Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 01:33

Il est parfois des mesures gouvernementales qui passent  inaperçues aux yeux du public mais qui rendent de grands services à certaines catégories pourtant déjà amplement choyées par Sarkozy et sa bande de sbires.

Ainsi l'évaluation du travail des agents du contrôle Fiscal est désormais basée sur les statistiques de contrôles effectués et non comme c'était le cas auparavant en fonction du montant des redressements opérés.

Le contrôleur fiscal est donc incité à faire de la "statistique" ce qui implique pour lui d'aller vers les cas potentiellement plus faciles et moins chronophages en laissant de coté les déclarations plus juteuses mais plus longues à traiter.  Quand on sait que les déclarations des plus riches sont souvent les plus longues à contrôler parce que les plus complexes et  complétées. Ce sont aussi par voie de conséquence celles qui sont le plus sujettes à fraude.  On voit donc vers quelles déclarations ou déclarants fiscaux l'agent ira s'il veut faire du nombre.
Il faut savoir que les effectifs des controleurs fiscaux ont chuté de 12% depuis 2002 et aussi qu'en 2004, le ministre des finances de l'époque, un certain N.S a réduit les délais 
de contrôle à 3 mois pour les PME et 9 mois pour les grandes entreprises.

Quelques chiffres :
En France on compte un agent de contrôle fiscal pour 718 entreprises, ce chiffre est de 439 en Allemagne et 310 au Royaume Uni. On peut dire qu'en France si on est fortement taxé au dire de certains, on est moins contrôlé.
En 2008 52010 controles externes (ou sur place) ont été effectués qui ont rapporté 15.6 milliards d'Euros soit environ 299 900 Euros par controle
En 2007 les 52929 contrôles effectués avaient rapporté 16.5 milliards soit environ 310000 Euros par contrôle.

Tenir et Résister

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 01:33

Aux USA même pas un an après la crise, la banque Goldman Sachs affiche des bénéfices en hausse de 65% par rapport à l'année précédente. La banque a remboursé mi-juin les 10 milliards de dollars reçus du gouvernement (et du contribuable)  américain dans le cadre du plan de renflouement des établissements à l'automne 2008 et compte verser 6.7 milliards de dollars de bonus à ses cadres dirigeants et employés.
 
Décidément ceux qui pensaient que la crise avait fait prendre conscience aux banques de la nécessité d'une certaine modération en sont pour leurs frais (enfin pour ceux des contribuables).
On peut aussi se dire que quand la crise est arrivée, due en trés grande partie à l'avidité des banques et financiers, ceux ci n'ont pas hésité à faire appel à l'Etat pour se renflouer
La crise financière étant en phase de résolution alors même que la crise économique qu'elle a engendrée fait sentir à plein ses effets avec les licenciements, liquidations de sociétés et la précarisation d'une part de plus en plus importante de la population , ces mêmes banques et financiers reprennent leur liberté pour spéculer comme bon leur semble.
Si les Etats ne réagissent pas, cela risque de les encourager à faire encore plus  n'importe quoi et à faire des montages de plus en plus risqués. Ils savent que les Etats et surtout les contribuables paieront pour réparer les dommages qu'ils auront causés.
Et surtout comme souvent c'est eux qui prendront des risques incensés mais c'est les salariés avec leur emploi et les contribuables avec leurs impots qui en subiront les conséquences.

Et dire qu'il y en a qui parle de moralisation du systéme financier

Tenir et Résister

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 01:32

Hier Brice Hortefeux ministre de l'intérieur lors d'une réunion avec les préfets a déclaré : "Il ne s'agit pas de se cacher la vérité : la délinquance a cessé de baisser au premier semestre 2009". En fait si elle a cessé de baisser  elle a surtout commencé à progresser et de manière officielle contrairement aux années précécentes.  Et plus particulièrement les violences à personnes qui ont connu depuis le début de l'année une bursque accélération de l'augmentation qui atteint  7%.
Donc pour la première fois depuis 2002, le gouvernement reconnait que la délinquance augmente. Et ce malgré les différentes manipulations statistiques mises en place par Sarkozy dès son arrivée au ministére de l'intérieur dont le seul objectif était de faire baisser essentiellement les chiffres de la délinquance et le sentiment d'insécurité à défaut de diminuer la délinquance elle même. Et ce malgré tout l'appareillage législatif (plus de 18 lois en moins de 8 ans) essentiellement répressif voulu et élaboré par le même Sarkozy souvent dans la précipitation pour coller au plus prés à des événements largement surmédiatisés.

Sur les manipulations statistiques on retiendra le recours encouragé à la main courante (non comptabilisée) plutôt qu'au dépot de plainte (comptabilisé).
On notera aussi que la baisse des chiffres de la délinquance était principalement due à la diminution des vols qui provient probablement plus de la hausse des 'équipements antivol qu'à une réelle action policiére.
Au passage on retriendra enfin la hausse quasi constante depuis 2002 des violences faites aux personnes.

La hausse officielle des chiffres de la délinquance tente à démontrer que l'appareillage législatif est plus répressif et souvent plus liberticide que réellement efficace.On ne peut s'empécher de constater qu'en affichant une volonté trés médiatisée  d'apporter une réponse dans l'urgence à un problême souvent mineur (à l'échelle de la société), délimité et ponctuel, la plupart des textes adoptés entraine quasiment de maniére systématique un encadrement voire une restriction des libertés pour l'ensemble de la société ou pour un groupe de citoyens (principalement les jeunes des banlieues). En clair ces lois si elles ne font pas avancer la sécurité, font surement régresser les libertés.

Il est évident qu'il ne faut pas se réjouir de la progression d'une insécurité qui est devenue beaucoup plus violente sous Sarkozy en tant que sinistre de l'intérieur comme à l'extérieur d'abord puis omniprésident  Mais elle permet de juger de la réelle action du personnage qui préférera toujours du spectaculaire même totalement inéfficace à un travail de fond plus efficace mais hélas moins visible

Tenir et Résister 

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 01:31

En 2008, 18893 foyers ont épargné 578 millions d'Euros (soit 31000 Euros ou 2.5 SMICs Annuels par foyer) d'impots grace au bouclier fiscal qui plafonne les impôts  (CSG incluse) à 50% des revenus.
 Et tenez vous bien on apprend que 100 redevables ont à eux seuls capté plus du tiers du coût du dispositf pour une restitution moyenne de 1.15 millions d'Euros.

Depuis septembre 2008 les différents plans sociaux en France prévoient 17900 suppressions de postes soit à un millier prés le même effectif que les bénéficiaires du bouclier fiscal.
 Depuis le début de l'année on dénombre de plus en plus de conflits sociaux  (certains parlent de plus de 1300 à comparer avec les 230 de la même période de l'année dernière)
Et ces conflits ont tendance à se radicaliser à cause de l'exaspération des salariés qui ne croient plus hélas en l'action syndicale classique.  On ne compte plus le nombre de séquestrations de cadres de direction. Aujourd'hui on apprend que les salariés de New Fabris, un équipementier automobile en liquidation judiciaire, menacent de faire exploser leur usine s'ils ne perçoivent pas 30000 euros d'indemnités de licenciement.
On remarquera aussi que de plus en plus les différents plans sociaux sont prévus alors même que les entreprises sont bénéficiaires. Il est probable que ces entreprises voulant assurer à leurs actionnaires un revenu convenable et constant  malgré la crise n'ont trouvé d'autres solutions que de délocaliser leur production et de virer leurs salariés en France. On sait déjà que la crise est parfois pour certaines sociétés le déclencheur qui leur permet de mettre en place un plan social qu'elles n'osaient mettre en place avant la crise.

Il ne serait pas sot de penser que parmi les foyers qui bénéficient du bouclier fiscal une part plus ou moins importante a une partie de ses revenus qui provient des dividendes versés par les entreprises qui licencient.   

Tenir et Résister

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 01:31

Sarkozy à l'instar de Giscard ou de son mentor Balladur veut laisser son nom dans l'histoire économique du pays en donnant son nom à un grand emprunt d'Etat. A moins qu'il ne veuille copier les Philippe le Bel et autres Louis XV rois emprunteurs si l'en est mais pas rembourseurs pour deux sous.
On ignore tout de cet emprunt si ce n'est que sa date de lancement pour 2010. Et encore Fillon qui se voit en la circonstance transformé en grand Chambellan, n'a donné aucune information sur son montant ou son taux d'intérêt.
Rappelons tout de même quelques chiffres pour se rendre compte de l'absurdité que constitue l'idée même d'un emprunt en cette période de crise intense :
La dette de la France se monte en 2009 à environ 1300 milliards d'Euros soit 69% du PIB ou 21500€ par personne.
Le service de la dette (intérêts versés aux préteurs) pour 2008 était à 43 milliards d'Euros soit le deuxiéme poste budgétaire de l'Etat aprés l'Education Nationale
Pour 2009 et pour la première fois depuis qu'il existe, l'impôt sur le revenu devrait juste couvrir ce service de la dette.
Enfin selon un sondage récent, 71% des personnes interrogées se déclarent pas interessées par l'Emprunt Sarko.
On peut donc penser que cet emprunt sera souscrit principalement par quelques grosses fortunes bénéficiant déjà du bouclier fiscal et les "Zinzins"(Investisseurs Institutionnels : banques, organismes de crédit ou d'assurances)qui sont rappelons nous les principaux bénéficiaires du plan de relance de Sarkozy.
D'ici à ce qu'ils achétent de l'emprunt Sarkozy avec des fonds provenant des prêts consentis par ce même Sarko lors de son plan de relance, il n'y a pas loin.
Autre chose le principal bénéficaire d'un emprunt d'Etat c'est le secteur bancaire qui peut facturer des opérations à ses clients.
Tenir et Résister

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 01:30

Pour mieux nous préparer à des mesures "courageuses" (terminologie UMP pour dire douloureuses pour l'ensemble des salariés), le gouvernement nous sort le déficit record des comptes de la protection sociale prévu pour 2009 : 20.1 milliards d'Euros. 

Rappelons nous les cris d'orfraie des caciques du RPR en 1991 alors que les comptes de la sécu affichaient un déficit de 15 milliards de Francs (soit quelque 2.3 milliards d'Euros). Avant que ce même RPR revenu aux affaires et son ministre du budget de l'époque un certain Nicolas Sarkozy ne le fassent plonger pour atteindre 65.6 milliards de Francs (10 milliars d'Euros) en 1995. Sous les gouvernements Juppé et Jospin qui suivirent on a pu observer une remontée jusqu'à un excédent en 1999,2000 et 2001. Et depuis les comptes de la sécu n'arrêtent pas de plonger  pour atteindre les profondeurs abyssales d'aujourd'hui

Rappelons nous qu'il y a déficit si les dépenses sont plus importantes que les recettes. Et donc pour compenser un déficit on peut soit réduire les dépenses (ce que privilégie le gouvernement libéral aujourd'hui) soit augmenter les recettes (ce que devrait normalement s'attacher à faire un gouvernement progressiste) soit les deux.
Donc avant de vouloir mettre une politique en place, il est de bonne gestion ou politique de chercher d'où vient le déficit. Pour essayer ensuite de corriger ou contrer les causes de ce déficit.
Le gouvernement Fillon tout à ses convictions libérales visant à la "privatisation" à l'Américaine du systéme de protection sociale ne combat les déficits successifs qu'aux travers de mesures visant à restreindre les dépenses et par voie de conséquence à baisser la protection sociale.

Le creusement du déficit actuel est du en majeure partie à la montée du chômage comme vient de le reconnaitre le ministre du budget, Eric Woerth. Et un emploi de perdu c'est des cotisations sociales en moins et donc des recettes en moins. Ainsi une personne payée au SMIC qui perd son emploi c'est 10780€ en moins de recettes annuelles  pour la sécurité sociale. Rappelons ici que les prévisions pour l'année 2009 sont de 630 000 chomeurs de plus (et pas tous au SMIC) soit un manque à gagner de 6 à 7 milliards d'Euros
Le bouclier fiscal s'appliquant depuis 2007 aussi pour la CSG qui est une ressource pour la sécurité sociale, entraine également  une baisse des recettes pour la protection sociale.
Tout comme les exonérations ou allégements consentis aux entreprises et partiellement compensés avec retard par l'Etat.
On peut dire sans hésitation  que le déficit de la sécu est  plus du à une baisse des recettes qu'à une augmentation des dépenses.
Or on s'aperçoit que toutes les solutions avancées ces derniers temps par les membres du gouvernement et probablement reprises par Sarkozy lors du congrés de la semaine prochaine visent principalement à réduire les dépenses et donc à terme à organiser la baisse des prestations ou le déremboursement d'une part de plus en plus importante des soins et médicaments.
Ainsi le passage de l'age de la retraite à 67 ans (ou tout du moins l'annonce préparatoire qu'en a fait Hortefeux employant la technique désormais rodée du ballon d'essai) ou la lutte contre les arrêts maladies abusifs (estimés à plus de 16% par Woerth dont on ne connaissait pas les aptitudes en diagnostic médical).
En attendant une probable augmentation des franchises médicales tout comme  du forfait annuel (de 50 à 80, 100 voire 150€).


Des solutions pour augmenter les recettes, ou tout du moins pour limiter les manques à gagner, existent.

Déjà on pourrait enlever la CSG de la couverture du bouclier fiscal (bien que la meilleure solution serait de le supprimer). 
On pourrait aussi demander aux entreprises qui licencient alors même qu'elles ne sont pas en liquidation, voire alors même qu'elles dégagent des bénéfices,  de verser l'équivalent de 3 ans ou plus de cotisations sociales patronales et salariales pour chaque salarié licencié. Et ce d'autant plus qu'elles ont bénéficié d'allégements ou d'éxonérations de charges sociales.
Pourquoi pas encore supprimer tous les allégements ou éxonérations de charge consentis aux entreprises et baisser l'ensemble des taux de cotisations sociales de 5% (2% pour les Salariés et 3% pour les entreprises) ?
On pourrait encore mettre en place pour les produits provenant de pays à bas cout de main d'oeuvre une Contribution Sociale Compensatoire variant de 0.5 à 1.5% du prix import en fonction de la différence du cout de la main d'oeuvre .

Ce sont là quelques pistes qu'hélas le gouvernement de Fillon ne semble pas prêt à explorer.

Tenir et Résister

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 01:29

Tel le chien de Pavlov qui agitait la queue et salivait quand il voyait approcher son écuelle de patée , Sarkozy quand il voit approcher une échéance électorale ou un mauvais sondage, s'agite devant les micros et les caméras et nous déballe un nouvel arsenal de lutte contre la délinquance.
C'est comme ça. II ne peut pas s'en empécher. Il revient toujours sur ses fondamentaux enfin ce qu'il considére comme ses fondamentaux : la lutte contre l'insécurité ou plutôt la lutte contre le sentiment d'insécurité.
Et tout est comme d'habitude savament organisé.
D'abord la police lance des opérations d'envergure histoire de provoquer les délinquants potentiels.
Ensuite à force de reportages de plus en plus nombreux et de plus en plus longs sur la délinquance dans les cités "où règnent des bandes de jeunes qui ne connaissent que la seule loi de la bande"ou dans les écoles "où les agressions se développent " ou dans les transports en commun... les média (surtout télévisuels) batissent  et développent le sentiment d'insécurité.
Ensuite arrive Sarkozy qui annonce qu'il n'est pas admissible, tolérable ou envisageable (rayer les mensions inutiles)" que "nos enfants ne puissent pas aller à l'école tranquillement" ou "que les habitants des quartiers soitent obligés de vivre dans la peur et l'insécurité"... Avant de nous offrir un nouveau pack de mesures énergiques qui permettront à l'Etat de chasser la délinquance jusque dans les caves, les parkings et les entrées de nos immeubles.
Et par le fait de rajouter une nouvelle couche législative. Plus de 20 lois ont été votées depuis l'arrivée de Sarkozy au ministére de l'intérieur en 2002. Les lois votées et pour la plupart non appliquées sont souvent inefficaces dans la lutte contre l'insécurité comme en témoignent des chiffres (pourtant trafiqués) en hausse des violences à personnes. On peut dire que si elles ne font probablement pas reculer l'insécurité elles font surement reculer la liberté ou les libertés.  
De plus les mesures envisagées ressemblent étrangement à d'autres mesures prises dans la passé. Ainsi par exemple dans les mesures annoncées hier par Sarkozy on a l'implication plus grande des agents du fisc et des douanes dans les quartiers sensibles. Cela rappelle étrangement la création des GIR en 2002 par un certain Nicolas Sarkozy ministre de l'intérieur en 2002.
Tenir et Résister

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 01:29

Décidément ça vire à l'obsession ce besoin qu'ont Sarkozy et sa bande de vouloir  faire travailler plus (et pas forcément pour gagner plus !) ceux  qui ont déjà un boulot avant de  vouloir faire trouver un travail à ceux qui n'ont pas de boulot.
Déjà on a eu droit aux heures supplémentaires défiscalisées dont aujourd'hui on commence à mesurer l'impact négatif sur l'emploi, les employeurs préférant souvent faire faire des heures plutôt que d'embaucher.
Ensuite on assiste depuis quelques mois déjà à une offensive de la part du gouvernement (en tête duquel se trouve le chef Sarkozy en personne) avec la complicité plus qu'objective des parlementaires UMP pour élargir le recours au travail du dimanche.
Voilà qu'aujourd'hui le porte flingue le plus féroce de Sarkozy, Fredéric Lefebvre propose tout simplement de faire travailler les gens pendant les arréts maladies ou les congés maternité. Attention pas question ici de demander aux malades ou aux toutes nouvelles mamans d'aller au bureau ou à l'usine. Non on a beau être à l'UMP on en est pas moins homme. Ce que propose le député des Hauts de Seine c'est de développer le télétravail. C'est à dire que vous bossez tout en restant à la maison. Et ce gràce aux merveilleuses innovations technologiques que sont internet et l'informatique.
Ainsi même avec la grippe (humaine, porcine ou aviaire) ou le cancer ou bien entre deux couches ou tétées vous pourrez continuer à vous donner pour votre bon patron (oui not' bon maitre) et gagner plus que vos malheureuses indemnités de la sécu. Et pour les lépreux ou ceux qui se sont cassé les poignets ou un bras on aura qu'à prévoir des aménagements spéciaux.
Outre le fait que pour Lefevbre (et Sarkozy à travers lui) les arrêts maladies ou les congés maternité ne se justifient pas (on ne dira jamais assez la complaisance dont font preuve les médecins à l'égard de fainéants simulateurs), on peut voir deux inconvénients majeurs à cette proposition.
D'abord à l'heure où on annonce dans la même journée plus de 2000 suppressions d'emploi, si l'amendement était voté ce serait bon nombre de CDD ou Missions d'Intérim qui ainsi disparaitraient et de fait la situation du chomage en France s'aggraverait encore plus .
Ensuite le recours au télétravail n'est possible que pour les emplois de bureaux (et encore) et semble réservé à une partie des employés (souvent les plus hauts placés) et donc conduit à une situation d'inégalité entre les employés jusque dans les effectifs d'une même entreprise. On voit effectivement difficilement comment un chaudronnier pourrait continuer de travailler chez lui (à moins que son patron ne lui installe une presse de 13 tonnes dans son deux pièces) et  un serveur de restaurant continuer à apporter les plats en salle (à moins que son patron décide de déplacer une partie de la terrasse dans sa chambre de bonne).
La proposition de Lefevbre est plus à considérer comme un "ballon d'essai" de Sarkozy pour voir quelles sont les réactions de l'opinion que comme une véritable proposition. Aussi méfions nous peut être qu'à travers ce coup d'essai se cache quelque chose de plus sournois. La diminution du congé maternité par exemple qui comme l'a si bien démontrer Rachida Dati n'a peut être pas besoin d'être aussi long.

Tenir et Résister

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 01:28

Le G20 vient , selon la terminologie diplomatico-économico-journalistiques, de faire un pas important dans la lutte contre les "Paradis Fiscaux". Attention ça déchire : le G20  a demandé à l'OCDE de publier la liste des paradis fiscaux. Et là tout le monde s'attend à découvrir une liste longue comme un jour sans pain comprenant des Etats commes les Bahamas, les Iles vierges, Monaco, les Iles Anglo-normandes, la City de Londres ou encore l'Etat Américain du Delaware. Et bien non l'OCDE n'a repéré que 4 pays devenus 3 par la suite à savoir : le Costa Rica, les Philippines et la Malaysie. Donc on peut déduire une définition du Paradis Fiscal selon l'OCDE : c'est un pays pauvre pratiquant une politique fiscale laxiste quant à l'origine des fonds et qui n'a de prés ou de loin aucun lien direct avec l'un des pays membre de l'OCDE ou du G20.
Cette prise de décision du G20 a permis aussi à la buse de l'Elysée de ne pas mettre à exécution une menace de politique de la chaise vide qui soit dit entre nous a provoqué l'hilarité générale dans la plupart des pays participant au sommet.  
En effet au dela du ridicule de la posture ou imposture, Sarkozy qui se bat contre les paradis fiscaux (en apparence pour la galerie seulement) c'est the dog that bites the hand that feeds it (le chien qui mord la main qui le nourrit) comme dirait Obama.
Rappelons nous que ses premiers jours de président nouvellement élu il les a passés sur un bateau battant pavillon de complaisance ce qui est la version maritime du paradis fiscal, que tous ses bons amis ont à un moment ou à un autre eu recours aux paradis fiscaux (Bolloré, Lagardére, Bouygues...).
Comme le révèle Alternatives Economiques(voir l'article)   la plupart des entreprises du CAC 40, au premier rang desquelles se trouvent les Banques, ont des filiales implantées dans des paradis fiscaux.

On peut aussi se demander s'il faut lutter contre le paradis fiscaux ou plutot contre les personnes et sociétés qui en profitent. Pourquoi ne pas associer la publication de la véritable  liste de tous les paradis fiscaux (Grande Bretagne et Etats Unis compris) avec l'installation d'un véritable contrôle de la circulation des capitaux par exemple. Mais il est clair que la publication d'une liste noire, grise, bleue ou rouge est beaucoup plus aisée, communicante et moins contraignante qu'une réelle politique de contrôle et d'encadrement de l'activité financière et bancaire à l'échelle globale.

Tenir et Résister

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 01:27

Alors même que le pavé était encore chaud de l'une des plus vastes mobilisations qu'a connu la France ces dernières années, le premier ministre François Fillon intervenant à la télé annonçait d'emblée qu'il n'y aurait pas de nouveau plan de relance. Et sans doute pour apaiser des esprits déjà bien agités, il est parti de sa petite diatribe contre cette "partie du patronat qui n'a pas l'air de comprendre la gravité de la situation et le sentiment d'injustice" des Français, et qui se sert des "salaires astronomiques". Il a d'ailleurs rappelé "J'ai donné à Mme Parisot  jusqu'au 31 mars pour faire des propositions" sinon il se verrait dans l'obligation de "légiférer sur la question". Un peu plus et il nous annonçait qu'à l'instar d'un Obama il mettrait en place un salaire maximum.
Son discours avait des accents Sarkozyens : juste de la  gesticulation pour faire distraction et ne pas répondre aux vraies questions et revendications des défilés et surtout de ces masses de Français qui soutenaient le mouvement même s'ils n'y participaient pas.
Franchement pour celui qui avait défilé pour demander un salaire plus décent ou juste pour garder son salaire, la baisse des rénumérations de quelques potentats ne constituait pas sa première revendication. Et puis même si, ce que ne propose pas Monsieur Fillon, on redistribuait une partie des bonus de ces patrons (peu nombreux) aux millions de salariés qui demandent une hausse de leur pouvoir d'achat cela ne ferait pas grand chose. Attention il n'est bien sûr ici pas question de défendre ces chancres qui se nourrissent grassement malgré la crise. Je suis même de ceux qui pensent qu'il serait bien de mettre en place un salaire maximum (comme il existe un SMIC) et un prélévement de 80% sur les stocks options et autres bonus.
Non ce qui est dénoncé ici c'est la posture voire l'imposture d'un gouvernement qui dès qu'il s'agit de s'en prendre aux nantis reste dans la déclaration d'intention alors que quand il s'agit de la France d'en Bas il est déjà dans la mesure ferme et contraignante. 
Et puis venant de quelqu'un qui n'hésite pas à abuser des moyens de la république (les avions) pour un usage personnel (comme le révéle le "canard") la déclaration ne manque pas d'un certain piquant et révéle bien là l'état d'esprit dans lequel se trouvent les dirigeants de ce pays qui donnent en grand dans le "Faites ce que je dis mais ne dites pas ce que je fais".
Tenir et Résister

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article