représentent officiellement 27% de la population de cette ancienne république soviétique désormais membre de l’Union européenne et de l’Otan. Officiellement car officieusement c’est près de 40% – les enfants de couples mixtes et les russophones ayant la nationalité lettonne étant comptés comme lettons ethniques pour gonfler leur chiffre – et la majorité à Riga la capitale

En 2012, la Lettonie a largement refusé par référendum (75% de non … lettons, le boycott des russophones ayant été une erreur politique) de faire de la langue russe la seconde langue officielle du pays. Comme en Estonie, pour obtenir la citoyenneté du pays, ils doivent passer des tests de connaissance de la langue lettone. En conséquence, quelque 13% de la population est apatride. Riga viole donc les droits démocratiques des minorités – russophones – telles qu’ils sont garantis par l’Union Européenne et pratique un nettoyage ethnique rampant. L’actualité nous rappelle une fois de plus que Riga ou Tallinn n’ont pas leur place dans l’Union Européenne.

QUAND BELGA DESINFORME…
ET PARTCIPE AU REVISIONNISME HISTORIQUE BALTE

Commentant cette info, l’agence Belga (Bruxelles) écrit que « Moscou avait annexé la Lettonie durant la Deuxième Guerre mondiale. Des millions de Lettons avaient alors été déportés en Sibérie, tandis que des populations russophones étaient envoyées en Lettonie. ». On notera la grossière désinformation. Il y avait moins de 2 Millions d’habitants en Lettonie en 1941 et donc il n’y a jamais eu de « millions de déportés » (sic).

C’est typique du révisionnisme historique balte auquel Belga, comme de nombreux médias de l’OTAN, participe …

Au sein même de l’Union Européenne, à Riga (Lettonie) et Tallin (Estonie), les plus hautes autorités et les gouvernements soutiennent des activités néo-nazies et développent un négationnisme visant à réhabiliter les anciens SS et à nier les crimes du génocide nazi. Le tout dans le silence assourdissant de Bruxelles et de la plupart des groupes antifascistes ou juifs.

EUROOPÄISCHER WIDERSTAND ET PCN : NOTRE ACTION DES 1998

Nous dénonçons, les premiers, avec EUROPÄISCHER WIDERSTAND et le PCN depuis 1998 cette situation, qui est devenue intolérable avec l’entrée des pays baltes dans l’Union Européenne en 2004.

Et nous avions mené alors une Campagne européenne « Riga-Tallin-Bruxelles : Pas de gouvernements pro-nazis dans L’Union Européenne ».
Nous avons aussi participé à l’encadrement des manifestations de nos camarades russes de NASHI, le ‘Mouvement de la jeunesse russe antifasciste et démocratique’, à Strasbourg et Bruxelles contre le révisionnisme estonien en 2008.

Où sont aujourd’hui les protestations et les mesures concrètes contre ce scandale au sein de l’UE ?
Le fait que les gouvernements baltes sont les nouveaux caniches exemplaires de l’OTAN explique-t-il ce silence honteux ? Il faut forcer les autorités lettones à ratifier sans réserves la « Convention-cadre sur la protection des minorités nationales » de l’UE.

LA REHABILITATION DES SS BALTES. COMME EN UKRAINE…

Les organisations nationalistes néo-fascistes lettones – dont celle (légale) des anciens SS lettons – n’ont pas de peine à obtenir une autorisation pour manifester dans le centre-ville.
Pire, lors d’une conférence historique au Danemark en avril 2005, le ministre letton des Affaires étrangères, Artis Pabriks, a qualifié les marches annuelles des ex-SS lettons au centre de Riga de « modestes processions d’anciens combattants » (sic), que la Russie interprète fort justement comme une renaissance du nazisme en Lettonie. Selon lui, l’assistance que les pays baltes ont prêtée aux nazis pendant la Seconde Guerre mondiale serait « un mythe et un exemple de la désinformation soviétique ». Il a ajouté évoquant les anciens SS letons – dont le premier fait d’arme a été le massacre des juifs de Riga – qu’ « il est plutôt triste de voir une procession d’anciens combattants aux cheveux blancs interprétée par la machine propagandiste comme la renaissance du nazisme » (sic).

Moscou considère avec raison les processions des ex-SS, souvent en présence d’officiels et d’officiers d’active, comme « une action amorale et inadmissible ». « Seule une logique dénaturée peut expliquer la situation où des légionnaires défilent au centre de la capitale lettone et la police use de la force contre les antifascistes », selon un communiqué du Ministère russe des Affaires étrangères publié contre la marche « traditionnelle » des anciens SS et des nationalistes qui ont eu lieu cette année. « Le plus cynique est que ces actions aient obtenu l’aval des autorités qui, en prévision du 60e anniversaire de la victoire sur le fascisme cherchent obstinément dans les capitales européennes un soutien à la politique de Riga censée réviser les résultats de la Seconde Guerre mondiale et le verdict de Nuremberg qui a baptisé les SS une organisation criminelle », selon le ministère russe.

La précédente présidente lettone Vike-Freiberga, elle, développait directement un discours négationniste, niant le génocide nazi, du même type que celui qui vaut des condamnations pénales aux dirigeants du Front National, ou aux néonazis comme Ernst Zündel. Evoquant le camp de concentration de Riga, qualifié fort justement d’ « Auschwitz letton » (plus de 100.000 morts et des expériences sur des enfants), elle parle dans un ouvrage officiel – parrainé par le Gouvernement américain, les mêmes qui financent les néofascistes ukrainiens – de « camps de rééducation par le travail » !

La question du révisionnisme balte rebondi chaque année à l’occasion du « débat » ouvert pour l’anniversaire de la victoire soviétique du 9 mai 1945 sur le Nazisme. Un faux « débat » – parce qu’il n’y a rien à débattre et que les véritables questions sur le sujet sont ailleurs. Les politiciens révisionnistes des états baltes n’ont été dans cette affaire – attitude qui leur est traditionnelle depuis 60 ans – que les porteurs de valise de la politique impérialiste américaine et atlantiste en Europe de l’Est. Ce qui a permis ce pseudo débat, c’est d’une part le travail de sape mené depuis plus d’une décennie par l’Ecole historique révisionniste atlantiste sur la victoire antinazie de 1945 et d’autre part la méconnaissance fondamentale des médias et politiciens occidentaux sur l’histoire des Pays baltes et de l’Europe orientale. On voit ainsi des media importants – comme BELGA ou l’AFP – poser des questions qui ont reçu depuis longtemps leurs réponses et reprendre sans aucun recul critique les mensonges de la propagande – qui vise notamment à réhabiliter les fascismes locaux – des régimes baltes.

MAIS LA VERITE HISTORIQUE EST TOUTE AUTRE.

Rappelons donc quelques faits non discutables.
La Lettonie a été un des foyers révolutionnaires de 1917-1920 et a fourni à la Révolution bolchévique de nombreux cadres (à commencer par les régiments de fusiliers lettons qui ont protégé Lenine à Petrograd). C’est l’intervention armée des « corps francs » allemands proto-fascistes et de la Flotte britannique (qui agissait dans le cadre de l’intervention occidentale contre les Bolchéviques de 1918-1921 aux côtes des Armées blanches contre-révolutionnaires) qui a empêché la Lettonie de devenir une république soviétique dès 1918.
Au cours des années 20 et 30, les régimes baltes ont évolué vers le fascisme et ont développé des législations antisémites (notamment un statut spécial sans droits civiques pour les juifs lettons).

Une partie importante de la classe politique balte est issue de cette matrice pro-fasciste. Cette situation explique pourquoi la collaboration pro-nazie a été si importante en 1941-45 et la participation directe des Baltes à l’organisation et à l’exécution du génocide des juifs. Elle explique aussi le rôle important des fascistes baltes émigrés après 1945 – et revenus au pouvoir après 1990 – dans le combat antisoviétique. Le révisionnisme des régimes baltes, tel qu’il s’étale à l’occasion de chaque 9 mai, est directement issu de cette matrice idéologique (1).

En 1940, les pays baltes entrent – légalement et selon les lois internationales, après un référendum – dans l’URSS, qui libère son territoire (occupé par les nazis dès juillet 1941) en 1944-45. Le Kremlin réfute donc le terme d’ « occupation » avancé par les régimes baltes à propos de leur intégration dans l’URSS. « Plusieurs pays tentent de récrire l’histoire à leur avantage en profitant du contexte », estimait le journal moscovite IZVESTIA.

L’arrivée des Nazis en juin 1941 sonne l’heure de la revanche pour la bourgeoisie balte, accueillant à bras ouvert les armées allemandes, fournissant légions SS et formations policières, dont la première tache sera le massacre des juifs, dont bien peu survivront.
L’épuration soviétique de 1945, qui vise plusieurs dizaines de milliers de baltes dans trois pays – et non pas des ‘millions ‘ (sic) – où la base de la collaboration pro-nazie a été importante, frappe les collaborateurs des nazis et notamment ceux qui ont participé au génocide des juifs. Ce qu’oublient les révisionnistes baltes. Elle est de même nature que celle opérée en France, Belgique ou Italie.

La participation directe des fascistes baltes au génocide juif, particulièrement en Lettonie – ce que nie la précédente Présidente lettone Vike-Freiberga qui a tenu des propos négationnistes, où le camp nazi d’extermination de Salaspils – l’ « Auschwitz letton », près de Riga, où les nazis réalisèrent des expériences médicales sur des enfants – devient un « camp de travail correctif » (2) – n’est nullement discutable ni discutée. Notamment après les travaux de l’historien letton Andrew Ezergailis (3).

De 1940 à 1990, les pays baltes font partie de l’URSS. Ils sont administrés par une classe politique locale et disposent de l’égalité des droits, notamment en matière culturelle. Les langues baltes sont des langues officielles de l’URSS. Et, selon la politique stalinienne, les cultures locales sont non seulement favorisées mais développées. Parmi les dirigeants soviétiques qui s’opposent à l’éclatement de l’URSS en 1988-91, on trouve de nombreux baltes. Notamment le colonel letton Victor Alknis, dirigeant du groupe Soyouz – le plus pro-soviétique – au Soviet suprême d’URSS, député de la Douma russe après 1991.

1991 voit le retour des émigrés pro-fascistes. Trois exemples parlent d’eux-mêmes : la précédente Présidente lettone avait un passeport canadien, le précédent président lithuanien avait la nationalité américaine, Janis Kazocinu le chef de la Sûreté lettone est un « ex » général britannique et le général Jonas Kronkaitis commandant l’armée lithuanienne est un général de l’US Army « à la retraite » (4). La réhabilitation des anciens fascistes, y compris les légionnaires SS, avec l’accord des gouvernements et de la nouvelle classe politique balte, est immédiate dans les trois pays baltes (avec un bémol en Lithuanie depuis 1998).

La population des pays baltes n’est homogène dans aucun des trois pays, bien au contraire. On y trouve des minorités importantes (qui en Lettonie notamment forment la majorité de la population réelle) : non seulement russes – 40% en Lettonie et 80% à Riga –, mais ukrainiens, biélorusses, polonais, juifs (rescapés du génocide). La citoyenneté étant définie selon le droit du sang et l’origine ethnique dans les pays baltes, les minorités n’ont pas les droits civiques et politiques (qu’ils ne peuvent acquérir qu’après un processus long et difficile). La majorité des minorités de Lettonie est donc constituée de non-citoyens en raison de leur ethnie, y compris plus de 20.000 juifs de Lettonie. Sur lesquels les antifascistes sionistes, de type alimentaire au service des appareils d’état de l’OTAN, en Belgique et en France notamment, se taisent honteusement. Des citoyens de seconde zone, privés de passeports, de droits civils et politiques.

Que dirais-t-on ailleurs en Europe si, comme c’est le cas pour plus de 20.000 juifs de Lettonie, on refusait à des juifs la citoyenneté et les droits politiques et civiques en raison de leur origine ? A Riga, la capitale lettone, la langue russe est bannie, totalement absente. Mais les Russes y représentent pourtant près de 80 % de la population !

Voilà tout ce que les media aux ordres de l’OTAN ne disent pas.
En donnant la parole à grande échelle aux révisionnistes baltes, la presse européenne et les politiciens européens – comme Blair, le 1er ministre belge Verhofstad (5) ou le Danois Uffe Ellemann-Jensen (6) – se sont fait directement la complice du révisionnisme et du négationnisme baltes (7).

Les armées de l’OTAN participent aussi à ce révisionnisme. Ainsi l’Ecole des cadets de l’Armée estonienne porte le nom du Colonel Rebane, commandeur de la Légion SS locale. Elle a été inaugurée en présence d’officiers supérieurs de la Bundeswehr et de l’OTAN. Des officiers supérieurs lettons assistent aux marches des anciens SS lettons à Riga. L’OTAN – dont la Lettonie et l’Estonie sont aujourd’hui membres – avalise la réhabilitation des anciens SS.

Luc MICHEL

* Pour plus d’informations :
http://resistanceeuropeenne.online.fr
https://www.facebook.com/europaischer.widerstand
http://europaischer-widerstand.org

* Sur la réhabilitation des anciens SS par les gouvernements baltes, lire :
http://www.pcn-ncp.com/editos/fr/ed-000421.htm
_________________________

NOTES ET RENVOIS :

(1) Le parcours du colonel estonien Alfons Rebane symbolise cette situation : dirigeant fasciste avant 1941, commandeur de la légion SS estonienne de 1941 à 1945, dirigeant de maquis fasciste – aidé par la CIA et le Groupe Gehlen – jusqu’en 1947 en Estonie (où il trouve la mort en 1947 croix de fer nazie au col), réinhumé en Estonie en 2000 en présence d’officiers supérieurs de la Bundeswehr et de l’OTAN, l’Ecole de cadets de l’armée estonienne (membre de l’OTAN) porte son nom (que dirait-on si l’école de cadets de l’Armée belge portait le nom de Degrelle ou celle de l’Armée française le nom de Doriot ?)

(2) Rappelons les liens de Vaira Vike-Freiberga et de son mari avec les milieux fascistes lettons : « Le professeur Vaira Vike-Freiberga joue un rôle central dans ce dispositif. La famille de cette canadienne, qui a fuit la Lettonie à la chute du Reich, était liée aux agents nazis des réseaux stay-behind de l’OTAN, via une association clandestine destinée à la diaspora, Les Faucons de la rivière Daugava (Daugavas Vanagi). Celle de son époux, Imants Freibergs, est passée par le camp du MI6 en Allemagne à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Professeur de psychologie à l’université de Toronto, spécialiste de l’influence des drogues sur le comportement humain, Mme Vike- Freiberga s’installe à Riga début 1999, prend la nationalité lettone et est élue au printemps Présidente de la République ; mandat qui lui sera renouvelé quatre ans plus tard. Au cours des dernières années, la présidente Vike-Freiberga s’est attelée à réécrire l’histoire européenne (…) En janvier 2005, le gouvernement letton a publié un ouvrage intitulé HISTOIRE DE LA LETTONIE : XXe SIECLE. Il est précisé à l’intérieur du livre qu’il a été imprimé avec le soutien financier de l’ambassade des Etats-Unis. Le lancement a été effectué lors d’une conférence de presse de la présidente de la République. On y lit avec surprise, entre autres, que le camp de Salaspils, où les nazis réalisèrent des expériences médicales sur des enfants et où 90.000 personnes furent assassinées, n’était qu’un « camp de travail correctif » et que les Waffen SS étaient des héros de la lutte contre les occupants soviétiques. Cet ouvrage, ainsi que divers manuels scolaires, a soulevé la colère des parlementaires et du gouvernement russe, et l’émoi dans de nombreux pays d’Europe centrale et orientale ».

(3) fr. Andrew Ezergailis, THE HOLOCAUST IN LATVIA, 1941-1944 : THE MISSING CENTER, Historical Institute of Latvia (June, 2002).

(4) Dans son livre KGB ET CIE, A L’ASSAUT DE L’EUROPE, Roumania Ougartchinska explique que la population lettone désabusée appelle ces émigrés « la bande des étrangers ». « C’est dans cette perspective que le MI6 et la CIA ont pris le contrôle de la Lettonie. A la faveur du chaos post-soviétique, ils y ont placé leurs hommes à la tête de l’Etat (…) À titre d’exemple, le Bureau de protection de la Constitution (SAB), notamment chargé de défendre la démocratie, est dirigé par Janis Kazocinu. Or, celui-ci est en réalité un général de l’armée britannique, devenu attaché militaire à Riga lors de l’indépendance, puis adjoint du chef d’état-major. Il n’a pris la nationalité lettone qu’à l’occasion de sa nomination ».
Cfr. Roumania Ougartchinska, KGB ET CIE, A L’ASSAUT DE L’EUROPE, Editions Anne Carrère, 2005, et Edward W. Baranauskas, « The Jonas Konkraitis story », LITHUANIAN WEEKLY, Vilnius, 5-18 août 2003.

(5) Plusieurs pays occidentaux ont soutenu la présidente lettone, qui « montre clairement qu’un an après que la Lettonie a pris une nouvelle fois la place qui lui revenait de droit dans l’Europe et 14 ans après avoir regagné son indépendance, vous êtes capables d’aller de l’avant avec la réconciliation et de faire des efforts (afin de nouer) des relations constructives avec la Russie » (sic), a déclaré le Premier ministre Tony Blair dans une lettre adressée à Vike-Freiberga. Pour le chef du gouvernement belge Guy Verhofstadt, la décision de participer aux cérémonies du 9 mai à Moscou – tout en insultant la Russie – est « une forte affirmation de votre volonté et celle de votre pays de consacrer des efforts pour construire l’avenir » (resic). Le congrès américain a débattu en 2005 sur un projet de résolution demandant à la Russie de reconnaître et condamner « le fait qu’entre 1940 et 1991 l’Union soviétique a occupé illégalement et annexé l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie ».

(6) Uffe Ellemann-Jensen, Ancien ministre des Affaires étrangères du Danemark, « Comprendre le passé et regarder l’avenir », LE FIGARO, 9 mai 2005 : « J’admire le troisième président balte, Vaira Vike-Freiberga, de Lettonie, qui a décidé de se rendre à Moscou, pour honorer ce qui le mérite et dire haut et fort ce qu’il ne faut pas dissimuler. Elle montre par ce geste la position forte de son pays en tant que membre de l’Otan et de l’Union Européenne, et adopte une attitude morale qui inspire le respect. C’est tout à son honneur » (sic). Uffe Ellemann-Jensen ne nous dit pas ce qu’ils pensent des propos négationnistes de la présidene lettone concernant le camp d’extermination de Riga…

(7) L’historien Marc Ferro rappelle dans L’EXPRESS (« Les 100 jours qui ont changé le monde », Paris, 2 mai 2005) que le révisionnisme letton plonge ses racines dans l’idéologie atlantiste de la Guerre froide : « Ces Baltes perpétuent ce qu’on appelait alors l’ «esprit de Riga », c’est-à-dire la résistance, successivement, à l’impérialisme tsariste puis soviétique. Ce refus était incarné par des émigrés baltes aux Etats-Unis, puis par des diplomates en poste dans ces pays qui avaient contesté, en 1941, la conclusion de la « grande alliance » entre Washington et Moscou, et plus encore l’esprit de conciliation qui avait régné à Yalta. Derrière George Kennan, Loy Henderson, Charles Bohlen, diplomates et collaborateurs du Département d’Etat, ils mettaient en place le futur argumentaire de la guerre froide (…) Plus tard, ces mêmes hommes énoncèrent la doctrine du containment : bloquer les Soviétiques sur leurs positions ».

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 23:36

 

PCN-TV - LM sur Afrique Media Tv 5 (2014 04 07) FR

Luc MICHEL sur AFRIQUE MEDIA TV
ce lundi 7 avril 2014 à partir de 11h30 …

Emission ‘Le Débat Panfricain’
animée par Bachir Mohamed Ladan /
En rediffusion et en streaming sur
http://lb.streamakaci.com/afm

VOIR OU REVOIR/
Parmi les thèmes abordés par Luc MICHEL :

>>> RWANDA :
20 ans après le génocide, que célèbre-t-on ? qui sont les principaux responsables ? et à quelle fin ?
Introduction de Luc MICHEL,
Qui dégagera les responsabilités historiques et immédiates de la Belgique et de la Cour belge, de l’Eglise belge, de la France, des USA de Bill Clinton ;
Abordera l’état des enquêtes sur les auteurs de l’attentat déclencheur de 1994 ;
Il évoquera aussi l’arrière-plan géopolitique du génocide et de son exploitation dans la région des Grands-lacs.

LES AUTRES SUJETS DU ‘DEBAT PANAFRICAIN’/
REDIFFUSION DE L’EMISSION DE CE DIMANCHE 6 AVRIL 2014

SUJETS TRAITES :
1- CAMEROUN: Mise en détention d’un ministre en fonction. Bavure judiciaire? (JEAN DE DIEU AYISSI)
2- SENEGAL/GUINEE : Dakar ferme ses frontières avec Conakry en vue de limiter les dégâts d’Ebola. Est-ce la meilleure solution? (NOUHA SADIO)
3- COTE D’IVOIRE : Les sit-in du FPI et les marches éclatées prévues peuvent-ils faire plier le gouvernement Ouattara ?
- Est-ce une bonne politique de la part de l’opposition qui choisit la confrontation ? (François BIKORO, PATRICK SAPACK)
4- KENYA : Un troisième imam assassiné mardi dernier dans la ville de MOMBASSA. Quelles conséquences pour la stabilité ? (Dr BASSILEKIN)
5- RCA : la paix passe-t-elle forcement par le renforcement des effectifs militaires? (JP SAMNICK, Jules NJAWE)
6- LIBYE: SAADI KADHAFI s’excuse auprès du peuple libyen. Pourquoi lui ? (Luc MICHEL, Robert SIMO)
7- MALI: le président IBK cité dans une enquête de la justice française visant un parrain corse pour « blanchiment aggravé en bande organisée », « abus de biens sociaux » et « faux en écriture privée » (HADI DIAKITE, François BEYO)
8- NIGER : Le Collectif des structures de la société civile pour la défense des intérêts du Niger reste plus que jamais débout pour le respect de la loi minière de 2006 par le groupe AREVA. (ABDOU ADAMOU, Patient NDOM)
9- SOUDAN : signature de la « paix des braves » au Darfour en présence des Présidents IDRISS DEBY du Tchad et OMAR El BECHIR du Soudan. Est-ce la fin de la longue crise ? (Eric YOMBI)

SUJETS DEBATTUS :
1- SOMMET UE/AFRIQUE : est-ce une nouvelle ère de coopération ?
2- EXERCICE DU POUVOIR EN AFRIQUE : Quel modèle de démocratie ?
Luc MICHEL y parle longuement de la crise du Parlementarisme, de ses manipulations, de l’alternative de la Démocratie Directe …
3- BURKINA FASO : Exhumation des restes de Sankara : De quoi le pouvoir a-t-il peur ?
Luc MICHEL y demande justice pour la mémoire de Thomas Sankara …
4- ICONE DE LA SEMAINE : GAMAL ABDEL NASSER (Egypte)

KH / PCN-TV
_____________________
# TV panafricaine AFRIQUE MEDIA …
Website : http://afriquemedia.tv
Streaming : http://lb.streamakaci.com/afm

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 23:35

 

LM - EODE TT Du g+®nocide rwandais a la recolonisation des Grands Lacs (2014 04 05) FR 1

 

Luc MICHEL Karel HUYBRECHTS pour EODE Think Tank /
Avec EODE-Books – JamboNews – Editions Duboris / 2014 04 05 /

« Pour les dirigeants de Bruxelles, les millions de morts du Congo ont nécessairement moins d’importance que les « 800.000 » victimes tutsi du Rwanda. Ces victimes congolaises ont d’autant moins d’importance que leurs bourreaux sont précisément des rebelles tutsi du Rwanda. C’est ce parti pris obscène qui choque aussi les Congolais. Une victime quelle que soit son origine ethnique, son appartenance religieuse ou sa couleur mérite d’être considérée et respectée. Ce n’est pas le cas actuellement dans les Grands Lacs. Les victimes congolaises et hutu ne sont pas traitées à égalité avec les victimes tutsi, et ce, depuis bientôt vingt ans. Cela est inacceptable, pervers et dangereux pour l’avenir et pour l’histoire. Le comportement des dirigeants européens et celui des organisations internationales est, dans cette tragédie, contraire aux principes d’équité, d’impartialité et d’égalité de traitement »
- Charles Onana.

L’UE MISE EN CAUSE DANS UNE PERSPECTIVE GLOBALE

Peu de journalistes, encore moins d’historiens ont analysé le génocide rwandais dans la perspective géopolitique globale de la déstabilisation de la région des Grands Lacs et de sa recolonisation rampante.

Mettre en rapport le génocide rwandais – élément déclencheur qui a permis l’arrivée au pouvoir de Kagame –, la crise du Congo, le régime Kabila, la crise de la région des grand lacs, et le régime Kagame qui en est l’acteur majeur, avec ses complicités dans l’UE et en Occident : c’est ce que fait le livre de Charles Onana, journaliste d’investigation franco-camerounais. Dont nous partageons les analyses.

« Je ne comprenais pas pourquoi l’Europe, qui prône la défense des droits humains et de la démocratie, s’accommode tant du trucage des élections au Rwanda et en RDC et de la violation des droits de la personne dans ces deux pays, dit-il. Je m’étonnais aussi du silence persistant en Europe sur le harcèlement des militants des droits humains et leur assassinat tant au Rwanda qu’en RDC. J’ai donc décidé d’enquêter dans « l’arrière-cuisine » de la diplomatie européenne ».

A partir des notes internes du Conseil de l’Europe, des rapports restreints de la Commission Européenne et des confidences de diplomates et de hauts fonctionnaires européens, Charles Onana dans son livre EUROPE, CRIMES ET CENSURE AU CONGO (Editions Duboiris) (1) apporte de nombreuses preuves sur la bienveillance des institutions européennes à l’égard du régime de Paul Kagame dans ses actions criminelles en RDC.

Dans ce livre riche en révélations et documents inédits, on découvre notamment :
- Comment Joseph Kabila a été imposé à la tête de la République Démocratique du Congo (RDC) en 2006 par George Bush et de Jacques Chirac au moyen d’élections truquées et financées par l’Union Européenne (UE) ;
- que la condition exigée à Joseph Kabila pour rester au pouvoir était qu’il se taise sur les incursions rwandaises à l’Est de la RDC et sur les atrocités commises par les hommes de Kagame ;
- que malgré la multiplication des rapports internes attestant clairement de la présence des soldats rwandais à l’Est de la RDC, l’UE nie officiellement l’invasion du Congo par le Rwanda et censure tout discours mettant en cause Paul Kagame et ses hommes ;
- que l’Union Européenne a dépensé plusieurs millions d’ euros pour bâtir une armée congolaise avec des truands, des violeurs et des criminels contre l’Humanité, malgré les inquiétudes de certains hauts fonctionnaires sur ce « brassage » périlleux.

Au terme de cette enquête délicate et dérangeante, qui nous mène des bureaux feutrés de Bruxelles, où l’on étouffe surtout les scrupules, aux dangereuses forêts de l’Est du Congo peuplées de réfugiés, de tortionnaires, d’enfants-soldats et de chercheurs de coltan, en passant par les salles de réunion de l’ONU, on mesure à quel point l’écart est grand entre les valeurs proclamées par l’Union Européenne et la réalité de ses interventions sur le terrain. Un tableau terrifiant qui met à mal le prestige des institutions européennes, qui pose questions sur l’idéologie de l’UE et qui peut légitimement inquiéter le contribuable européen quant au bien-fondé et aux véritables objectifs de la diplomatie de Bruxelles en Afrique et au Congo.

« L’UNION EUROPEENNE CENSURE L’IMPLICATION DU RWANDA DANS LA CRISE CONGOLAISE »

Lors d’une interview exclusive accordée à JamboNews à Bruxelles (2), Charles Onana, avait répondu aux questions autour de son livre consacré à la RDC et au Rwanda. Il a notamment évoqué le rôle du Rwanda dans la crise congolaise ainsi que le silence de l’Union européenne au vu de tous les épisodes tragiques observés en République démocratique du Congo depuis le début des hostilités en 1996.

Charles Onana part d’une constatation simple selon laquelle l’Union européenne parle moins de l’implication du Rwanda dans les conflits armés qui secouent le Congo. Tout récemment, suite aux rapports des experts de l’ONU accusant le Rwanda de soutenir des rebellions en RDC, Charles Onana dit avoir constaté que le discours de l’Union européenne ménageait beaucoup Kigali et l’épargnait d’une interpellation directe sur son rôle dans la déstabilisation de la RDC. « C’est la raison pour laquelle  j’ai enquêté sur les processus de décision au sein de l’Union européenne. Qui influence qui et dans quel but ? »  a t-il notamment déclaré.

Dans le cadre de ses investigations, Charles Onana confie avoir obtenu plusieurs documents tenus secrets des institutions européennes, documents parfois issus des rapports des envoyés spéciaux  de l’Union européenne dans la région des Grands Lacs. Sans doute des pièces à conviction. « En effet, ces documents n’étaient pas destinés à être rendu public. En ayant ces documents, j’ai pu reconstituer les pièces manquantes du puzzle. En outre,  les témoignages des diplomates m’ont aidé », a indiqué Charles Onana. Ce dernier a également révélé l’échange qui a eu lieu en 2003 entre le président de la RDC Joseph Kabila et Javier Solana, Haut représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune de l’Union européenne.

Selon Charles Onana, Joseph Kabila avait écrit à Javier Solana pour mettre en place une police intégrée en vue d’assurer la sécurité du processus électoral en RDC. Onana déplore que cette initiative ne fût guère pour l’intérêt de la population congolaise. Décriant par ailleurs la passivité et l’incompétence de Joseph Kabila, Charles Onana a affirmé que le président congolais est une émanation de l’AFDL et du Rwanda.

KAGAME, OMBRE ET LUMIERE

Côté lumière, le président Kagame est largement crédité de la spectaculaire transformation du pays depuis 20 ans avec une incontestable réussite économique et la forte éradication de la corruption. Dévasté et traumatisé lorsque les rebelles du FPR prirent le pouvoir en 1994, mettant fin à un génocide qui venait de faire environ 800.000 morts essentiellement dans la minorité tutsi, le Rwanda a enregistré ces dernières années la croissance la plus forte d’Afrique de l’Est.

Mais détracteurs du régime et observateurs dénoncent un monopartisme de fait – bien que onze partis soient enregistrés officiellement – et l’absence de liberté d’expression.

Côté ombre, les critiques visent la démocratie de façade, mais aussi et surtout la politique extérieure du régime Kagame et ses interventions chez ses voisins. Et particulièrement le rôle du Rwanda dans la crise congolaise.

Ainsi Charles Onana met en cause à la fois l’interventionnisme déstabilisateur du Rwanda dans la région des Grands Lacs et singulièrement au Congo (RDC), mais aussi son rôle comme agent des multinationales…

« LE RWANDA DE KAGAME EST DEVENU L’AVOCAT DE LA RECOLONISATION DE L’AFRIQUE »

Charles Onana n’a pas non plus eu des mots tendres envers le régime de Paul Kagame. « Kagame mène une guerre économique au Congo. Aujourd’hui, on a la démonstration de cette assertion. Depuis longtemps, les gens avaient sous-estimé le rôle du Rwanda comme un sous-traitant des multinationales. Le Rwanda de Kagame est devenu l’avocat de la recolonisation de l’Afrique », déclare Charles Onana.

Charles Onana soutient que le Rwanda a  des agents et des lobbies très actifs au sein des institutions européennes parmi lesquels, le non moins influent Louis Michel – leader libéral belge, ancien ministre et commissaire européen –, initiateur du groupe « les amis du Rwanda » au sein du parlement européen, pour vous dire le travail abattu en coulisses.

Dans une autre interview au journaliste Robert KONGO (3), Onana revient sur « Le rôle de Louis Michel, ancien ministre et commissaire européen », « majeur dans cette action de lobbying. Ces dernières années, ses prises de position aussi bien au sénat belge qu’au sein de la commission européenne ont été déterminantes. Par exemple, il s’est opposé à la proposition d’un diplomate allemand qui demandait l’adoption de sanctions économiques contre le Rwanda après la publication des rapports de l’ONU prouvant l’implication des troupes rwandaises dans le pillage et la déstabilisation de la RDC. Louis Michel a considéré qu’envisager des sanctions contre le Rwanda serait contre productif. Pour lui, « Kagame est un visionnaire » et son pays serait un « pôle de stabilité » dans les Grands Lacs. Louis Michel a ouvertement pris fait et cause pour le régime dictatorial de Kagame et s’échine à le défendre coûte que coûte au sein des institutions de Bruxelles ».

« Les compte-rendus du sénat belge sont à ce sujet édifiant, rappelle Onana. On y découvre un Louis Michel agissant et parlant non pas comme un ministre belge mais plutôt comme « un militant rwandais » plaidant la cause de son « visionnaire » de Kigali. Il a même osé créer une association des amis du Rwanda au lendemain de la publication du rapport mapping de l’ONU en 2010. Il était partout, courant et transpirant pour un utopique « dialogue entre Kinshasa et Kigali ». L’impartialité de cet ancien commissaire européen n’a jamais été de mise dans la crise des Grands Lacs. »

POURQUOI CE ROLE HONTEUX DE L’UE DANS LA REGION DES GRANDS LACS ?

Sans toutefois entrer en profondeur sur la notion de stabilité, Onana justifie le soutien indéfectible de l’Union Européenne au Rwanda par la garantie qu’il offre sur la stabilité de leurs intérêts dans cette région. Raison pour laquelle selon lui, l’UE continue de se voiler la face sur la situation dans la région des Grands-Lacs. Malgré les violations des droits de l’Homme au Rwanda, l’Union européenne continue toujours à apporter son soutien à ce régime dictatorial. Eu égard à ce qui précède, l’UE ne respecte donc pas ses propres principes, a conclu Charles Onana.

Onana donne l’exemple de la participation de l’UE dans la répression et le truquage des élections au Congo : « le chef de la diplomatie européenne (Javier Solana) et Joseph Kabila ont eu plusieurs échanges téléphoniques et épistolaires. Le président congolais lui a adressé une requête le 20 octobre 2003, dans laquelle il demandait la création d’une unité de police intégrée chargée d’assurer la sécurité des institutions de la transition en RDC. Ce dispositif sera effectivement mis en place, appuyé et supervisé par EUPOL (la Mission Européenne de Police). Il aura pour objectif d’assurer la sécurité des bureaux de vote, la protection des urnes et celle des membres de la commission électorale indépendante. En réalité, l’unité de police intégrée a servi à empêcher toute contestation des Congolais à la suite d’un scrutin qui devait donner Joseph Kabila gagnant. Celui-ci était, en effet, déjà soutenu et désigné par les Etats-Unis avant le scrutin. La demande de protection du processus électoral va également s’étendre au plan militaire. C’est ainsi qu’en 2006, Solana écrit à Kabila pour le rassurer de la possibilité d’un déploiement d’une force de l’Union Européenne en RDC dans le cadre des élections. Joseph Kabila répond immédiatement dans une lettre du 19 mai 2006 par laquelle il le remercie de cette initiative. Le chef de l’Etat congolais a donc pu ainsi bénéficier du soutien des Etats-Unis, des Nations Unies et de l’Union Européenne pour accéder au pouvoir. »

Des thèses dérangeantes donc sur un dossier soigneusement occulté à Bruxelles et New-York. Qui rejoint les préoccupations d’EODE sur le double langage des institutions européennes.

Luc MICHEL & Karel HUYBRECHTS 

 

Notes :

(1) Charles Onana, EUROPE, CRIMES ET CENSURE AU CONGO, Editions Duboiris, Collection : Secrets d’Etat, 2012.

(2) Propos recueillis par Mathy Mati et Charis Basoko
sur http://www.jambonews.net/actualites/20121205-charles-onana-lunion-europeenne-censure-limplication-du-rwanda-dans-la-crise-congolaise

(3) Propos recueillis par Robert KONGO
sur http://www.lecongolais.cd/charles-onana-denonce-le-silence-de-loccident-sur-le-genocide-congolais

LM - EODE TT Du g+®nocide rwandais a la recolonisation des Grands Lacs (2014 04 05) FR 2LM - EODE TT Du g+®nocide rwandais a la recolonisation des Grands Lacs (2014 04 05) FR 3

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article