Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 16:59

Les jeunes en Algérie et en Tunisie comme en Grèce luttent contre la précarité de l'emploi, un avenir bouché et sans avenir. Leur combat s'inscrit dans la lignée de nos revendications : contre un régime corrompu tenu par des oligarques, une petite poignée de nantis et de banquiers sans scrupules. Leur révolte sociale est légitime ! La presse occidentale qui présente le régime tunisien souvent comme un modèle, alors que de jeunes diplômés se retrouvent sans travail à la fin de leur cursus universitaire. Ajoutez à cela une vie chère, un pouvoir d'achat très faible! On reconnaît ici les mêmes symptômes que connaissent les jeunes français et européens. « On a voulu pousser les jeunes à bout pour les faire sortir dans la rue, dénonce Nacer, président de SOS Bab El Oued. La situation actuelle est propice à l’embrasement avec la dernière augmentation des prix de certains produits. Cela rappelle ce qui s’est passée en octobre 88.»

 

Les jeunes, les ouvriers, les demandeurs d'emploi sont acculés à la misère... Des prix de produits de grande consommation, en hausse, ne permettant pas au peuple de s'alimenter au minimum c'est intolérable ! Les prix du sucre, de la farine et des céréales ont bondi de 20 à 30%. Le kilo de sucre qui valait 70 dinars il y a peu (72 centimes), s'achète aujourd'hui 150 dinars (1,50 euro) quand un camionneur gagne environ 800 dinars par jour (8,40 euros).

« Dans ces trois pays, il y a eu des efforts dans le domaine de l'éducation, mais on n'a pas pensé aux mécanismes d'intégration des jeunes diplômés à la collectivité, une intégration qui passe évidemment par l'emploi », estime Driss Benali, économiste, professeur à l'université Mohammed V de Rabat.

« Il y a beaucoup de chômage, beaucoup de diplômés-chômeurs et ça fait longtemps que ça dure. La situation tient tant qu'il y a de la croissance économique », observe Pierre Vermeren, maître de conférence à l'université de Paris I.

« De plus, la crise économique a bloqué l'émigration » qui était une soupape pour les économies du Maghreb, en offrant un débouché à certains diplômés, note-t-il.

« En Tunisie, ils manifestent parce qu'ils étouffent, ce n'est pas une violence seulement sociale mais une protestation contre le fonctionnement du régime. Le régime et la famille Ben Ali ont écarté toutes les relèves potentielles. Il n'y a plus de relais du pouvoir, il y a la peur qui règne », souligne Antoine Basbous, de l'Observatoire des pays arabes.

« Au Maroc, la situation n'est pas aussi fermée, il y une opposition constituée. Les jeunes au chômage peuvent manifester durant des mois devant l'Assemblée nationale à Rabat », ajoute Karim Pakzad, de l'Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS), à Paris.

En Algérie, « le FLN (au pouvoir) a gardé une légitimité du parti de libération nationale" et "dans l'espace public, les partis d'opposition peuvent s'exprimer », précise-t-il.

Envolée des prix de l'alimentaire, chômage éternellement élevé, jeunesse qualifiée sans débouchées… La croissance, qui repart malgré tout, ne profite qu'à une minorité !

Malgré les ressources naturelles comme le pétrole en Algérie, cela ne profite qu'à une minorité...

Les jeunes luttent contre de très fortes inégalités sociales, et ce, malgré une conjoncture économique qui se redresse quelque peu néanmoins … La Tunisie et l'Algérie devraient connaître une croissance de 3,8% en 2010 et de respectivement 4,8% et 4% en 2011, selon le Fonds monétaire international. La Tunisie, de Zine el-Abidine Ben Ali quant à elle, profite des échanges commerciaux internationaux. Et l'Algérie du président Abdelaziz Bouteflika tire parti de la hausse du prix du pétrole...

 

Leur combat est le nôtre !

Jeunes de Méditerranée, jeunes Européens en lutte contre le capitalisme !

Leur économie de marché : nous leur disons « Non » !

 

Symbiose de la Jeunesse Arabe et Européenne contre la mondialisation et l'Impérialisme !

 

« La Mare Nostrum » : le lac qui unifie la Jeunesse des deux rives de la Méditerranée !

« La lutte continue » !

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 16:57
Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 16:56

 

Industrie stratégique : Le propriétaire c'est l'Etat.

Industrie non stratégique : appropriation graduelle des moyens de productions par notre théorie du Capital-Champignon

Théorie du Capital-champignon =
Versement des profits selon
1/3 pour le propriétaire (ou les actionnaires actuels),
1/3 pour l'investissement
et 1/3 pour les employés.
Ce tiers pour les employés étant versé en partie en prime (intéressement/participation qui existent déjà dans la législation française mais que nous renforceront) mais surtout en acte de propriété, part social (différent d'une action qui peut elle être revendue, ici impossible). Petit à petit donc la part social de l'entreprise, la propriété effective de l'entreprise passe sous le contrôle de ses employés. Ce temps permet d'éduquer les employés au monde de l'entreprise et de la gestion.
Pouruqoi ne pas verser ce 1/3 en argent? Parce qu'il faut éviter l'inflation qui réduirait alors à néant l'augmentation momentannée du pouvoir d'achat - nous ne sommes pas des démagogues.
Et un employé qui changerait d'entreprise pour une autre ne perdrait pas sa part social qui serait transférer en proportion vers sa nouvelle entreprise grâce à un mécanisme de compensation inter-entreprise.

 

 

L'Etat favoriserait la mise en place de coopérative avec un refonte actuelle du droit coopératif qui est bien loin de l'idée d'origine.

 

Cela ne dépend pas du nombre d'employé, mais du degres de prise de contrôle et de possibilité, de préparartion de prise de responsabilité dans la gestion d'une entreprise.
Car il est hors de question d'irresponsabiliser les employés. Ils doivent être responsable de la marche de ce qui deviendra petit à petit leur entreprise. Si ils font des erreurs, ils doivent les payer et non pas dire "oh le méchant patron" ... car les patrons au final ce seront eux et seulement eux !
Le Communautarisme européenne, le PCN veut des hommes libres et non des exploités ou des assistés!

 

C'est l'application en quelque sorte de la démocratie en entreprise. Pas de démagogie, de la mise en responsabilité.

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 19:53
" Si un peuple aspire à la Liberté
Force au Destin d'y répondre
Force aux ténèbres de se dissiper
Et Force aux chaînes de se briser
...Celui qui ne vise les sommets
.........Finira sa vie au creux des fossés "

Aboulkacem Chebbi, poète tunisien

 

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 19:53


Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 19:51

 

Le PCN-J soutient la Jeunesse d'Algérie et de Tunisie !

 

Les jeunes en Algérie et en Tunisie comme en Grèce luttent contre la précarité de l'emploi, un avenir bouché et sans avenir. Leur combat s'inscrit dans la lignée de nos revendications : contre un régime corrompu tenu par des oligarques, une petite poignée de nantis et de banquiers sans scrupules. Leur révolte sociale est légitime ! La presse occidentale qui présente le régime tunisien souvent comme un modèle, alors que de jeunes diplômés se retrouvent sans travail à la fin de leur cursus universitaire. Ajoutez à cela une vie chère, un pouvoir d'achat très faible! On reconnaît ici les mêmes symptômes que connaissent les jeunes français et européens. « On a voulu pousser les jeunes à bout pour les faire sortir dans la rue, dénonce Nacer, président de SOS Bab El Oued. La situation actuelle est propice à l’embrasement avec la dernière augmentation des prix de certains produits. Cela rappelle ce qui s’est passée en octobre 88.»

 

Les jeunes, les ouvriers, les demandeurs d'emploi sont acculés à la misère... Des prix de produits de grande consommation, en hausse, ne permettant pas au peuple de s'alimenter au minimum c'est intolérable ! Les prix du sucre, de la farine et des céréales ont bondi de 20 à 30%. Le kilo de sucre qui valait 70 dinars il y a peu (72 centimes), s'achète aujourd'hui 150 dinars (1,50 euro) quand un camionneur gagne environ 800 dinars par jour (8,40 euros).

« Dans ces trois pays, il y a eu des efforts dans le domaine de l'éducation, mais on n'a pas pensé aux mécanismes d'intégration des jeunes diplômés à la collectivité, une intégration qui passe évidemment par l'emploi », estime Driss Benali, économiste, professeur à l'université Mohammed V de Rabat.

« Il y a beaucoup de chômage, beaucoup de diplômés-chômeurs et ça fait longtemps que ça dure. La situation tient tant qu'il y a de la croissance économique », observe Pierre Vermeren, maître de conférence à l'université de Paris I.

« De plus, la crise économique a bloqué l'émigration » qui était une soupape pour les économies du Maghreb, en offrant un débouché à certains diplômés, note-t-il.

« En Tunisie, ils manifestent parce qu'ils étouffent, ce n'est pas une violence seulement sociale mais une protestation contre le fonctionnement du régime. Le régime et la famille Ben Ali ont écarté toutes les relèves potentielles. Il n'y a plus de relais du pouvoir, il y a la peur qui règne », souligne Antoine Basbous, de l'Observatoire des pays arabes.

« Au Maroc, la situation n'est pas aussi fermée, il y une opposition constituée. Les jeunes au chômage peuvent manifester durant des mois devant l'Assemblée nationale à Rabat », ajoute Karim Pakzad, de l'Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS), à Paris.

En Algérie, « le FLN (au pouvoir) a gardé une légitimité du parti de libération nationale" et "dans l'espace public, les partis d'opposition peuvent s'exprimer », précise-t-il.

Envolée des prix de l'alimentaire, chômage éternellement élevé, jeunesse qualifiée sans débouchées… La croissance, qui repart malgré tout, ne profite qu'à une minorité !

Malgré les ressources naturelles comme le pétrole en Algérie, cela ne profite qu'à une minorité...

Les jeunes luttent contre de très fortes inégalités sociales, et ce, malgré une conjoncture économique qui se redresse quelque peu néanmoins … La Tunisie et l'Algérie devraient connaître une croissance de 3,8% en 2010 et de respectivement 4,8% et 4% en 2011, selon le Fonds monétaire international. La Tunisie, de Zine el-Abidine Ben Ali quant à elle, profite des échanges commerciaux internationaux. Et l'Algérie du président Abdelaziz Bouteflika tire parti de la hausse du prix du pétrole...

 

Leur combat est le nôtre !

Jeunes de Méditerranée, jeunes Européens en lutte contre le capitalisme !

Leur économie de marché : nous leur disons « Non » !

 

Symbiose de la Jeunesse Arabe et Européenne contre la mondialisation et l'Impérialisme !

 

« La Mare Nostrum » : le lac qui unifie la Jeunesse des deux rives de la Méditerranée !

« La lutte continue » !

 

Confrontés à une jeunesse éduquée, les Islamistes, longtemps présentés comme l’alternative par nos média aux ordres, sont totalement absents de la révolte. L’Islamisme, cet extrême-droite ultra réactionnaire, se nourrit de l’absence d’éducation. Au Maghreb comme en Europe !

 

 

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 19:50

 

Tunisie : la peur a changé de camp, le dictateur a fui

Tunis, envoyée spéciale

 

Parti. Ben Ali est parti ; la rue tunisienne a eu raison du despote. Après 23 ans de règne, le président tunisien vient d'être poussé dehors par un mouvement de contestation sans précédent, porté en grande partie par la révolte d'une jeunesse trop longtemps sacrifiée. Plus d'un mois de manifestations et de sang versé.

Les évènements se sont précipités ce vendredi dans la capitale  tunisienne. Dès 10 heures du matin, au lendemain d'un discours  présidentiel censé calmer la colère, des milliers de Tunisiens ont afflué dans le centre ville, sur l'avenue Bourguiba, pour exiger le  départ du président. Aux cris de "Ben Ali, dégage !" et "le pouvoir  au peuple", les manifestants ont occupé pacifiquement la rue pendant plusieurs heures jusqu'à ce que les policiers et forces anti-émeutes tirent les premières bombes lacrymogènes aux  alentours de 15h. Tout est alors allé très vite.

Tandis que les affrontements se poursuivaient dans les rues du centre ville, Ben Ali faisait savoir que le gouvernement était démis de ses fonctions, et annonçait la tenue d'élections anticipées dans six mois. Au même moment, l'état d'urgence était décrété dans tout le pays, le couvre-feu instauré dès 17h et l'espace aérien fermé. Trente minutes plus tard, les premières rumeurs de départ du président circulaient, jusqu'à l'intervention officielle, sur la télévision tunisienne, du premier ministre Mohammed Ghannouchi annonçant qu'il assurait l'intérim de la présidence, Ben Ali étant dans l'incapacité "temporaire" d'exercer ses fonctions.

Dans les foyers tunisiens, la joie était à la mesure de l'évènement, même si peu se risquaient à sortir manifester dans les rues, aucune information n'arrivant sur le maintien ou non de l'état d'urgence et du couvre-feu. Tant espéré, le départ précipité de Ben Ali ouvre de  nombreuses questions. Que signifie une incapacité "temporaire" ?  L'état d'urgence va-t-il être maintenu ? Six mois sont-ils suffisants pour organiser des élections dans un pays où l'opposition a été laminée, le débat politique vidé de son sens ? Quid de la main mise effective du RCD, le parti présidentiel, sur l'appareil d'Etat ?  Et celle du clan Trabelsi sur les affaires du pays ? Ben Ali sera-t-il  un jour jugé pour ses crimes ?

 

Charlotte Bozonnet

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 19:50

Ben Ali a fui la Tunisie et débarque en Arabie Saoudite

Le président du Parlement tunisien, Foued Mebazaa, a été proclamé aujourd'hui président par intérim par le Conseil constitutionnel écartant ainsi la possibilité d'un retour à la tête de l'Etat de Zine El Abidine Ben Ali qui a fui en Arabie saoudite.

Ben Ali  n’a pas eu le temps de savourer les propositions de Michèle Alliot-Marie, de disposer du " savoir-faire, reconnu dans le monde entier, de nos forces de sécurité » pour régler la situation en Tunisie et s'est réfugié en Arabie Saoudite. 

La nouvelle est tombée à 8h45 ce samedi, annoncée par le palais d’un autre despote. "Le gouvernement saoudien a accueilli le président Zine El Abidine Ben Ali et sa famille dans le royaume" indique un communiqué du palais royal cité par l'agence officielle saoudienne SPA.

Zine El Abidine Ben Ali, au pouvoir depuis 23 ans, a quitté hier la Tunisie après des manifestations populaires sans précédent contre son régime qui ont été réprimées dans le sang. Ryad exprime "son soutien à toute mesure bénéfique au peuple tunisien frère" et apporte "sa solidarité totale avec ce peuple et espère la cohésion de tous ses enfants pour surmonter cette conjoncture difficile", selon le texte du palais royal d’Arabie saoudite.

Ben Ali souhaitait se réfugier en France, mais il a compris qu’un dictateur chassé par son peuple perd de sa valeur, même auprès des grandes puissances qui le soutenaient jusqu’à hier encore. Il n’a donc pas eu le temps de savourer les propositions alléchantes de Michèle Alliot-Marie, ministre française de l’Intérieur, de disposer du " savoir-faire, reconnu dans le monde entier, de nos forces de sécurité » pour régler la situation en Tunisie.  

Plusieurs rumeurs avaient précédemment fait état de l'atterrissage de l'avion transportant le président en fuite à Malte, puis en Italie. L'identité des membres de sa famille qui se trouvent avec lui en Arabie saoudite n'a pas été précisée. Selon des informations non confirmées, son épouse Leila Ben Ali serait arrivée avant lui à Dubaï où elle avait déjà séjourné fin décembre.

Il y a une certaine similitude historique entre le destin de Ben Ali et celui du Shah d’Iran. Ce dernier aussi, en fuite car chassé par le peuple iranien après 25 ans de règne sanglant,  cherchait à faire atterrir son avion dans un « pays ami », mais leurs portes restaient closes. Les dirigeants des grands pays industriels qui avaient pourtant, avec la complicité du Shah, pompé la richesse de l’Iran n’ont pas voulu accueillir leur « ami » malade.

Le premier ministre tunisien sortant, Mohammed Ghannouchi, avait annoncé juste après le départ de vers 22 heures GMT (23 heures à Paris). Les habitants étaient cloîtrés chez eux dans Tunisie de Zine El Abidine Ben Ali qu'il assurait l'intérim de la présidence jusqu'à nouvel ordre. Il a précisé qu'il assumait ces fonctions de président par intérim en vertu d'un décret signé par M. Ben Ali avant son départ. Comme Shahpour Bakhtiar  le dernier premier ministre d’Iran.

A Tunis, sous couvre-feu, des tirs d'armes automatiques ont résonné en début soirée avant de cesser totalement une ville quasiment déserte et silencieuse. Depuis avant-hier, le président multipliait, sans succès, les annonces pour tenter de mettre un terme à un mois d'émeutes et manifestations, violemment réprimées. Des dizaines de personnes ont été tuées, suscitant les vives inquiétudes de la communauté internationale.

Reprenant Hegel, Karl Marx affirmait : « tous les grands événements et personnages historiques se répètent pour ainsi dire deux fois […] la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce». Si le destin de Ben Ali montre une similitude frappante avec le destin du Shah d’Iran, souhaitons que le destin de la révolution iranienne soit évité à la révolution tunisienne.

 

Abrahim Saravaki

 

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 19:49

 

Le PCN-J soutient la Jeunesse d'Algérie et de Tunisie !

 

Les jeunes en Algérie et en Tunisie comme en Grèce luttent contre la précarité de l'emploi, un avenir bouché et sans avenir. Leur combat s'inscrit dans la lignée de nos revendications : contre un régime corrompu tenu par des oligarques, une petite poignée de nantis et de banquiers sans scrupules. Leur révolte sociale est légitime ! La presse occidentale qui présente le régime tunisien souvent comme un modèle, alors que de jeunes diplômés se retrouvent sans travail à la fin de leur cursus universitaire. Ajoutez à cela une vie chère, un pouvoir d'achat très faible! On reconnaît ici les mêmes symptômes que connaissent les jeunes français et européens. « On a voulu pousser les jeunes à bout pour les faire sortir dans la rue, dénonce Nacer, président de SOS Bab El Oued. La situation actuelle est propice à l’embrasement avec la dernière augmentation des prix de certains produits. Cela rappelle ce qui s’est passée en octobre 88.»

 

Les jeunes, les ouvriers, les demandeurs d'emploi sont acculés à la misère... Des prix de produits de grande consommation, en hausse, ne permettant pas au peuple de s'alimenter au minimum c'est intolérable ! Les prix du sucre, de la farine et des céréales ont bondi de 20 à 30%. Le kilo de sucre qui valait 70 dinars il y a peu (72 centimes), s'achète aujourd'hui 150 dinars (1,50 euro) quand un camionneur gagne environ 800 dinars par jour (8,40 euros).

« Dans ces trois pays, il y a eu des efforts dans le domaine de l'éducation, mais on n'a pas pensé aux mécanismes d'intégration des jeunes diplômés à la collectivité, une intégration qui passe évidemment par l'emploi », estime Driss Benali, économiste, professeur à l'université Mohammed V de Rabat.

« Il y a beaucoup de chômage, beaucoup de diplômés-chômeurs et ça fait longtemps que ça dure. La situation tient tant qu'il y a de la croissance économique », observe Pierre Vermeren, maître de conférence à l'université de Paris I.

« De plus, la crise économique a bloqué l'émigration » qui était une soupape pour les économies du Maghreb, en offrant un débouché à certains diplômés, note-t-il.

« En Tunisie, ils manifestent parce qu'ils étouffent, ce n'est pas une violence seulement sociale mais une protestation contre le fonctionnement du régime. Le régime et la famille Ben Ali ont écarté toutes les relèves potentielles. Il n'y a plus de relais du pouvoir, il y a la peur qui règne », souligne Antoine Basbous, de l'Observatoire des pays arabes.

« Au Maroc, la situation n'est pas aussi fermée, il y une opposition constituée. Les jeunes au chômage peuvent manifester durant des mois devant l'Assemblée nationale à Rabat », ajoute Karim Pakzad, de l'Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS), à Paris.

En Algérie, « le FLN (au pouvoir) a gardé une légitimité du parti de libération nationale" et "dans l'espace public, les partis d'opposition peuvent s'exprimer », précise-t-il.

Envolée des prix de l'alimentaire, chômage éternellement élevé, jeunesse qualifiée sans débouchées… La croissance, qui repart malgré tout, ne profite qu'à une minorité !

Malgré les ressources naturelles comme le pétrole en Algérie, cela ne profite qu'à une minorité...

Les jeunes luttent contre de très fortes inégalités sociales, et ce, malgré une conjoncture économique qui se redresse quelque peu néanmoins … La Tunisie et l'Algérie devraient connaître une croissance de 3,8% en 2010 et de respectivement 4,8% et 4% en 2011, selon le Fonds monétaire international. La Tunisie, de Zine el-Abidine Ben Ali quant à elle, profite des échanges commerciaux internationaux. Et l'Algérie du président Abdelaziz Bouteflika tire parti de la hausse du prix du pétrole...

 

Leur combat est le nôtre !

Jeunes de Méditerranée, jeunes Européens en lutte contre le capitalisme !

Leur économie de marché : nous leur disons « Non » !

 

Symbiose de la Jeunesse Arabe et Européenne contre la mondialisation et l'Impérialisme !

 

« La Mare Nostrum » : le lac qui unifie la Jeunesse des deux rives de la Méditerranée !

« La lutte continue » !

 

Confrontés à une jeunesse éduquée, les Islamistes, longtemps présentés comme l’alternative par nos média aux ordres, sont totalement absents de la révolte. L’Islamisme, cet extrême-droite ultra réactionnaire, se nourrit de l’absence d’éducation. Au Maghreb comme en Europe !

 

 

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 19:48

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article