Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 19:40

Jules Vallès 1871

The Dead


First Published: Le Cri du Peuple, Saturday April 8, 1871;
Source: Jules Vallès, Le Cri du Peuple. Editeurs Français Réunis, Paris, 1953;
Translated: for marxists.org by Mitchell Abidor;
CopyLeft: Creative Commons (Attribute & ShareAlike) marxists.org 2005.


The people who today saw our dead pass by will never forgive! Between them and the killers there is an abyss of hatred and fear dug as deep as the enormous pit into which the corpses were lowered.

The very ones who were frightened by the red flags that floated over the black catafalques will remember the ominous burial of April 6, and the men of Versailles, whatever may happen, will live cloaked in a silent and somber reprobation that will follow them, too, to the cemetery – whether they arrive by the glorious route of the Capitol, or arrive mutilated from the Tarpeian rocks!

Not a cry could be heard above that crowd that rolled like a black and silent river on all sides of the hearses, but everywhere could be heard the murmuring of a horrible, deliberate, and threatening pain.

If the men of Versailles had seen this convoy pass by they would have been seized either by a silent fear or an immense regret! On the path followed by the mortuary cart a curse will forever rise up against them – a formless and disarmed revolt, but one that will blow upon their dishonored faces like the sigh of a breeze of death!

The more corpses you pile up, and the more triumphs like this one come your way, the longer will be the lament and the more horribly it will weigh upon this mass grave!

Revolutionary hope remains alive even in our mourning!

But pale mothers could be found there, bowed over cut-off biers that had been guillotined by saws so that the heads of the dead could be seen.

One of these mothers had found her son. Another didn’t know if she recognized hers in a pile of broken, eyeless, toothless flesh that bled black on the white wood!

Twenty of them were laid out like that! Some in the shirts of the poor, frayed and full of holes; others had fine clothes. Plebeian and bourgeois mixed together in the sepulcher as they had been in combat!

Even as we were leaving more arrived in the straw at the bottom of a bus!

Perhaps tomorrow even more will be brought, ten times more!

Nevertheless, the music of the bugles gave chills today! How sad and heart-rending; it seemed to sound for the living as well as the dead!

Père Lachaise is a cemetery, but Paris is a tomb where they’ll be buried alive if they’re victorious, and which will refuse their cadavers if they are defeated!

Tonight the bayonets glistened hard and somber under the gray sky, and there were flashes of terrible sadness in the tearless eyes!

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 19:39

Jules Vallès 1871

The Elections


First Published: April 10 1871;
Source: Jules Vallès, Le Cri du Peuple. Les Editeurs Francais Réunis. Paris 1953;
Translated: for marxists.org by Mitchell Abidor;
CopyLeft: Creative Commons (Attribute & ShareAlike) marxists.org 2005.


In this moment of struggle and anguish, when the people of Paris are behind the barricades, we don’t believe they should be called to the urns.

Voting shouldn’t occur during a battle. We should only vote after the victory that will render the Commune definitively sovereign in a free and peaceful Paris.

We advise the Commune, and we beg it in the name of the Republic, to suspend any call to the voters as long as the drums are beating to call together the combatants.

They must either all retreat or remain in the breach, exactly as they were left by the flow of the fight, mutilated by resignations or decimated by assassination.

This is their honor, their role, their obligation.

Le Cri du Peuple April 10, 1871

 

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 19:39

Jules Vallès 1871

Those from Belleville


Source: Jules Vales, Le Cri du Peuple. Editeurs Francais Réunis ,Paris, 1953;
First Published: Le Cri du Peuple Friday, April 14, 1871;
Translated: for marxists.org by Mitchell Abidor;
CopyLeft: Creative Commons (Attribute & ShareAlike) marxists.org 2004.


The 191st Batalion, commanded by Citizen Lecomte, returned yesterday from the Fort d’Issy, where it had been for eight days.

It passed thought the place de l’Hotel de Ville where members of the Commune went to receive it and congratulate it on its excellent conduct.

It brought back as a trophy a red cover that had served as its flag and was full of bullet holes.

A member of the Commune from the 19th arrondisement led this glorious battalion back to Belleville, and thanked it for its devotion to the Commune and the Republic.

It was beautiful to see these guards resting among their families, and ready to respond to a new call from the Commune.

The 114th battalion from the 19th arrondisement had already given an example of firmness and civic courage at the Neuilly roundabout.

With 400 men it held this important point under the fire of Mont-Valerien, and pushed back several attacks by the Versaillais.

All honor to these battalions.

Belleville proves by its acts its civic courage and its devotion to the Commune.

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 19:38

Jules Vallès 1871

Can This be True?


First Published: Le Cri du Peuple, Wednesday April 19, 1871;
Source: Jules Vallès, Le Cri du Peuple. Editeurs Francais Réunis, Paris, 1953;
Translated: for marxists.org by Mitchell Abidor;
CopyLeft: Creative Commons (Attribute & ShareAlike) marxists.org 2006.


It’s Paris that is the accused. It pillages and kills. It crushes legality under the heel of drunkards from the faubourgs.

This is what M. Thiers says, and what provincials believe.

The Cri du Peuple has imposed upon itself the obligation to only defend that which seems to it to be just, and to affirm only that which seems to be exact and true. It knows that sang froid is worth as much as passion in moments of supreme anguish and decisive battle.

So we feel comfortable judging the situation in the midst of the solemn tumult of rifle and cannon shots.

Having insulted no one, never slandered a man, never misrepresented an act, never lied for a single instant and never spoken with hesitation; placed above the quarrels caused by the angers of a day, not judging the means, pursuing the goal, devoted only to the triumph of social ideas and attached until death to the cause of the proletariat, the Cri du Peuple has the right to be heard when it gives out a cry of indignation.

It gives one out today.

According to information we have received it appears that Versailles has committed crimes that no one can excuse, neither a famous statesman nor an honest citizen. Whoever excuses them is a coward.

It is established that Duval was executed against all rights; they assassinated him and according to Independence Belge, eighty executed victims rolled onto his cadaver!

Paris knows this.

But Paris doesn’t know that Flourens was killed in as cowardly a way as Duval.

Here is what happened.

Flourens was in a house in Chatou, isolated from his armed corps, surrounded by only two or three of his own, waiting for the je ne sais quoi that is called the “turning about” of an army of the lost or “acceptance” by a battalion of heroes.

He waited.

An officer of the fire brigade, a meat seller it is said, recognized him and denounced him.

The gendarmes arrive. The house is surrounded.

Flourens attempts to escape from the assassins: he wants to live to fight some more! But the bayonets search everywhere: he is found. Crushed, bloody he is brought to he doorway where the traitor who denounced him recognizes him.

He was a prisoner, defenseless, disarmed and defeated.

They hold his arms.

A drunken gendarme raises his saber, splits his skull.

The man falls!

The next day the newspapers say that Flourens had fired his revolver at the enemy, and that he was killed because he had killed.

A lie!

The murder was committed at an inn.

They went to ask the innkeeper to sign a statement establishing that Flourens fired: in this way the wretch who delivered the sabre blow would be excused.

The innkeeper, a simple, honest man refuses to sign: he knows about the murder.

He is arrested and is in prison today.

Can this be true?

The other morning they went to intimidate his wife, who in turn refused to be an accomplice.

Can this be true?

Can it also be true that three féderés – a captain, a lieutenant and a sergeant-major – having been taken prisoner, the gendarmes then took all three of them into a field to execute them?

The captain unbuttons his tunic and shows his breast.

“You can kill me,” he says. “Me, I don’t ask for grace. In the name of humanity I ask that you let my sergeant-major live, who has a wife and five children!

“Go ahead, kill me, but spare him!”

The gendarmes start to laugh.

He falls on his knees!

“Grace for the father of a family,” he cries out again! They kill all three of them.

Can this be true?

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 19:37

Biography

Jules Valles

Jules Vallès 1832-1885


Source: Le Monde Illustré, February 21,1885;
Translated: for marxists.org by Mitch Abidor;
CopyLeft: Creative Commons (Attribute & ShareAlike) marxists.org 2004.


Jules Vallès died Saturday February 14. Born in Puy (Haute-Loire) June 11,1832, he was thus not yet 52 years old. The great interest of his life was politics, yet it will be literature that will perpetuate his memory. A talented writer, Jules Vallès leaves behind a series of remarkable books, full of a biting and bitter verve that put him in the highest ranks among writers. Collaborator at various times on the Revue Européene and L'époque, he founded La Rue, went to Le Figaro and L'évenement and unsuccessfully tried his hand at the theatre. He was very much in evidence after the proclamation of the Commune. The last barricade taken, he managed to hide in Paris until the day when, thanks to a passport, he took refuge in England, passing through Belgium. Upon returning to Paris after the amnesty he began again to engage in political journalism. Thanks to his name Le Cri du Peuple had managed to arrive at a large circulation.

The burial of Jules Vallès took place Monday February 16 at noon. The body was carried to Père-Lachaise. Around 10,000 squeezed around the funeral home at 77 Boulevard Saint-Michel. Along the way several fights broke out upon the sight on the wreaths offered by the German socialists. Several lively altercations occurred.

The appearance of the coffin was saluted with cries of: “Long Live the Commune! Long Live the Social Revolution! Long Live Anarchy!” Behind the hearse were the members of the family, Citizens Henri Rochefort, Révillon, Clovis Hugues, Laguerre, and the members of the Commune in Paris: Amouroux, Arnaud, Avrial, Champy, Cournet, Dereure, Dupont, Clovis Eudes, Gérardin,. Longuet, Malon, Marteret, Pottier, Régère, Urbain, Vaillant, Viard, etc. The delegations followed. Aside from the many wreaths on the funeral drape could be found Vallè Commune-member sash in red silk with gold fringes.. A large crowd awaited the cortege at the cemetery. M. Rochefort said a few words at the graveside. Several other personages spoke after him, and the crowd peacefully drifted away.

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 19:36

Jules Vallès, grand écrivain et révolutionnaire, s’est toujours refusé à tirer gloire de ses états de service militaires en faveur de la Commune. C’est que, courageux combattant de l’Idée sociale sur les barricades, il se savait en même temps très peu tissé de la fibre du soldat. Il n’empêche qu’il fut bel et bien officier d’une unité de la garde nationale pendant plus d’un mois. Mieux : au soir d’une journée insurrectionnelle à l’Hôtel de Ville de Paris, le commandant Vallès, à la tête de 36 hommes de son 191e bataillon, s’emparait de la mairie du 19e arrondissement.

De la rive gauche à Belleville

C’était le 31 octobre 1870. Il pensait la révolution communaliste ouverte avec quelques mois d’avance. En réalité, les conditions de la Commune n’étaient pas encore réunies. Après une vingtaine d’heures d’occupation, il fut contraint d’évacuer la place et de prendre la fuite pour échapper à l’arrestation.

Cet épisode de la geste révolutionnaire de l’auteur de « L’Insurgé » est moins connu que sa participation aux derniers feux communards à Belleville, les 25 et 28 mai 1871. Et comme il est toujours bon de ne pas se camper au seul niveau des grands ressorts épiques de l’action, nous allons raconter cette page d’histoire en dégageant des mobiles personnels de l’homme.

L’hôtel municipal qu’investirent Jules et ses gardes n’était pas, autant le dire tout de suite, la forteresse qui s’élève aujourd’hui sur notre place Armand-Carrel. Ce monument n’entrera en fonction qu’en 1876. A l’époque qui nous intéresse, la mairie du 19e arrondissement s’abritait dans un édifice bien moins grandiose, presque campagnard, au 160 de la rue de Crimée, à la Villette (1).

Cette précision laisse cependant intacte l’interrogation : Que venait faire Vallès dans les faubourgs orientaux de Paris alors qu’il avait plutôt été jusque là une figure républicaine emblématique de la rive gauche et surtout du quartier Latin ? Comment lui, le littéraire, l’intellectuel, s’est-il trouvé au commandement d’un corps de la garde nationale composé pour l’essentiel d’ouvriers bellevillois ?

Belleville « la terre classique de la révolte »

Ainsi qu’il le confesse dans « L’Insurgé » et plusieurs articles de journaux, c’est seulement en 1869 que son républicanisme d’opposition à l’Empire se teinta de couleurs socialisantes. Ses premiers contacts avec les milieux ouvriers politisés datent de ce moment et il est probable qu’il n’avait jamais connu Belleville auparavant, ce pays qu’il saluera bientôt comme « la terre classique de la révolte ». Il vint y habiter vers le 6 septembre 1870, au tout début du règne du nouveau pouvoir qui succéda à la chute de Napoléon III et peu avant le début du siège de Paris par les armées prussiennes.

Où ça ? Eh bien, au 19 de la rue de Belleville, l’adresse qui figure sur des documents militaires signés par le commandant Vallès (2).

De là, l’écrivain et journaliste n’avait que quelques pas à faire pour se rendre à la salle Favié, au n° 13. C’était l’un des plus illustres bals de la butte bellevilloise mais aussi l’un des foyers majeurs de la contestation populaire du gouvernement dit de Défense nationale (3).

Vallès fut, avec Ranvier, Vésinier et Oudet, au nombre des agitateurs qui, dès le 10 septembre 1870, ouvrirent en cet endroit un club « rouge », pilier local d’un véritable contre-pouvoir connu sous le nom de Comité central républicain des 20 arrondissements de Paris.

Jules en était membre depuis le 6, délégué des 19e et 20e. Ses prises de parole au club Favié lui gagnèrent rapidement la confiance du public ouvrier. C’est celui-ci qui, bien que l’écrivain fût peu enclin à endosser l’uniforme, le porta littéralement à présenter sa candidature au commandement du tout nouveau 191e bataillon de la garde nationale.

Des brodequins qui mènent à une armoire

Dans ce type de corps militaire civique, les hommes du rang avaient le privilège de désigner leur chef. Ils élurent Vallès le 20 ou 21 septembre. « à la presque unanimité », souligne le rédacteur de « L’Insurgé ». Mais cet enthousiasme n’était pas du tout partagé par le maire du 19e arrondissement, Félix Richard.

Le personnage, fabricant d’instruments optiques, obéissait en effet aux ordres des gouvernementaux (Jules Ferry, Jules Favre, etc.), qui avaient toutes les raisons de s’inquiéter de l’effervescence dans les faubourgs populaires de Paris et tenaient Jules pour un dangereux meneur.

Alors, le voir à la tête d’un corps armé... Le clash entre l’édile et le nouveau commandant ne tarda pas. L’un des premiers actes de Vallès ne fut-il pas de conduire ses hommes pieds nus - mais fusils à l’épaule - aux portes du 160, rue de Crimée afin de réclamer les brodequins de marche qui leur manquaient et que la Mairie, jouant le rôle d’intendance, tardait à leur fournir ?

Devant la manifestation de force, Richard fut obligé de délivrer le bon de remise. Mais il encaissa mal l’initiative de Vallès. Et c’est le début de la chaîne des évènements qui conduiront à l’investissement de la Mairie, le 31 octobre 1870.

Garde national partant pour le combat. Lithographie de Daumier pour le Charivari du 20 septembre 1870. Bibliothèque nationale

- Garde national partant pour le combat. Lithographie de Daumier pour le Charivari du 20 septembre 1870. Bibliothèque nationale

Selon le témoignage du journaliste, Richard ourdit un coup tordu trois ou quatre semaines plus tard. Il pleuvait ce jour-là, et le commandant du 191e, ne prévoyant pas d’opération, était demeuré chez lui, rue de Belleville.

Profitant de son absence, Richard se prévalut de prétendues instructions que Vallès lui aurait laissées pour envoyer une compagnie du bataillon le rejoindre à l’exercice du feu hors les murs de Paris, en vue de l’armée prussienne. Les troupiers ne trouvèrent évidemment pas leur chef au lieu dit et, furieux de cette plaisanterie périlleuse, trempés, ils allèrent protester sous les fenêtres de l’habitat de l’officier. Ils le forcèrent à descendre s’expliquer à la salle Favié, où de 500 à 600 personnes s’assemblèrent. Invectivé, montré du poing, Vallès eut grand-peine à convaincre les gardes de son innocence et de la rouerie de Richard. Il y parvint cependant mais, lucide sur ce que la contestation de ses soldats contenait de juste, il rendit ses galons.

Ces compagnons d’armes, comme l’officier démissionnaire eut l’occasion de le dire, étaient d’« honnêtes gens » et, s’ils apercevaient le manque d’aptitude de Vallès pour les choses militaires, ils voyaient aussi brûler en lui la flamme révolutionnaire capable de galvaniser l’esprit de combat. D’eux-mêmes, ils lui demandèrent donc quelques jours après de reprendre son commandement.

Tout donne à penser que Vallès nourrissait l’intention de faire payer au maire sa félonie dès que l’occasion s’en présenterait. Elle arriva le 31 octobre. C’est ainsi que se peuvent comprendre certains détails de la relation tracée par Jules de son occupation de la Mairie du 19e arrondissement au soir de la journée insurrectionnelle. Écoutons Jacques Vingtras, le double de Jules dans « L’Insurgé » :

« Je viens d’entendre, dans l’escalier [de la Mairie], un boucan de tous les diables. C’est Richard, l’ancien maire, qui vient de l’Hôtel de Ville où il est allé chercher des ordres près de ses patrons, et qui traverse le bataillon des envahisseurs. Il se précipite sur l’écharpe [d’édile] dans laquelle on m’a saucissonné [...] Il me tient au ventre et essaie de m’arracher la ceinture tricolore qui s’est enroulée en nœud coulant. [...] On fait lâcher prise au bonhomme qu’on serre de très près à son tour. Il renverse déjà les yeux ! [...]
Vous pouvez me torturer, je vous dis que demain, vous serez châtié !
Nul ne songe à vous torturer, mais pour que vous n’embêtiez plus le monde, on va vous coller dans une armoire. « Et je l’ai fait porter dans un placard... un placard énorme où il est très à l’aise, ma foi, s’il veut rester debout, et où il peut faire très bien un somme, s’il veut s’étendre sur la planche du milieu, en chien de fusil. [...] Une heure du matin. Un des gardiens demande à parler au maire en exercice, au nom du maire sous les scellés. [...]
Pardon, excuse, mon officier... mais c’est qu’il se tortille depuis un bon moment. [...] Vous comprenez, faut-il le laisser aller, citoyen ?
Le laisser aller dans l’armoire, oui, a dit Grêlier, l’adjoint. [...]
Vous êtes dur.
Il est rageur, le gars, et résolu ! Laissez le donc mouiller sa poudre.
« Qu’il la mouille. Moins d’une heure après, un sergent se présente. [...] Il apporte des nouvelles de l’armoire.
Elle est inondée ! [...] Mais ce n’est pas seulement cela, mon commandant, il demande à sortir une minute pour... quelque chose de sérieux. [...]
Lâchez-le moi pour de bon ! Passez du chlore dans l’armoire, et donnez à Richard la clé des champs avec la clé des lieux. »

Ferme mais mesuré, le réfractaire Vallès ! Dans une version antérieure de ce récit, rédigée une semaine après les événements (4), il la jouait plus grand seigneur démocrate encore : « M. Richard, écrivait-il, a été, c’est vrai, isolé un moment, c’est-à-dire éloigné par la force du danger. Il y avait à craindre qu’il ne fût dans les rues battu, fouetté ! J’ai voulu éviter à la République la responsabilité d’une violence et à cet homme la honte d’une humiliation. »

Mais peut-on douter que, dans son for intérieur, l’être de chair Jules jubila de la posture scabreuse infligée à son ennemi personnel ?

Gloire au 191e bataillon !

Les circonstances politiques l’éloignèrent ensuite des troupiers du 191e. Mais, par le cœur, il leur resta toujours attaché, à preuve, ces lignes vibrantes de son article « Les Bellevillois » dans Le Cri du peuple du 14 avril 1871, au temps de la Commune :

« Le 191e bataillon, commandé par le citoyen Lecomte, revenait hier du fort d’Issy, où il était depuis huit jours. Il a passé sur la place de l’Hôtel de Ville, où des membres de la Commune sont venus le recevoir et le féliciter de son excellente tenue. Il rapportait comme trophée une couverture rouge qui lui avait servi de drapeau et était toute criblée de balles, de mitrailles. Un membre de la Commune, du 19e arrondissement, a reconduit jusqu’à Belleville ce glorieux bataillon. [...] Il était beau de voir ces gardes venant se reposer au sein de leur famille, et tous prêts à répondre à un nouvel appel de la Commune. »

Le 27 mai 1871, aux heures les plus terribles de la Semaine sanglante, Vingtras-Vallès retrouva des gardes du 191e sur la place des Trois-Bornes, tout en bas de Belleville. Il rapporte dans « L’Insurgé » :

« Jadis, quand j’étais leur commandant, je sauvais mes airs de garde champêtre et mon incapacité militaire en jurant qu’au moment suprême, je serais là avec le bataillon ou ce qu’il en resterait. Il n’en reste pas lourd mais ce reste-là est content de me revoir.
Alors, vous ne quitterez pas ?...
Non.
C’est bien, ça, citoyen. »

Vive le commandant Vallès !

- Par Maxime Braquet

(1) Occupé après 1876 par un orphelinat des Sœurs de la charité de saint Vincent de Paul, le site, complètement modifié, loge de nos jours un centre PMI Enfance et santé.

(2) Pour les fouineurs, Archives de la Ville de Paris, cartons D2R4 30 bis, 37 et 130.

(3) Lire à ce propos le chapitre « La politique au cabaret « dans La Gloire de la Courtille, bulletin n° 30 de l’Association d’histoire et d’archéologie du 20e arrondissement (AHAV), 2004, rédaction de Christiane Douyère-Demeulenaere, assistée de Maxime Braquet.

(4) Lettre ouverte parue dans divers journaux le 8 novembre 1870 en droit de réponse à une campagne calomniatrice lancée par Richard.

Les amours de Jules et Joséphine à Belleville

Le 25 mai 1871, Jules Vallès est présent à la Mairie du 20e arrondissement, au 136 de la rue de Belleville, où les débris du pouvoir révolutionnaire communaliste se sont repliés face à la progression des troupes versaillaises.

Le 26, on le retrouve à la cité Vincennes, rue Haxo, sur les hauteurs bellevilloises, au quartier général de l’ancien secteur de défense contre les Prussiens. Morfondu, impuissant, il assiste là au massacre des otages de la Commune. La foule des fusilleurs, désespérée, enragée par les exactions des troupes de Thiers, assoiffée de vengeance, ne voulait plus rien savoir et envoyait promener les élus communards qui, tel Eugène Varlin, tentèrent d’empêcher le carnage bien inutile. On menaça même de les ajouter devant le peloton d’exécution ! Le 27, Vallès combat sur la place des Trois-Bornes, au bas de Belleville. Au petit matin du 28, ultime jour de la Commune, l’écrivain et journaliste tient son fusil à l’entrée de la rue de Belleville. De son périple tragique sur les pentes de notre montagne, Jules Vallès fait le récit détaillé dans les pages de « L’Insurgé. » Il cite toutes les personnalités qu’il côtoie en ces sombres heures mais omet cependant de signaler une présence constante à ses côtés, celle de sa tendre amie Joséphine Lapointe.

Discret comme il se montra toujours sur sa vie sentimentale, Jules n’en fera jamais la révélation qu’à son vieil ami intime, communard comme lui, Arthur Arnould au sein d’une lettre qu’il rédigea de son exil londonien en juillet 1872 : « Joséphine est une noble fille, elle ne m’a pas quitté une heure, jusqu’à la dernière minute où je lui ai fait mes adieux pour aller à la dernière barricade qu’elle pouvait voir de sa fenêtre. »

Il s’agit de la barricade géante qu’il décrit dans« L’Insurgé » comme se trouvant presque au niveau de la salle de bal Favié, 13, rue de Belleville. C’est certainement au 19 de cette artère que Joséphine habitait encore en mai 1871 et où elle avait vécu avec Jules entre le 6 septembre et le 31 octobre 1870, lorsque son compagnon commandait le 191e bataillon de la garde nationale. On peut imaginer qu’elle garda l’appartement après que Vallès eut été contraint de fuir le 19e arrondissement, au lendemain de l’insurrection ratée du 31 octobre.

Sans doute même le communard, dans les semaines de mars à mai 1871, quitta-t-il plusieurs nuits les salons de l’Hôtel de Ville où la Commune tenait ses séances pour aller dormir auprès de celle qu’il appelait sa « grande blonde ».

Il n’y a rien de plus émouvant dans la vie échevelée des combattants révolutionnaires que ces instants d’alcôve volés.

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 19:34

http://www.litterales.com/images/auteurs/_Valles.jpg

Repost 0
Published by avocatdespauvres.over-blog.com
commenter cet article
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 19:20

Ceci est le premier article de votre blog. Il a été créé automatiquement pour vous aider à démarrer sur OverBlog. Vous pouvez le modifier ou l'effacer via la section "publier" de l'administration de votre blog.

Bon blogging

L'équipe d'OverBlog

PS : pour vous connecter à votre administration rendez-vous sur le portail des blogs OverBlog

Repost 0
Published by OverBlog
commenter cet article