Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 23:24

PCN-INFOS

L'actualité commentée du Parti Communautaire National-européen - PCN-NCP

 

PCN-Infos du 20 décembre 2008

LA REVOLTE DES ETUDANTS GRECS :
UN EXEMPLE POUR TOUTE L’EUROPE !

 

« Notre passé est douloureux, notre présent lamentable, heureusement qu'on n'a pas d'avenir »
(Lu dans la revue des étudiants de l’Université de Genève)
 
« Cela dépendra aussi de ce qui se passera en Europe quand la crise économique s'aggravera: assisterons-nous à un scénario de peur ou de passivité généralisée, à des révoltes isolées ou à des récupérations politiques, à des changements substantiels ou encore, ce qui est le plus probable à mes yeux, à la perpétuation du système sous une autre forme: changer tout pour que rien ne change, comme le disait Visconti dans son Guépard. Sauf si quelques jeunes en décident autrement... car, ne l'oublions pas, ce sont eux qui vont écrire l'avenir »
(Maximos Aligisakis, chargé de cours à l'Institut européen de l'Université de Genève, in Le Temps, 17/12/2008)

 

Depuis de nombreux jours, la Jeunesse grecque est dans la rue affrontant la police tous les jours. Après l’assassinat du jeune Alexi par une police corrompue, nous assistons à la révolte d’une Jeunesse toute entière.

 

GRECE : LA JEUNESSE CONTRE L’ETAT CORROMPU,
CONTRE LE REGIME DES OLIGARQUES !

La mort d’Alexi, 15 ans, est la mort de trop. Depuis ces dernières années, de trop nombreuses morts sont officiellement le résultat de « balles par ricochet » comme c’est le cas encore aujourd’hui. Cette dernière fut de trop !
Les jeunes étudiants et travailleurs n’ont plus d’espoir, connaissent la misère, le taux le plus élevé de chômage en UE Et cela malgré le fait d’avoir fait des études. 
Pas d’avenir, pas d’espoir face à un état incapable, corrompu, policier, où trois familles seulement règnent sur le pays.
Ce gouvernement est empêtré dans des magouilles. Il n’a pas su prendre par exemple des mesures efficaces contre les incendies de l’été dernier. Après avoir détruit notre patrimoine européen de l’époque antique, jusqu’en Macédoine où naquit Alexandre le Grand, voici que ces messieurs en cols blancs, pourris par les magouilles et le sang, s’en prennent ouvertement à nos frères grecs.
Après l’assassinat du jeune Alexi, ce sont tous les jeunes ouvriers, chômeurs, étudiants qui luttent pour la justice sociale.

 

LA CONSCIENCE EUROPEENNE DES ETUDIANTS GRECS

Mais les étudiants grecs luttent aussi pour une autre Europe, la nôtre, celle du Travail et de la Justice sociale ! Pas la fausse « Europe » américanisée et ultra-libérale des politicards dorés et des fonctionnaires impuissants de Bruxelles ou de Strasbourg !
Sous le titre « La colère grecque contagieuse ? », LE  TEMPS (Genève, 19 décembre 2008) analyse la conscience européenne qui anime les étudiants grecs.
Cette conscience européenne, c’est celle de la véritable Europe, celle des travailleurs et des militants, pas la fausse « Europe » des putains américanisées de Bruxelles et Strasbourg. C’est la voix d’une révolte véritable contre le Système, pas d’une émeute de petit-bourgeois voulant leur place à la table de la bourgeoisie de Papa (le temps a été cruel pour les leaders de Mai 68, tous devenus gros bourgeois, libéraux ou apparatchiks vert-kakis à la Cohn-Bendit).
Écoutons les appels à la « solidarité paneuropéenne » (dixit LE TEMPS) de nos camarades grecs : « Le mouvement des jeunes en colère jouit d'une popularité croissante dans le pays.
Les jeunes Hellènes appellent leurs pairs européens à manifester (…)  Le mouvement semble peu à peu gagner la société grecque (enseignants, syndicats, Parti communiste, associations d'immigrés). Mais c'est le soutien de la jeunesse européenne que réclament les étudiants et les lycéens hellènes. Mercredi, ils ont déployé une banderole sur le rocher de l'Acropole proclamant « Résistance » en grec, en français, en anglais, en italien et en allemand ».
Une étude menée en 2006 et 2007 impliquant 22.000 jeunes de 17 pays, majoritairement européens, confirme cette tendance. « La société perd du terrain, constate Anna Kiefer, directrice du cabinet de recherche suédois Kairos Future, qui a dirigé l'enquête. Les jeunes n'ont plus confiance dans les institutions et les autorités (…) l'ascenseur social semble irrémédiablement bloqué (…) Les jeunes représentent 38,5% du nombre de chômeurs dans l'Union. 4,6 millions de jeunes de 15 à 24 ans y sont au chômage, en particulier à l'est et au sud. La précarité touche tous les pays : en Grèce, on parle de « Génération 700 » (pour 700 euros), en Espagne de « mileuristas » (1000 euros), en Allemagne de « Generation Praktikum » (stage) et en France de « génération précaire ». »

La Jeunesse Grecque est aujourd’hui à l’avant-garde du mouvement social en Europe.
Elle est aujourd’hui rejointe par d’autres étudiants, partout en Europe, de Bucarest à Malmö.

Le PCN-J se joint à tous les camarades de Grèce et d’ailleurs en Europe :
Pour la Justice, le Droit !
Contre la corruption, Pour le pouvoir du peuple !
Contre les salaires de misère !
Pour vivre dignement de son travail !
Contre l’Oligarchie, ses privilégiés et ses prébendes !

Aujourd’hui la Grèce, demain l’Europe !
Tous ensemble, nous abattrons le Système
pour établir notre Grande Patrie Continentale :
La Grande-Europe unitaire et communautaire de Vladivostok à Reykjavik !

 

Luc MICHEL (Président du PCN)
& Stéphane PAREDE (Directeur européen du PCN-J).

Partager cet article

Repost 0
Published by Stéphane Parédé
commenter cet article

commentaires