Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 01:24

LM.NET - EN BREF misrata militia kill in Tripoli Libya (2013 11 15) ENGL

 

Luc MICHEL / In short /

with RT – ELAC Website – PCN-TV / 2013 11 15 /

Civil war and mass murders in Tripoli!

Misrata militias is the legacy of Sarkozy, NATO and zionist lobbyist BHL …

Libyan puppet PM Zeidan, former CIA agent, “demands ‘all’ armed militias leave capital after opening fire on protesters” (sic) …

At least 13 people were killed and 130 wounded, many in critical condition, as militiamen reportedly opened heavy fire on peaceful protesters holding a rally near the militia’s headquarters in the capital Tripoli, puppet Libyan state news agency LANA reported.

Libyan Defense Minister Abdullah Al-Thani cut short his visit to Jordan and is returning to his home country, LANA reported. Puppet Libya’s prime minister, Ali Zeidan, is expected to make a statement in the next few hours.

Libyan protesters gather during a demonstration “calling on militiamen to vacate their headquarters in southern Tripoli” on November 15, 2013. Thousands of protesters gathered in the Libyan capital, calling to intensify the security presence and end the militias’ rule established in 2011, after the uprising that ousted leader Muammar Gaddafi. The protesters marched from a downtown mosque to the headquarters of the militia waving Libyan flags and chanting slogans such as « We want an army, we want police. »

THE MISRATA MILITIA: SARKOZY – NATO – ZIONIST BHL LEGACY …

The Misrata militia reportedly opened fire with heavy machine guns and rocket-propelled grenades at protesters as they approached its headquarters in the Gharghour district. Misrata militia is a private army with heavy armaments, organised by the French generals of NATO in 2011 following orders of former French president Sarkozy and Zionist lobbyist BHL, the infamous Bernard- Henry Levy.

According to a Reuter’s report, the militia fired an anti-aircraft cannon into the crowd, after which the protesters first fled but then returned heavily armed. The report added that the demonstrators stormed the gated building, and kept the militiamen there until nightfall.  According to reports, the HQ was torched and other buildings in the district belonging to the Misrata militia were raided by demonstrators.

The Libyan Defense Ministry has ordered the country’s armed forces and the police to intervene immediately to restore order. Dozens of trucks reportedly arrived with backup, sealing off roads in an attempt to end the clashes.

The rally was sparked by a string of recent street clashes in which the militia from the city of Misrata, which has a heavy presence in the capital, also played a central role. The violence was also triggered by the killing of one of the Misrata group’s commanders.

Part of the militia was formed from local brigades of rebels including Islamic militants who fought against Gaddafi’s government under NATO supervision with the Western so-called TNC. After the fall of the leader, the puppet pro Western government t”asked the former rebel forces with maintaining security” (sic). However, the militia has not been put under state control, prompting the armed groups to act on their own agenda.

Luc MICHEL

Pics: People assist a man who was injured after Libyan militiamen opened fire on a crowd wanting them to move out of their headquarters on November 15, 2013 in southern Tripoli. (AFP Photo / Mahmud Turkia)

_____________________

http://www.elac-committees.org/

https://www.facebook.com/PCN.NCP.TV

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 01:23

 

PCN-TV - RT daily news 028 (2013 11 15) ENGL 2

 

Central topic of the day: EU djihadists in Syria /

PCN-TV with RT – PCN-SPO / 2013 11 15/

The Russian TV channel ‘RT’ daily news – former Russia Today – for an alternative information to the dual language, double standards, lies and propaganda of the NATO’s medias …

Video on:

https://vimeo.com/79525694

Main topics of the day:

The future of Syria’s toxic arsenal is due to be decided today. After Damascus destroyed all production facilities, the question now is: where will the weapons go? Disarming the skeptics — after Syria meets the initial targets to get rid of its chemical weapons – UN inspectors plan the next stage;

Washington tries to whitewash a multi-million-dollar British inquiry into the roots of the Iraqi invasion – in case it reveals a few painful home truths between Bush and Blair;

Justice and profit, rolled into one. In a few minutes, we take you on a tour of the lucrative world of U.S. private prisons. America’s booming private prisons lobby for tougher sentences and more inmates, but an ex-con tells us how profits are being put before rehabilitating criminals into society. Morality and ethics aside, business is booming for America’s prison corporations as the number of inmates soars to new heights;

And. Covering their tracks. The British Conservative party is accused of trying to bury evidence of broken promises – as speeches made before the party came to power are removed from its website.

RT / PCN-TV

________________________

https://vimeo.com/pcntv

https://www.facebook.com/PCN.NCP.TV

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 01:23

 

PCN-TV - RT daily news 026 (2013 11 13) ENGL

 

Central topic of the week: US murder of Afghan civilians /

PCN-TV with RT – PCN-SPO / 2013 11 13/

The Russian TV channel ‘RT’ daily news – former Russia Today – for an alternative information to the dual language, double standards, lies and propaganda of the NATO’s medias …

Video on:

https://vimeo.com/79425168

Main topics of the day:

A probe into the murder of Afghan civilians allegedly involving American soldiers is abandoned after the U.S. denies access to suspects. We hear from a journalist who says he’s got proof U.S. soldiers are to blame;

The Sanctions stay – America prolongs the ‘state of emergency’ in its relations with Iran and some want even tougher restrictions despite attempts to seal a nuclear agreement;

Plus, We meet a man who was targeted by controversial British government campaign to weed out illegal immigrants.

RT / PCN-TV

____________________

https://vimeo.com/pcntv

https://www.facebook.com/PCN.NCP.TV

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 01:22

 

PCN-TV - polish far-right attack russian embassy II (2013 11 14) ENGL 1

 

PCN-TV with RT Ruptly – PCN-SPO/

2013 11 14 /

Polish far-right attack Russian embassy during ‘Independence Day march’ in Warsaw.

Far-right protesters with faces covered shout anti-Russian slogans during their annual march, which coincides with Poland’s national Independence Day in Warsaw November 11, 2013.

Video on:

https://www.facebook.com/photo.php?v=1428129650738530

Police had to use rubber bullets and pepper spray to disperse a crowd of violent Polish nationalist demonstrators during an Independence Day march in Warsaw. Besieged Russian embassy officials say the building was pelted with firecrackers and bottles.

Officers in riot gear formed a cordon around the building, as young shaven-headed demonstrators waving red-and-white flags tried to push through. The crowd shouted slogans directed against Russia, Poland’s eastern neighbor, which the demonstrators blamed for World War II atrocities and occupation during the Soviet era. Poland’s foreign ministry has criticized the action, saying « there is no justification for hooliganism. »

Several men managed to burst through the police cordon. They attempted to clamber up on the embassy’s walls and tried to set the guard-post on fire. In total, more than a dozen marchers were arrested across the Polish capital, and at least two policemen and many others were taken to hospital with injuries. Several thousand marchers chanted « God, honor, fatherland! » as the group initially proceeded without a hitch through the central streets of the city.

After about an hour, a group of well-prepared radicals pulled on balaclavas, broke away from the main crowd and attacked a left-wing squat. The nationalists then moved onto Zbawiciela Square, considered Warsaw’s gay and bohemian district, setting fire to a symbolic rainbow-colored flower display. As police stepped in and wrestled back control, the radicals set fire to several cars before attempting to escape through side streets.

The annual procession marking Independence Day is consistently marred by displays of violence against foreign, left-wing and atheist targets. This year, police attempted to stand back to avoid provoking violence. The nationalists’ own orange vest-clad volunteers were left to control the crowd as police helicopters circled above.

Poland’s official government website describes November 11 as “the most important national holiday”, celebrated following the declaration of independence in 1918, “after 123 years of captivity… under the rule of Austria, Prussia and Russia”. The holiday was suppressed during the Communist era, but has made a strong comeback since the fall of the Iron Curtain.

RT / PCN-TV & PCN-SPO

__________________________

https://vimeo.com/pcntv

https://www.facebook.com/PCN.NCP.TV

PCN-TV - polish far-right attack russian embassy II (2013 11 14) ENGL 2

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 01:22

 

 

PCN-TV - polish far-right attack russian embassy (2013 11 13) ENGL

 

PCN-TV with RT – PCN-SPO/

2013 11 13 /

Polish leaders apologize to Russia for ‘outrageous’ attack on Warsaw embassy

Far-right protesters walk past the Russian Embassy during their annual march, which coincides with Poland’s national Independence Day in Warsaw on November 11, 2013.

Video on:

https://www.facebook.com/photo.php?v=1427946774090151

Poland has offered an apology to Russia for an attack on its Warsaw embassy by nationalists on Monday. Both the Polish president and prime minister condemned the incident publicly as “an unacceptable act of aggression.”

A number of nationalist demonstrators hijacked a march of thousands of people on Polish Independence Day and attacked the Russian embassy in Warsaw. Protesters shouting anti-Russia slogans hurled stones at police and attempted to scale the walls of the embassy building. Police eventually dispersed the mob with rubber bullets and pepper spray and arrested around a dozen people.

President Bronislaw Komorowski apologized to Russia for the “acts of hooliganism” witnessed in the Polish capital and said the incident had been detrimental to the image of Poland on the international stage. “I need to apologize on behalf of the Polish state,” Komorowski told Polish radio station RaioZet, branding the unrest as an “absolute scandal.” Moreover, he said that some were attempting to use the incident “to create the impression that Poland is a Russphobic” nation.  Komorowski also suggested changing Polish law to prohibit demonstrators from covering their faces during protests unless they have a good reason to do so.

Poland’s PM Donald Tusk followed suit, slamming the riot as an « unacceptable act of aggression. » « We want to express our regret over the incident. Despite the emotions felt by various groups of people demonstrating on Independence Day, these kinds of actions must not take place, » he said. Warsaw authorities who initially allowed Monday’s march moved to ban the event in the wake of the violence.

Russia sharply condemned the violence on Tuesday 12, demanding compensation for damages to the embassy and summoning Polish Ambassador Wojciech Zajaczkowski to the Ministry of Foreign Affairs.

An eye for an eye?

Russia’s Ministry of Internal Affairs reported on Wednesday that three people had been arrested in the center of Moscow for “disturbing the peace” and throwing flares at the Polish Embassy.

However, the Polish embassy’s security team did not report anything out-of-the-ordinary on the premises. “The situation is normal, we have had no problems, security has not reported any disturbances,” the Polish press secretary told Interfax.

Tensions still run high between Russia and Poland more than two decades after the fall of the Soviet Union and the collapse of communist rule in Eastern Europe. Demonstrators who attacked the Russian Embassy resent Poland’s eastern neighbor for World War II atrocities and occupation during the Soviet era.

PCN-TV & PCN-SPO

__________________________

https://vimeo.com/pcntv

https://www.facebook.com/PCN.NCP.TV

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 01:21

 

LM.NET - EN BREF hollande trahison (2013 11 12) FR 1

 

Luc MICHEL / En Bref /

avec Libération – Le Figaro – PCN-SPO / 2013 11 12 /

Sociale-démocrate parce que la Sociale-démocratie européenne, et singulièrement les française et belge, n’ont plus rien de « socialiste ». Précisément depuis ce mois d’août 1914, dont on parle tant en ce moment, où les bonzes sociaux-démocrates se sont ralliés aux bourgeoisie impérialistes européennes et ont soutenu la grande boucherie militariste qui a conduit au suicide politique de l’Europe …

La trahison, les sociaux-démocrate ont çà dans l’ADN. Et Hollande, cet apparatchik sournois et louvoyant, ne fait pas exeception. Car Hollande, comme un vulgaire Sarkozy, est le président des patrons. Cruel et indécent au moment où les plans sociaux déchirent la France du travail.

Libération (Paris), revenu de son tropisme hollandiste, lâche le morceau : « Depuis sa campagne présidentielle, François Hollande œuvre à la réconciliation des patrons avec la gauche. A l’Elysée, il entretient des liens avec un réseau d’une dizaine de grands dirigeants (*). En toute discrétion. ». Et Libé d’expliquer les réseaux discrets du président ‘normal’ et leur parfum de clandestinité honteuse : « La consigne est à chaque fois la même : «Tout cela doit rester entre nous.» Quand il reçoit un grand patron, François Hollande exige de son interlocuteur la plus grande discrétion. «Pour parler en confiance», ajoute-t-il souvent. Ces rendez-vous ne sont jamais inscrits à l’agenda du chef de l’Etat. Et personne ne souhaite les évoquer ouvertement. Les patrons dont Libération a pu recueillir les confidences ont d’ailleurs tous pris les mêmes précautions. «D’accord pour vous recevoir, mais je ne veux pas apparaître.» Ils parleront, mais anonymement. »

Et après qui s’étonnera encore que le gouvernement «n’écoute que le patronat» selon la CGT.

Le secrétaire général du syndicat, Thierry Lepaon, pointe en effet « du doigt la crise et les problèmes de pouvoir d’achat ». Le secrétaire général de la CGT, a évoqué ce mardi un climat «explosif» dans le pays. « Il y a deux poids, deux mesures: le gouvernement ne fait qu’écouter le patronat sans être récompensé. Plus il cède aux revendications des patrons, plus ils revendiquent », a dénoncé Thierry Lepaon dans un entretien au Figaro. Selon le numéro un de la CGT, « il n’y a pas non plus de traitement égalitaire entre les organisations syndicales ». « La CFDT (proche du P’S’) est ultra privilégiée. Cela révèle un dysfonctionnement de ce gouvernement », a ajouté Thierry Lepaon. Interrogé sur l’absence des syndicats dans les mouvements de révolte actuels, Thierry Lepaon a fait valoir que «l’efficacité du syndicalisme se mesure d’abord dans l’entreprise». Mais selon lui, «le fait que les organisations syndicales n’aient pas une démarche unitaire sur les questions de l’emploi n’aide pas. Les patrons, eux, sont unis».

Pour le leader de la CGT, «le vrai problème» n’est pas le ras-le-bol fiscal mais le pouvoir d’achat. «La crise n’est pas qu’en Bretagne. Actuellement il y a 10 plans sociaux et 1 000 chômeurs de plus par jour en France», a-t-il affirmé. «Le climat est très tendu, c’est explosif partout». Evoquant la réforme de la retraite, Thierry Lepaon a annoncé une nouvelle journée d’action «le 19 novembre», jour du nouvel examen du projet de loi à l’Assemblée nationale.

Pendant que la France d’en bas crève, le président, énarque, professionnel de la politique alimentaire – cette classe politicienne qui prospère et s’engraisse sur le dos de l’état et du peuple, et qui réunit les Royal, Duflot, Cohn-Bendit, Coppé, Sarkozy, Mélanchon ou le clan Le Pen -, lui reçoit les patrons …

What else ?

Luc MICHEL

(*) Qui sont ces grands patrons, les figures de proue des ‘dynasties bourgeoises’ du XXIe siècle ? Libé lève le voile et c’est encore plus cruel pour Hollande :

- Serge Weinberg Après avoir rejoint le groupe Pinault au début des années 90, l’actuel patron de Sanofi (depuis 2010) a d’abord dirigé le conseil d’administration du groupe Accor, jusqu’à sa démission en 2009.

- François Pinault Intime de Chirac, le milliardaire, fondateur de l’empire du luxe et de la distribution PPR (devenu Kering) entretient des liens étroits avec Hollande alors que ses relations avec Sarkozy étaient glaciales.

- Pierre Pringuet Le directeur général de Pernod Ricard (depuis 2008) est le très influent président de l’Afep, le lobby patronal avec lequel le chef de l’Etat travaille le plus. Cet X-Mines a rejoint le groupe Pernod Ricard en 1987.

- Paul Hermelin PDG de Cap Gemini depuis l’an passé, après en avoir été dix ans le directeur général, il a été nommé en janvier «représentant spécial de la France pour la relation économique avec l’Inde». Merci président …

- Christophe de Margerie Le moustachu PDG de Total, entré chez le pétrolier en 1974, est à la tête, depuis 2010, de la plus grosse cash machine française. Une figure par nature incontournable du capitalisme hexagonal.

- Marc Ladreit de Lacharrière Fondateur et patron de la financière Fimalac, il est notamment le propriétaire de l’agence de notation Fitch. Ces salopards qui détruisent l’économie européenne … Grand mécène du monde de la culture, il est aussi administrateur de poids lourds du CAC 40.

- Guillaume Pepy Après un début de carrière dans les cabinets ministériels – il a dirigé celui d’Aubry au ministère du Travail -, cet énarque a fait l’essentiel de son parcours à la SNCF, entreprise publique qu’il préside depuis 2008.

- Louis Gallois L’actuel commissaire général à l’investissement a auparavant dirigé la SNCF et coprésidé EADS. En novembre 2012, il a remis au Premier ministre un rapport sur la compétitivité des entreprises françaises.

- Jean-Louis Beffa Président d’honneur de Saint-Gobain, où il est entré en 1974, ce polytechnicien préside l’Amicale du corps des mines depuis 2002. Ce qui en fait un interlocuteur influent du secteur énergétique français.

- Anne Lauvergeon Ex-patronne d’Areva (2001-2011), l’ancienne sherpa de Mitterrand, présidente du conseil de surveillance de Libération, a été nommée par Matignon à la tête d’une commission sur l’innovation. Notons au passage que Libé se met à poils et révèle qui dirige l’info en France …

- Bernard Spitz Chef de file des Gracques, partisans d’une alliance entre le PS et le centre, cet énarque, passé par le cabinet du Premier ministre Michel Rocard, dirige depuis 2008 la Fédération française des sociétés d’assurances.

_________________________

Luc MICHEL /

PROFIL Facebook  https://www.facebook.com/luc.michel.505

Twitter  https://twitter.com/LucMichelPCN

PAGE OFFICIELLE Facebook  https://www.facebook.com/Pcn.luc.Michel

Website  http://www.lucmichel.net/

 

LM.NET - EN BREF hollande trahison (2013 11 12) FR 2

LM.NET - EN BREF hollande trahison (2013 11 12) FR 3

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 02:56

 

PCN TIMELINE - 1983 le pcn réinvente le NB (2014 05 29) FR

KH pour PCN-Timeline /
Avec PCN-SPO – Télémoustique (Bruxelles) / 2014 05 29 /
http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

PCN-TIMELINE est une nouvelle série thématique d’analyses sur l’histoire du PCN (1984-2014) …

Le PCN a 30 ans cette année. L’Organisation transnationale qu’il incarne depuis 1984 a, elle cinquante ans. L’âge aussi du livre fondateur de son idéologie, ‘L’EUROPE. UN EMPIRE DE 400 MILLIONS D’HOMMES’, écrit par Jean Thiriart en 1964.

Beaucoup ignorent l’histoire du PCN et le rôle d’élaboration idéologique, théorique, que le Parti a joué, inventant, redécouvrant ou réinventant bon nombre de thématiques aujourd’hui au centre de l’actualité.

# LE PCN : UNE ECOLE IDEOLOGIQUE ET UN THINK TANK

On reste à la fois abasourdi devant le nombre de thématiques idéologiques novatrices, découvertes ou redécouvertes, redéfinies, revêtues de neuf, par le Courant idéologique du PCN – et en particulier par THIRIART, José QUADRADO COSTA et Luc MICHEL, président-fondateur du PCN, dans les Années 80, avec leur « Ecole Euro-soviétique » – et sans voix devant la conspiration du silence qui les entoure dans l’Université franco-belge ou Wikipedia (exemples entre beaucoup d’autres). Je pense en particulier au grand retour politique du « National-bolchevisme » ou du « National-Communisme » dès 1983, avec le PCN …

C’est un journaliste belge, Manuel ABRAMOWICZ – militant de la gauche anti-fasciste belge qui apparaît à la fois opposé et fasciné par le PCN et Luc MICHEL – qui dans l’Hebdo belge à grand tirage « TELE-MOUSTIQUE », en septembre 1993, a rompu le premier le mur du silence (dans le style tabloïde choc à l’Anglaise).

ABRAMOWICZ écrit ce qui suit, à l’occasion d’un phénomène médiatique que l’on a nommé « l’été du national-bolchevisme » (1993) :
« Le phénomène « national-bolchevique » est né et s’est structuré, il y a plus de dix ans, au cœur de notre Pays noir (ndla : le nom du pays de Charleroi, ville minière ouvrière, où est né le PCN et Luc MICHEL lui-même). Les nationaux-bolcheviques du PCN ont rhabillé de neuf une théorie paneuropéenne, dont se réclament d’autres mouvements politiques » (1).

Avant ABRAMOWICZ, il y avait déjà eu Christophe BOURSEILLER et son livre à succès « LES ENNEMIS DU SYSTEME » qui parlait longuement du PCN …

L’analyse novatrice de Luc MICHEL, intitulée L’ALTERNATIVE NATIONAL-COMMUNISTE, MYTHES ET REALITES DU NATIONAL-BOLCHEVISME 1918-1993, toujours diffusée internationalement, date elle de 1989 pour sa première publication (2).

# ‘RENDRE AU PCN CE QUI REVIENT AU PCN’ …

Précisément ce 29 mai 2014, sur les Réseaux sociaux, Luc MICHEL revendiquait avec raison cette antériorité. Attaquant le provocateur russo-français Limonov sur le Dossier de la crise ukrainienne, dont il disait « qu’il n’est ni national ni bolchévique ». A un lecteur qui lui demandait « Qui êtes-vous pour juger cela ? », il rétorquait ce qui suit et qui clôtura immédiatement le débat :

« TOUT SIMPLEMENT celui qui avec le PCN a redonné vie en 1983-84, idéologiquement et politiquement, à ce fameux « national-bolchevisme » dont Limonov a usurpé le nom, idéologie qui en Allemagne fut la première à résister au Nazisme avec Niekisch et que le drapeau « rouge-brun » néofasciste des nazbols insulte en permanence. En 1983 Limonov est encore « Eddy baby voyou de Kharkov » (titre d’un reportage de l’époque de la RTBF), pro américain, dissident anti-soviétique.
JE SUIS AUSSI celui qui avec ma Revue CONSCIENCE EUROPEENNE en 1986 a réinventé l’EURASISME, oublié dans les limbes de l’histoire des idéologies depuis la fin des Années 20. C’est en lisant ma revue amenée à Moscou en 1992 par Thiriart que Ziouganov (Eurasisme de gauche, qui a été adopté par Poutine) et Douguine (néo-eurasisme de droite) ont repris ce thème de l’Eurasisme, dans sa version modernisée, la nôtre .
JE SUIS ENCORE celui qui a organisé – avec mon Ong EODE – la Mission internationale de monitoring du Référendum d’auto-détermination en CRIMEE les 14-17 mars 2014, condition indispensable de sa validité et défi à l’OTAN et à l’OSCE, à qui nous avons damné le pion (3) … »

# RELIRE ‘TELEMOUSTIQUE’ SUR LA REINVENTION DU NATIONAL-BOLCHEVISME PAR LE PCN …

Il faut lire les reportages de Manuel Abramowicz dans le grand hebdo belge ‘TELEMOUSTIQUE’ (eux aussi ignoré par Wikipedia) pour ‘rendre au PCN ce qui revient au PCN’…

* « Un empire de Flessingue à Vladivostok : Une vieille idée »,
TELE MOUSTIQUE (Bruxelles, 2 sept. 1993) :
(Extrait) « C’est au lendemain du premier conflit mondial que le courant politique d’abord dénommé « nationalisme prolétarien » et ensuite « national bolchevisme allemand » apparut dans ce pays en ruine. Notamment, lors de l’occupation de la Ruhr par les armées franco-belges. Son principal idéologue Ernest NIEKISCH, développa un programme politique englobant un corpus nationaliste et socialiste. L’emblème du mouvement fut la faucille et le marteau communistes, l’épée du guerrier prussien et un aigle noir. Dans une perspective anti-occidentale, les nationaux-bolcheviques souhaitaient établir un pacte avec l’URSS de STALINE et créer un empire de Flessingue (Pays-Bas) à Vladivostok (Sibérie) (…) NIEKISCH, en 1937, fut emprisonné par la police nazie. Après la guerre, ce courant politique subsista jusqu’à aujourd’hui (…) Depuis 1984, le Parti communautaire national-européen le symbolise. »

* « Les nationaux-bolcheviques, depuis Charleroi, ils planifient un Empire de l’Europe à l’Asie »,
TELE MOUSTIQUE (Bruxelles, 2 sept. 1993) :
(Extraits) « Il y a quelques semaines, une polémique éclatait outre-Quiévrain, à la suite des « révélations » publiées par plusieurs journaux sur l’alliance tacite entre une nébuleuse issue de l’extrême-droite et une fraction orthodoxe du Parti communiste français. L’axe d’ordre intellectuel et dogmatique, entre « fachos » et « cocos » occultant leurs nombreux tabous, se concrétisa, de manière pragmatique, alors qu’à l’Est, les régimes totalitaires montraient les premier signes de leur écroulement. Des cadres du PCF furent les victimes consentantes d’une opération de séduction élaborée, dés les années quatre-vingt, par la « Nouvelle droite » (mouvance intellectuelle originaire de l’ultra-droite la plus réactionnaire qui tente de réviser l’histoire des fascismes) Ensemble, ils se sont alignés sur le même rejet du Nouvel ordre mondial, des Etats-Unis et des régimes sociaux-démocratiques européens. Cet été, le « scandale » français, relaté par des journaux tels que LE CANARD ENCHAINE, LE MONDE et LIBERATION, a provoqué des réaction outrées de la part de certains dirigeants du Parti communiste français. Certains disaient découvrir cet « enfant monstrueux né d’une complicité entre l’extême-droite et certains mouvements de gauche ».
Disant cela, ils péchaient par manque information. Car le phénomène « national-bolchevique » est né et s’est structuré, il y a plus de dix ans, au cœur de notre pays noir (…)

Dés sa création, le parti (PCN) se revendiqua de l’idéologue belge Jean THIRIART (1902-1992). Dans les années soixante, ce dernier animait l’organisation JEUNE EUROPE et LA NATION EUROPEENNE, une revue nationale-communiste ». Ce félin de la subversion (…) devint avec Luc MICHEL, le théoricien du PCN. THIRIART était considéré par ses émules comme le « Lénine de la révolution européenne ». Quand à lui, il aimait se définir comme un « national-bolchevique européen » qui revendiquait une alliance avec feu l’URSS pour la création de l’Empire EURO-ASIE ». THIRIART, avant son décès en novembre 1992, avait établi des liens étroits avec les nationaux-révolutionnaires néo-bolchevique russes. Le PCN se veut un parti européen. Il rêve de voir surgir, sur la débâcle des régimes occidentaux, un Empire « socialiste national européen ». Pour ce faire, il a développé un semblant de toile d’araignée sur le Vieux Continent (…)
Luc MICHEL, le leader du Parti communautaire national-européen, souhaite mettre sur pied, sur le modèle léniniste d’organisation, un large « Front uni noir, rouge, vert, unifiant nationaux révolutionnaire, nationalistes, nationaux-communistes et écologistes. (…) Notre but doit être d’organiser la révolte », précise-t-il dans un document de travail, dont TELEMOUSTIQUE dispose une copie, destiné à ses futurs alliés. Il poursuit : « IL ne faut pas se faire d’illusions sur une crise globale et simultanée du Système. Nous devrons donc être prêts à concentrer nos forces et à rejeter notre glaive dans la balance de l’histoire. (…) Notre but c’est la subversion et le renversement du Système » (…) La révolution transfrontière est-elle donc pour demain ? A suivre… »

# QUI A VRAIMENT REDECOUVERT NIEKISCH ?

Dans une « INTERVIEW A KORNEL SAWINSKI » (Pologne, 2010) (4) et dans la « THESE LARBANOIS » (Université de Liège, 2004, largement consacrée au PCN) – totalement occultée dans les articles de Wikipedia consacrées à Luc MICHEL et au PCN – (5), Luc MICHEL s’explique longuement sur la découverte dans les années 60 par son Organisation de NIEKISCH, puis de celle de l’EURASISME, toujours par le PCN, au milieu des années 80.

C’est précisément THIRIART qui le premier redécouvre et parle du « National-Bolchevisme allemand » et de son idéologue, le grand résistant au Nazisme Ernst NIEKISCH, dans sa revue ‘L’EUROPE COMMUNAUTAIRE’ en 1965, soit sept ans avant que l’universitaire français Jean-Pierre FAYE ne publie ses ‘LANGAGES TOTALITAIRES’, le premier livre universitaire sur le sujet …

Dans un entretien de 2006, publié en 2008, FAYE, précisément, évoque Ernst NIEKISCH et dresse un parallèle entre NIEKISCH et Luc MICHEL (6). Il y écrit ce qui suit à propos de NIEKISCH et de Luc MICHEL, rencontré à Tripoli en 1996 :
« J’ai rencontré cet idéologue [Luc Michel] qui avait découvert dans mon livre, m’a-t-il dit, la folle « pensée » de NIEKISCH (…) [Ceci] m’a donné au passage l’occasion d’observer in vivo à quoi pouvait ressembler un « national-bolchevique », dans sa paranoïa en acte. Mon interview de NIEKISCH (…) en donne une approche au passé » …

Interrogé par le doctorant Kornel Sawinski (Pologne, Université de Katowiz), Luc MICHEL répond sèchement à FAYE :
« Effectivement. Que vous dire de plus là-dessus ? Sinon que ce parallèle, je le prend, moi, d’où il vient et comme un titre d’honneur ! Etre un « idéologue national-bolchevique » dans la ligne du grand révolutionnaire allemand NIEKISCH et lui être comparé étroitement, comme images-types du passé et du présent de notre courant idéologique, est un honneur. FAYE rend ici l’hommage du vice universitaire à la vertu révolutionnaire. J’ajouterai que l’antipathie entre FAYE et moi est mutuelle et réciproque. J’ai peu d’indulgence pour la lâcheté et encore moins pour la malhonnêteté, intellectuelle ou autre … »

FAYE, avec une grande fatuité, entend surtout dans ce faux débat (Luc MICHEL n’a pas été consulté) revendiquer la redécouverte du National-Bolchévisme contre THIRIART. Il affirme aussi en 2006 qu’il aurait été « seul à redécouvrir NIEKISCH dans les années 60 ».

FAYE affirme avec arrogance ce qui suit :
« la prétention de ces « nationaux-bolcheviques » est risible (…) Quant à Jean Thiriart, dont le nom s’était effacé pour moi, j’en ai lu un bouquin minable (…) que j’avais acheté par hasard dans une boutique de produits végétariens ! Bien entendu, ce n’est pas ce bouquin qui m’a conduit à entrer dans l’exploration critique de l’histoire la plus tragique du siècle dernier » (6).

Luc MICHEL lui répond toujours aussi sèchement :
« Soyons précis ! Les souvenirs sont vagues et s’ « effacent », mais les pièces et les faits sont précis. FAYE ment ! Pour la petite histoire, et nous sommes peut-être en face du serpent qui se mord la queue, il me dit à Tripoli en 1997 avoir commencé à écrire ses « LANGAGES TOTALITAIRES » au milieu des années 60, après avoir découvert des textes qui sont probablement ceux de THIRIART à l’époque de « Jeune-Europe ».
Jugeons donc les affirmations opposées et les deux versions sur pièces, sur les écrits et leurs dates incontestables de publication. La première mention de NIEKISCH dans une revue francophone est de 1965. Et c’est dans une des revues de notre organisation, L’EUROPE COMMUNAUTAIRE (publiée depuis 1963, par THIRIART puis par le PCN). Notre Revue devait évoquer pour la première fois, hors d’Allemagne, le National-bolchevisme allemand et la figure de NIEKISCH dans un article de 1965 : « La pensée philosophico-politique à travers l’œuvre de Ernst Jünger », paru dans le n° 19 de juin-juillet 1965 (7) !!!
L’article, soulignons le, y place déjà Jünger et NIEKISCH, « représentant du communisme national en Allemagne », dans la perspective politico-idéologique qui sera, ensuite, celle de Thiriart, de FAYE, de DUPEUX, puis la mienne …
Soit sept ans avant les LANGAGES TOTALITAIRES de Jean-Pierre FAYE (publié en 1972), son autre publication sur le même sujet étant de 1976, et son INTRODUCTION AUX LANGAGES TOTALITAIRES (en fait un résumé) de 2003. Et notons le, onze ans avant les travaux de DUPEUX » (le second classique universitaire français sur le sujet, dont la thèse est publiée en 1976) (8) …

Vous n’avez jamais lu tout ceci, sur Wikipedia ou ailleurs ?
Normal, le PCN est depuis 30 ans la seule opposition radicale au Système, un ennemi monstrueux pour le Bloc américano-atlantiste. Dont il ne faut surtout pas parler …

Karel HUYBRECHTS

Photo : Télémoustique consacre un article choc sur 5 pages au PCN et à Luc MICHEL (sept. 1993). Couverture de la Revue CONSCIENCE EUROPEENNE (qui a préparé la naissance du PCN avant de devenir sa revue théorique jusqu’en 1988) de décembre 1983. L’acte de naissance d’un mouvement pro-russe, alors ultra-minoritaire devenu aujourd’hui un phénomène de masse …

NOTES ET RENVOIS :

(1) Cfr. Manuel ABRAMOWICZ, « Les Nationaux-Bolcheviques : Depuis Charleroi, Ils planifient un Empire de L’Europe à L’Asie ! », « TÉLÉMOUSTIQUE », Bruxelles, hebdo., 2 septembre 1993.
Et « Un empire de Flessingue à Vladivostok : Une vieille idée », TELE MOUSTIQUE, Bruxelles, hebdo., 2 septembre 1993.
Articles publiés sur 5 pages couleur dans l’hebdomadaire à grand tirage bruxellois TELEMOUSTIQUE, le 2 septembre 1993, à l’occasion de la campagne médiatique de l’Eté 1993 sur le « National-bolchevisme ».

(2) Cfr. Luc MICHEL, L’ALTERNATIVE NATIONAL-COMMUNISTE, MYTHES ET REALITES DU NATIONAL-BOLCHEVISME 1918-1993, Editions Machiavel, Bruxelles, 2e édition, 1995.
Texte d’une conférence de 1989 actualisé, 1ère édition en 1993. Traductions en anglais, italien, espagnol et portugais.

(3) Cfr. LUCMICHEL.NET / REVOLUTION GEOPOLITIQUE. LES ONZE JOURS QUI ONT CHANGE L’ORDRE POST-SOVIETIQUE : LA CRIMEE EST RUSSE !

(4) Entretien de Luc MICHEL avec Kornel SAWINSKI : JEAN THIRIART, LE P.C.N., LA GEOPOLITIQUE ET L’EURASIE, 2010, prépublication en version digitale Pdf par le Service de Presse du PCN (Bruxelles & Kishinev) en novembre 2010, accompagné d’un important appareil critique et d’annexes inédites.
Entretien réalisé dans le cadre de la préparation d’une Thèse de doctorat de Science politique soutenue devant la Faculté des Sciences Sociales de l’Université de Silésie (Katowic, Pologne).

(5) LARBANOIS Jean-Marc, L’ANTI-AMERICANISME DANS LES MOUVEMENTS DITS D’ « EXTREME-DROITE », DEPUIS L’ELECTION DE RONALD REAGAN JUSQU’A L’ELECTION DE BUSH FILS. AUTOUR DES TROIS GRANDS PILIERS : NOUVELLE DROITE, P.C.N. ET P.F.N. Université de Liège, Mémoire de Licence en Histoire, Année académique 2003-2004 ;
Un Mémoire (au titre malheureux) qui porte principalement sur les Années 1983-98 – Le PCN occupant la place majeure dans cette thèse – et la naissance du PCN en Belgique, avec une longue interview de Luc MICHEL sur 50 pages, une analyse fouillée de la presse francophone du PCN (1983-98) et de nombreux documents (in extenso : textes, manifestes, extraits de presse, interviews) ;

Critique et extraits du Mémoire in :
LA NATION EUROPEENNE – THE EUROPEAN NATION – LA NAZIONE EUROPEA, Revue doctrinale du Communautarisme européen, Publiée par le PCN et le CEPSE – Centre d’Etudes Politiques et Sociales Européennes, en collaboration avec le CEREDD et l’INSTITUT D’ETUDES « JEAN THIRIART », Bruxelles, N°, 1 (2e série), juin 2005.
A télécharger sur : ICI

(6) Jean-Pierre FAYE, cité in Sylvain Crépon (SOPHIAPOL, Paris X) et Sébastien Mosbah-Natanson (IRISES / Paris Dauphine et CIRST/UQAM) dir., LES SCIENCES SOCIALES AU PRISME DE L’EXTREME DROITE. ENJEUX ET USAGES D’UNE RECUPERATION IDEOLOGIQUE, L’Harmattan, collection Les Cahiers politiques de l’ IRISES / Paris Dauphine (UMR 7170), Paris, 2008.

(7) « Visite chez M. Dr. Des Coudres, bibliothécaire à l’Institut Max Planck de Hambourg. La pensée philosophico-politique à travers l’œuvre de Ernst Jünger », in L’EUROPE COMMUNAUTAIRE, n° 19, juin-juillet 1965.

Extraits de l’interview du Dr. Des Coudres :
« Dr. Des Coudres : (…) Il (Jünger) eut de l’amitié pour Niekisch, représentant du communisme national en Allemagne (…)
L’Europe Communautaire : Nous savons maintenant que Jünger fut très actif pendant la première guerre mondiale. Il en est résulté quelques œuvres. Qu’a-t-il pensé de la deuxième guerre mondiale, de son origine et de ses effets?
Dr. Des Coudres : A ce sujet « Der Friede » nous donne des éclaircissements. Ce petit livre fut écrit en 1942. Jünger était à ce moment proche du cercle des officiers qui avaient sympathisé avec Niekisch et ont plus tard préparé le 20 juillet 1944 (Attentat contre Hitler). Rommel et Alfred Toepfer appartenaient à ce cercle (…)
Dr. Des Coudres : « Der Friede » nous enseigne que dans la paix il ne faut pas de différence entre vainqueurs et vaincus. Pour obtenir une amélioration après des dizaines de guerres de vengeance et de destruction, pour éviter des guerres, qui résultent du fait que quelques nations n’ont pas assez de place pour vivre, il faut s’unir. L’Europe doit s’unir ; il ne faut plus penser en pays mais en continents. Alors les puissances créatrices pourront s’épanouir. Les pays, les nations, isolés de l’Europe ne retrouveront jamais leur position d’avant la première guerre mondiale. La première guerre mondiale a marqué la fin de la prépondérance des monarchies : la deuxième guerre mondiale a décidé du destin des états nationaux. Dans l’œuvre « Der Gordische Knoten » Jünger démontre l’opposition entre Est et Ouest ; dans « Der Weltstaat » Jünger prévoit l’orientation vers un état mondial. »

(8) Louis DUPEUX, STRATÉGIE COMMUNISTE ET DYNAMIQUE CONSERVATRICE. ESSAI SUR LES DIFFÉRENTS SENS DE L’EXPRESSION « NATIONAL-BOLCHEVISME » EN ALLEMAGNE, SOUS LA RÉPUBLIQUE DE WEIMAR (1919-1933), (Lille, Service de reproduction des thèses de l’Université) Paris, Librairie Honoré Champion, 1976.
________________________

PCN-Timeline 1984-2014 /
Cette Année le PCN, organisation transnationale d’Opposition extra-parlementaire, fête ses 30 ans. Bientôt pour l’événement deux nouveaux sites : ‘PCN-NCP TIMELINE’ dédié à l’histoire, à l’idéologie et aux combats de notre Organisation. Et ‘PCN-NCP AGITPROP’, le nouveau site d’information du PCN …
http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 02:55

 

 

PCN TIMELINE - 1984 le pcn réinvente l'Eurasisme (2014 05 30) FR

Photos : Couverture de la revue du PCN ‘CONSCIENCE EUROPEENNE’ n° 9 (1984).

KH pour PCN-Timeline /
Avec PCN-SPO – Télémoustique (Bruxelles) / 2014 05 30 /
http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

PCN-TIMELINE est une nouvelle série thématique d’analyses sur l’histoire du PCN (1984-2014) …

L’Eurasisme est à la mode en ces jours où il se concrétise dans un « Espace Economique Eurasiatique » autour de Moscou. Qui se pose, sur fonds de crise ukrainienne, en rival de l’Union Européenne (1).

Mais bien peu savent que cette idéologie eurasiste, disparue sans gloire à la fin des Années 20, a été redécouverte dès 1986 à Bruxelles. Et que les fondements géopolitiques qui sont au centre de sa vision du monde ont eux aussi été intégralement défini à Bruxelles en 1980-90 par une « Ecole euro-soviétique de géopolitique » …

# LA REDECOUVERTE DE L’EURASISME EN 1984
DANS ‘CONSCIENCE EUROPEENNE’, LA REVUE DU PCN

Il y a un véritable « complot du silence » dans le monde universitaire francophone pour dissimuler le rôle avant-gardiste du PCN et de son courant idéologique, le ‘Communautarisme européen’, dans la recherche idéologique. On voit le même rideau de silence étendu sur la réinvention du « National-bolchévisme » moderne en 1983-84 par le PCN et la redécouverte de l’Eurasime (devenu parfois ensuite « Néo-Eurasisme ») par les publications doctrinales du PCN au début des Années 80 …

Luc MICHEL, président-fondateur du PCN, s’en explique dans une seconde « INTERVIEW A KORNEL SAWINSKI » (Université de Katowiz, Pologne, 2012) (2) :
« Derrière la recherche historique ou idéologique, il y a en fait des enjeux politiques évidents. Les polices politiques en sont bien conscientes, qui ont envahi le domaine universitaire. Les sectes aussi. Nos ennemis appartiennent aux deux ».

Mais il y a aussi, fort heureusement, des universitaires et des chercheurs honnêtes, qui ont brisé le mur du silence sur le rôle initiateur du PCN.

Ainsi, Jean-Marc LARBANOIS, dans son Mémoire sur le PCN, défendu à l’Université de Liège, en 2004 (3), écrit ce qui suit sur les travaux de notre revue CONSCIENCE EUROPEENNE sur le Néo-Eurasisme :
« … un sujet, à l’époque, complètement ignoré dans l’espace francophone, c’est-à-dire : l’Eurasisme. Cette idéologie va faire son grand retour en Russie, après la chute de l’URSS, dans les milieux nationalistes, nationaux-communistes, nationaux bolcheviques et traditionalistes, ainsi que dans certains cercles militaires. Voilà ce que préfigure de façon très nette les théories de Thiriart et des nationaux-bolcheviques du PCN ».

C’est en effet en 1984 que CONSCIENCE EUROPEENNE, la revue théorique du PCN, devait publier, simultanément en Français, Espagnol et Russe, la première étude moderne sur l’Eurasisme, le groupe JALONS, OUSTRIALOV, etc. (4). « Ceci pour remettre à leur place certains intellectuels littéraires parisiens qui prétendent avoir « découvert » (sic) tout ceci dans les Années 1987-92 » dit Luc MICHEL. Nous y étudions « Les débuts d’une pensée « des grands espaces » lors de l’émigration russe (1921) », évoquions Ustrialov (National-bolchévisme russe de l’émigration) et les Eurasistes, dans une longue analyse idéologique intitulée « INSUFFISANCE ET DEPASSEMENT DU CONCEPT MARXISTE-LENINISTE DE « NATIONALITE », MARX-ENGELS-LENINE-STALINE-ORTEGA Y GASSET-THIRIART ».

# QUAND ZIOUGANOV REND HOMMAGE A THIRIART !

Autre exemple, Marco Montanari , dans son « introduction à l’édition italienne » du livre ETAT ET PUISSANCE / DHERZAVA de Gennadij Ziuganov, en 2000 :
« ZIOUGANOV a recueilli, renouvelé et développé la leçon de Jean THIRIART, qui dans les dernières années de sa vie avait travaillé à un traité de géopolitique qui devait avoir pour titre « L’Empire euro-sovietique de Vladivostok à Dublin ». Avant de mourir, en 1992, le fondateur de « Jeune Europe » a rencontré Zouganov à Moscou et avait eu avec lui de longues conversations. « Etat et Puissance » est le résultat des ces entretiens entre Zouganov et THIRIART » (5).

# THIRIART INSPIRATEUR OCCULTE DE LA NOMEMKLATURA SOVIETIQUE ?

Dès 1996, le Dr Alexander YANOV, spécialiste reconnu des mondes soviétique et post-soviétique, évoque THIRIART et ses thèses dans « THE PUZZLES OF PATRIOTIC COMMUNISM, GENNADI ZYUGANOV, THE RUSSIAN MILOSEVIC? » (6)
(PUBLICATION SERIES, Nr 12, ISCIP / Institute for the Study of Conflict, Ideology and Policy, Boston University, USA, Juin 1996).

Le Dr Alexander YANOV est un analyste politique amplement publié en Union soviétique dans les années 50 et 60, il a avec succès défendu sa thèse sur « Les Slavophiles et Constantin Leontyev » en 1970. En 1974, après que son « Histoire de l’Opposition politique en Russie » fut envoyée en Occident, « attirant l’intérêt intense du KGB, on lui a offert le choix entre l’émigration ou la prison ». Il a écrit de nombreux livres et articles, principalement : « La détente après Brejnev : les racines intérieures de la politique étrangère soviétique » (1977) ; « Le drame des années 60 soviétiques : Une réforme perdue » (1984) et « Le défi russe et l’année 2000 » (1987). L’Université de Boston disait de son œuvre en 1996 que « ces ouvrages constituent non seulement le traitement qui fait le plus autorité sur le fil « patriotique » dans la politique contemporaine russe mais une unique approche à l’étude de l’histoire russe ».

Que dit-il de THIRIART ?
Luc MICHEL précise que « Celui-ci appuie indubitablement ma thèse sur d’une part l’influence primordiale de THIRIART comme inspirateur des thèses néo-eurasistes et d’autre part sur leur diffusion par le canal de ZIOUGANOV et pas de DOUGUINE. Dont le rôle a été surestimé par Marlène LARUELLE, la spécialiste universitaire du sujet, prise d’empathie ».

YANOV affirme que THIRIART, via ses publications géopolitiques et idéologiques éditées notamment en russe par les Editions MACHIAVEL, la Maison d’édition du PCN, en 1982-1992, a directement fourni la base idéologique du courant National-patriotique du PCUS (Parti Communiste de l’Union Soviétique), puis de la Russie d’ELTSINE.

# FAUT-IL RATTACHER THIRIART ET LE PCN A L’EURASISME ?

Question ambiguë, volontairement provocatrice : faut-il rattacher THIRIART et le PCN à l’Eurasisme ?

Luc MICHEL y répond sans équivoque et avec une parfaite maîtrise du sujet :
« Ce serait mettre la locomotive après les wagons ! Je dirais donc qu’il ne faut pas le rattacher, mais il faut mettre en valeur – ce que ne font pas actuellement les auteurs, comme Marlène LARUELLE qui étudie l’Eurasisme – le rôle pivot central des idées de Jean THIRIART dans la redéfinition de l’idéologie eurasiste après 1990.
Les Eurasistes sont, à l’origine, un courant idéologique qui est né dans l’immigration russe des années 20 et qui a existé dans les années 20 et 30 (7). Les Eurasistes, à l’époque, dans la lignée de l’opposition entre Européistes et Slavophiles dans la Russie du XIXème siècle sont opposés à l’Europe. Ils opposent un monde russe eurasiatique à une Europe occidentale (…) je voudrais souligner que l’Eurasisme resurgit en Russie et dans d’autres pays européens, à partir de 1990. Il a en fait été sorti des limbes des idéologies mortes par notre courant idéologique. »

Il ajoute : « Un Mémoire universitaire, présenté en 2004 à l’Université de Liège (Belgique) par Jean-Marc LARBANOIS met cette antériorité en valeur dans le domaine de la redécouverte des Thèses « Eurasistes », qui sont l’une des caractéristiques du « National-communisme » moderne. LARBANOIS met aussi l’accent ,sans discussion aucune, sur le rôle précurseur du PCN. »

« C’est comme le souligne LARBANOIS notre collaborateur espagnol, aujourd’hui disparu, José QUADRADO COSTA qui en 1984, dans une étude intitulée INSUFFISANCE ET DEPASSEMENT DU CONCEPT MARXISTE-LENINISTE DE NATIONALITE, publiée dans un numéro spécial de notre revue CONSCIENCE EUROPEENNE (n°9, 1984), a effectivement été le premier en Europe occidentale à avoir reparlé des Eurasistes. Pas seulement des Eurasistes d’ailleurs mais aussi des milieux qui leurs sont liés, notamment le National-bolchévisme russe de l’immigration, celui d’USTRIALOV.
A partir de 1991-92, les idées de THIRIART, qui ont été diffusées en Russe et en URSS pendant toutes les années 80, émergent en Russie, notamment à l’occasion du voyage que fait THIRIART en Russie en août 1992, où il rencontre notamment ZIOUGANOV, LIGATCHEV (8), de nombreux géopoliticiens, une personnalité clé à l’époque, qui est le colonel ALKNIS qu’on va retrouver notamment plus tard à RODINA, et Alexandre DOUGUINE qui est alors peu connu et qui va se servir de la visite de Jean THIRIART comme d’un tremplin pour ses idées personnelles (9). »

# QUAND LA GEOPOLITIQUE DE THIRIART RESOUD LES CONTRADICTIONS INTERNES DE L’EURASISME

Luc MICHEL souligne encore la faiblesse d’analyse des études universitaires sur le Néo-Eurasisme :
« Ce que les commentateurs modernes de ce que l’on appelle le Néo-eurasisme en Russie n’ont pas souligné, c’est que THIRIART va en fait révolutionner le concept d’Eurasisme en résolvant la question centrale qui était celle des Eurasistes des années 30, c’est-à-dire l’opposition entre l’Europe et la Russie.
Ce que dit THIRIART, c’est que l’opposition n’a plus lieu entre l’Europe et la Russie, mais entre une grande-Europe eurasiatique de Vladivostok à Reykjavik, fusion de l’Union Européenne et de l’Union Soviétique – THIRIART parlait dans les années 80 d’empire euro-soviétique –, et l’ennemi occidental n’est plus l’Europe, mais l’Amérique. A partir de ce moment là, l’Eurasisme se redéfinit autour d’un niveau pivot qui est l’intégration eurasiatique jusqu’à l’Atlantique – ce que certains appelleront plus tard l’axe Paris-Berlin-Moscou – et en opposition aux Etats-Unis. »

Il précise que « Si on compare les théories de Jean THIRIART avec l’Eurasisme des années 20 et 30, il y a quelque points de convergence, mais qui sont liés au monde général de ce que l’on pourrait appeler la mouvance national-bolchevique, qui pour nous ne reprend pas seulement le National-bolchevisme russe de l’immigration ou allemand, mais aussi et surtout le National-bolchevisme stalinien qui est considéré par l’école universitaire américaine – celle des professeurs BRANDENBERGER et BRUDNY, bien méconnus et passés sous silence dans le monde universitaire occidental et singulièrement français – comme l’essence même du National-bolchevisme. Quels sont ces points communs ? C’est la nécessité d’un Etat puissant, la nécessité d’une économie dirigée de type socialiste, mais laissant une petite place à l’économie de marché, c’est la théorie géopolitique des grands espaces, ce sont les principes de l’espace économique fermé (10).
Mais si on met en rapport les idées de Jean THIRIART avec le Néo-eurasisme moderne, on constate que les théories de DOUGUINE mais aussi de PARADINE et d’autres ne sont qu’une copie dénaturée des théories géopolitiques esquissées par L’ECOLE EURO-SOVIETIQUE (11) dans les années 80. Tout ceci se démontre textes et publications datées à l’appui et surtout lorsque l’on replace les textes dans leur véritable chronologie de publication. »

Luc MICHEL aborde encore l’Eurasisme des Années 1920-30 et aborde des terres inconnues des néo-eurasistes russes actuels :
« On peut par contre constater d’importantes affinités entre THIRIART et ce que l’on a appelé l’EURASISME MARXISTE, la tendance dite « de Clamart » du nom d’une petite ville près de Paris où était installée leur centrale, qui est beaucoup plus proche des thèses thiriartiennes et du PCN, notamment du fait que THIRIART soit athée et matérialiste, comme je le suis moi-même, comme le sont les principaux penseurs du Communautarisme européen et que dès lors nous avons peu de sympathie pour le fatras idéologique et ésotérique qui accompagne le Néo-eurasisme de droite dans la Russie actuelle. »

# LES COURANTS NEO-EURASISTES ET LEUR VERITABLE CLIVAGE

Marlène LARUELLE oppose différents courants néo-eurasistes, qu’elle divise suivant divers clivages. Analyse non pertinente dit Luc MICHEL.

Luc MICHEL y oppose d’autres clivages : « Lorsque l’on étudie les textes de Marlène LARUELLE, puisque c’est la spécialiste, aujourd’hui, dans les milieux universitaires français de l’Eurasisme, on constate une chose : elle oppose différents courants néo-eurasistes, notamment un courant néo-eurasiste « fasciste » qui est celui de DOUGUINE, etc,
Moi je pense que le clivage n’est pas celui-là. Le clivage qui est celui de la Russie d’aujourd’hui (…) c’est entre une ligne eurasiste géopolitique réaliste, c’est celle de Jean THIRIART, où la géopolitique est un instrument de puissance au service de l’Etat, un instrument d’analyse dans les rapports internationaux et une ligne que je qualifierais d’ « Eurasisme de droite » qui est en fait celle développée principalement par DOUGUINE et qui conjugue, finalement, les thèses simples géopolitiques de THIRIART avec un fatras idéologique et ésotérique qui disqualifie ces mêmes thèses. »

Et Douguine que dit-il lui de Luc MICHEL ?
Lors d’une conférence à Paris le 30 janvier 2011, il déclare devant une assemblée consternée (où le PCN ne compte guère d’amis) :
« Je connais Luc Michel (PCN). Il a une approche trop sectaire. Idéologiquement, il est irréprochable (…) C’est pourquoi j’essaye de me distancier un peu de Luc (…) Mais qu’il fasse ce qu’il fait. »

Karel HUYBRECHTS

PCN TIMELINE - 1984 le pcn réinvente l'Eurasisme (2014 05 30) FR 2Une photo rare : A Tripoli en avril 1997, Symposium sur la Mondialisation. Rencontre à Bab El Aziza chez le Colonel Kadhafi de Luc MICHEL avec une délégation russe : de gauche à droite, A. Douguine, A. Prokhanov (Zavtra, Dyenn), Luc Michel, Ruslan Kasboutavov (président du Parlement russe en 1992, avant le putsch d’Eltsine), un ministre tchétchène.

# NOTES ET RENVOIS :

(1) Cfr. Luc MICHEL,
http://www.eode.org/eode-think-tank-geopolitique-theses-sur-la-seconde-europe-unifiee-par-moscou

(2) Entretien de Luc MICHEL avec Kornel SAWINSKI : JEAN THIRIART, LE P.C.N., LA GEOPOLITIQUE ET L’EURASIE, 2010, prépublication en version digitale Pdf par le Service de Presse du PCN (Bruxelles & Kishinev) en novembre 2010, accompagné d’un important appareil critique et d’annexes inédites.
Entretien réalisé dans le cadre de la préparation d’une Thèse de doctorat de Science politique soutenue devant la Faculté des Sciences Sociales de l’Université de Silésie (Katowic, Pologne).

(3) LARBANOIS Jean-Marc, L’ANTI-AMERICANISME DANS LES MOUVEMENTS DITS D’ « EXTREME-DROITE », DEPUIS L’ELECTION DE RONALD REAGAN JUSQU’A L’ELECTION DE BUSH FILS. AUTOUR DES TROIS GRANDS PILIERS : NOUVELLE DROITE, P.C.N. ET P.F.N. Université de Liège, Mémoire de Licence en Histoire, Année académique 2003-2004 ;
Un Mémoire (au titre malheureux) qui porte principalement sur les Années 1983-98 – Le PCN occupant la place majeure dans cette thèse – et la naissance du PCN en Belgique, avec une longue interview de Luc MICHEL sur 50 pages, une analyse fouillée de la presse francophone du PCN (1983-98) et de nombreux documents (in extenso : textes, manifestes, extraits de presse, interviews) ;

Critique et extraits du Mémoire in :
LA NATION EUROPEENNE – THE EUROPEAN NATION – LA NAZIONE EUROPEA, Revue doctrinale du Communautarisme européen, Publiée par le PCN et le CEPSE – Centre d’Etudes Politiques et Sociales Européennes, en collaboration avec le CEREDD et l’INSTITUT D’ETUDES « JEAN THIRIART », Bruxelles, N°, 1 (2e série), juin 2005.
A télécharger sur : ICI

(4) José CUADRADO COSTA, « Les débuts d’une pensée « des grands espaces » lors de l’émigration russe (1921) » (Ustrialov et les Eurasistes), in INSUFFISANCE ET DEPASSEMENT DU CONCEPT MARXISTE-LENINISTE DE « NATIONALITE », MARX-ENGELS-LENINE-STALINE-ORTEGA Y GASSET-THIRIART, n° spécial de la revue CONSCIENCE EUROPÉENNE, Charleroi, n° 9, 1984.

Version russe : Жозе КУАДРАДО КОСТА, « Зарождение идеи « больших пространств » в кругах русской эмиграции (1921 г.) » (Устрялов и евразийское Движение), in Неполнота и устарелость марксистско-лениниской теории « национальностей ». Концепции Ортега-и-Гассета и Тириара по национальному вопросу в сравнении с таковыми Маркса, Ленина и Сталина, publié en annexe de : ЗАВТРА ЛИ ТРЕТЬЯ МИРОВАЯ ВОЙНА ? КТО УГРОЖАЕТ МИРУ ?, n° spécial en langue russe de la revue CONSCIENCE EUROPEENNE, Charleroi, n° spécial, décembre 1984.

(5) Marco MONTANARI, introduction à l’édition italienne d’ « ETAT ET PUISSANCE », in Gennadij A. ZJUGANOV, STATO E POTENZA, Edizioni all’Insegna del Veltro, 2000.

(6) Dr Alexander YANOV « THE PUZZLES OF PATRIOTIC COMMUNISM, GENNADI ZYUGANOV, THE RUSSIAN MILOSEVIC? », PUBLICATION SERIES, Nr 12, ISCIP / Institute for the Study of Conflict, Ideology and Policy, Boston University, USA, Juin 1996.

(7) Marlène LARUELLE, Observatoire des États post-soviétiques (INALCO), chercheur associé à l’Institut français d’études sur l’Asie centrale (Tachkent).
« Alexandre Dougin : esquisse d’un eurasisme d’extrême-droite en Russie post-soviétique », REVUE D’ÉTUDES COMPARATIVES EST-OUEST, CNRS, n° 3, 2001, p. 59-78 ;
« L’Empire après l’Empire : le néo-eurasisme russe », CAHIERS DU MONDE
RUSSE, Paris, EHESS, vol. 42, n° 1, janvier-mars 2001, p. 71-94 ;
« Aleksandr Dugin: A Russian Version of the European Radical Right? », OCCASIONAL PAPERS # 294, THE KENNAN INSTITUTE (a division of the Woodrow Wilson International Center for Scholars), Washington, sd;
et LA QUETE D’UNE IDENTITE IMPERIALE. LE NEO-EURASISME DANS LA RUSSIE CONTEMPORAINE, Paris, Pétra 2007.

(8) Cfr l’entretien à Moscou en août 1992 entre Egor LIGATCHEV ( ex n° 2 du PCUS) et Jean THIRIART, in « IN MEMORIAM JEAN THIRIART », Ed. MACHIAVEL , Charleroi-Bruxelles-Budapest, 1993.

(9) Luc MICHEL, « L’impact Du « Communautarisme Européen » A L’est. 1ère Partie, Du KPRF Au PCN : La Mouvance National-Communiste », LA CAUSE DES PEUPLES, Bruxelles & Paris, n° 21 – décembre 2003 ;
Article consultable sur : ICI

(10) Cfr. Luc MICHEL, « la seconde mort du commerce mondial », in Luc MICHEL et Jean THIRIART, LA GUERRE ECONOMIQUE EUROPE-USA, n° spécial de la revue CONSCIENCE EUROPÉENNE, opus cit. ;
Version russe : Люк МИШЕЛЬ, « Экономический национализм против мировой экономики » (Nationalisme économique contre économie mondiale), in ЭЛЕМЕНТЫ, opus cit. ;
Et Jean THIRIART, « Le Nationalisme Economique Européen », in Luc MICHEL et Jean THIRIART, LA GUERRE ECONOMIQUE EUROPE-USA, n° spécial de la revue CONSCIENCE EUROPÉENNE, ibid.

(11) José CUADRADO COSTA, Luc MICHEL et Jean THIRIART, TEXTES EURO-SOVIETIQUES, Ed. MACHIAVEL, 2 vol. Charleroi, 1984 ;
Version russe : Жозе КУАДРАДО КОСТА, Люк МИШЕЛЬ и Жан ТИРИАР, ЕВРО-СОВЕТСКИЕ ТЕКСТЫ, Ed. MACHIAVEL, 2 vol., Charleroi, 1984.
Ce recueil de textes fut édité en langues française, néerlandaise, espagnole, italienne, anglaise et russe.
Et : Жан ТИРИАР, « Евро-советская империя от Владивостока до Дублина », in ЗАВТРА ЛИ ТРЕТЬЯ МИРОВАЯ ВОЙНА ? КТО УГРОЖАЕТ МИРУ ?, n° spécial en langue russe de la revue CONSCIENCE EUROPÉENNE, Charleroi, n° spécial, opus cit. ;
________________________

PCN-Timeline 1984-2014 /
Cette Année le PCN, organisation transnationale d’Opposition extra-parlementaire, fête ses 30 ans. Bientôt pour l’événement deux nouveaux sites : ‘PCN-NCP TIMELINE’ dédié à l’histoire, à l’idéologie et aux combats de notre Organisation. Et ‘PCN-NCP AGITPROP’, le nouveau site d’information du PCN …
http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 02:54

 

PCN TIMELINE - 1983 le pcn réinvente le NB (2014 05 29) FR

KH pour PCN-Timeline /
Avec PCN-SPO – Télémoustique (Bruxelles) / 2014 05 29 /
http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

PCN-TIMELINE est une nouvelle série thématique d’analyses sur l’histoire du PCN (1984-2014) …

Le PCN a 30 ans cette année. L’Organisation transnationale qu’il incarne depuis 1984 a, elle cinquante ans. L’âge aussi du livre fondateur de son idéologie, ‘L’EUROPE. UN EMPIRE DE 400 MILLIONS D’HOMMES’, écrit par Jean Thiriart en 1964.

Beaucoup ignorent l’histoire du PCN et le rôle d’élaboration idéologique, théorique, que le Parti a joué, inventant, redécouvrant ou réinventant bon nombre de thématiques aujourd’hui au centre de l’actualité.

# LE PCN : UNE ECOLE IDEOLOGIQUE ET UN THINK TANK

On reste à la fois abasourdi devant le nombre de thématiques idéologiques novatrices, découvertes ou redécouvertes, redéfinies, revêtues de neuf, par le Courant idéologique du PCN – et en particulier par THIRIART, José QUADRADO COSTA et Luc MICHEL, président-fondateur du PCN, dans les Années 80, avec leur « Ecole Euro-soviétique » – et sans voix devant la conspiration du silence qui les entoure dans l’Université franco-belge ou Wikipedia (exemples entre beaucoup d’autres). Je pense en particulier au grand retour politique du « National-bolchevisme » ou du « National-Communisme » dès 1983, avec le PCN …

C’est un journaliste belge, Manuel ABRAMOWICZ – militant de la gauche anti-fasciste belge qui apparaît à la fois opposé et fasciné par le PCN et Luc MICHEL – qui dans l’Hebdo belge à grand tirage « TELE-MOUSTIQUE », en septembre 1993, a rompu le premier le mur du silence (dans le style tabloïde choc à l’Anglaise).

ABRAMOWICZ écrit ce qui suit, à l’occasion d’un phénomène médiatique que l’on a nommé « l’été du national-bolchevisme » (1993) :
« Le phénomène « national-bolchevique » est né et s’est structuré, il y a plus de dix ans, au cœur de notre Pays noir (ndla : le nom du pays de Charleroi, ville minière ouvrière, où est né le PCN et Luc MICHEL lui-même). Les nationaux-bolcheviques du PCN ont rhabillé de neuf une théorie paneuropéenne, dont se réclament d’autres mouvements politiques » (1).

Avant ABRAMOWICZ, il y avait déjà eu Christophe BOURSEILLER et son livre à succès « LES ENNEMIS DU SYSTEME » qui parlait longuement du PCN …

L’analyse novatrice de Luc MICHEL, intitulée L’ALTERNATIVE NATIONAL-COMMUNISTE, MYTHES ET REALITES DU NATIONAL-BOLCHEVISME 1918-1993, toujours diffusée internationalement, date elle de 1989 pour sa première publication (2).

# ‘RENDRE AU PCN CE QUI REVIENT AU PCN’ …

Précisément ce 29 mai 2014, sur les Réseaux sociaux, Luc MICHEL revendiquait avec raison cette antériorité. Attaquant le provocateur russo-français Limonov sur le Dossier de la crise ukrainienne, dont il disait « qu’il n’est ni national ni bolchévique ». A un lecteur qui lui demandait « Qui êtes-vous pour juger cela ? », il rétorquait ce qui suit et qui clôtura immédiatement le débat :

« TOUT SIMPLEMENT celui qui avec le PCN a redonné vie en 1983-84, idéologiquement et politiquement, à ce fameux « national-bolchevisme » dont Limonov a usurpé le nom, idéologie qui en Allemagne fut la première à résister au Nazisme avec Niekisch et que le drapeau « rouge-brun » néofasciste des nazbols insulte en permanence. En 1983 Limonov est encore « Eddy baby voyou de Kharkov » (titre d’un reportage de l’époque de la RTBF), pro américain, dissident anti-soviétique.
JE SUIS AUSSI celui qui avec ma Revue CONSCIENCE EUROPEENNE en 1986 a réinventé l’EURASISME, oublié dans les limbes de l’histoire des idéologies depuis la fin des Années 20. C’est en lisant ma revue amenée à Moscou en 1992 par Thiriart que Ziouganov (Eurasisme de gauche, qui a été adopté par Poutine) et Douguine (néo-eurasisme de droite) ont repris ce thème de l’Eurasisme, dans sa version modernisée, la nôtre .
JE SUIS ENCORE celui qui a organisé – avec mon Ong EODE – la Mission internationale de monitoring du Référendum d’auto-détermination en CRIMEE les 14-17 mars 2014, condition indispensable de sa validité et défi à l’OTAN et à l’OSCE, à qui nous avons damné le pion (3) … »

# RELIRE ‘TELEMOUSTIQUE’ SUR LA REINVENTION DU NATIONAL-BOLCHEVISME PAR LE PCN …

Il faut lire les reportages de Manuel Abramowicz dans le grand hebdo belge ‘TELEMOUSTIQUE’ (eux aussi ignoré par Wikipedia) pour ‘rendre au PCN ce qui revient au PCN’…

* « Un empire de Flessingue à Vladivostok : Une vieille idée »,
TELE MOUSTIQUE (Bruxelles, 2 sept. 1993) :
(Extrait) « C’est au lendemain du premier conflit mondial que le courant politique d’abord dénommé « nationalisme prolétarien » et ensuite « national bolchevisme allemand » apparut dans ce pays en ruine. Notamment, lors de l’occupation de la Ruhr par les armées franco-belges. Son principal idéologue Ernest NIEKISCH, développa un programme politique englobant un corpus nationaliste et socialiste. L’emblème du mouvement fut la faucille et le marteau communistes, l’épée du guerrier prussien et un aigle noir. Dans une perspective anti-occidentale, les nationaux-bolcheviques souhaitaient établir un pacte avec l’URSS de STALINE et créer un empire de Flessingue (Pays-Bas) à Vladivostok (Sibérie) (…) NIEKISCH, en 1937, fut emprisonné par la police nazie. Après la guerre, ce courant politique subsista jusqu’à aujourd’hui (…) Depuis 1984, le Parti communautaire national-européen le symbolise. »

* « Les nationaux-bolcheviques, depuis Charleroi, ils planifient un Empire de l’Europe à l’Asie »,
TELE MOUSTIQUE (Bruxelles, 2 sept. 1993) :
(Extraits) « Il y a quelques semaines, une polémique éclatait outre-Quiévrain, à la suite des « révélations » publiées par plusieurs journaux sur l’alliance tacite entre une nébuleuse issue de l’extrême-droite et une fraction orthodoxe du Parti communiste français. L’axe d’ordre intellectuel et dogmatique, entre « fachos » et « cocos » occultant leurs nombreux tabous, se concrétisa, de manière pragmatique, alors qu’à l’Est, les régimes totalitaires montraient les premier signes de leur écroulement. Des cadres du PCF furent les victimes consentantes d’une opération de séduction élaborée, dés les années quatre-vingt, par la « Nouvelle droite » (mouvance intellectuelle originaire de l’ultra-droite la plus réactionnaire qui tente de réviser l’histoire des fascismes) Ensemble, ils se sont alignés sur le même rejet du Nouvel ordre mondial, des Etats-Unis et des régimes sociaux-démocratiques européens. Cet été, le « scandale » français, relaté par des journaux tels que LE CANARD ENCHAINE, LE MONDE et LIBERATION, a provoqué des réaction outrées de la part de certains dirigeants du Parti communiste français. Certains disaient découvrir cet « enfant monstrueux né d’une complicité entre l’extême-droite et certains mouvements de gauche ».
Disant cela, ils péchaient par manque information. Car le phénomène « national-bolchevique » est né et s’est structuré, il y a plus de dix ans, au cœur de notre pays noir (…)

Dés sa création, le parti (PCN) se revendiqua de l’idéologue belge Jean THIRIART (1902-1992). Dans les années soixante, ce dernier animait l’organisation JEUNE EUROPE et LA NATION EUROPEENNE, une revue nationale-communiste ». Ce félin de la subversion (…) devint avec Luc MICHEL, le théoricien du PCN. THIRIART était considéré par ses émules comme le « Lénine de la révolution européenne ». Quand à lui, il aimait se définir comme un « national-bolchevique européen » qui revendiquait une alliance avec feu l’URSS pour la création de l’Empire EURO-ASIE ». THIRIART, avant son décès en novembre 1992, avait établi des liens étroits avec les nationaux-révolutionnaires néo-bolchevique russes. Le PCN se veut un parti européen. Il rêve de voir surgir, sur la débâcle des régimes occidentaux, un Empire « socialiste national européen ». Pour ce faire, il a développé un semblant de toile d’araignée sur le Vieux Continent (…)
Luc MICHEL, le leader du Parti communautaire national-européen, souhaite mettre sur pied, sur le modèle léniniste d’organisation, un large « Front uni noir, rouge, vert, unifiant nationaux révolutionnaire, nationalistes, nationaux-communistes et écologistes. (…) Notre but doit être d’organiser la révolte », précise-t-il dans un document de travail, dont TELEMOUSTIQUE dispose une copie, destiné à ses futurs alliés. Il poursuit : « IL ne faut pas se faire d’illusions sur une crise globale et simultanée du Système. Nous devrons donc être prêts à concentrer nos forces et à rejeter notre glaive dans la balance de l’histoire. (…) Notre but c’est la subversion et le renversement du Système » (…) La révolution transfrontière est-elle donc pour demain ? A suivre… »

# QUI A VRAIMENT REDECOUVERT NIEKISCH ?

Dans une « INTERVIEW A KORNEL SAWINSKI » (Pologne, 2010) (4) et dans la « THESE LARBANOIS » (Université de Liège, 2004, largement consacrée au PCN) – totalement occultée dans les articles de Wikipedia consacrées à Luc MICHEL et au PCN – (5), Luc MICHEL s’explique longuement sur la découverte dans les années 60 par son Organisation de NIEKISCH, puis de celle de l’EURASISME, toujours par le PCN, au milieu des années 80.

C’est précisément THIRIART qui le premier redécouvre et parle du « National-Bolchevisme allemand » et de son idéologue, le grand résistant au Nazisme Ernst NIEKISCH, dans sa revue ‘L’EUROPE COMMUNAUTAIRE’ en 1965, soit sept ans avant que l’universitaire français Jean-Pierre FAYE ne publie ses ‘LANGAGES TOTALITAIRES’, le premier livre universitaire sur le sujet …

Dans un entretien de 2006, publié en 2008, FAYE, précisément, évoque Ernst NIEKISCH et dresse un parallèle entre NIEKISCH et Luc MICHEL (6). Il y écrit ce qui suit à propos de NIEKISCH et de Luc MICHEL, rencontré à Tripoli en 1996 :
« J’ai rencontré cet idéologue [Luc Michel] qui avait découvert dans mon livre, m’a-t-il dit, la folle « pensée » de NIEKISCH (…) [Ceci] m’a donné au passage l’occasion d’observer in vivo à quoi pouvait ressembler un « national-bolchevique », dans sa paranoïa en acte. Mon interview de NIEKISCH (…) en donne une approche au passé » …

Interrogé par le doctorant Kornel Sawinski (Pologne, Université de Katowiz), Luc MICHEL répond sèchement à FAYE :
« Effectivement. Que vous dire de plus là-dessus ? Sinon que ce parallèle, je le prend, moi, d’où il vient et comme un titre d’honneur ! Etre un « idéologue national-bolchevique » dans la ligne du grand révolutionnaire allemand NIEKISCH et lui être comparé étroitement, comme images-types du passé et du présent de notre courant idéologique, est un honneur. FAYE rend ici l’hommage du vice universitaire à la vertu révolutionnaire. J’ajouterai que l’antipathie entre FAYE et moi est mutuelle et réciproque. J’ai peu d’indulgence pour la lâcheté et encore moins pour la malhonnêteté, intellectuelle ou autre … »

FAYE, avec une grande fatuité, entend surtout dans ce faux débat (Luc MICHEL n’a pas été consulté) revendiquer la redécouverte du National-Bolchévisme contre THIRIART. Il affirme aussi en 2006 qu’il aurait été « seul à redécouvrir NIEKISCH dans les années 60 ».

FAYE affirme avec arrogance ce qui suit :
« la prétention de ces « nationaux-bolcheviques » est risible (…) Quant à Jean Thiriart, dont le nom s’était effacé pour moi, j’en ai lu un bouquin minable (…) que j’avais acheté par hasard dans une boutique de produits végétariens ! Bien entendu, ce n’est pas ce bouquin qui m’a conduit à entrer dans l’exploration critique de l’histoire la plus tragique du siècle dernier » (6).

Luc MICHEL lui répond toujours aussi sèchement :
« Soyons précis ! Les souvenirs sont vagues et s’ « effacent », mais les pièces et les faits sont précis. FAYE ment ! Pour la petite histoire, et nous sommes peut-être en face du serpent qui se mord la queue, il me dit à Tripoli en 1997 avoir commencé à écrire ses « LANGAGES TOTALITAIRES » au milieu des années 60, après avoir découvert des textes qui sont probablement ceux de THIRIART à l’époque de « Jeune-Europe ».
Jugeons donc les affirmations opposées et les deux versions sur pièces, sur les écrits et leurs dates incontestables de publication. La première mention de NIEKISCH dans une revue francophone est de 1965. Et c’est dans une des revues de notre organisation, L’EUROPE COMMUNAUTAIRE (publiée depuis 1963, par THIRIART puis par le PCN). Notre Revue devait évoquer pour la première fois, hors d’Allemagne, le National-bolchevisme allemand et la figure de NIEKISCH dans un article de 1965 : « La pensée philosophico-politique à travers l’œuvre de Ernst Jünger », paru dans le n° 19 de juin-juillet 1965 (7) !!!
L’article, soulignons le, y place déjà Jünger et NIEKISCH, « représentant du communisme national en Allemagne », dans la perspective politico-idéologique qui sera, ensuite, celle de Thiriart, de FAYE, de DUPEUX, puis la mienne …
Soit sept ans avant les LANGAGES TOTALITAIRES de Jean-Pierre FAYE (publié en 1972), son autre publication sur le même sujet étant de 1976, et son INTRODUCTION AUX LANGAGES TOTALITAIRES (en fait un résumé) de 2003. Et notons le, onze ans avant les travaux de DUPEUX » (le second classique universitaire français sur le sujet, dont la thèse est publiée en 1976) (8) …

Vous n’avez jamais lu tout ceci, sur Wikipedia ou ailleurs ?
Normal, le PCN est depuis 30 ans la seule opposition radicale au Système, un ennemi monstrueux pour le Bloc américano-atlantiste. Dont il ne faut surtout pas parler …

Karel HUYBRECHTS

Photo : Télémoustique consacre un article choc sur 5 pages au PCN et à Luc MICHEL (sept. 1993). Couverture de la Revue CONSCIENCE EUROPEENNE (qui a préparé la naissance du PCN avant de devenir sa revue théorique jusqu’en 1988) de décembre 1983. L’acte de naissance d’un mouvement pro-russe, alors ultra-minoritaire devenu aujourd’hui un phénomène de masse …

NOTES ET RENVOIS :

(1) Cfr. Manuel ABRAMOWICZ, « Les Nationaux-Bolcheviques : Depuis Charleroi, Ils planifient un Empire de L’Europe à L’Asie ! », « TÉLÉMOUSTIQUE », Bruxelles, hebdo., 2 septembre 1993.
Et « Un empire de Flessingue à Vladivostok : Une vieille idée », TELE MOUSTIQUE, Bruxelles, hebdo., 2 septembre 1993.
Articles publiés sur 5 pages couleur dans l’hebdomadaire à grand tirage bruxellois TELEMOUSTIQUE, le 2 septembre 1993, à l’occasion de la campagne médiatique de l’Eté 1993 sur le « National-bolchevisme ».

(2) Cfr. Luc MICHEL, L’ALTERNATIVE NATIONAL-COMMUNISTE, MYTHES ET REALITES DU NATIONAL-BOLCHEVISME 1918-1993, Editions Machiavel, Bruxelles, 2e édition, 1995.
Texte d’une conférence de 1989 actualisé, 1ère édition en 1993. Traductions en anglais, italien, espagnol et portugais.

(3) Cfr. LUCMICHEL.NET / REVOLUTION GEOPOLITIQUE. LES ONZE JOURS QUI ONT CHANGE L’ORDRE POST-SOVIETIQUE : LA CRIMEE EST RUSSE !

(4) Entretien de Luc MICHEL avec Kornel SAWINSKI : JEAN THIRIART, LE P.C.N., LA GEOPOLITIQUE ET L’EURASIE, 2010, prépublication en version digitale Pdf par le Service de Presse du PCN (Bruxelles & Kishinev) en novembre 2010, accompagné d’un important appareil critique et d’annexes inédites.
Entretien réalisé dans le cadre de la préparation d’une Thèse de doctorat de Science politique soutenue devant la Faculté des Sciences Sociales de l’Université de Silésie (Katowic, Pologne).

(5) LARBANOIS Jean-Marc, L’ANTI-AMERICANISME DANS LES MOUVEMENTS DITS D’ « EXTREME-DROITE », DEPUIS L’ELECTION DE RONALD REAGAN JUSQU’A L’ELECTION DE BUSH FILS. AUTOUR DES TROIS GRANDS PILIERS : NOUVELLE DROITE, P.C.N. ET P.F.N. Université de Liège, Mémoire de Licence en Histoire, Année académique 2003-2004 ;
Un Mémoire (au titre malheureux) qui porte principalement sur les Années 1983-98 – Le PCN occupant la place majeure dans cette thèse – et la naissance du PCN en Belgique, avec une longue interview de Luc MICHEL sur 50 pages, une analyse fouillée de la presse francophone du PCN (1983-98) et de nombreux documents (in extenso : textes, manifestes, extraits de presse, interviews) ;

Critique et extraits du Mémoire in :
LA NATION EUROPEENNE – THE EUROPEAN NATION – LA NAZIONE EUROPEA, Revue doctrinale du Communautarisme européen, Publiée par le PCN et le CEPSE – Centre d’Etudes Politiques et Sociales Européennes, en collaboration avec le CEREDD et l’INSTITUT D’ETUDES « JEAN THIRIART », Bruxelles, N°, 1 (2e série), juin 2005.
A télécharger sur : ICI

(6) Jean-Pierre FAYE, cité in Sylvain Crépon (SOPHIAPOL, Paris X) et Sébastien Mosbah-Natanson (IRISES / Paris Dauphine et CIRST/UQAM) dir., LES SCIENCES SOCIALES AU PRISME DE L’EXTREME DROITE. ENJEUX ET USAGES D’UNE RECUPERATION IDEOLOGIQUE, L’Harmattan, collection Les Cahiers politiques de l’ IRISES / Paris Dauphine (UMR 7170), Paris, 2008.

(7) « Visite chez M. Dr. Des Coudres, bibliothécaire à l’Institut Max Planck de Hambourg. La pensée philosophico-politique à travers l’œuvre de Ernst Jünger », in L’EUROPE COMMUNAUTAIRE, n° 19, juin-juillet 1965.

Extraits de l’interview du Dr. Des Coudres :
« Dr. Des Coudres : (…) Il (Jünger) eut de l’amitié pour Niekisch, représentant du communisme national en Allemagne (…)
L’Europe Communautaire : Nous savons maintenant que Jünger fut très actif pendant la première guerre mondiale. Il en est résulté quelques œuvres. Qu’a-t-il pensé de la deuxième guerre mondiale, de son origine et de ses effets?
Dr. Des Coudres : A ce sujet « Der Friede » nous donne des éclaircissements. Ce petit livre fut écrit en 1942. Jünger était à ce moment proche du cercle des officiers qui avaient sympathisé avec Niekisch et ont plus tard préparé le 20 juillet 1944 (Attentat contre Hitler). Rommel et Alfred Toepfer appartenaient à ce cercle (…)
Dr. Des Coudres : « Der Friede » nous enseigne que dans la paix il ne faut pas de différence entre vainqueurs et vaincus. Pour obtenir une amélioration après des dizaines de guerres de vengeance et de destruction, pour éviter des guerres, qui résultent du fait que quelques nations n’ont pas assez de place pour vivre, il faut s’unir. L’Europe doit s’unir ; il ne faut plus penser en pays mais en continents. Alors les puissances créatrices pourront s’épanouir. Les pays, les nations, isolés de l’Europe ne retrouveront jamais leur position d’avant la première guerre mondiale. La première guerre mondiale a marqué la fin de la prépondérance des monarchies : la deuxième guerre mondiale a décidé du destin des états nationaux. Dans l’œuvre « Der Gordische Knoten » Jünger démontre l’opposition entre Est et Ouest ; dans « Der Weltstaat » Jünger prévoit l’orientation vers un état mondial. »

(8) Louis DUPEUX, STRATÉGIE COMMUNISTE ET DYNAMIQUE CONSERVATRICE. ESSAI SUR LES DIFFÉRENTS SENS DE L’EXPRESSION « NATIONAL-BOLCHEVISME » EN ALLEMAGNE, SOUS LA RÉPUBLIQUE DE WEIMAR (1919-1933), (Lille, Service de reproduction des thèses de l’Université) Paris, Librairie Honoré Champion, 1976.
________________________

PCN-Timeline 1984-2014 /
Cette Année le PCN, organisation transnationale d’Opposition extra-parlementaire, fête ses 30 ans. Bientôt pour l’événement deux nouveaux sites : ‘PCN-NCP TIMELINE’ dédié à l’histoire, à l’idéologie et aux combats de notre Organisation. Et ‘PCN-NCP AGITPROP’, le nouveau site d’information du PCN …
http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
3 juin 2014 2 03 /06 /juin /2014 02:48

 

EODE PO - Mission d'EODE à Damas pour la présidentielle (2014 06 01) FR

Photo : Luc Michel à Damas en juin 2013, chez le Ministre syrien de l’information.

EODE Press Office / 2014 05 02 /
Eurasian Observatory for Democracy & Elections/
http://www.eode.org
https://www.facebook.com/EODE.org

Une Mission de Monitoring d’EODE est en Syrie du 1er au 9 juin 2014, avec des observateurs venant de Belgique, Pologne, Roumanie, Russie et Arménie, et notamment Luc MICHEL, administrateur-général d’EODE, pour monitorer l’élection présidentielle du 3 juin 2014.

Des observateurs ont déjà effectué la même mission pour le vote des Syriens de l’étranger en Pologne.

La Mission aura aussi des rencontres avec la presse et les acteurs de la vie politique, sociale et religieuse syrienne et notamment des représentants de tous les partis représentés au Parlement syrien, tant de l’opposition patriotique que de la majorité d’union nationale.

En juin 2012, Luc MICHEL avait déjà organisé une mission en Syrie, avec notamment des parlementaires belges, pour observer la situation et particulièrement étudier le dossier des djihadistes venus de l’UE pour combattre en Syrie.

EODE Press Office

 

Eode.brussels@yahoo.com
http://www.eode.org
https://www.facebook.com/EODE.org

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article