Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 01:59

ZOUGANOV, LEADER DU KPRF: ‘SOLIDARITE AVEC L’UKRAINE, NOTRE PAYS FRERE’

Déclaration du Président du CC du KPRF

(Parti communiste de la Fédération de Russie)

PCN-SPO avec KPRF Website / 2013 12 07 /

http://www.scoop.it/t/pcn-spo

https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

PCN-SPO - Zouganov solidarité avec l'Ukraine (2013 12 10) FR

Le 2 décembre 2013, le président du Comité central du KPRF, Guennadi ZOUGANOV a fait la déclaration suivante à la presse sur la situation en Ukraine :

“À cette république me lient non seulement des relations professionnelles, mais aussi des relations familiales. La moitié des membres de ma famille vit en Ukraine. Je leur parle chaque jour, et ils sont tous très inquiets parce qu’un groupe de gens à l’orientation agressive impose sa volonté aux citoyens, en conformité ni avec la loi, ni avec les normes élémentaires du respect de l’ordre public.”

“L’Ukraine est déjà passé par là, elle a vu IOUCHTCHENKO avec tous ses désordres . Finalement beaucoup sont restés sans travail et sans soutien social”.

“Aujourd’hui ceux qui commettent les désordres à Kiev ont déjà oublié l’intégration européenne et provoquent un déchaînement de violence non dissimulé. Nous trouvons que c’est inadmissible à tout point de vue. C’est pourquoi, en manifestant la solidarité avec l’Ukraine, notre pays frère, nous nous sommes adressés simultanément à tous les citoyens, tous les collectifs de travail, à tous les travailleurs avec un appel : tout peser au maximum et ne pas admettre que l’on renversa le pouvoir légal, mais les événements sont allés selon ce scénario, que nous avons récemment vu en Géorgie. Cela n’apportera à personne aucuns revenus, ni aucune prospérité”.

 « L’UKRAINE EST CE MORCEAU DE CHOIX, QUE L’UE VOUDRAIT AVALER AU PLUS VITE »

“Cela fait 17 ans qu’il m’est permis de travailler avec le Conseil de l’Europe, j’ai rencontré bien des fois des parlementaires d’Etats européens et je connais parfaitement la situation actuelle. L’UE éprouve une crise extrêmement difficile, et de nouveaux débouchés commerciaux lui sont absolument nécessaires. Dans le cas présent, c’est l’immense Ukraine avec sa population de presque 50 millions. Elle est ce morceau de choix, que l’UE voudrait avaler au plus vite, en retirant toutes les barrières douanières”.

“Ce document, qui a été préparé par eux, retire presque immédiatement toutes les barrières. Finalement l’industrie de transformation en Ukraine sera tout entière supprimée. Chez nous les frontières sont ouvertes, nous sommes intéressés par l’addition de nos potentiels et la création d’un marché commun. Mais en cas d’adhésion de l’Ukraine à l’accord sur l’intégration européenne les marchandises européennes, en l’occurrence sous dénomination apparente ukrainienne, se jetteront sur le marché russe. Nous avons perdu déjà toute la construction de matériels agricoles. Chez nous la situation devient extrêmement préoccupante dans les industries motrices de l’économie. C’est pourquoi la fermeture inévitable des frontières amènera pour nous et pour l’Ukraine des conséquences très difficiles”.

“Je pense, qu’il est maintenant très important que chaque collectif de travail, chaque Assemblée se réunisse et examina la situation qui s’est formée. Pour que ceux qui viendraient aujourd’hui à Kiev de diverses régions de l’Ukraine, particulièrement de l’Ouest, qui se comportent avec agressivité, n’imposraient pas aux citoyens du pays leurs règles, leurs lois et leurs représentations. Il me semble que cela va seulement accroître la séparation de la société ukrainienne et aggraver une situation déjà extrêmement tendue sans cela”.

Guennadi ZOUGANOV,

président du Comité central du KPRF

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 01:57

UKRAINE / Le point de vue du KPU

PCN-SPO / LE ‘PC D’UKRAINE’ : L’UNION EUROPEENNE VEUT DETRUIRE L’UKRAINE COMME PAYS

Communiqué de presse de Petro Simonenko,

Premier Secrétaire du Parti communiste d’Ukraine/

PCN-SPO avec KPU Website / 2013 12 04 /

http://www.scoop.it/t/pcn-spo

https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

PCN-SPO - Cp du PCU contre l'UE (2013 12 07) FR (1)

Le KPU, PC d’Ukraine, dénonce les agissements des dirigeants de l’Union européenne pour « détruire l’Ukraine comme pays ».

Le Parti Communiste d’Ukraine demande aux dirigeants de l’Union Européenne de réagir immédiatement aux déclarations provocatrices du co-président de la mission de l’UE pour le pays, M. Aleksandr Kwasniewski qui, dans un entretien pour le journal polonais Rzeczpospolita, a ouvertement appelé l’opposition à user de la force pour s’emparer du pouvoir en Ukraine.

Le KPU exige également d’interroger la chancelière Angela Merkel, pour savoir de quel droit et au nom de qui le ministre des Affaires étrangères allemand Guido Westerwelle s’est rendu Place de l’Indépendance pour rencontrer les dirigeants de l’ « opposition ».

Le KPU appelle le Ministre des Affaires étrangères à réagir à l’ingérence directe de dirigeants d’Etats étrangers dans les affaires intérieures du pays.

On cherche à dénier au peuple ukrainien le droit de disposer de son propre sort. On essaie de lui nier son droit à prendre des décisions en fonction de ses propres intérêts, et non ceux du capital international.

Aujourd’hui, la pseudo-opposition, comme en 2004, est une cinquième colonne qui brade l’intérêt national aux multinationales. Ce sont quasiment les mêmes acteurs, les mêmes promesses, les mêmes procédés.

C’est pourquoi le Parti Communiste d’Ukraine appelle tous les citoyens et le peuple d’Ukraine à prendre en main la résolution de la crise politique actuelle par les seuls moyens légaux.

Dans le cas contraire, nous nous dirigeons vers une « balkanisation » du pays, la destruction de l’Ukraine comme Etat.

Petro Simonenko,

Premier Secrétaire du KPU

http://www.lucmichel.net/2013/12/09/pcn-spo-le-pc-dukraine-lunion-europeenne-veut-detruire-lukraine-comme-pays/

___________________________

(*) Le KPU, Parti Communiste d’Ukraine (et pas ‘ukrainien’ comme l’écrivent les médias révisionnistes du PCF), est une formation proche du KPRF russe de Zouganov, c’est-à-dire un communisme patriotique et anti-occidental, ce que les politologues occidentaux classent comme « national-communiste » (SPS de Milosevic, Lukashenko, KPRF, PCN …). C’est le noyau dur des forces pro-russes en Ukraine, radicalement anti-NATO.

Le KPU passé à 15% a été la véritable force politique émergente lors des législatives ukrainiennes d’Octobre 2012 (mais les médias occidentaux ont mis en avant les protégés de l’UE/NATO et le noyau dur de la coalition anti-russe, les néofascistes antisémites de Slovoba et leurs 7%, alliés électoralement à l’oligarque Timochenko).

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 01:54

MILLIONS OF UKRAINIANS AGAINST EU

PCN -SPO / WHAT THE NATO MEDIA HIDE: THE  ‘CP OF UKRAINE ‘ COLLECTS 4 MILLION SIGNATURES AGAINST THE ACCESSION TO THE EUROPEAN UNION!

Luc MICHEL for PCN -SPO /

with KPU Website – LUCMICHEL. NET / 2013 12 09 /

http://www.scoop.it/t/pcn-spo

https://www.facebook.com/PCN.NCP.press.office

LM - PCN-SPO 4 millions ukrainians against EU (2013 12 10) ENGL (1)

In a previous leader I explained that the presentation of events in Ukraine – a new ‘colour revolution ‘, a creeping coup of the West – was a “storytelling” a big media lie of NATO . The goal : to sell to the European masses the existence of a “majority impetus of Ukrainians for the EU .”

Read (in French):

‘ STORYTELLING ‘ IN KIEV : THE NATO MEDIA LIES IN UKRAINE …

http://www.lucmichel.net/2013/12/05/lucmichel-net-storytelling-a-kiev-les-mediamensonges-de-lotan-en-ukraine/

LM - PCN-SPO 4 millions ukrainians against EU (2013 12 10) ENGL (2)

BUT the reality goes further , much further than what NATO media invent . It is in what they’re hiding. ! Little importance that 30,000 protesters become 100,000 or 350,000 , that the Maidan is almost empty out stunts . That the hard core of “democrats” who “share the values ​​of the EU ” are anti-Semitic neo-fascists who glorify the Waffen SS …

 4 MILLION UKRAINIANS HAVE JUST SIGNED FOR DEMOCRACY ( REFERENDUM ) AGAINST THE EU AND FOR THE ECONOMIC UNION WITH THE RUSSIAN BLOCK …

 

The reality is that the Communist Party of Ukraine ( KPU ) (* ) collected 4 million signatures (from 3.5 million on November 20 to 4 million now) against the accession to the European Union in November 2013.

The KPU has collected 4 million signatures for a referendum on the accession of Ukraine to the European Union. “The Communists are activated to block the accession that will destroy jobs and the country.”

The First Secretary of the KPU , Petro Simonenko , at a meeting with the heads of factions (political groups in the Ukrainian Rada ) and the Presidents of Parliament, announced on November 19, 2013 ” that the Communist Party had collected more than 3 million signatures for a referendum against the accession of Ukraine to the EU. “For Simonenko, “the people , in a referendum , are to decide”. ” We collected 3.5 million signatures , citizens have supported the Communist Party in its requirement for a referendum” announced Petro Simonenko .

Previously, the Central Election Commission of Ukraine rejected the popular initiative twice and refused registration of the initiative group.

Communists mobilized . In Oblast (district) of Kherson , ” the regional branch of the KPU announced they gathered more than 110,000 signatures, in the western regions (rather favorable to the EU) 150,000 signatures, in Odessa oblast 220,000 signatures, more than 70,000 signatures in Sevastopol , in Crimea 199,088 signatures . The largest number of signatures collected were done in Dnipropetrovsk oblasts ( 402,000 signatures) , Donetsk, Zaporozhye ( 260,000 signatures) and Lugansk”. . At the heart of the Ukrainian industrial core .

Ukrainian Communists propose an alternative : the accession of Ukraine to the Customs Union of Russia-Belarus-Kazakhstan. That Armenia will join in 2014 and which will become in 2015, with seven countries , the Eurasian Economic Area , the ‘Second Europe’ in the East …

Luc MICHEL

Photos: KPU Campaign against the EU

Luc MICHEL with KPU militants in Odessa in July 2007 during an action against the U.S. fleet in the Black Sea .

LM - PCN-SPO 4 millions ukrainians against EU (2013 12 10) ENGL (3)

http://www.lucmichel.net/2013/12/10/pcn-spo-what-the-nato-media-hide-the-cp-of-ukraine-collects-4-million-signatures-against-the-accession-to-the-european-union/

LM - PCN-SPO 4 millions ukrainians against EU (2013 12 10) ENGL (4)

________________________

(*) The KPU , Communist Party of Ukraine ( and not ‘ Ukrainian ‘ as write the revisionist media of PCF, the French CP) , is a formation close to the Russian KPRF of Zouganov , that is to say, a patriotic and anti-western communism, what Western political scientists classify as “national- communist” (SPS of Milosevic, Lukashenko, KPRF , PCN-NCP … ) . This is the hard core of the pro-Russian forces in Ukraine, radically anti-NATO .

The KPU rising to 15% was the real emerging political force in the Ukrainian general election of October 2012 ( but Western media have highlighted the protégés of EU / NATO and the core of the anti-Russian coalition , the anti-Semitic neo-fascists of ‘Slovoba’ and their 7% , electorally allied with oligarch Tymoshenko ) .

LM - PCN-SPO 4 millions ukrainians against EU (2013 12 10) ENGL (5)

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 01:52

Nouvelle tentative de coup d’Etat "orange" en Ukraine : La position du Parti communiste Russe (KPRF)

DECLARATION DU PRESIDUM DU COMITE CENTRAL DU PARTI COMMUNISTE DE LA FEDERATION DE RUSSIE

Le Parti Communiste de la Fédération de Russie suit avec inquiétude la situation en Ukraine, pays frère. Ces derniers jours la confrontation dans la rue s’est aggravée et menace de passer le Rubicond du massacre de grande ampleur. Les événements, qui ont commencé avec un meeting pacifique des soi-disant partisans de l’intégration européenne, se transforment sous nos yeux en tentative de renversement du pouvoir légal d’un État souverain, dans une nouvelle « la révolution orange ». Une série de faits indiquent sans ambiguïté la patte des technologies politiques occidentales dans l’organisation des désordres. Ce n’est pas la première fois que ces messieurs par voie de spéculations frauduleuses provoquent un affrontement inter-ethnique.

Les peuples russes et ukrainiens ont éprouvé de nombreux malheurs ensemble, ont remporté main dans la main de nombreuses victoires au travail comme au combat. Le Parti Communiste de la Fédération de Russie appelle à ne pas céder aux provocations des extrémistes. La séparation entre nos pays ne sera un bien ni pour l’Ukraine, ni pour la Russie. Nous partageons entièrement la position exprimée dans l’annonce du Premier secrétaire du Comité Central du Parti Communiste d’Ukraine Piotr SIMONENKO : la responsabilité dans l’escalade de la violence en Ukraine repose non seulement sur le pouvoir et une soi-disant "opposition", mais aussi sur les émissaires occidentaux, tentant de jouer le rôle de marionnettistes dans un jeu politique dégueulasse.

L’événement n’a pas rien de commun avec une révolution populaire. L’Ukraine s’est heurtée à un nouveau tour de diffusion de « la lèpre orange ». Les buts réels de ses inspirateurs sont éloignés des intérêts nationaux des Ukrainiens. L’expérience d’événements semblables en Serbie, en Géorgie, au Proche-Orient en témoigne absolument : ceux que l’on appelle les zélateurs du « choix démocratique » s’intéressent en premier lieu au partage de la propriété, à la conquête des ressources naturelles et des débouchés. Une Ukraine forte ne leur est pas nécessaire. C’est pourquoi ces messieurs font tout leur possible pour enfoncer un coin entre Russes et Ukrainiens, pour ne pas admettre la construction de relations fraternelles de la Russie et l’Ukraine et l’addition des potentiels de nos États.

Le Parti Communiste de la Fédération de Russie appelle toutes les forces politiques saines de l’Ukraine à la tenue d’une discussion civilisée des problèmes qui empirent. On ne peut pas admettre des manipulations de la conscience de masse contraires aux intérêts de la majorité absolue des citoyens du pays. Le destin de l’Ukraine doit être décidé par son peuple tout entier et non par ceux qui, sans vergogne, se sont auto-attribué le droit de parler en son nom.

Moscou, le 01 décembre 2013.

Le lendemain, 02 décembre, le président du comité central du KPRF, Guennadi ZIOUGANOV a fait la déclaration suivante à la presse :

"À cette république me lient non seulement des relations professionnelles, mais aussi des relations familiales. La moitié des membres de ma famille vit en Ukraine. Je leur parle chaque jour, et ils sont tous très inquiets parce qu’un groupe de gens à l’orientation agressive impose sa volonté aux citoyens, en conformité ni avec la loi, ni avec les normes élémentaires du respect de l’ordre public."

"L’Ukraine est déjà passé par là, elle a vu IOUCHTCHENKO avec tous ses désordres . Finalement beaucoup sont restés sans travail et sans soutien social".

"Aujourd’hui ceux qui commettent les désordres à Kiev ont déjà oublié l’intégration européenne et provoquent un déchaînement de violence non dissimulé. Nous trouvons que c’est inadmissible à tout point de vue. C’est pourquoi, en manifestant la solidarité avec l’Ukraine, notre pays frère, nous nous sommes adressés simultanément à tous les citoyens, tous les collectifs de travail, à tous les travailleurs avec un appel : tout peser au maximum et ne pas admettre que l’on renversa le pouvoir légal, mais les événements sont allés selon ce scénario, que nous avons récemment vu en Géorgie. Cela n’apportera à personne aucuns revenus, ni aucune prospérité".

"Cela fait 17 ans qu’il m’est permis de travailler avec le Conseil de l’Europe, j’ai rencontré bien des fois des parlementaires d’Etats européens et je connais parfaitement la situation actuelle. L’Europe éprouve une crise extrêmement difficile, et de nouveaux débouchés commerciaux lui sont absolument nécessaires. Dans le cas présent, c’est l’immense Ukraine avec sa population de presque 50 millions. Elle est ce morceau de choix, que les européens on voudraient avaler au plus vite, en retirant toutes les barrières douanières".

"Ce document, qui a été préparé par eux, retire presque immédiatement toutes les barrières. Finalement l’industrie de transformation en Ukraine sera tout entière supprimée. Chez nous les frontières sont ouvertes, nous sommes intéressés par l’addition de nos potentiels et la création d’un marché commun. Mais en cas d’adhésion de l’Ukraine à l’accord sur l’intégration européenne les marchandises européennes, en l’occurence sous dénomination apparente ukrainienne, se jetteront sur le marché russe. Nous avons perdu déjà toute la construction de matériels agricoles. Chez nous la situation devient extrêmement préoccupante dans les industries motrices de l’économie. C’est pourquoi la fermeture inévitable des frontières amènera pour nous et pour l’Ukraine des conséquences très difficiles".

"Je pense, qu’il est maintenant très important que chaque collectif de travail, chaque Assemblée se réunisse et examina la situation qui s’est formée. Pour que ceux qui viendraient aujourd’hui à Kiev de diverses régions de l’Ukraine, particulièrement de l’Ouest, qui se comportent avec agressivité, n’imposeraient pas aux citoyens du pays leurs règles, leurs lois et leurs représentations. Il me semble que cela va seulement accroître la séparation de la société ukrainienne et aggraver une situation déjà extrêmement tendue sans cela".

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 01:51

Après la démolition de la statue de Lénine à Kiev

« Le néo-fascisme ne passera pas ! »

Déclaration du Présidium du Comité central du Parti communiste de l'Ukraine

Cette nouvelle inquiétante a saisi de stupeur notre société – des Vandales ont renversé et détruit le monument de Vladimir Ilitch Lénine.


D’infâmes voyous sont montés sur le monument consacré à un homme dont le nom est associé à de formidables transformations dans le monde, aux réalisations historiques du peuple soviétique, renforçant l’indépendance de l’Ukraine.


Ils ont détruit une œuvre d’art unique, reconnue au patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette provocation manigancée, menée par les nationalistes et payée par l’Occident, ne correspond ni à des « manifestations pacifiques » ni aux « valeurs européennes ».


Ce qui s’est passé, chez nous communistes, et tous les gens honnêtes, suscite une juste colère et indignation face à cette démonstration répugnant de néo-fascisme, qui fait son nid dans la collectivité politique ukrainienne, avec ce gouvernement actuel.


Cet acte de vandalisme éhonté a montré à la face du monde le visage hideux de la pseudo « intégration européenne ».



Ceux qui se font passer pour des « défenseurs de la démocratie » tirent prétexte du mécontentement face aux difficultés de la vie quotidienne, des défauts et de la faillite des autorités, pour recourir à la violence, au terrorisme et tenter un coup d’Etat pour instaurer un régime néo-fasciste.


L’implication de l’organisation criminelle, le rôle de premier ordre de « Svoboda » est notoire.


C’est fondamental un groupe criminel, une faction politique néo-nazie héritière de ceux qui ont combattu les armes à la main du côté nazi contre les soldats de l’Armée soviétique qui ont libéré l’Ukraine.


Ils sont les fidèles héritiers de ceux qui, dans les années d’après-guerre, ont commis des atrocités sur les civils des régions de l’Ouest.


Notre peuple a besoin de savoir aujourd’hui qu’il est aux prises avec un néo-fascisme brutal, à visage découvert. Ils cherchent comme toujours à établir leur domination dans le pays, à contester l’autorité légitime pour s’emparer du pouvoir.


Aujourd’hui, les actions impétueuses des forces de la droite nationaliste, au nom de la « liberté » et de la « patrie » ont imposé au pays des violations gravissimes du droit et de l’ordre, bloquant les locaux des autorités publiques, désorganisant la vie du pays, surtout dans la capitale.


Ainsi, sont créées de grandes difficultés dans le travail de nombreuses entreprises, les systèmes d’aide sociale, rendant impossible la réponse aux besoins urgents et immédiats du peuple, ce dont beaucoup pâtissent.


Les derniers événements nous montrent clairement les valeurs réelles de l’Occident qui « s’inquiète du sort des défenseurs d’une Ukraine démocratique ».


En soutenant vigoureusement les dits « insurgés », il ferme les yeux sur les crimes des provocateurs, leurs actions anti-constitutionnelles et leurs méthodes violentes.



Comme vous pouvez le constater, l’opposition de Maidan à Kiev s’accompagne d’un mépris cynique pour la Constitution et les lois de l’Ukraine, de l’ingérence flagrante des Etats-unis et de l’Occident dans nos affaires intérieures, usant les technologies les plus récentes pour semer le mensonge et manipuler, instiller une hystérie anti-communiste, qui a déjà conduit à des actes de vandalisme, des affrontements et des effusions de sang.



Ceci est la preuve directe que les agissements des organisations radicales et nationalistes sont déjà allés au-delà de ce que prescrit l’Etat de droit et la morale humaine.


Cette situation politique de plus en plus tendue a conduit non seulement à la passivité des autorités face aux activités extrémistes de la droite nationaliste, mais a aussi permis à ces forces du chaos de passer hors de tout contrôle, de dominer par la violence et les pogroms, pour ne pas parler que par ultimatums.


Les causes profondes de cette faillite se trouvent dans les politiques économiques et sociales des gouvernements, la trahison des promesses électorales de la clique au pouvoir, une politique étrangère incohérente, l’incapacité ou le refus de prendre en compte certaines conséquences, les avantages et risques des décisions prises comme des accords conclus.



Des réformes mal conçues sont venues d’ajouter à la dégradation des conditions de vie de millions de personnes, une politique sociale désastreuse, une corruption sans précédent, la réticence des gens au pouvoir à prendre en compte la volonté de son peuple, à écouter les scientifiques et experts.



Cela nécessite un changement radical dans la façon de gérer les affaires publiques, des ajustements radicaux dans la vie politique, dans la pratique.





Aujourd’hui, la tâche la plus urgente est de stabiliser la situation dans la société, de rétablir et de maintenir l’ordre.





Nous appelons le président, le gouvernement, le parlement, tous les organes de l’Etat à faire appliquer la Constitution et les lois ukrainiennes pour éviter toute scission, violation de l’intégrité territoriale, faire face aux menaces sur son indépendance.





Nous exigeons que soient identifiés immédiatement et poursuivis les organisateurs, instigateurs, acteurs directs de ces agissements particuliers, en particulier des Vandales qui ont détruit les monuments de Lénine à Kiev, et dans d’autres villes.





Nous exigeons que soient restaurés et préserver ces monuments, d’en faire payer le prix aux organisateurs et auteurs de ces crimes.





Entre-temps, nous lançons une campagne d’appel aux dons pour que le monument en l’honneur de Lénine puisse à nouveau être érigé dans la capitale de l’Ukraine.





Nous exigeons des plus hauts dignitaires qu’ils analysent profondément leurs propres erreurs, échecs dans leur activité, qui a pu conduire à un tel scénario dans le pays, d’en tirer les conclusions nécessaires et de présenter devant notre peuple un plan d’action pour la normalisation rapide de la situation, le strict respect des droits de l’Homme et des libertés.





Nous lançons un appel aux membres de notre parti, en leur demandant en cette période terrible de faire preuve de patience, de courage, de résister fermement aux extrémistes qui menacent par la terreur le Parti communiste.





Nous appelons tous les gens honnêtes, les vrais patriotes à se rassembler pour faire barrage au coup d’Etat fasciste.





Le néo-fascisme en Ukraine ne passera pas !

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 01:51

« L’avenir de l’Ukraine doit être décidé par son peuple, pas par les manifestants de Maidan * »

Déclaration du Présidium du CC du KPRF (Parti communiste de la Fédération de Russie)


Le KPRF suit avec inquiétude la situation dans le pays frère ukrainien. Dans les vingt-quatre dernières heures, les affrontements de rue se sont intensifiés, menaçant de dégénérer en spirale sanglante massive. Les événements qui ont commencé par un rassemblement pacifique des partisans de l’intégration européenne se transforment désormais en tentative de renverser le gouvernement légitime d’un Etat souverain, une autre « révolution orange ». Plusieurs faits révèlent sans le moindre doute qu’il y a la patte des spin doctors occidentaux dans l’organisation de ses manifestations massives. Ce n’est pas la première fois que ces messieurs attisent des tensions inter-ethniques à des fins guère avouables.



Les peuples russes et ukrainiens ont vécu des moments difficiles ensemble, et ils ont remporté de nombreuses victoires sur le champ de bataille, et sur le front du travail, en se tenant côte à côte. Le KPRF appelle le peuple à ne pas succomber aux provocations des extrémistes. Une division entre nos deux pays ne serait bonne ni pour la Russie ni pour l’Ukraine. Nous partageons entièrement la position avancée dans la déclaration du Premier Secrétaire du Parti communiste ukrainien : la responsabilité de l’escalade de la violence en Ukraine ne retombe pas uniquement sur les autorités et la dite « opposition », mais aussi sur les émissaires occidentaux qui tentent de jouer aux marionnettistes, tirant les ficelles de ce jeu politique pourri.



Ce qui se passe n’a rien à voir avec une révolution populaire. L’Ukraine est face à une nouvelle vague de propagation de la « peste orange ». Les véritables objectifs de ceux qui sont derrière ce phénomène sont bien loin des intérêts nationaux des Ukrainiens. L’expérience d’événements similaires en Serbie, Géorgie et au Moyen-Orient atteste que les soi-disant champions du « choix démocratique » sont intérêts avant tout par le partage du patrimoine public, l’accaparement des ressources naturelles et des marchés. Ils n’ont pas besoin d’une Ukraine forte. Donc ces messieurs essaient de semer la discorde entre Russes et Ukrainiens et entraver l’instauration de relations fraternelles entre Russie et Ukraine, et la mise en commun des potentiels de nos Etats.



Le KPRF appelle les forces politiques saines en Ukraine à entamer une discussion civilisée sur les problèmes qui se sont accumulés. La manipulation de la conscience des masses, dans les intérêts contraires de ceux de l’absolue majorité des citoyens du pays, ne peut être tolérée. L’avenir de l’Ukraine doit être décidé par son peuple, et non par ceux qui ont sans vergogne usurpé le droit de parler à son nom.

* Maidan est la place centrale de Kiev où se réunissent les manifestants

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 01:50

 

EODE - elections news VENEZUELA MUNICIPALES 2 (2013 12 10) FR (1)

Luc MICHEL pour EODE Press Office /

avec AFP – Le Monde – Ultimas Noticias / 2013 12 10 /

http://www.facebook.com/EODE.monitoring

http://www.eode.org/category/eode-international-elections-monitoring/international-elections-survey/

« Le peuple du Venezuela vient d'annoncer au monde que la révolution bolivarienne se poursuit encore plus forte »

-  Nicolas Maduro.

 « Henrique Capriles Radonski et l’opposition voulaient absolument faire de ces élections municipales de dimanche 8 décembre un plébiscite pour ou contre la politique du président vénézuélien Nicolas Maduro. Mal leur en a pris … »

- Le Figaro (Paris).

 Les municipales de ce 8 décembre 2013 au Venezuela ont confirmé la domination du PSUV, le parti fondé par Chavez, au pouvoir, dans une grande partie des mairies du pays …

 Selon ces résultats portant sur plus de 97% des suffrages, 80 mairies n'ont pas encore été attribuées et seulement huit sont tombées aux mains d'autres formations politiques. Le PSUV au pouvoir a emporté 196 municipalités, contre 53 pour la coalition de l'opposition. Celle-ci conserve toutefois le contrôle des deux principales villes du Venezuela, a annoncé dès dimanche soir le Conseil national électoral (CNE). Finalement, « 212 villes dont 14 capitales régionales sont acquises au PSUV contre 73 dont 9 capitales régionales à l’opposition », selon le quotidien Ultimas Noticias.

 Selon les résultats publiés par le Conseil national électoral (CNE), la mainmise globale du Parti socialiste uni du Venezuela (PSUV) est donc indéniable. Au niveau national, le PSUV du président Maduro a recueilli 49,2 % des suffrages, soit un total de 5,1 millions de voix, a annoncé la présidente du CNE, Tibisay Lucena. La MUD, elle, a recueilli 42,7% des suffrages, soit plus de 6% d’écart par rapport au PSUV, pour un scrutin qui a mobilisé près de 59% des 19 millions d'électeurs vénézuéliens, une participation estimée par le CNE comme supérieure aux attentes.

 « Le peuple du Venezuela vient d'annoncer au monde que la révolution bolivarienne [prônée par le défunt Hugo Chavez] se poursuit encore plus forte », s'est réjoui N. Maduro dimanche soir lors d'un meeting organisé place Bolivar, dans le centre de Caracas. « L'amour l'a emporté sur la haine, la vérité sur le mensonge », a-t-il ajouté, avant d'appeler le leader de l'opposition Henrique Capriles à quitter sa coalition après quatre défaites électorales consécutives.

 LES ENJEUX : L’AVENIR DE LA ‘REVOLUTION CHAVISTE’

 Le PSUV ne devrait donc enregistrer qu'un léger recul par rapport au dernier scrutin de 2008, en pleine vague chaviste, à l'issue duquel il contrôlait plus de 270 mairies. Dans le même temps, cependant, la Table de l'unité démocratique (MUD), principale coalition de l'opposition bourgeoise et pro US, est parvenue à s'adjuger plusieurs capitales d'Etats auparavant aux mains du PSUV: Merida, Valencia, Barquisimeto, San Cristobal et Maturin.

En outre, elle a déjà réussi le pari de conserver une cinquantaine de villes sur les quelque 60 conquises en 2008, dont les deux plus grandes métropoles du pays, Caracas et surtout Maracaibo (nord-ouest). Selon l'analyste politique (pro MUD) Luis Vicente Leon, l’opposition « n'a pas véritablement atteint son objectif de faire sanctionner la gestion de Maduro par les urnes ».

 Le Monde (Paris) résumait (avant les élections) les enjeux :

« Les urnes, encore une fois. Les Vénézuéliens s'apprêtent à voter pour la 19e fois depuis l'élection de feu Hugo Chavez, en 1998. Et pour la première fois depuis que Nicolas Maduro a été élu pour lui succéder à la présidence. Dans un pays qui reste profondément divisé, entre chavistes et antichavistes les élections du dimanche 8 décembre ont valeur de test. Elles sont « beaucoup plus que des municipales », affirment les deux camps. A écouter les discours des candidats, les enjeux locaux pèsent peu. Les équipes de campagne tentent de faire du scrutin un plébiscite pour ou contre l'action du gouvernement en place ».

« La stratégie vise en premier lieu à limiter l'abstention, historiquement plus élevée pour les municipales », explique l'analyste Nicmer Evans.

 LE DEPIT DES MEDIAS OCCIDENTAUX

 On connaît le tropisme anti-chaviste des médias occidentaux. La victoire nette du PSUV, la déroute du MUD – qui plaçait la barre très haut avec son objectif d'une centaine de municipalités – avec 6% d’écart, score qui ferait l’immense bonheur de la plupart des politiciens occidentaux (voir les scores étriqués de Sarkozy, Hollande ou Obama), ont conduit les médias occidentaux  à des analyses fallacieuses, où perce le dépit.

 Ainsi l’AFP titrait sur « Une impression de statu quo politique » (sic) et commentait : « Dimanche soir, les deux formations se sont félicitées de leurs résultats et ont organisé des meetings paisibles dans des quartiers distincts de Caracas, illustrant l'impression générale de statu quo politique après ce scrutin que l'opposition s'était efforcée de faire passer pour un référendum de la gestion de Nicolas Maduro ». Pourtant le référendum de facto est clair. Et la Révolution bolivarienne » continue …

 Maduro s'est lui posé en vainqueur dimanche soir, fort précisément des 6% d’écart avec le MUD, qui ont une allure de déroute au regard des objectifs affichés par la MUD, loin du score difficile des présidentielles d’avril 2013, annonçant d'emblée que la "révolution bolivarienne" prônée par son mentor Hugo Chavez était "renforcée". Celui qui avait été élu d'une courte tête en avril dernier, dans l'ombre de Hugo Chavez, vient de prouver sa légitimité.

 UN TEST ELECTORAL QUI CONFIRME MADURO DANS SON ACTION

 « Ces élections avaient valeur de test pour M. Maduro sept mois après son investiture » avoue cependant l’AFP. Confronté aux pénuries, à l'inflation galopante (54% depuis janvier) et à l'explosion du dollar sur les marchés parallèles, il s'était efforcé ces dernières semaines de reprendre le contrôle de l'économie du pays disposant des plus importantes réserves mondiales de pétrole.

 Le 20 novembre 2013, il a obtenu du Parlement de pouvoir légiférer par décret pendant un an afin de lutter contre la corruption et répondre à la "guerre économique" déclenchée, selon lui et avec justesse, par des secteurs de l'opposition bourgeoise, avec l'appui de Washington et de certains acteurs économiques.

 N. Maduro a ensuite pris une série de mesures pour forcer la baisse de certains prix et a, dimanche soir, annoncé de prochaines dispositions pour les "secteurs du logement et de l'alimentation".

 Pour le politologue Edgar Gutierrez, «  les résultats ouvrent la porte à une radicalisation du gouvernement de Nicolas Maduro. Le président vénézuélien peut tenter d’approfondir son modèle de contrôle économique et politique parce qu’il sort renforcer vis-à-vis de son adversaire. Une fenêtre d’opportunité s’ouvre à lui ».

 L’expert Luis Vincente Leon assure que « les dernières mesures économiques du président ont eu une influence sur les résultats des municipales mais n’ont pas éliminé la préférence pour Henrique Capriles dans les principales villes ». Hector Schemel, président d’Interlaces, confirme que «les mesures économiques (prises ces dernières semaines par Nicolas Maduro) ont reconnecté Nicolas Maduro au chavisme ».

 « Au vu des résultats partiels des municipales, ce volontarisme teinté de populisme semble avoir touché son électorat », commente l’AFP.

 « Que vont faire les dirigeants de la MUD devant cette déroute ? » s’est interrogé Nicolas Maduro lors d’un meeting dimanche soir place Bolivar. Puis s’adressant à Henrique Capriles : « Tu l’as ton plébiscite, petit capricieux, fasciste arrogant. Maintenant fais face et démissionne. » Il s’est réjoui d’un résultat qui, pour lui, montre que « le peuple du Venezuela vient d'annoncer au monde que la révolution bolivarienne se poursuit encore plus forte»…

 Luc MICHEL

Pour EODE Press Office

______________________

 

# Lire aussi :

VENEZUELA : ELECTIONS MUNICIPALES (1).

http://www.eode.org/eode-international-elections-monitoring-venezuela-elections-municipales-un-defi-pour-le-president-maduro/ 

 EODE - elections news VENEZUELA MUNICIPALES 2 (2013 12 10) FR (2)

EODE - elections news VENEZUELA MUNICIPALES 2 (2013 12 10) FR

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
12 décembre 2013 4 12 /12 /décembre /2013 01:48
# UKRAINE / LA FRACTURE REGIONALE ENTRE PRO-OCCIDENTAUX ET PRO-RUSSE /
Avec Fabrice BEAUR, RIA Novosti et PCN-SPO / 11.12.2013 /

Ce sondage démontre bien la fracture entre l'Ukraine occidentale et l'Ukraine centrale, du Sud et de l'Est.
Et encore si tous les citoyens ukrainiens pouvaient connaître en détail le plan "d'ajustement de d'assainissement économique" que l'UE et le FMI veulent imposer avant la privatisation-pillage des services publiques, je pense que même à l'ouest de l'Ukraine, il y aurait un retournement de situation.
L'UE et les USA (tiens comme c'est bizarre) promettent une "facilité" pour les visa mais ce n'est que de la poudre aux yeux pour un occident qui regarde l'Est de l'Europe comme territoires à conquérir pour soulager son économie malade en détruisant un pays, l'Ukraine, qui a lui même une économie déjà malade.
Ce qui divise l'Europe, ce n'est pas Moscou mais bel et bien l'OTAN, outil de domination et de contrôle politico-militaire de notre continent.
Débarrassons nous de l'OTAN et au lieu de s'affronter, l'Europe de l'Ouest et l'Europe de l'Est pourront trouver le chemin du dialogue, de la coopération et d'une intégration réciproque et intelligente pour construire dans l'indépendance une Europe unitaire, prospère et pacifiée du parasitisme atlantiste et mondialiste.
FB
Moins de la moitié des Ukrainiens interrogés en décembre soutiennent l'association de leur pays à l'UE et plus d'un tiers se prononcent pour l'adhésion à l'Union douanière (Russie, Biélorussie, Kazakhstan) :

http://fr.ria.ru/world/20131210/199985712.html?utm_source=fb1
Photo : Moins de la moitié des Ukrainiens interrogés en décembre soutiennent l'association de leur pays à l'UE et plus d'un tiers se prononcent pour l'adhésion à l'Union douanière (Russie, Biélorussie, Kazakhstan) : http://fr.ria.ru/world/20131210/199985712.html?utm_source=fb1
Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 01:41

 

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 01:40

 

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article