Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 20:25

# PCN-SPO & EUROPÄISCHER WIDERSTAND/
UKRAINE : THIS MAY 25 ELECT YOUR OWN FASCIST ...
Farce "presidential elections" in Ukraine to take place this weekend.
The frontrunners:
- Ukrainian criminal boss and oligarch Petro POROSHENKO;
- Commander of the radical "Pravyi Sector" armed group Dmitro YAROSH, wanted by the Russian prosecution office for terrorist threats;
- Ultranationalist neofascist "Svoboda" party leader Oleh TYAGNIBOK;
- "Gas princess" Yulia "Nuke the Russians" TIMOSHENKO;
- Ultranationalist member of Supreme Rada and leader of a minor Ukrainian radical party Oleh LYASHKO;
- Retired Ukrainian intelligence general Nikolay MALOMUZH, promoted by the president Yushchenko to head Intelligence Service in 2005 and having close connections with CIA and MI6 on "counterterrorist track".
Are they the candidates people on Maidan wanted?

 


Photo : # PCN-SPO & EUROPÄISCHER WIDERSTAND/ UKRAINE : THIS MAY 25 ELECT YOUR OWN FASCIST ... Farce "presidential elections" in Ukraine to take place this weekend. The frontrunners: - Ukrainian criminal boss and oligarch Petro POROSHENKO; - Commander of the radical "Pravyi Sector" armed group Dmitro YAROSH, wanted by the Russian prosecution office for terrorist threats; - Ultranationalist neofascist "Svoboda" party leader Oleh TYAGNIBOK; - "Gas princess" Yulia "Nuke the Russians" TIMOSHENKO; - Ultranationalist member of Supreme Rada and leader of a minor Ukrainian radical party Oleh LYASHKO; - Retired Ukrainian intelligence general Nikolay MALOMUZH, promoted by the president Yushchenko to head Intelligence Service in 2005 and having close connections with CIA and MI6 on "counterterrorist track". Are they the candidates people on Maidan wanted?

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 20:24

# PCN - COMMUNIQUE DE PRESSE /
ELECTIONS EUROPEENNES DU 25 MAI 2014 : ABSTENTION REVOLUTIONNAIRE EN FRANCE !

Communiqué de Presse du PCN -
Opposition extra-parlementaire transnationale -/
Avec PCN-SPO / 2014 05 22 /
http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

Deux ans après la victoire à la présidentielle de Hollande, le candidat de la ‘Gauche américaine’ et de la ‘French-American Foundation’, faisant suite au quinquenat du néo-conservateur Sarkozy, le « petit Bush français »,voilà les électeurs français de nouveau appelés aux urnes afin de sanctifier la grande messe du parlementarisme bourgeois sous le régime le plus atlantiste que la France ait jamais connu depuis la démission du Général de Gaulle en 1969.

Est-ce à dire pour autant qu’il faudrait donner sa voix à une droite en décomposition, au PCF et aux Verts-kakis et autres groupes trotskistes ? Absolument pas !
A la veulerie à droite s’oppose la dispute de la marque électorale « gauche » par nos socialo-trotskistes. Au froid programme capitaliste libéral de la droite et de la gauche américaine, bonnet blanc et blanc bonnet, s’oppose les querelles théâtrales des bourgeois radicaux de gauche et de leurs chiens de garde trotskistes.
Face à l’approfondissement de la politique libérale qu’on nous promet, la gauche radicale et ses chiens de garde nous ressortent leurs slogans creux et démagogiques, qui annoncent déjà l’impasse où iront s’enliser les futurs mouvements sociaux.
Il ne peut en être autrement !

Le vote FN, maquillé en « vote eurosceptique, est lui aussi un piège parlementariste.
Le FN est un pion instrumentalisé à la fois par la Droite et le PS, chacun ayant sa stratégie pour utiliser le FN à réduire l’électorat de l’autre camp. Le but des Le Pen étant une ‘grande droite’ à l’italienne (le modèle restant l’Alliance Nationale, ex MSI, de Fini), pas une révolution, même pas un changement de régime. Le reste est l’intérêt personnel d’un clan familial, enrichi par la politique. Le FN, et les groupuscules apparentés, ne sont pas une opposition AU Système, mais une fausse opposition créée PAR le Système.

Dans le cadre de cette pseudo « démocratie » bourgeoise – confisquée par une minorité oligarchique, biaisée par l'argent –, il n'y a plus aujourd'hui de choix à faire, car aucun candidat n'incarne un choix en dehors ou contre le Système. De l'extrême-droite à l'extrême-gauche, c'est le même consensus, les mêmes programmes fondamentaux (où l’étiquette change mais où le contenu est fondamentalement le même), la même trahison.

La seule position cohérente, révolutionnaire, anti-Système, c'est donc de refuser un faux choix, qui n'existe pas réellement, à l'intérieur du Système.
LE SEUL VOTE REVOLUTIONNAIRE, C'EST LE VOTE BLANC, NUL OU L'ABSTENTION.

PAS UNE VOIX POUR LES CANDIDATS DU SYSTEME !
PAS UNE VOIX POUR LES KOLLABOS DES USA !
LAISSONS LE SYSTEME A SA LENTE AGONIE !

Le Bureau Politique Européen du PCN-NCP
& le Secrétariat Régional France du PCN.
_____________________

http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 20:23

# PCN - COMMUNIQUE DE PRESSE /
ELECTIONS EUROPEENNES DU 25 MAI 2014 : LES CONSIGNES DE VOTE REVOLUTIONNAIRE DU P.C.N.

Communiqué de Presse du PCN -
Opposition extra-parlementaire transnationale -/
Avec PCN-SPO / 2014 05 22 /
http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

ELECTIONS EUROPEENNES DU 25 MAI 2014 :
LES CONSIGNES DE VOTE REVOLUTIONNAIRE DU P.C.N. POUR LES 28 PAYS DE L’UE

* Nos consignes de vote spéciales :
Pour qui voter en Belgique - Estonie - France - Grèce - Lettonie - Lituanie.
* Notre consigne d'abstention révolutionnaire
dans tous les autres pays de l'Union européenne et ses raisons.

1 : LA POSITION DU PCN FACE AU SYSTEME, A SES ELECTIONS ET AU PARLEMENTARISME BOURGEOIS :

Pour les Communautaristes européens (1) du PCN, la politique ne repose pas sur le vieil échiquier de droite et de gauche, avec ses fausses divisions, où les deux camps faussement opposés font la même politique.
Nous divisons le monde politique européen en trois camps :
- Celui du Système et de son hégémon – le Parti américain – qui va de l’extrême-droite à l’extrême-gauche et comprend tous ceux qui acceptent la colonisation yankee en Europe ;
- Les partis populistes, régionalistes ou nationalistes, ainsi que certains partis écologistes (les petites formations non liées au groupe des « Verts européens »), qui refusent le Système mais défendent des conceptions étriquées ou dépassées, et qui pour nous, SUIVANT LES CAS, peuvent être des adversaires ou des alliés tactiques ;
- Enfin le Parti de la Résistance – qui est aussi celui de l’Europe libre –, dont le PCN se veut l’avant-garde et qui comprend toutes les forces anti-américaines et anti-sionistes, et vis-à-vis desquelles le PCN prône une politique stratégique de Front uni.
Notre vision des élections européennes repose donc sur cette analyse.

Ouvrons une parenthèse sur le retrait, actuel, du PCN des élections bourgeoises.
Depuis notre fondation en 1984, et jusqu’en 2000, le PCN a participé à toutes les élections en Belgique – où notre Parti est né – et à plusieurs élections en France à partir de 1994. Entre 1996 et 1999, le PCN a aussi eu une expérience parlementaire en Belgique, où des élus représentaient notre parti au « Parlement wallon », au « Parlement de la Communauté française de Belgique » et au « Conseil provincial du Hainaut ».
En 2000, nous avons choisi de ne plus participer aux élections bourgeoises et de consacrer nos moyens et nos forces au développement de notre réseau européen transnational (le PCN mène des campagnes dans toute l’Union européenne et au niveau international, et organise des actions dans plusieurs pays de la CEI), de notre groupe media, et à une structure anti-impérialiste unitaire, présente en Europe et en Afrique.
Depuis 2011, nous avons aussi un réseau panafricain, jumeau de notre réseau eurasien. UNI DANS NOTRE VISION GEOPOLITIQUE D’AVANT-GARDE : L’AXE EURASIE-AFRIQUE.
L’une des raisons qui nous a conduit à ce choix, c’est depuis plusieurs décennies la régression des libertés politiques partout en Europe, les modifications des législations électorales pour empêcher l’émergence des nouvelles minorités idéologiques et la censure qui frappe celles-ci et vise à étouffer leur voix. Une formation alternative se présente aux élections pour avoir des élus – ce qui est devenu impossible dans la plupart des pays européens – et pour profiter d’une tribune – ce que la censure rend inopérant. Ni l’une ni l’autre n’étant plus possible depuis la fin des années 90, la seule politique pour un Parti révolutionnaire comme le PCN, c’est l’abstention révolutionnaire – sauf où des amis ou des alliés se présentent, où encore où des choix tactiques ou stratégiques existent – et la construction d’une force d’Opposition extra-parlementaire.

2 : LA CONSIGNE GENERALE DU PCN : ABSTENTION REVOLUTIONNAIRE !

Le PCN appelle donc ses membres, sympathisants, compagnons de route, contacts ou encore lecteurs de nos media, dans l’ensemble des pays de l’Union européenne – sauf Belgique - Estonie - France - Grèce - Lettonie - Lituanie – à l’abstention révolutionnaire :
Pas une voix pour les Partis du système américanisé !

Pas une voix surtout pour les fausses formations d’opposition, à l’extrême-droite ou à l’extrême-gauche, dont la seule fonction est d’endiguer et de canaliser le mécontentement au profit du Système !!!

3 : LA SITUATION FACE A L’ECHEC DE L’UNION EUROPEENNE ET A LA CRISE :

La crise économique, qui est le premier constat de la faillite annoncée de l’idéologie libérale, du système économique capitaliste et de mondialisation libérale-capitaliste, faillite qui est aussi et surtout celle de son modèle américain, d’où est venu le choc, frappe durement tous les pays européens.
Elle annonce aussi l’échec de l’Union Européenne, qui a été incapable d’intégrer les pays de l’Est qui l’ont rejointe. Aujourd’hui, comme au temps du « rideau de fer », deux Europe s’opposent au sein même de l’UE, les pays de l’Ouest, rassemblé notamment autour de l’Euro, et qui résistent à la crise, et les ex pays de l’Est, aux économies artificiellement libéralisées après 1991, et qui sont en cours d’effondrement. L’UE est incapable de souder ces deux blocs, de les unifier, et même de les solidariser face à la crise.
Nous sommes les seuls à avoir dès les Années 60 envisagé l’échec de la construction européenne, que toutes les autres formations politiques voyaient comme un processus irréversible.

Le besoin d'Europe est pourtant plus impérieux que jamais. Et le soi-disant « vote eurosceptique » est un suicide pour notre continent, par manque d’ambition. Comme l’UE aux mains du ‘parti américain’ est un suicide par manque de volonté. EN GEOPOLITIQUE, LA DIMENSION C’EST LA PUISSANCE. ET LA PUISSANCE C’EST LA LIBERTE.
L'économie mondialisée fait basculer le centre du monde vers les pays innovants techniquement et à bas coûts sociaux, la croissance fabrique des nuisances intolérables, les dangers d'extension des guerres régionales exigent des contre-feux politiques et culturels multiples et non pas un modèle unique hégémonique du type américain. Tout plaide pour une Europe occidentale forte, unie au plan économique, qui avance vers une harmonisation sociale, qui réunisse une à une les conditions de sa personnalité politique. Et qui préparent l’union avec la « SECONDE EUROPE » eurasiatique qui se contruit autour de Moscou.
Mais voilà, il y manque des architectes. Les partisans d'une Europe puissante, tirée jadis par quelques-uns, ont disparu. Le ‘parti américain’ domine l’UE et le NATO dirige sa politique internationale et contrôlle sa défense. En sorte que ce sont à la fois Washington et les États agonisants de l’UE qui font la météo européenne, avec pour seule ambition qu'il fasse beau chez eux et qu'il pleuve ailleurs.
À quoi sert le Parlement européen dans ce contexte ? À pas grand-chose, puisque le pouvoir est ailleurs.

4 : LE DESAVEAU DES PEUPLES EUROPEENS :
L’UNION EUROPEENNE CONTRE LA DEMOCRATIE

Cet échec, mais aussi et surtout l’absence d’un projet politique véritable pour l’UE, explique le désaveu des peuples et des masses envers les politiciens et le système de l’UE. Incapable de se dégager de l’hégémonie des USA, l’UE n’est plus aujourd’hui qu’un simple espace économique libéralisé à outrance et ouvert aux prédateurs capitalistes. Bras politique de l’hégémonie yankee en Europe, l’OTAN en étant le bras armé, ayant placé ses forces armées et sa politique étrangère entre les mains de l’occupant américain, avec une classe politique et médiatique irrémédiablement prostituée au système yankee (voir l’Obamania qui est la plus récente manifestation de la soumission à l’hégémonie idéologique et culturelle des USA), l’UE est non plus boudée mais rejetée par ses peuples.

A ces élections, l’abstention sera à son plus haut taux. Deux électeurs sur trois ne se déplaceront pas. Les élections déjà organisées cette semaine aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne confirmant notre analyse.
Dans la soirée du 25 mai, notre personnel politique aura-t-il la décence de ne pas déplorer une abstention à laquelle il a contribué ? Rien n'est moins sûr. Pourtant, on aura tout fait pour que les Européens boudent les urnes. Ce sera l'enseignement principal de ce scrutin, à moins d'un improbable sursaut.
Le désamour est aujourd'hui profond entre l'Europe et ses peuples.
Partout en Europe, la campagne électorale s'est installée dès le début dans la médiocrité pour ne plus la quitter. On aura parlé à peu près de tout, sauf de l'Europe véritable, de son projet, de ses valeurs, de ses chances. Dans chaque pays, l'horizon de nos bateleurs se sera limité aux enjeux politiques nationaux.
L’UE a pris la drôle d'habitude de faire fuir les électeurs lorsqu'elle présente son parlement à leurs suffrages et de les mobiliser lors des référendums, mais contre elle.
En France, les grands partis ont un souvenir cuisant du non massif opposé en 2005 au projet de traité. Le Parti socialiste se souvient que la ligne de partage entre le non et le oui a déchiré ses propres rangs. La droite modérée sait aussi qu'une bonne partie de ses électeurs entretient avec Bruxelles et ses « technocrates » des relations suspicieuses. De quoi refroidir des ardeurs européennes déjà bien tièdes.
Après le triple échec des référendums sur le traité constitutionnel, en Irlande, France et Pays-Bas, les politiciens de l’UE ont arrêté de consulter les peuples et ont procédé à la ratification, en fanfare, par les parlements aux ordres. Oubliant que le seul non irlandais avait rendu ce traité caduc.
Les Européens ne sont pas pour autant des veaux. S'ils préfèrent la pêche à la ligne le jour des élections au Parlement de Strasbourg, c'est parce que l'Europe est en panne. À l'arrêt total, dans un coma dépassé. Elle n'a plus de moteur et n’a jamais eu de cerveau.

Ajoutons à cela le mépris des peuples et la négation de leur choix démocratique. Comme le révèle l’exemple irlandais.
L’Irlande est le seul des 27 pays de l’Union européenne à avoir pu soumettre intégralement le Traité de Lisbonne à sa population. Suite à l’introduction dans la Constitution irlandaise, en 1998, d’un nouveau paragraphe, soumis à l’approbation de la population et accepté par 69,9% des votants, depuis lors, l’Irlande soumet obligatoirement toute modification des traités d’intégration au vote populaire. L’Irlande a donc voté Non au Traité de Lisbonne, le 12 juin 2008. Cela au grand dam des 27 chefs de gouvernement, notamment de France et d’Allemagne. Ils décidèrent, lors du sommet de l’UE, tenu à l’été 2008, de mettre la pression sur l’Irlande. Il s’agissait d’ignorer le résultat du vote irlandais et de faire ratifier ce traité par les instances des autres Etats. Notons que le droit communautaire applicable fait que du seul non d’un seul pays, le Traité est définitivement caduc. Et donc que refuser de le constater et continuer à le faire ratifier par les parlements des 25 autres, représente la violation non seulement de la décision démocratique des Irlandais mais aussi et surtout des propres règles de fonctionnement de l’UE.
Avant le sommet de l’UE des 15/16 octobre 2008, un politicien allemand de l’UE menaça le gouvernement irlandais de « conséquences désastreuses » au cas où ce Traité de Lisbonne resterait ignoré du pays. Le 9 octobre 2008, le député européen allemand Elmar Brok (CDU) exigea du gouvernement irlandais qu’il présente lors de la réunion des chefs de gouvernement et d’Etat du 16 octobre, des propositions concrètes d’une démarche tactique en vue de gagner un second référendum sur le « Traité de Lisbonne ». A Bruxelles, on parle même de sanctions contre l’Irlande au cas où il ne serait pas possible d’imposer la ratification dans un bref délai ; on pense même à retirer au représentant de l’Irlande le droit de siéger à la Commission européenne. Comme le disait Brecht, « le peuple a mal voté, dissolvez le peuple ! »

5 : LES CONSIGNES DE VOTE DU PCN
POUR LA BELGIQUE, LA FRANCE, LES PAYS BALTES ET LA GRECE :

Venons-en alors aux pays où le PCN appelle à voter pour des FORMATIONS AMIES, où en fonction de CHOIX TACTIQUES particuliers résultants de situations locales.

EN BELGIQUE :
Le PCN fait un choix tactique, qui est de favoriser l’éclatement et la destruction de l’entité belgicaine (2). L’Etat belgicain est en effet depuis 4 décennies notre ennemi résolu et n’a jamais ménagé les mesures, notamment policières, pour tenter de nous écraser. Lors de notre expérience parlementaire de 1996-99, le régime belgicain a particulièrement, et avec l’aide de l’extrême-droite néo-nazie, mené une campagne immonde contre le PCN. Nous ne sommes pas de ceux qui tendent la joue gauche quant on les frappe sur la joue droite !
Par ailleurs, la destruction de l’Etat belgicain conduira à une situation que le PCN escompte : une période chaotique qui favorisera un Parti radical et républicain comme le nôtre.
Le PCN appelle donc à voter pour des formations républicaines radicales, en dehors de leurs programmes idéologiques, que nous ne partageons pas :
le RWF (« Rassemblement Wallonie-France »),
ou les Républicains flamands du VB (« Vlaams Belang », y compris sa liste pour les élections fédérales en Hainaut « Faire Place Nette »).

EN ESTONIE, LETTONIE ET LITUANIE, LES TROIS PAYS BALTES :
Notre préoccupation est la discrimination des droits civils et politiques des minorités russes, honte inadmissible dans une Europe qui se veut démocratique. Discrimination qui plonge dans les racines fascisantes et anti-communistes des Années 30 des trois régimes baltes (où l’on honore, avec la complicité de l’OTAN et le silence de Bruxelles, les anciens SS baltes !). Russophile (4), le PCN a mené depuis la fin des Années 90 plusieurs campagnes internationales pour la défense des Russes des Pays baltes, particulièrement en Lettonie, où le président du PCN a des attaches familiales dans la Communauté russe de Riga.
Le PCN appelle donc à voter dans les 3 Pays baltes pour les listes qui soutiennent les droits des minorités russes et combattent le néo-fascisme des régimes baltes.

EN FRANCE :
Le PCN appelle partout, à l’abstention républicaine : pas une voix, surtout pour les faux partis d’opposition que sont le « Front National », les « communistes de margarine » (comme les appelait Staline) du PCF et du « Front de Gauche » ou les diverses listes issues de l’extrême-gauche trotskiste, escroqueries électorales au service du Système bourgeois (3).
Enfin, nos camarades de l’Association européenne EUROPE-ECOLGIE, active en Belgique et en France depuis 1985 (4), et qui sont la ‘Fraction verte du Communautarisme européen’, appellent à ne pas voter pour les pseudo « listes Europe-Ecologie » des Verts-Kakis, QUI ONT VOLE POUR LA DENOMINATION « Europe-Ecologie ». L’Association européenne EUROPE-ECOLOGIE n’a rien à voir avec les listes Europe-Ecologie et leur idéologie vert-kaki atlantiste et régimiste. Elle appelle donc les écologistes à faire barrage à ces opportunistes et à s’abstenir ou à voter pour les petites listes écologistes indépendantes qui se présentent dans plusieurs régions, ailleurs à l’abstention révolutionnaire.

EN GRECE :

Le PCN appelle à voter pour le KKE, le « Parti Communiste Grec », dont les combats contre l’OTAN, les USA, pour les résistances serbe, palestinienne ou irakienne sont aussi les nôtres.

Le Bureau Politique Européen du PCN-NCP
________________________

Notes

(1) Le « Communautarisme européen » qui est la doctrine de notre Organisation depuis 1962 et fait référence à la Communauté européenne n’a rien à voir avec le « communautarisme » à l’américaine, qui lui est postérieur, et lui a abusivement emprunté sa dénomination (le terme même de « Communautarisme » pour dénommer notre doctrine socialiste est du au fondateur de notre Organisation transnationale, Jean Thiriart, en 1960. Le « communautarisme » à l’américaine repose sur le repli égoïste sur des communautés ethniques ou confessionnelles. Notre « Communautarisme européen » est unitaire, agrégateur et pan-européen : il vise à une seule communauté nationale, la Grande-Europe de Vladivostok à Reykjavik.

(2) Pour de plus longs développements sur nos positions en Belgique, lire le communiqué du Secrétariat Régional Wallonie-Bruxelles du PCN sur les Elections européennes de ce 25 mai.

(3) Pour de plus longs développements sur nos positions en France, lire le communiqué du Secrétariat Régional France du PCN sur les Elections européennes de ce 25 mai.
______________________

Service de presse du PCN-NCP : presse@pcn-ncp.com
http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 20:23

# PCN / LES 7 PROPOSITIONS DU PCN POUR LES ELECTIONS GENERALES BELGES DU 25 MAI 2014 :
‘POUR EN FINIR DEMOCRATIQUEMENT AVEC LE NON-ETAT BELGE’

Communiqué de Presse du PCN -
Opposition extra-parlementaire transnationale -/
Avec PCN-SPO / 2014 05 22 /
http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

7 PROPOSITIONS DEMOCRATIQUES POUR RESOUDRE LA QUESTION BELGE …

Représenté au Parlement wallon, au Parlement de la Communauté Française et au Conseil provincial du Hainaut en 1996-99, actif à tous les niveaux électoraux belges entre 1984 et 1999, le PCN ne participe plus depuis 2000 au théâtre électoral belge, où les petites formations sont légalement empêchées de percer (pas de financement public, pas d’accès électoral à la Radio-TV, seuil provincial de 5% qui empêche désormais toute percée locale), à l’exception de partis fantoches cooptés. De temps à autre, en effet, la particratie, via les médias aux ordres, coopte (où fait émerger) de nouveaux partis qui s’inscrivent, tous sans exception, dans le Système belgicain (en 1985 c’était le FN belge, en 2014 les PP et autres PTB).

Opposition extra-parlementaire transnationale, le PCN n’en mène pas moins Campagne lors de ces élections avec un programme radical en 7 points, pour la liquidation rapide de l’entité belgicaine, construction géopolitique artificielle au service de l’impérialisme anglo-saxon, aujourd’hui au seul service des intérêts de la monarchie des Saxe-Cobourg et d’une Particratie rapace, irresponsable et incompétente.

# LES 4 PROPOSITIONS IMMEDIATES DU PCN :

1 / DONNER UNE GRANDE CLAQUE A LA PARTICRATIE BELGICAINE.

- VOTER « RÉPUBLICAIN » (Rassemblement Wallonie France ou VB, le PCN ne partageant pas les idéologies de ces formations républicaines, mais les appuyant tactiquement), si l’on veut à tout prix voter.

- OU S’ABSTENIR DE VOTER, comme s’apprêtent à le faire de nombreux citoyens selon les sondages. L’arme du BOYCOTT DES ELECTIONS étant la sanction radicale de ceux qui veulent montrer qu’ils se refusent à être complice de l’escroquerie électorale organisée le 25 mai.

Pas un vote pour les fausses formations d’opposition, à l’extrême-gauche ou à l’extrême-droite, qui ne représentent aucune alternative, mais font partie du théâtre électoral belgicain. On notera que toutes ces formations, sans exception, sont partisanes du maintien de l’entité belgicaine ...

2 / SIGNATURE IMMEDIATE DE LA CONVENTION EUROPEENNE DE PROTECTION DES MINORITES.

Sa non ratification par la Belgique, qui côtoie ainsi les états xénophobes baltes, est une honte au sein de l’UE. Sa ratification sera un des éléments du rétablissement de la Démocratie, confisquée par la Particratie du Nord et du Sud. Elle garantira, quel que soit l’avenir, les droits des minorités flamandes de Bruxelles et du Hainaut et des minorités francophones de Flandre.

3 / INSCRIPTION DU REFERENDUM DANS LA CONSTITUTION.

Y compris le Referendum d’initiative populaire. Première étape en vue de redonner démocratiquement la parole aux citoyens et de reprendre le pouvoir confisqué par la Particratie.

4 / PRIORITE ABSOLUE A L’ECONOMIE ET AUX SOLUTIONS URGENTES QUE RECLAME LA CRISE.

Fin du cirque politicien, au moment où la crise, la pauvreté, le chômage et les faillites frappent l’immense majorité des citoyens.
Fin des cadeaux et des prébendes octroyés aux banques et au capitalisme financier.

# LES 3 PROPOSITIONS DU PCN POUR ASSURER L’AVENIR :

5 / ABOLITION DE LA MONARCHIE COMME POINT DE DEPART DE LA LIQUIDATION DES DEPOUILLES DE L’ENTITE BELGICAINE.

Confiscation des biens de la famille Saxe-Cobourg en compensation des spoliations nées de la pseudo « Donation royale » et des prébendes octroyées abusivement par dotations depuis.

6 / RETABLIR LA DEMOCRATIE EN BELGIQUE.

Consultations des populations par Référendum sur leur auto-détermination, sous le seul contrôle de l’APCE, en présence d’observateurs de l’UE et des pays de l’APCE non membres de l’UE, et de missions d’observation indépendantes.

Organisation de ces consultations au niveau communal, ce qui réglera démocratiquement la question des communes du Brabant flamand.

7 / RETOUR DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE DE BELGIQUE A LA REPUBLIQUE FRANCAISE. VITE !

Le destin commun de la Wallonie et de Bruxelles (2e ville francophone après Paris) ne peut et ne doit être séparé.

Ni une « République » wallonne aux mains de la particratie wallonne (la pire), ni une Ville de Bruxelles enclavée en Flandre sous le contrôle de la particratie flamande (qui ferait de l’immense majorité francophone de Bruxelles une minorité sur son propre sol) ou pire encore « Ville libre » sous celui la domination de la bureaucratie de l’UE, ne sont des solutions démocratiques d’avenir pour la Communauté française de Belgique.

Le Bureau Politique Européen du PCN-NCP
& le Secrétariat régional Wallonie-Bruxelles du PCN.
_____________________

http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 20:22

# PCN - COMMUNIQUE DE PRESSE /
ELECTIONS EUROPEENNES DU 25 MAI 2014 : ABSTENTION REVOLUTIONNAIRE EN FRANCE !

Communiqué de Presse du PCN -
Opposition extra-parlementaire transnationale -/
Avec PCN-SPO / 2014 05 22 /
http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

Deux ans après la victoire à la présidentielle de Hollande, le candidat de la ‘Gauche américaine’ et de la ‘French-American Foundation’, faisant suite au quinquenat du néo-conservateur Sarkozy, le « petit Bush français »,voilà les électeurs français de nouveau appelés aux urnes afin de sanctifier la grande messe du parlementarisme bourgeois sous le régime le plus atlantiste que la France ait jamais connu depuis la démission du Général de Gaulle en 1969.

Est-ce à dire pour autant qu’il faudrait donner sa voix à une droite en décomposition, au PCF et aux Verts-kakis et autres groupes trotskistes ? Absolument pas !
A la veulerie à droite s’oppose la dispute de la marque électorale « gauche » par nos socialo-trotskistes. Au froid programme capitaliste libéral de la droite et de la gauche américaine, bonnet blanc et blanc bonnet, s’oppose les querelles théâtrales des bourgeois radicaux de gauche et de leurs chiens de garde trotskistes.
Face à l’approfondissement de la politique libérale qu’on nous promet, la gauche radicale et ses chiens de garde nous ressortent leurs slogans creux et démagogiques, qui annoncent déjà l’impasse où iront s’enliser les futurs mouvements sociaux.
Il ne peut en être autrement !

Le vote FN, maquillé en « vote eurosceptique, est lui aussi un piège parlementariste.
Le FN est un pion instrumentalisé à la fois par la Droite et le PS, chacun ayant sa stratégie pour utiliser le FN à réduire l’électorat de l’autre camp. Le but des Le Pen étant une ‘grande droite’ à l’italienne (le modèle restant l’Alliance Nationale, ex MSI, de Fini), pas une révolution, même pas un changement de régime. Le reste est l’intérêt personnel d’un clan familial, enrichi par la politique. Le FN, et les groupuscules apparentés, ne sont pas une opposition AU Système, mais une fausse opposition créée PAR le Système.

Dans le cadre de cette pseudo « démocratie » bourgeoise – confisquée par une minorité oligarchique, biaisée par l'argent –, il n'y a plus aujourd'hui de choix à faire, car aucun candidat n'incarne un choix en dehors ou contre le Système. De l'extrême-droite à l'extrême-gauche, c'est le même consensus, les mêmes programmes fondamentaux (où l’étiquette change mais où le contenu est fondamentalement le même), la même trahison.

La seule position cohérente, révolutionnaire, anti-Système, c'est donc de refuser un faux choix, qui n'existe pas réellement, à l'intérieur du Système.
LE SEUL VOTE REVOLUTIONNAIRE, C'EST LE VOTE BLANC, NUL OU L'ABSTENTION.

PAS UNE VOIX POUR LES CANDIDATS DU SYSTEME !
PAS UNE VOIX POUR LES KOLLABOS DES USA !
LAISSONS LE SYSTEME A SA LENTE AGONIE !

Le Bureau Politique Européen du PCN-NCP
& le Secrétariat Régional France du PCN.
_____________________

http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 20:21

# PCN - COMMUNIQUE DE PRESSE /
ELECTIONS GENERALES BELGES DU 25 MAI 2014 : TOUT SAUF LE REGIME BELGICAIN !!!

Communiqué de Presse du PCN -
Opposition extra-parlementaire transnationale -/
Avec PCN-SPO / 2014 05 22 /
http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

A part peut-être dans l’Italie post Berlusconi, la Roumanie de Basescu ou certains états fantoches issus de l’éclatement du Bloc soviétique, les citoyens des autres pays de l’Union Européenne n’ont aucune idée de l’état avancé de décomposition politique qui règne particulièrement en Belgique.

1/ LA DEMOCRATIE CONFISQUEE

La Belgique est une pseudo démocratie, où le pouvoir a été confisqué par la Particratie.
A quoi servent les élections, dans un système où une poignée de partis au pouvoir depuis des décennies, menés par de véritables dynasties de professionnels de la politique alimentaire (certains en sont à la 4e génération), ont confisqué le Parlement, monopolisent à 100% tous les media et reçoivent des dizaines de millions d’Euros de l’Etat pour leur contre zéro Euros aux formations extra-parlementaires ??? De temps à autre, la particratie, via les médias aux ordres, coopte (où fait émerger) de nouveaux partis qui s’inscrivent, tous sans exception, dans le Système belgicain (en 1985 c’était le FN belge, en 2014 les PP et autres PTB).

Sans parler des trucages du vote électronique, reconnu non valide par tous les observateurs internationaux, de l’absence d’observateurs internationaux organisée, des sondages bidons, de l’action de plusieurs polices politiques, de la création de faux partis d’opposition (comme le fantomatique « FN » belge, créé en 1985 à l’initiative du Ministre de l’intérieur, et disparu sous le flot des scandales et de la corruption), et des interdictions professionnelles qui frappent les ennemis du Système.

A quoi sert de voter pour de faux adversaires, qui, copains et coquins comme cochons, ont déjà décidé de gouverner ensemble ?

On parle parfois de « cirque électoral », ici, au Royaume bananier belgicain, mais il s’agit plus exactement d’un « théâtre électoral ». Où on joue à l’électeur la comédie de la fausse démocratie.

2/ UN REGIME REFUSE PAR LES CITOYENS

Alors que la particratie – engluée depuis trois décennies dans des scandales sans fin – n’a que les mots d’éthique (sic) et de bonne gouvernance (resic) à la bouche, une majorité de citoyens ne croit plus au Système et au régime. Le divorce total entre les citoyens et les professionnels de la politique alimentaires, avides de privilèges et de prébendes, est total.

Elections après élections, les sondages (le dernier il y a quelques jours) révèlent que la moitié des électeurs du royaume n’irait plus voter si le vote n’était pas obligatoire, confirmant le désaveu du régime belgicain par une population désabusée. On notera que malgré les sanctions pénales prévues et les amendes (le vote est obligatoire sous peine de sanctions pénales), 15 % des électeurs ne vont plus voter à chaque élection et que le « vote blanc », astucieusement non comptabilisé dans les résultats, est très important.

Ainsi que le vote pour des formations républicaines et anti-belges en Flandres (quasi un électeur sur deux).

3/ LA POSITION REPUBLICAINE DU PCN

Partisan d’une République européenne unitaire (qui n’a rien à voir avec la fausse ‘Europe’ de l’UE), le PCN, organisation transnationale, a longtemps été indifférent à l’existence de l’état belge monarchique, forme politique dépassée et issue de l’ancien régime.

Mais face à la répression et à la censure totale qui frappe ses activités en Belgique depuis la seconde moitié des années 90 (notamment la prison préventive subie par un de nos cadres à Liège pour un tract électoral de 1994 et les persécutions sans fin, tant dans sa vie politique que privé, de notre président), le PCN a été contraint de revoir ses positions.

A la suite de son congrès régional de mai 2000, le PCN a pris désormais position pour la disparition rapide de l’entité belgicaine et l’autodétermination de la Wallonie, de la Flandre et de Bruxelles.

Le PCN appelle donc à la constitution d’un ‘Front républicain’, ouvert au-delà des idéologies à toutes les formations politiques qui luttent pour la disparition de l’état belgicain : les républicains wallons, le mouvement rattachiste pro-français, les républicains flamands.

En particulier, un certain nombre de positions idéologiques séparent le PCN du nationalisme flamand radical. Mais, lorsque nous entendons le mouvement nationaliste républicain flamand proclamer « Belgie barst », nous sommes en total accord politique avec lui.

Les forces du PCN sont actuellement totalement engagées dans la constitution d’une structure transnationale à vocation anti-impérialiste et anti-colonialiste, question qui est bien plus importante que les stériles querelles politiciennes du royaume bananier belgicain. Le PCN se définit donc comme une « Opposition extra-parlementaire transnationale ».

Depuis 2000 – et après avoir eu des représentants au Parlement Wallon, au Parlement de la Communauté française et au Conseil provincial du Hainaut -, le PCN ne participe donc plus aux élections belges, où, en raison des lois iniques imposées par la particratie belge, les formations alternatives n’ont plus que la possibilité réduite de faire de la figuration.

4/ NOTRE ANALYSE DE LA SITUATION BELGE ET NOS AXES D’ACTION :

Le PCN fait donc un choix tactique, qui est de favoriser l’éclatement et la destruction de l’entité belgicaine. L’état belgicain est en effet depuis 5 décennies notre ennemi résolu et n’a jamais ménagé les mesures, notamment policières et judiciaires, pour tenter de nous écraser.

Lors de notre expérience parlementaire de 1996-99, le régime belgicain a particulièrement, et avec l’aide de l’extrême-droite du FN et de ses groupuscules néo-nazis, mené une campagne immonde contre le PCN. Nous ne sommes pas de ceux qui tendent la joue gauche quant on les frappe sur la joue droite !

Par ailleurs, la destruction de l’état belgicain (*) conduira à une situations que le PCN escompte : une période chaotique qui favorisera un Parti radical et républicain comme le nôtre.

5/ NOS CONSIGNES DE VOTE POUR
LES ELECTIONS GENERALES BELGES DU 25 MAI 2014

Le PCN appelle donc à VOTER POUR DES FORMATIONS REPUBLICAINES RADICALES, EN DEHORS DE LEURS PROGRAMMES IDEOLOGIQUES, que nous ne partageons pas :

- Soit pour le RWF (« Rassemblement Wallonie-France ») ou les républicains flamands du « Vlaams Belang » (y compris sa liste pour les élections fédérales en Hainaut "Faire Place Nette").
- Et surtout pas un vote pour les fausses listes d’opposition créées par le Système, à commencer par le PP, les faux communistes du PTB, ou encore les groupuscules pro-Belgique !

Le Bureau Politique Européen du PCN-NCP
& le Secrétariat Régional Wallonie-Bruxelles du PCN.
_____________________

(*) L’état fédéral belgicain est le produit d’arrangements politiciens successifs, au caractère peu démocratique, de remodelages incessants de la Constitution – devenue une publication périodique – opérés au gré des accords de majorité depuis le début des années 60. Et sans que jamais – par référendum notamment – la population n’ait été consultée.
L’exemple de Bruxelles, qui est tout à la fois la capitale fédérale, une région fédérale – la région de Bruxelles-Capitale –, la capitale de la Communauté néerlandophone (qui regroupe la région Flamande et la Communauté – culturelle – néerlandophone de Bruxelles) et la capitale de la Région flamande (qui a donc choisi comme capitale une ville hors de son sol, qui constitue une autre région autonome et un autre sujet de droit public, les Flamands se refusant à lâcher Bruxelles, jadis ville flamande). Tout ce bazar institutionnel – qui rend fou tout juriste cartésien – révèle le caractère artificiel de l’état belgicain. Et son caractère non démocratique.
Comme le démontre à nouveau l’exemple bruxellois.
Afin d’assurer la présence au gouvernement de la région de Bruxelles-Capitale des partis flamands minoritaires (moins de 15%), une loi spéciale a été prise. Elle instaure deux collèges électoraux séparés sur base linguistique pour les francophones (partis francophones et autres) et les Néerlandophones (partis flamands) et réserve à chaque collège un nombre fixe de députés régionaux (17 pour les partis flamands). Le gouvernement régional bruxellois doit disposer de la majorité dans CHACUN des collèges électoraux francophone et néerlandophone, les partis flamands contrôlant donc l’exécutif régional et y participant automatiquement au niveau ministériel.
_____________________

http://www.scoop.it/t/pcn-spo
https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 20:20

# Le PCN est de retour dans la politique belge !
Nous sommes l'opposition extra-parlementaire au Système américano-atlantiste et au Régime belgicain ...

 


Photo : # Le PCN est de retour dans la politique belge ! Nous sommes l'opposition extra-parlementaire au Système américano-atlantiste et au Régime belgicain ...

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 20:19

# NOVOROSSIYA / LUGANSK PROCLAME LA LOI MARTIALE ET SE PREPARE A LA GUERRE /
Fabrice BEAUR avec PCN-SPO & Correspondance locale (Donetsk) / 22.05.2014, 14h28, heure de Moscou /
La République populaire de Luganks vient de proclamer ce jeudi 22 mai la loi martiale sur son territoire. Elle a également déclaré une mobilisation générale des hommes de 18 à 45 ans.
En effet, ce jeudi matin dans les environs de la capitale de la nouvelle République il y a eu des affrontements armés entre soldats de la garde nationale et l'armée du Donbass. Un pont aurait même explosé sur la rivière Donetsk. "Maintenant, les combats se poursuivent" selon une source officielle.
Le siège de l'Etat-major de l'armée du Donbass/sud-est a indiqué que Lugansk se prépare à l'assaut de la Garde nationale. "A Lugansk est prévu une attaque par la Garde nationale d'Ukraine. Un convoi militaire,d'environ 200 véhicules, y compris des lance-roquettes multiples « Grad », de l'artillerie automotrice, des véhicules blindés, des véhicules de combat d'infanterie, des chars et des véhicules "Oural" et GAZ, ainsi qu'environ deux mille hommes" sont en route pour la ville a déclaré le représentant de l'état-major.
Avec les informations d'hier concernant Slaviansk, ces informations en provenance de Lugansk confirme l'option répression tout azimut de la Junte bandériste de Kiev, fort du soutien des "services" de l'OTAN et autres mercenaires de la CIA.
C'est selon toute vraisemblance sa plus grande offensive que Kiev va lancer tout prochainement.
Il faut s'attendre à de nombreux morts et à une véritable guerre urbaine. Elle ne sera peut-être pas (du fait de la piètre qualité des "soldats" ukrainiens) longue mais très violente. Une fois encore, nous avons la démonstration que les gestes de bonne volonté envers la clique de Kiev ne sert à rien. Ces gens-là ne comprennent que la force. Leur place est entre les murs, bien qu'il y en aient trois de trop ... leurs crimes sont trop systématiques, haineux et ignobles pour qu'il puisse y avoir un pardon.
FB

Ma Page Facebook : https://www.facebook.com/beaur.fabrice

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 20:18

# NOVOROSSIYA / LE "PRESIDENT" UKRAINIEN ANNONCE LE RAID FINAL DANS L'EST /
Fabrice BEAUR avec PCN-SPO & Correspondance locale (Donetsk) / 22.05.2014, 01h45, heure de Moscou /

1 - INFO DERNIERE MINUTE : TIR D'ARTILLERIE SUR LE CENTRE VILLE DE SLAVIANSK EN COURS (jeudi 22 mai 2014 - 00h45 heure locale)
2 - INFO DERNIERE MINUTE : REGROUPEMENT DE LANCEURS DE MISSILES GRAD DANS LES ENVIRONS DE LA VILLE DE LOUGANSK (jeudi 22 mai 2014 - 00h58 heure locale)

Depuis plusieurs jours, les bombardements de la ville de Slaviansk sont quotidiens. Et depuis deux jours, ce ne sont plus seulement des positions militaires mais des habitations qui sont touchées et détruites. Il y a donc bien une montée dans la violence de la part des forces militaires de la Junte de Kiev.
Ce mercredi, le "président" Oleksandr Turchynov, nommé par les putschistes du Coup d'Etat du 21 février a déclaré que le gouvernement est prêt pour la phase finale d'une "opération spéciale" à l'est ! Cela sonne très "Einsatzgruppen" (*) comme vocabulaire !
Il aurait participé dans les environs de Slaviansk à une réunion de planification de la phase finale de l'opération. Selon un communiqué du ridicule Turchynov, l'armée est prête à "procéder au balayage des régions de Donetsk et de Lugansk" et d'y assurer de la tenue de l'élection présidentielle du 25 mai.
Du côté des forces républicaines de défense, on indique constater un renforcement des groupes armés dans la région. Selon l'Etat-Major de l'Armée du Donbass, « sur la route Kharkov-Donetsk, il a été aperçu une colonne blindée des forces armées ukrainiennes, composée de quatre unités, qui se dirigeait vers la ville de Izioum". Celle-ci est la dernière grande ville avant Slaviansk.
Mais dans la périphérie de Slaviansk même, plusieurs observateurs ont constaté l'arrivée dans la zone dite des "montagnes Karachun" d'un convoi de 40 véhicules blindés. Et dans les alentours de la ville voisine de Kramatorsk, ce sont plusieurs groupes d'hommes armés en uniformes noirs, sans insignes, (du Praviy Sektor sans aucun doute) qui se prépareraient.
Alors si le langage guerrier des chefs de la clique bandériste de Kiev n'a point grande valeur après leurs multiples rodomontades sans aucun effet concret sur le terrain, on ne peut pas ne pas prendre en compte ce déplacement de troupes, le plus important depuis le début de la crise.
Il est fort à parier que la énième offensive qu'ils préparent aura pour cible Slaviansk et la ville portuaire de Marioupol. Sauf que cette fois-ci, la République populaire de Donetsk a maintenant sur place des unités de l'Armée du Donbass. Le tir aux pigeons du dernier raid sur la ville par Praviy Sektor, la Garde nationale et autres criminels de la rada, c'est terminé !
Slaviansk la rebelle ! Slaviansk la résistante !
Marioupol la martyre ! Marioupol qui répond à l'appel de la République !
A bas la Junte de Kiev !
Longue vie à Novorussiya !
FB

Ma Page Facebook : https://www.facebook.com/beaur.fabrice

(*) Escadrons de la mort SS dont la fonction était de nettoyer les "arrières" en exterminant les prisonniers soviétiques, les juifs, les roms, les communistes, ... enfin tout ceux qui étaient contre Berlin et surtout "non-aryens".

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 20:15

# NOVOROSSIYA / LE VRAI BILAN MILITAIRE DE LA JUNTE /
Fabrice BEAUR avec PCN-SPO & Correspondance locale (Donetsk) / 19.05.2014, 02h05, heure de Moscou /

LA SITUATION MILITAIRE ET POLITIQUE DE FIN DE SEMAINE
La farce de l'élection présidentielle du 25 mai en Ukraine continue. Ce dimanche, c'est au tour d'Alexandre Klimenko, de retirer sa candidature aux élections présidentielles en Ukraine. Ce n'est que le cinquième candidat a se retirer.
Mais celui-ci s'est retiré en faveur de l'oligarque Porochenko, le roi du chocolat, "le seul représentant des forces national-démocratiques qui dispose d'un large soutien populaire et peut gagner l'élection au premier tour".
La Junte empêche certains candidats de se présenter ou en achète d'autres. C'est tellement gros que la comédie démocratique devient une farce grossière.
Mais avec une "élection" dont le résultat est déjà organisé par les membres de la Junte de Kiev, celle-ci a peur et continue sa répression politique.

VERS L'INTERDICTION DU PARTI COMMUNISTE D'UKRAINE (KPU) !
En effet, le cher "président par intérim" de l'Ukraine, le ridicule Oleksandr Turchynov, vient de demander à la Rada (parlement) putschiste "d'examiner d'urgence tout les documents fournis par le Service de sécurité (SBU) et le Procureur général sur les activités anti-constitutionnelles illégales du Parti communiste".
Comme l'indique Symonenko, le Secrétaire-Général du KPU, cela démontre que le pouvoir à Kiev montre une fois de plus sa conception de la démocratie, à savoir exclure du champ politique tous ceux qui sont d'un avis contraire à ses positions.

KHARKOV REPREND LE CHEMIN INTERROMPU DU REFUS DE LA JUNTE DE KIEV
Et pendant qu'à Kiev, les petits affrontements et arrangements entre oligarques, Berlin et Washington font rages, que la répression politique continue au sein même de la Rada, à Kharkov, les partisans de l'auto-détermination reprennent du poil de la bête.
Après la manifestations du 09 mai qui avaient rassemblé des milliers d'habitants derrières les drapeaux rouges de la Victoire lors de la Grande Guerre Patriotique de 1941-1945 et autour d'un immense drapeau aux couleurs noir et orange du ruban de St-George, décoration symbole de cette guerre qui a coûté plus de 27 millions de vie à l'Union Soviétique, c'est lors d'une manifestation au centre de Kharkov sur la Place de la Liberté et au pied de la statue de Lénine que le Conseil de coordination du "Sud-Est" par la voix de Yuri Apukhtin a indiqué que dans le sillage de Donetsk et Lugandsk se tiendra également dans l'oblast (la région) une référendum sur l'indépendance de la région.
"Kharkov tiendra un référendum sur l'indépendance de la région après Donetsk et Lugandsk. (...) Dans tous les cas, nous appelons à ne pas aller aux élections présidentielles en Ukraine du 25 mai. Nous ne reconnaissons pas ces élections".
Lors de cette manifestation, nous avons pu également voir des drapeaux du Parti Communiste d'Ukraine ainsi que le drapeau russe.
Rappelons que lors de la tenue d'une réunion avec tout le gratin de la Junte à Kharkov ce WE, le "premier-ministre" fut accueillie par la foule qui scandait : "A bas la Junte !"
Kharkov se réveillerait enfin ?

LES GROUPES ARMES DE LA JUNTE DE KIEV ONT ATTAQUE UNE FOIS DE PLUS LA VILLE DE KRAMATORSK
Ce dimanche en fin d'après-midi, plusieurs blindés de la "Garde nationale" et des escadrons de la mort de Praviy Sektor ont tenté une incursion dans le centre ville de la ville de Kramatorsk, à quelques kilomètres de la forteresse de Slavyansk qui est bombardée quotidiennement par les forces de la Junte.
En moins de 2 heures, ce raid a été repoussé par les forces de défense républicaines. Il y aurait plusieurs blesses parmi la population dont une petite fille.
A l'entrée de la même ville, une équipe de TV russe a été arrêtée par le SBU (service de sécurité). Son tort ? Etre russe !

ELECTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE LOUGANSK
Lors d'une réunion ce dimanche 18 mai, l'Assemblée nationale de la République populaire de Lugandsk. a élue Valery Bolotoff, président de la République et Vasily Nikitin, Premier ministre. "Mes premiers pas en tant que Premier ministre de la République sera de former le gouvernement. Je communiquerai plus tard la composition du gouvernement."
Après Donetsk qui avait élu avant son Président, Premier-ministre et tous les membres du gouvernement, voilà donc que Lugandsk. vient de faire le nécessaire également.

UN PREMIER BILAN DU CONFLIT : MERCENAIRES, AGENTS DE LA CIA SUR LA LISTE DES MORTS
Et après toutes ces informations politiques, revenons tout de même sur l'info du WE.
Ce samedi 16 mai au soir lors d'une conférence de presse, le maire populaire de Slavyansk, le fameux Ponomariov a dressé une premier bilan des 10 premiers jours de l'opération militaire de la Junte dans les régions de l'Est.
Les pertes de la Junte seraient très lourdes. Ce qui expliquerait l’enlisement des forces de Kiev. Car sinon comment expliquer que 10.000 hommes autour de Slavyansk par exemple lourdement armés et encadré par des étrangers (nous allons le voir) n'arriveraient pas à en prendre le contrôle alors que les défenseurs de la ville seraient 2.000 au maximum et légèrement armés.
Laissons lui la parole : "Les pertes totales de la junte fasciste à Kiev du 2 au 12 mai 2014 comptabilisent un total de 650 tués, blessés et prisonniers" (...) "Parmi eux, 285 extrémistes du "Secteur Droit", principalement inclus dans la garde nationale, 120 mercenaires ukrainiens des bataillons spéciaux d'Igor Kolomoisky (chef de l'administration régionale de Dnipropetrovsk) du bataillon "Dnepr" et "Azov" (...)"
Selon le "maire du peuple", le Service de sécurité ukrainien (SBU) "a perdu 90 personnes" Sans oublier les forces Alpha (commando) des villes de Sumskaya, de Kiev, Poltava, Ternopil, Lviv, Ivano-Frankivsk, Rivne, Jitomir et Vinnitsa. Ainsi que 40 soldats de la 95e brigade aéromobile des forces armées ukrainiennes, ainsi que 20 membres du MUP.
Selon Ponomarev, une société militaire privée "ASBS OTHAGO" (Analizy Systemowe Bartlomiej Sienkiewicz), créé il y a plusieurs années par l'actuel ministre de l'Intérieur de Pologne, Barthélemy Sienkiewicz, a perdu six personnes, la société américaine de sécurité privée "Greystone" 14 personnes, une autre société des États-Unis, la fameuse "Academi" (plus connue auparavant sous le nom de "Blackwater") 50 personnes. La CIA et le FBI, donc le gouvernement U.S. directement a perdu, toujours selon Vyacheslav Ponomarev, 25 employés, dont 13 ont été tués.
Les pertes matérielles des forces de la Junte de Kiev : huit hélicoptères de combat Mi-24, Mi-17 et Mi-8, une voiture Hummer, trois D-30 obusiers, six APC et quatre BMP.
"Nos pertes de 2 au 12 mai représentent huit personnes qui été tuées et trois blessés" indique Ponomarev qui précise qu'il ne parle ici que des volontaires des forces armées du Donetsk et non des civils abattus ici et là par les criminels bandéristes.
Quelle différence avec les déclarations de la Junte de Kiev qui ne reconnaît et cela depuis le début de l'opération militaire dans l'est que 21 tués et 65 blessés.
Andrew Purgin, le Vice-Premier ministre de la République populaire de Donetsk a toutefois déclaré que "les autorités de Kiev ignorent le nombre réel de morts et de blessés. (...) Les corps de civils sont enterrés dans des tombes anonymes, et les gens qui ont des blessures par balles ont peur d'aller se faire soigner dans les établissements de santé publique".
Nous avons donc ici un bilan qui n'est que provisoire et ne pourra que s'alourdir.

Il y aurait encore tant à dire comme par exemple les révélations (enregistrement téléphonique) de l'implication directe dans le massacre d'Odessa d'un oligarque ukrainien bien connu pour faire campagne sur panneaux d'affichages grands formats sur une récompense de 10.000 $ pour toute capture d'un "russe". Odessa n'étant donc pas comme nous nous en doutions le fait du hasard qui aurait mal tourné.
Retenons pour cette semaine que la Junte de Kiev perd pied dans l'Est un peu plus chaque jour qui passe. La police de Donetsk passe massivement du côté de la nouvelle République. Le siège régional de la Garde nationale de Donetsk est tombé sous le contrôle des républicains. Les fonctionnaires prennent leurs ordres maintenant auprès du gouvernement de Donetsk.
La farce peut s'arrêter là où continuer avec un risque d'enlisement pouvant déboucher sur un conflit larvé néfaste pour les populations bien évidement mais aussi pour les intérêts russes comme européens. Et les "sanctions" U.S. contre la Russie commencent à produire de fortes critiques de la part des milieux économiques et industriels en Europe.
Retenons cela aussi : cette crise a bien fait comprendre à certains que les intérêts ouest-européens n'étaient pas identiques aux intérêts U.S. C'est un coup porté dans un coin de l'atlantisme monolithique des pays sous le contrôle de l'OTAN..

FB

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article