Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 19:39

Inauguration de la permanence électorale

C’est toujours avec un grand plaisir que nous nous retrouvons ici, dans les locaux du Cercle de l’Avenir Monique JOURDAN.
JOURDAN, un nom attaché, avec Emile, à la ville de Nîmes et ses 18 années passées à la gestion municipale, au service des Nîmoises et des Nîmois, pour construire une ville à visage humain.
Merci !
Votre présence nombreuse témoigne de votre attachement à nos valeurs communes que nous défendons dans cette ville, d’union et de rassemblement, face à la droite.
Si j’ai accepté d’être candidat dans ce 3ème canton, après réflexion, mais surtout beaucoup de discussions avec Alain qui a su trouver les mots pour me convaincre, et je l’en remercie, tout comme je remercie de leur confiance mes camarades du Parti Communiste Français.
Je tiens, d’ores et déjà, à saluer également les 500 premières personnes, issues de milieu très divers qui ont apporté leur soutien, pour que, dans ce 3ème canton, nous nous rassemblions afin de conserver ce canton à gauche, parce que nous ne voulons pas voir la droite et son extrême, venir faire main basse sur ce canton comme sur la ville.
 

Ceci dans une période où les conditions de vie des gens s’aggravent chaque jour, où le chômage progresse, surtout chez les jeunes de 18 à 25 ans, où les gens ont de plus en plus de mal à trouver un logement, où les centres d’hébergement de nuit existant ne peuvent plus accueillir les sans abri, dans cette période glaciale, parce qu’ils ne cessent d’être plus nombreux, où le Secours Populaires, les Restos du Cœur, la Croix Rouge, le Secours Catholique ne cessent d’alerter sur l’état alarmant de la pauvreté dans notre pays, où les jeunes et les salariés viennent grandir les files d’attentes des organismes humanitaires, pour manger un peu mieux et trouver du réconfort.


Nous sortons d’un très grand mouvement social qui a su, durant plus de 3 mois, mobiliser des millions de personnes, avec les organisations syndicales, pour s’opposer à la réforme des retraites, mouvement soutenu par 70% de nos concitoyens. Ce qui prouve bien que c’était un mouvement populaire correspondant aux attentes du plus grand nombre. Malheureusement, l’intransigeance de Nicolas SARKOZY et de son gouvernement, avec le soutien des députés et des sénateurs de droite, comme Messieurs FOURNIER et LACHAUD, à faire passer cette loi, va rendre encore plus difficile nos conditions de vie en travaillant plus longtemps et surtout en gagnant moins d’argent. 


Non content de ne pas nous écouter, cette droite nous méprise et contribue à nous enfoncer la tête en dessous du billot.
Pour ces raisons et bien d’autres, nous n’avons rien à attendre et à espérer, des SARKOZY, FOURNIER, LACHAUD, TAULELLE et RUTY.

Par contre, je suis convaincu que nous pouvons faire autrement et que nous pouvons les battre. Les motifs de mécontentement, d’injustice, de ras le bol, qui nous sont exposés lors des nombreuses rencontres avec nos concitoyens, peuvent se retourner contre eux si nous nous serrons les coudes.


Depuis maintenant plusieurs semaines, avec Alain et un certain nombre d’ami-e-s, de camarades, nous avons rencontré au Chemin Bas d’Avignon, au Clos d’Orville, au Mas de Ville, à Grézan, à Haute Magaille, au Mas de Ville, aux Jonquilles, aux Oliviers, à Beausoleil, au Mas de Possac, à Chalvidan, devant les écoles, avec les associations, au porte à porte, chez l’habitant, sur le marché, beaucoup d’électeurs(trices) du 3ème canton. Ceux qui se lèvent tôt, ceux qui cherchent du travail, ceux qui ont une petite retraite et qui réfléchissent comment finir le mois, ceux qui ne sont pas contents de trouver leur voiture cassée ou des caillassages, mais qui ne tombent pas dans la facilité de l’amalgame. Toutes ces femmes et tous ces hommes, jeunes ou moins jeunes, même s’ils ont beaucoup d’exigences vis-à-vis des politiques, des élus, ont des aspirations légitimes que nous comprenons.

Il y a aussi, et c’est je crois le plus important, beaucoup de motifs de satisfaction, pour poursuivre nos combats contre les injustices, ensemble.
Je crois que nous devons garder l’espoir et la confiance, cette confiance que nous devons avoir de façon réciproque, pas de chèque en blanc, mais une volonté de construire en commun, ensemble, pour vivre mieux demain.
Nous nous approchons des fêtes de fin d’année où, tout naturellement, parce que c’est la vie, l’activité sociale, politique, publique va se ralentir, pour être plus en famille. Nous pouvons tout de même poursuivre un certain nombre d’activités.


Comme je m’y suis engagé et dans le prolongement du travail d’Alain CLARY, être à l’écoute des habitants tout en travaillant sur les dossiers qui rentrent dans les compétences du Conseil Général, je souhaite construire, pour ces élections cantonales de mars 2011, un projet avec vous, pour que vous soyez acteurs de votre avenir, pour vous redonner votre place, celle que le gouvernement SARKOZY et le Maire de Nîmes vous refusent, comme par exemple en éliminant les élu-e-s de l’opposition de l’Agglomération de Nîmes.

Comme le rappelait Patrick MALAVIEILLE, les pistes sont nombreuses pour réagir à la réforme des collectivités territoriales, voulue par l’Etat, qui va réduire la représentativité des citoyens, aux risques d’avoir moins de justice sociale, encore moins de service public, ce qui est déjà le cas avec EDF/GDF, la SNCF, l’Education, La Poste, le racket de l’Etat et le détournement de l’épargne du Livret A pour les bailleurs sociaux.
C’est ce que nous avons fait au Chemin Bas d’Avignon pour La Poste et le poste de Police, au département avec les initiatives du groupe communiste, à Pissevin et Valdegour pour les collèges Condorcet et Diderot…
Nous avons également besoin de beaucoup plus de solidarité envers les bénéficiaires du RSA, les personnes âgées, les personnes handicapées.
Nous avons vraiment besoin de faire connaître ce que nous faisons et ce qu’il faudra faire encore et mieux…
Pour terminer sur ce chapitre, FOURNIER, LACHAUD et PROUST critiquent la majorité départementale, dont fait partie le groupe communiste, avec 3 Vice-présidents (Patrick MALAVIEILLE, Jean-Michel SUAU, Jacky VALY, et bien sur Alain CLARY). Un chiffre : l’Etat doit 400 000 millions d’euros cumulés au département du Gard, 70 millions pour un an. Sans vous faire la liste de tout ce que nous pourrions faire dans ce département, pour les contribuables gardois, mais quand même, deux ou trois exemples :
- Le département pourrait réaliser 1 000 logements sociaux, pour un coût de 55 millions d’euros ?
- On pourrait donner 120 € de plus mensuels sur chaque plan APA, coût 20 millions d’Euros,
- Pour nos aînés, 1 000 places pour les maisons de retraites, coût 40 millions d’euros,
- Et aussi la création de 300 places de crèches, pour un montant de 12 millions d’euros.
Alors, Messieurs FOURNIER, LACHAUD et PROUST, de grâce, assez de mépris envers l’action de la majorité départementale, par contre, vous pourriez demander au chef de l’Etat, votre ami, celui avec qui vous votez toutes les Réformes, de restituer son dû au département, ce qui serait, pour vous, une des premières actions en faveur des habitants du Gard.

Avant de terminer, je souhaiterais faire part de deux inquiétudes. Vous le savez, rien n’est définitivement acquis. Nous allons tout faire pour conserver ce canton à gauche, canton où, depuis 6 ans, Alain CLARY, Conseiller Général, contribue, au sein du groupe communiste et de sa majorité du département, à améliorer notre vie quotidienne, dans nos quartiers.
Rien n’est écrit par avance pour que les salariés en lutte dernièrement, transforment leur mécontentement en bulletin de vote, pour exprimer leur colère, se sont les rencontres, avec les arguments qui peuvent faire la différence. Par contre, si vous n’êtes pas inscrits sur les listes électorales, c’est sûr, vous ne pourrez pas sanctionner la droite. Pour cela, nous avons encore quelques jours pour le faire, au service des élections ou dans les mairies annexes. Il y a urgence !

Notre adversaire politique c’est la droite et son extrême, c’est elle que nous combattons. Nous avons aussi d’autres candidatures à gauche, c’est naturel. L’enjeu, c’est de rassembler au 1er tour, pour arriver en tête de la gauche et se rassembler, pour battre la droite au 2ème tour. C’est le premier tour qui est déterminant. Ce canton, détenu par le Parti Communiste, doit rester au Parti Communiste.
Par contre, je pense qu’il faut être vigilant face à un risque de multiplication de candidat-e-s, se réclamant de gauche. Il y a un danger que nous soyons écartés au 2ème tour. Attention aux apprentis sorciers qui veulent préparer, avec cette élection, d’autres échéances électorales. Il y a un temps pour tout.
Déjouons les obstacles, inscrivons et faisons inscrire sur les liste jusqu’au 31 décembre, pour éviter l’abstention.
Oui, toujours avec Alain CLARY, Conseiller Général, Président du Comité de soutien, et ma suppléante qui sera connue en janvier, nous voulons jouer utile, rassembler dès le 1er tour, avec le soutien du PCF, du Front de Gauche, s’inscrivant dans la Majorité Départementale, pour confirmer, renforcer et amplifier la Majorité de gauche au Conseil Général du Gard. Je m’engage, avec vous à relever ce défi.

Bonne fêtes de fin d’année !
Rendez-vous en 2011 !
Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 19:38

Le 20 mars, rassemblons-nous à gauche

Dernier rendez-vous électoral avant la Présidentielle de 2012, les élections cantonales sont l’occasion de dire non à la politique que nous inflige la droite au pouvoir.

Les nombreuses promesses de Sarkozy sont autant de mensonges : le chômage et la précarité s’étendent, interdisant à de plus en plus de gens de vivre dignement, et tout continue comme avant au profit des plus riches.
Pour répondre aux exigences des marchés financiers et de ses amis milliardaires, le pouvoir a fait le choix de réduire les dépenses publiques utiles au plus grand nombre. Il alimente ainsi la crise économique et sociale dont il nous promet pourtant la sortie.

L’action sociale des départements est dans le collimateur de la droite : Revenu de Solidarité Active (RSA), Aide Personnalisée à l’Autonomie (APA), Prestation Compensatoire du Handicap (PCH)… Ces responsabilités transférées de l’Etat n’ont pas été compensées à hauteur des charges réelles.
Pour le Gard, depuis 2004, ce sont près de 500 millions d’euros qui manquent alors que la crise réduit les recettes ; en France, une trentaine de départements ne peuvent plus faire face aux responsabilités que la loi leur confie.
La réponse de la droite, de Sarkozy, de Fournier, de Lachaud est simple : tailler dans le vif !

Leur volonté c’est d’appliquer aux politiques départementales la même amère potion qu’à la solidarité nationale : suppressions d’interventions socialement utiles, d’investissement économiquement indispensables, taxation des familles même les plus en difficulté…

Je suis candidat anti droite et anti extrême-droite, opposé à cette politique de haine et de division sociale qui abandonne les habitants de nos quartiers et les dresse les uns contre les autres.
Je suis porteur d’une autre politique, de gauche, qui place l’Homme au centre de l’action publique.

Elu Conseiller général, je défendrai et conforterai les missions d’intérêt général du Département car engager des dépenses pour permettre aux familles de se loger, construire et rénover des collèges, assurer la solidarité générationnelle et sociale, équiper notre ville et nos quartiers, assurer l’avenir de notre planète c’est investir pour l’avenir, c’est la voie du progrès.

Dans la continuité d’Alain CLARY, Conseiller général sortant, les rencontres et réunions avec les citoyens, les acteurs de la vie économique et associative du 3ème canton se poursuivront afin de faire vivre avec toujours plus de force la citoyenneté.

Les Nîmoises et les Nîmois ont souvent payé très cher des divisions dangereuses. Aujourd’hui, c’est le rassemblement des femmes et hommes de cœur et de progrès qui est à l’ordre du jour.
Amplifions-le, gardons le 3ème canton à gauche, consolidons et poursuivons les actions entreprises par la majorité départementale au bénéfice de l’ensemble de la population.


Le 20 mars
Votons utile, votons à gauche
Votons Christian BASTID
Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 19:37

8ÈMES TROPHÉES DE L'OLYMPISME GARDOIS

Photo précédente Romain Khiefer (2ème catégorie "meilleur jeune sportif") Photo suivante
Romain Khiefer et Alain Clary, Conseiller Général du canton de Nîmes III
Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 19:35

... Rendez-vous le 20 mars !

Les traditionnels voeux de Alain CLARY, Conseiller général du canton et Président du Comité de Soutien à Christian BASTID et Fatima MANSOURI ont créé l'évènement vendredi soir au Paradisier, incontournable rendez-vous du Carré Saint-Dominique au Chemin-Bas d'Avignon.
En effet, Dans la perspective des élections cantonales des 20 et 27 mars prochain, Alain Clary a souhaité passer le relais de son action pour les quartiers de ce canton, pour Nîmes et pour le Gard.
Il a donc partagé la tribune avec Christian BASTID, candidat désigné par les militants du PCF et du front de Gauche ainsi que d'innombrables amis de toute la gauche nîmoise.
Des centaines d'amis et de camarades, de citoyens de tous les quartiers du canton sont d'ailleurs venus, dans leur diversité, participer à ce moment de convivialité et d'espoir pour "Vivre mieux ensemble".
De nombreux commerçants, responsables d'associations, les Conseillers généraux nîmois de gauche, Bernard CASAURANG et Bernard AUZON-CAPE étaient également présents et témoignaient de l'esprit de rassemblement de cette soirée.  
Après Alain CLARY, vibrant (intervention à télécharger ici), et Fatima MANSOURI, émouvante, Christian BASTID s'est adressé à l'assistance pour rappeler les enjeux de l'année 2011, le premier tour des élections le 20 mars notamment, mais aussi les actions et propositions du Conseil général pour nos quartiers, l'espoir de nos amis tunisiens et des peuples de Méditerranée, le péril de l'extrême droite et de la droite...

 

Pendant l'intervention de Christian BASTID, Bernard CASAURANG, Bernard AUZON-CAPE, Fatima MANSOURI, Alain CLARY et Martine GAYRAUD, secrétaire départementale du PCF.
Le Paradisier a fait le plein 






 
Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 19:32

 

 

M. Alain Clary, ex-maire de Nîmes.

 

 

http://www.francophonie-avenir.com/Index_RR_L-A.FR.AV_au_Forum_des_Associations_en_images.htm

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 19:30

Le Rendez-vous Politique : Alain Clary (PCF)

 

 

http://www.dailymotion.com/video/xal19c_le-rendez-vous-politique-alain-clar_news

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 19:26

La démarche contestable de M. Fournier selon les élus PC et Front de gauche de la ville de Nîmes (dont Alain Clary)

Excédés par les ordres du jour du conseil municipal qui compilent “des délibérations sans enjeu et réduisent le plus souvent le rôle de l’élu à sa plus simple expression, excluant au passage les aspirations de la moitié de la population”, trois conseillers municipaux du Parti communiste et du Front de gauche, Catherine Bernié-Boissard, Sylvette Fayet et Alain Clary, rejoints, au titre la solidarité partagée, par Alain Fabre-Pujol (EE/LV), ont dénoncé ce vendredi matin lors d’un point de presse, “la démarche contestable” de la majorité de Jean-Paul Fournier. Un sénateur-maire qui bafouerait à l’envi “les pratiques démocratiques en préservant une étanchéité entre la commune et le communauté d’agglomération et en se dispensant de concerter les conseillers municipaux”.

  P1090541 

“Devant la succession de dossiers sans grand intérêt, nous avons eu envie de faire un ordre du jour fictif tenant compte des véritables enjeux de la ville et de la réflexion commune engagée avec la communauté d’agglomération Nîmes-Métropole, sinon même avec le pôle métropolitain constitué entre les agglos de Nîmes et Alès”, a commenté en substance Catherine Bernier-Boissard. Ainsi, outre les communications préalables du maire relatives à la décision du Tribunal administratif de reclasser le Mas Lombard en zone inondable – et donc non constructible – ou au choix “chaotique et hasardeux” de Nîmes-Métropole de ne pas prolonger le TCSP (Transport en commun en site propre) vers la rue Vincent Faïta – abandonnant, au passage, une contribution de 28 M€ de l’Etat – les élus communistes auraient soumis à délibération, une large discussion sur l’urbanisation de la ville-centre. “Ce projet est,dit-on, emblématique du pôle métropolitain mais il n’y a pas de vision d’ensemble. Une agence d’urbanisme commune aux agglos de Nîmes et Alès travaille sur la fameuse ZAD de la porte Nord… mais nous ne savons rien ! Sinon que ce choix d’urbanisation du nord de la ville n’est pas cohérent avec l’aménagement de la gare TGV à Manduel. Pensez qu’entre 1999 et 2006, la croissance démographique n’a été que de 0,6 % dans ce secteur, depuis elle chute. Ce projet est donc complètement déconnecté des réalités et des besoins. La seule façon d’avoir une dynamique, c’est d’imaginer un grand projet au sud de Nîmes”, a affirmé le présidente du groupe municipal PC et Front de gauche.

Selon les élu(e)s d’opposition, la situation ne serait guère plus enviable en matière de circulation et de transports. A entendre Catherine Bernié-Boissard, elle exigerait, d’une part, une concertation élargie à l’ensemble des communes de Nîmes-Métropole, d’autre part l’avènement d’un grand syndicat mixte entre les réseaux de transports collectifs Edgar et Tango, “qui faciliterait l’éligibilité aux subventions d’Etat et encouragerait une réflexion d’ensemble”. Enfin, plusieurs choix budgétaires ont été contestés, à commencer par les 60 M€ (82 M€ selon le conseil scientifique) devant être investis dans le musée de la Romanité, surnommé non sans malice “musée de l’opacité“, sans la moindre assurance du concours de l’Etat. Rappelons qu’à ce jour, seul le conseil régional LR a confirmé sa contribution de 10 M€. “Ce projet dans une ville qui a la particularité d’être un musée à ciel ouvert, exigera également une dépense de 1 M€ annuel pour le fonctionnement (source commune d’Arles). Il impactera durablement la prochaine municipalité”. Suite ce samedi matin au conseil municipal de Nîmes, réuni en séance publique.

 

http://www.objectifgard.com/2013/07/19/politique-la-rogne-et-la-grogne-des-elus-pc-et-front-de-gauche-de-la-ville-de-nimes/

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 19:22

Alain Clary, lors des municipales à Nîmes en 2008

 

 

Alain Clary (au centre) au marché de la Zup-Sud, galeries Wagner.

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 19:20

Alain Clary : « Passons des intentions aux actes »

L'ancien maire communiste de Nîmes et conseiller général Alain Clary exhorte les siens à accepter et à ouvrir le débat d'idées. D'où que viennent ces idées. « Beaucoup de sujets nous interpellent, le devoir de rassembler tous les communistes est élémentaire », plaide-t-il. Ce soir, à l'assemblée générale du PC gardois, il insiste pour que le débat puisse avoir lieu : « Chacun dans sa diversité, dans le respect réciproque des idées des uns et des autres, doit pouvoir venir. Ceux qui se sont investis, ceux qui sont restés en marge. » Et l'élu d'expliquer : « Parmi le peuple de gauche, certains ne sont pas allés voter, y compris des adhérents du PC, il ne faut pas se priver de leur approche. » Quant au cas des quatre communistes élus sur les listes Frêche, Alain Clary est on ne peut plus clair : « Ce sont toujours des communistes. » Et à ceux qui s'érigent en "gardiens du temple PC" depuis quelques semaines, à coups de missives d'une violence inouïe contre ceux qui n'ont pas suivi la stratégie majoritaire, il réplique sèchement : « C'est mortifère. Ce sont des positions aux antipodes de ce que nous devons pratiquer. C'est par le débat d'idées, collectif, interactif, interpellatif que nous avancerons. Personne ne peut se prétendre détenteur de l'honneur, des valeurs et d'une lucidité qui peuvent lui permettre d'avoir des certitudes. » Au contraire, Alain Clary estime qu'il ne faut pas se priver de la nécessaire réflexion sur la stratégie du Front de gauche, « en prenant en compte la spécificité de cette région », ajoute-t-il. À la lecture des différentes contributions du conseil national du PC, le week-end dernier, Alain Clary veut croire que la critique est possible : « On parle d'une évaluation partagée, d'une nouvelle étape. » Il se réjouit aussi des propos du numéro 2 du PC, Pierre Laurent : « L'heure n'est pas à la cristallisation des positions mais à leur dépassement. Il n'y a pas d'unité de force sans débat. » Mais Alain Clary claque : « N'affichons plus seulement des intentions, passons aux actes. » Car, selon l'élu, la situation l'exige : « On vient de passer un chapitre électoral, d'autres vont venir mais il y a aussi les urgences. Je souhaite qu'on ne referme pas le livre de la famille communiste. Je souhaite qu'on ouvre portes et fenêtres, non pas pour pousser les gens dehors, mais pour faire entrer de l'air ambiant. » Jean-Pierre SOUCHE jpsouche@midilibre.com   Midi Libre  

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 02:01

 

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article